Exodus : gods and kings

Exodus : Gods and Kings
De Ridley Scott (EU-Angl-Esp, 2h31) avec Christian Bale, Joel Edgerton...

Ridley Scott réussit là où Darren Aronofsky avait échoué avec "Noé" : livrer un blockbuster biblique où la bondieuserie est remplacée par un regard agnostique et où le spectacle tient avant tout dans une forme de sidération visuelle. Christophe Chabert

2014 restera l’année où les artistes agnostiques et athées se sont penchés sur les textes religieux pour en offrir une lecture rationnelle, intime ou réaliste. L'écrivain Emmanuel Carrère dans Le Royaume, le cinéaste Alain Cavalier dans Le Paradis et aujourd’hui Ridley Scott avec Exodus empoignent chacun à leur façon cette matière comme une source féconde de romanesque et de spectacle, tout en maintenant la distance avec leur caractère sacré. Dans le cas de Scott, c’est rien moins que les épisodes-clés de la Bible où Moïse choisit de libérer le peuple juif et de le conduire jusqu’à la terre promise qui forment le cœur de son blockbuster.

Dans un premier temps, le récit dessine un trajet au personnage qui rappelle celui du général Maximus dans Gladiator : frère d’arme du futur pharaon Ramses (Joel Edgerton, looké façon Brando période Kurtz / Apocalypse now), Moïse (Christian Bale, entre beau gosse à l’œil pétillant et sage au regard illuminé) découvre ses origines juives, est déchu de ses fonctions militaires et laissé pour mort par son ancien camarade. Cette première heure, une fois franchie l’impressionnante bataille d’ouverture, est avant tout un parcours intimiste où Moïse passe de l’opulence politique au dénuement, de la famille d’adoption à la famille tout court – femme et enfants – avant qu’il ne se fasse patriarche d’une famille plus grande encore : le peuple juif.

Moïse, héros campbellien

Scott fait de Moïse le premier des héros campbelliens plutôt qu’un prophète nanti d’une mission divine, le ramenant sur la terre des mythes plutôt que dans l’éther du sacré. Autour de lui, tout concourt à laisser la porte ouverte pour une interprétation rationnelle des "miracles" qui vont se produire. À commencer par l’apparition d’un Dieu vengeur, judicieusement représenté à l’écran par un enfant inflexible et colérique, qui pourrait n’être qu’une hallucination du héros suite à un mauvais choc.

Même quand les fameuses plaies s’abattent sur l’Égypte, Scott ménage toujours une explication scientifique aux invasions de sauterelles, de mouches et de grenouilles. Ces séquences offrent par ailleurs des visions cinématographiques sidérantes, comme on n’en avait pas vues sur un écran depuis les exploits de Cuarón avec Gravity. L’enjeu d’Exodus est bien de remplacer l’iconographie judéo-chrétienne d’un Cecil B. De Mille par une approche réaliste et crédible. La mer rouge qui s’écarte ou la rédaction des tables de la loi en sont de parfaits exemples, fidèles au projet global du film : créer du spectacle sans sombrer dans le pompiérisme et sans donner des gages aux bigots de tout poil.

Exodus : gods and kings
De Ridley Scott (ÉU, 2h35) avec Christian Bale, Joel Edgerton, John Turturro…
Sortie le 24 décembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 5 octobre 2021 Une querelle entre nobliaux moyenâgeux se transforme en duel judiciaire à mort quand l’un des deux viole l’épouse de l’autre. Retour aux sources pour Ridley Scott avec ce récit où la vérité comme les femmes sont soumises au désir, à l’obstination et...
Mardi 20 octobre 2020 Il y a quelques mois, Clémence et Mark ont ouvert leur salon de tatouage Exodus Tattoo à Grenoble, au 5 rue Genissieu. Sa particularité ? Il s’agit également d’une galerie d’art ouverte aux artistes émergents. 
Mardi 12 février 2019 En général, la fonction crée l’organe. Parfois, une disposition crée la fonction. Comme pour l’ancien vice-président des États-Unis Dick Cheney, aux prérogatives sculptées par des années de coulisses et de coups bas, racontées ici sur un mode...
Lundi 2 octobre 2017 Denis Villeneuve livre avec "Blade Runner 2049" une postérité plus pessimiste encore que le chef-d’œuvre de l'écrivain de science-fiction Philip K. Dick et du cinéaste Ridley Scott. Tombeau de l’humanité, son opéra de bruine...
Mardi 9 mai 2017 Après une patiente incubation, Ridley Scott accouche, avec "Alien : Covenant", de son troisième opus dans la vieille saga "Alien" (débutée en 1979), participant de son édification et de sa cohérence. Cette nouvelle pièce majeure semble de surcroît...
Mardi 14 février 2017 De 1958 à 1967, le parcours de la noire Mildred et du blanc Richard, pour faire reconnaître la légalité de leur union à leur Virginie raciste. Histoire pure d’une jurisprudence contée avec sobriété par une voix de l’intérieur des terres, celle du...
Mardi 20 octobre 2015 « Dans l’espace, personne ne vous entendra crier » menaçait l’affiche d’"Alien". Trente-six ans plus tard, Ridley Scott se pique de prouver la véracité du célèbre slogan en renouant avec l’anticipation spatiale. Et met en orbite son meilleur film...
Mardi 19 mai 2015 Si les noms de Testament et d’Exodus n’évoquent sans doute pas grand-chose pour les non-initiés, ils ont en revanche une résonnance toute particulière pour (...)
Mardi 12 novembre 2013 La rencontre entre Cormac McCarthy et le vétéran Ridley Scott produit une hydre à deux têtes pas loin du ratage total, n’était l’absolue sincérité d’un projet qui tourne le dos, pour le meilleur et pour le pire, à toutes les conventions...
Vendredi 25 janvier 2013 L’espace Vallès accueille un panel d’œuvres du jeune Damir Radovic, artiste intègre et déterminé qui combat l’obscurité par la force de l’imaginaire. Assez touchant et réfléchi pour que l’on s’enthousiasme. Laetitia Giry
Mardi 14 ao?t 2012 La très attendue conclusion de la trilogie imaginée par Christopher Nolan pour donner au personnage de Batman une ampleur sombre et contemporaine n’égale pas le deuxième volet, impressionnante dans sa part feuilletonesque, décevante sur son versant...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter