Hungry hearts

Hungry Hearts
de Saverio Costanzo (It, 1h49) avec Adam Driver, Alba Rohrwacher, Roberta Maxwell...

Après "La Solitude des nombres premiers", Saverio Costanzo prolonge son exploration des névroses contemporaines en filmant l’enfermement volontaire d’une femme, atteinte d’une phobie radicale du monde extérieur. Un film dérangeant dont la mise en scène rappelle Polanski. Christophe Chabert

La rencontre entre Jude et Mina pourrait être le prélude à une comédie romantique : ils se retrouvent tous deux enfermés dans les toilettes d’un restaurant chinois, incommodés par l’odeur et embarrassés par cette promiscuité forcée. Cette première scène de Hungry hearts agit donc comme un faux-semblant pour le reste du film, pas franchement drôle et même carrément inquiétant. Mais Saverio Costanzo, déjà auteur du remarquable La Solitude des nombres premiers, y offre deux indices au spectateur quant à la tournure que prendront les événements : d’abord, la claustration physique et son prolongement psychologique, véritable sujet du film ; puis cette idée d’un corps masculin dont les fluides créent des effluves nauséabondes et potentiellement dangereuses.

C’est ce qui va détraquer l’histoire d’amour : une fois le mariage célébré, l’enfant à naître n’est pas vraiment désiré. « Ne viens pas en moi ! » demande Mina, mais Jude ne parvient pas à se retenir. Quelque chose d’étranger est donc entré dans son corps, et le fruit de cette "invasion" va devenir pour Mina l’objet de toutes ses attentions, qu’elle chercher à préserver à son tour de toute intrusion venue de l’extérieur.

Pénétration interdite

Costanzo touche juste dans sa peinture d’une femme qui construit une bulle étanche pour protéger sa famille, cultivant ses propres légumes, recouvrant les angles des meubles de papier bulle et refusant de s’aventurer dans des rues polluées et agressives – la bande-son, hyper-réaliste, tout en détails crispants, parvient à figurer cette angoisse de l’héroïne. Il le fait par des moyens purement cinématographiques, confirmant son appétit pour la forme déjà sensible dans son film précédent : plutôt qu’Argento et Carpenter, il préfère cette fois l'influence d’un Polanski, plus rugueuse et anxiogène encore.

La mise en scène multiplie les plans au "fisheye" déformant perspectives et visages, courbant l’espace jusqu’à le rendre abstrait, produisant une sensation de claustrophobie constante. La folie qui s’empare des personnages semble contaminer la texture même des images, bousculant les repères du spectateur et créant un malaise durable. Le choix des deux acteurs n’y est pas pour rien non plus : la troublante Alba Rohrwacher et le ténébreux Adam Driver, couple italo-américain aussi étrange sur le papier qu’à l’écran, prouvent que dans ce film peu aimable mais franchement passionnant rien n’a été laissé au hasard.

Hungry hearts
De Saverio Costanzo (Ita, 1h53) avec Alba Rohrwacher, Adam Driver…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 5 octobre 2021 Une querelle entre nobliaux moyenâgeux se transforme en duel judiciaire à mort quand l’un des deux viole l’épouse de l’autre. Retour aux sources pour Ridley Scott avec ce récit où la vérité comme les femmes sont soumises au désir, à l’obstination et...
Mercredi 7 juillet 2021 Espéré depuis un an, avec son titre qui est une quasi anagramme d'attente, le nouveau Carax tient davantage de la captation d’un projet scénique que de ses habituelles transes cinématographiques. Vraisemblablement nourrie de son histoire intime,...
Mardi 6 novembre 2018 Exploité par des paysans eux-mêmes asservis, le brave et candide Lazzaro fait tout pour aider son prochain, bloc de grâce dans un monde de disgrâce. Un conte philosophico-métaphysique à l’ancienne qui a valu à la réalisatrice italienne Alice...
Mardi 22 mai 2018 Pendant un quart de siècle, le réalisateur Terry Gilliam a quasiment fait don de sa vie au Don de Cervantès. Un dévouement aveugle, à la mesure des obsessions du personnages et aussi vaste que son monde intérieur. Mais l’histoire du film n’est-elle...
Mardi 7 février 2017 En relatant le chemin de croix de jésuites du XVIIe siècle éprouvant leur foi en évangélisant un Japon rétif à la conversion, Scorsese le contemplatif explore ici sa face mystique — ce nécessaire ubac permettant à son œuvre d’atteindre des sommets.
Mardi 20 décembre 2016 Une semaine ordinaire dans la vie de Paterson, chauffeur de bus à Paterson, New Jersey, et poète à ses heures. Après la voie du samouraï, Jim Jarmusch nous indique celle d’un contemplatif alter ego, transcendant le quotidien sur son carnet. Une...
Mardi 21 juillet 2015 Après "Frances Ha", Noah Baumbach continue d’explorer le New York branché et sa bohème artistique, transformant la pièce d'Ibsen "Solness le constructeur" en fable grinçante et néanmoins morale où des bobos quadras se prennent de passion pour un...
Lundi 2 février 2015 Chaque mois, Le Petit Bulletin vous recommande ses coups de cœur cinéma ! Au sommaire de ce troisième numéro (...)
Mardi 10 février 2015 Alice Rohrwacher tente de faire renaître le néo-réalisme italien en filmant une famille d’apiculteurs loin de la modernité, bousculée par les aspirations de la fille aînée et l’irruption de la télévision. Un petit film attachant et un peu...
Mardi 22 avril 2014 Fin cette semaine de notre cycle "20 ans de PB, 20 ans de ciné" avec, selon l’endroit où on se place, un grand flashforward dans la traversée des films (...)
Mercredi 26 juin 2013 En noir et blanc et au plus près de sa formidable actrice et co-auteure Greta Gerwig, Noah Baumbach filme l’errance d’adresses en adresses d’une femme ni tout à fait enfant, ni tout à fait adulte, dans un hommage au cinéma français qui est aussi une...
Vendredi 29 avril 2011 Un garçon et une fille bloqués par des traumas enfantins se croisent sur quatre époques dans ce film magistral et poignant où Saverio Costanzo déconstruit la narration et emprunte les codes du cinéma de genre pour pénétrer au cœur du drame de ses...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter