Awards 2014 cinéma

L’award du meilleur film : Nymphomaniac

Avant même sa sortie, le (double) film de Lars von Trier a créé la polémique, qui ne s’est pas calmée lorsque le premier volume est arrivé sur les écrans. De fait, on ne peut pas dire que Nymphomaniac ait fait l’unanimité, loin de là… Mais de tous les films de 2014, il paraît avec le recul (et l’arrivée, imminente, de sa version intégrale en DVD, celle souhaitée par l’auteur et qui lui donne sa pleine puissance opératique) le plus synchrone avec une certaine idée d’un cinéma authentiquement contemporain. Relecture très libre des Mille et une nuits, Nymphomaniac déploie pour raconter l’histoire de Joe, nymphomane autoproclamée, un dispositif où chaque chapitre est un nouveau mode de récit, et chaque récit une petite machine à produire de la figuration et de l’émotion. Drôle, cruel, violent et, bien sûr, pornographique, il s’affirme aussi comme une synthèse remarquable de tout le cinéma de Lars von Trier, mais dans une humeur moins dépressive qu’Antichrist et Melancholia. Objet unique, singulier, visionnaire et envoûtant, Nymphomaniac est le genre de film qui gagnera au fil des ans de la valeur et s’imposera, un jour, comme le classique de son auteur.

L’award du pire film : Salaud, on t’aime

Que le dernier film de Claude Lelouch soit le nanar le plus involontairement drôle de l’année, là où la plupart des comédies françaises ne donnent même pas envie de rire et où un Luc Besson brouille jusqu’au vertige la frontière entre l’intelligence et la connerie, c’est un fait que l’on vous laisse le soin de (ne pas) contester. Pas de scénario, mais une suite de scènes qui se ressemblent toutes, sans tension dramatique, façon vacances à la montagne, avant basculement dans un polar que personne n’avait vu venir – et pour cause, il débarque de nulle part dans le film. Un Johnny Hallyday égal à lui-même dans le bredouillage et le regard vide, des actrices paumées (pauvre Sandrine Bonnaire, pauvre Valérie Kapriski) et une mise en scène qui consiste essentiellement à faire des inserts sur les couchers de soleil et à mettre du Moustaki sur la bande-son. Un désastre qu’il était bon de récompenser, ce qui vaut aussi couronnement de la carrière du cinéaste, dont les navets ont alimenté depuis des années les blagues potaches au sein de la rédaction.

+ le Top Flop de la rédaction et celui des lecteurs

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 17 janvier 2022 C’est l’histoire d’un cinéaste presque assuré de décrocher sa seconde Palme d’Or mais qui, en sortant une provoc’ débile durant sa conférence de presse (...)
Lundi 15 octobre 2018 Le cinéaste danois s'insinue dans la tête d’un serial killer aux ambitions (prétentions ?) esthétiques démesurées pour en retirer une symphonie en cinq mouvements criminels. Une variation sur la mégalomanie et le perfectionnisme artistiques...
Jeudi 16 mars 2017 Claude Lelouch, qui vient de sortir son nouveau film "Chacun sa vie",  n’en a pas fini avec l’envie de filmer. Et ce n’est pas parce qu’il tourne autour des Hospices qu’il songe à l’hospice : son truc à lui, ce serait plutôt les bons auspices…
Mardi 22 décembre 2015 Cette année à Grenoble, on a notamment eu droit à de la politique culturelle difficile à suivre et de l'art contemporain dans la tourmente.
Mardi 22 décembre 2015 En 2015, on est tombés amoureux d'un musée et d'un artiste.
Mardi 22 décembre 2015 2015 aura été marquée par l'ouverture d'une nouvelle salle à Grenoble et la confirmation du talent d'une artiste que l'on suit depuis longtemps au Petit Bulletin.
Mardi 22 décembre 2015 Cette année, deux spectacles de théâtre nous ont fait un bien fou. Et un ponte de la danse a dû faire ses cartons.
Mardi 22 décembre 2015 De cette année de cinéma, on a retenu un chef-d’œuvre charnel et une escroquerie familiale.
Mardi 8 décembre 2015 De Claude Lelouch (Fr, 1h53) avec Jean Dujardin, Elsa Zylberstein, Christopher Lambert…
Mardi 23 décembre 2014 Le Top 10 des lecteurs 1. Gone girl de David Fincher 2. Mommy de Xavier Dolan 3. The Grand Budapest Hotel de Wes Anderson 4. Her de Spike (...)
Mardi 23 décembre 2014 Le Top 2014 du PB 1. Nymphomaniac de Lars Von Trier 2. Winter sleep de Nuri Bilge Ceylan 3. The Grand Budapest hotel de Wes Anderson 4. Adieu au (...)
Mardi 23 décembre 2014 L'award de l'expo la plus geek : À quoi tu joues ? Depuis juin dernier, la Casemate (le centre de culture scientifique grenoblois) s'est transformée en (...)
Mardi 23 décembre 2014 L’award de l’élue sympa : Corinne Bernard On l’a croisée plusieurs fois (notamment en septembre pour un grand entretien) : oui, Corinne (...)
Mardi 23 décembre 2014 L’award de la langue qu’on aime bien entendre : le français Juillet 2014 : le groupe Frànçois & the Atlas Mountains livre le meilleur concert de la (...)
Mardi 23 décembre 2014 L’award de celui qui aurait dû recevoir un award depuis longtemps : Grégory Faive Octobre 2011 : le CLC d’Eybens, lieu notamment tourné vers la création (...)
Mardi 1 avril 2014 De Claude Lelouch (Fr, 2h04) avec Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Sandrine Bonnaire…
Jeudi 23 janvier 2014 Fin du diptyque de Lars von Trier, qui propulse très haut sa logique de feuilleton philosophique en complexifiant dispositif, enjeux, références et discours, prônant d’incroyables audaces jusqu’à un ultime et sublime vertige. On ose : chef-d’œuvre...
Jeudi 2 janvier 2014 Après une année 2013 orgiaque, 2014 s’annonce à son tour riche en grands auteurs, du maître Miyazaki à une nouvelle aventure excitante de Wes Anderson en passant par les vampires hipsters croqués par Jarmusch et les flics tarés de Quentin...
Vendredi 20 décembre 2013 "Les Sorcières de Zugarramurdi" (Alex de la Iglesia), "Nymphomaniac volume 1" (Lars von Trier), "Ida" (Pawel Pawlikowski), "Tonnerre" (Guillaume Brac)
Vendredi 20 décembre 2013 L'award du meilleur film : Gravity d’Alfonso CuarónDepuis Les Fils de l’homme, on savait que Cuarón était un visionnaire… Avec Gravity, il l’a démontré au-delà de (...)
Vendredi 20 décembre 2013 Top 10 1/ Gravity d’Alfonso Cuarón2/ Inside Llewyn Davis de Joel & Ethan Coen3/ Mud de Jeff Nichols4/ Spring breakers d’Harmony Korine5/ L’Inconnu (...)
Vendredi 20 décembre 2013 Top 10 1/ Django unchained de Quentin Tarantino2/ Gravity d’Alfonso Cuarón3/ La Vie d’Adèle : chapitres 1 & 2 d’Abdellatif Kechiche4/ Mud de Jeff (...)
Jeudi 19 décembre 2013 L’award de la polémique qui fait du bien à la presse locale : celle autour de l’Ampérage C’est en avril dernier que tout a commencé. L’Ampérage, salle (...)
Jeudi 19 décembre 2013 L’award du meilleur single made in Grenoble : Instant T de Peau En juin dernier, la Grenobloise Perrine Faillet, alias Peau, sortait le beau clip de (...)
Jeudi 19 décembre 2013 L’award de l’expo la plus pop : Ultracore au Magasin Si le Magasin – Centre national d’art contemporain nous perd parfois avec des expositions trop (...)
Jeudi 19 décembre 2013 L’award du meilleur espoir : la compagnie des Gentils Ça fait un bout de temps que la petite bande issue en partie du conservatoire de Grenoble et (...)
Mardi 17 décembre 2013 Censuré ? Remonté ? Qu’importe les nombreuses anecdotes et vicissitudes qui entourent le dernier film de Lars von Trier. Avec cette confession en huit chapitres d’une nymphomane – dont voici les cinq premiers –, le cinéaste est toujours aussi...
Mardi 3 décembre 2013 PB awards, troisième édition. Dans notre numéro du 25 décembre, nous reviendrons sur l’année culturelle écoulée. L’occasion de décerner nos traditionnels PB awards (...)
Mardi 27 ao?t 2013 Après un été en demi-teinte, les quatre prochains mois devraient confirmer le cru exceptionnel de cette année 2013. Avec les locomotives cannoises et une pléiade d’auteurs dont on trépigne de découvrir les nouveaux opus, la rentrée est en effet...
Mercredi 26 décembre 2012 Le Top 2012 de la rédaction et de nos lecteurs consacre deux films français, ce qui n’est pas forcément à l’image d’une année cinéma où le bon cinéma est venu de partout : des indépendants américains, du cinéma d’animation ou des cinéastes hors la...
Mercredi 19 décembre 2012 L’award du meilleur film de l’année : Holy Motors De Leos Carax, on n’attendait plus grand chose, après treize ans de silence et un Pola X extrêmement (...)
Mercredi 19 décembre 2012 L’award de la meilleure une mensongère : le n°860 Pour illustrer notre dossier d’octobre dernier sur la faible place accordée aux femmes dans le monde (...)
Mercredi 19 décembre 2012 L’award de la meilleure exposition : Philippe Cognée au Musée de Grenoble Le Musée de Grenoble est un joyau local (voire plus), dirigé par un Guy Tosatto qui (...)
Mercredi 19 décembre 2012 Les awards des meilleurs espoirs : Émilie Geymond et Julien Anselmino À Grenoble, grâce à un vivier impressionnant (le Conservatoire d’art (...)
Mercredi 19 décembre 2012 L’award du meilleur fumoir pendant un festival : la tribune du Stade des Alpes L’interdiction de fumer dans les lieux publics a poussé certains (...)
Vendredi 14 décembre 2012 Entre supposées prédictions mayas, sortie de "4h44, dernière nuit sur terre", le dernier film d'Abel Ferrara, et autres événements thématisés « fin du monde », tout semble concorder vers un 21 décembre apocalyptique – même si on n'y fait que se...
Mardi 4 décembre 2012 Quel concert vous a retournés cette année ? Quelle pièce de théâtre ou de danse vous a scotchés à votre siège ? Quel film vous a emportés ? Quelle expo vous a émus au (...)
Lundi 19 décembre 2011 L’award de l’expo blockbusterLe hors-les-murs du fameux et parisien Centre Pompidou sur Chagall et l’avant-garde russe (il ne fallait pas oublier la (...)
Vendredi 16 décembre 2011 Awards des claques lives inattendues : Zone libre et Peter Kernel Pas vraiment galvanisante sur CD, la réunion entre la rappeuse Casey et le guitariste (...)
Vendredi 16 décembre 2011 L’award du meilleur spectacle de l’année… voire plus : Notre terreur  Car oui, des créations comme celle du collectif parisien D’ores et déjà, découvert (...)
Mercredi 6 juillet 2011 Versant apaisé du diptyque qu’il forme avec le torturé Antichrist, Melancholia poursuit le travail psychanalytique mené par Lars Von Trier sur la dépression et le chaos, et prouve que ses concepts ne tiennent plus vraiment leurs...
Jeudi 28 mai 2009 Mélodrame psychanalytique qui vire à mi-parcours à l’ésotérisme grand-guignol, le nouveau Lars von Trier rate le virage entamé par son auteur en voulant trop en faire sans s’en donner la rigueur. Christophe Chabert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter