Ez3kiel, prophètes en leur pays

EZ3KIEL

Hexagone

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Ez3kiel fête ses vingt ans de carrière avec un album, "Lux", qui allume des feux plus qu'il n'éteint des bougies. À l'occasion de la présentation de son pendant scénique cette semaine à l'Hexagone, retour sur le parcours, superbement anachronique, du plus électrique des groupes de dub – ou du plus vaporeux des groupes de rock. Benjamin Mialot

« La marche des vertueux est semée d'obstacles » dit le dixième verset du vingt-cinquième chapitre du livre d’Ézéchiel – celui que récite d'un ton vengeur Samuel L. Jackson dans Pulp Fiction, référence primordiale du groupe. Celle d'Ez3kiel débute logiquement de manière mouvementée, à Tours en 1993. D'abord "power trio", Ezekiel (alors avec un "e") s'agrandit rapidement d'un deuxième guitariste et d'une chanteuse... qui mettra les voiles en 1999, emportant avec elle l'un des fondateurs de ce qui n'est alors qu'un succédané adolescent de Rage Against the Machine et Fishbone.

Ce retour circonstanciel à la case trio, Yann Nguema (basse), Matthieu Fays (batterie) et Johann Guillon (guitare) le convertissent en nouveau départ, taciturne celui-ci, ainsi que l'explique ce dernier. « Cet épisode a coïncidé avec l'achat de notre premier sampler et de notre première groovebox. La transition vers des morceaux instrumentaux s'est donc faite de manière instinctive. D'autant que derrière les musiques qu'on commençait à écouter à l'époque, il n'y avait pas de "gens". »

Ces musiques, la jungle, le trip-hop, le post-rock et, surtout, le dub industriel et collaboratif tel que le personnifie le producteur britannique Adrian Sherwood, les trois camarades commencent à les hybrider sur l'EP Equalize It, excessif et néanmoins prometteur. Initiative rarissime à l'époque des modems crachotants, Yann crée dans la foulée un site web sur lequel il pose les bases de l'imagerie baroque et mécanique dans laquelle s'incarnera la musique d'Ez3kiel (désormais avec un chiffre, pour cause de nom de domaine indisponible) et à laquelle il finira par se consacrer entièrement.

Premiers soins

Pour l'heure le groupe, mu par une démarche qui tient plus de l'expérimentation que de la composition, approfondit ses recherches sur la miscibilité des syncopes à effet d'écho et des textures à haute tension sur son premier album. Publié en 2001 par Jarring Effects, noyau de la scène dite novo dub autour de laquelle gravitent nos trois électrons, et délibérément autant soigné sur le fond que sur la forme, Handle with Care est à l'image de la ménine défigurée par un effet d'optique que figure sa pochette : écartelé entre les époques et d'un grand raffinement sous des apparences monstrueuses. En particulier le morceau éponyme où, sur un riddim d'un classicisme à filer le tournis à un collectionneur de "dubplates", Yann Tiersen tire de son violon des notes chargées de regrets, inaugurant une longue série de rapprochements orchestraux.

Le plus emblématique intervient dès le disque suivant, Barb4ry (2003), en amont duquel le groupe troque définitivement son kit du petit généticien pour un laboratoire, assez spacieux pour accueillir le quatuor anarcho-acoustique DAAU (Angelo Moore de Fishbone se contente lui de passer, comme un souvenir de premier amour) avec le concours duquel il signe, du lancinant concerto pour clarinette et gros "oinj" 3 rue de Monplaisir à l'implacable Versus, lecture hip-hop du contenu de la boîte de Pandore, des morceaux qui sont autant de bandes-son orphelines. Collectif multimédia avant l'heure, Ez3kiel leur donnera un ancrage visuel sur scène, le temps de concerts à quatorze mains en tous points magistraux. Et ce ne sera qu'un début.

Zone d'autonomie permanente

D'une création avec Nosfell aux Eurockéennes (2005) au récent Extended Tour, le long duquel il revisitait son répertoire avec cordes, cuivres et métallophones, en passant par un clash retentissant avec les pionniers noise de Hint (2009), Ez3kiel devient en effet coutumier des osmoses pharaoniques. De la part d'un groupe qui a fait vœu de silence jusque dans son processus de création, c'est une gageure. C'est aussi, en pleine crise du disque, un réflexe de survie. « On est d'une génération de groupes qui s'est faite connaître en jouant. Il n'y a de toute façon que par ce biais qu'on peut présenter toute l'étendue de notre travail. Un disque n'est qu'une partie d'Ez3kiel. »

La plus funeste dans le cas de Battlefield (2008), impressionnant maelström de guitares de plusieurs mégatonnes (Wagma, où le corbeau de l'artwork se déploie jusqu'à atteindre l'envergure de Pelican) et de cuivres apocalyptiques (The Montagues & the Capulets, transcription pour fanfare déplumée de l'opus 64 du Romeo & Juliette de Prokofiev). La plus rêveuse dans celui de Naphtaline (2007), ensemble de variations post-pop sur le thème de la berceuse qui se déclinera sous toutes les formes possibles et imaginables (dont une exposition interactive qui voyagera jusqu'à l'expo universelle de Shanghai et quelques prestigieux concerts symphoniques).

Coïncidant avec l'arrivée du multi-instrumentiste Stéphane Babiaud au sein du groupe, Naphtaline scellera aussi son affranchissement économique. « On a vu des potes qui, dès que leur musique a commencé à marcher au point qu'un entourage s'en mêle, n'ont pas réussi à aller plus loin. On a appris de leurs erreurs. Aujourd'hui, il nous faut plus de temps qu'à d'autres pour que les choses avancent, mais personne ne nous dit ce qu'on doit faire. C'est un vrai luxe. » À double titre.

Ez3kiel, mardi 28 et mercredi 29 avril à 20h, à l'Hexagone (Meylan)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 15 avril 2022 Les gentils rappeurs toulousains sont les têtes d’affiche du prochain Vercors Music Festival, qui se tiendra du 1er au 3 juillet. Pas seulement, parce qu’ils ont carrément composé eux-mêmes une partie de la programmation (encore inconnue). Sinon, on...
Mercredi 9 juin 2021 Tout simplement intitulée "Dialogues", l’exposition qui marque la réouverture du musée Géo-Charles propose de faire converser le travail de quatre artistes ainsi que celui des étudiants de l’ESAD avec les œuvres de la collection du musée....
Mardi 22 septembre 2020 À la fois “moking of” d’un film qui n’existe pas, reportage sur une mutinerie, bacchanale diabolique au sein du plus déviant des arts, vivisection mutuelle d’egos et trauma physique pour son public, le nouveau Noé repousse les limites du cinéma. Une...
Mercredi 27 novembre 2019 Le concours de danse contemporaine (Re)connaissance fait peau neuve. Pour ce qui aurait dû être sa 10e édition, il revient sous le nom de Podium les 29 et 30 novembre à la Rampe (Échirolles). Marie Roche, directrice du Pacifique, lieu grenoblois...
Mardi 31 janvier 2017 À Grenoble, l’Atelier Arts Sciences, financé conjointement par la scène nationale l’Hexagone de Meylan et le CEA, rassemble des artistes et des chercheurs afin qu’ils échangent sur leurs pratiques et, surtout, travaillent ensemble. Pour fêter les...
Mardi 21 avril 2015 Zoom sur l'album que le groupe Ez3kiel viendra défendre sur la scène de l'Hexagone
Mardi 6 janvier 2015 Une camarade d'université nous a un jour expliqué que sa passion du théâtre lui a été révélée le jour où, après qu'un comédien ait pointé du doigt quelque animal fictif (...)
Mardi 23 avril 2013 De Carlos Reygadas (Mex, 1h53) avec Rut Reygadas, Eleazar Reygadas…
Lundi 26 novembre 2012 Le week-end dernier avait lieu la quatrième édition du concours [re]connaissance, axé sur la danse contemporaine (pour les oublieux, souvenez-vous, c’était la (...)
Vendredi 23 novembre 2012 D’abord une intro jazzy et cosy, qui plante le décor en deux secondes. Puis une voix féminine fêlée commence à chanter « une robe de cuir comme un fuseau », (...)
Lundi 1 octobre 2012 Danse / La Compagnie Epiderme, fièrement menée par le chorégraphe et danseur Nicolas Hubert, et en résidence à la Rampe pour trois ans, offre une nouvelle (...)
Jeudi 20 septembre 2012 Saint-Étienne / Dès la fin octobre, le Musée d’art moderne présentera pendant trois mois l’exposition Fiat flux : la nébuleuse Fluxus, 1962-1978, événement (...)
Vendredi 18 novembre 2011 Rosa la Rouge, c’est un concert théâtralisé sur la figure de la révolutionnaire allemande Rosa Luxemburg, composé par la chanteuse Claire Diterzi. Une artiste passionnante et enthousiasmante qui détonne dans un paysage de la chanson française lisse...
Mercredi 9 mars 2011 Les spectateurs sont placés en face à face, sous une lumière blanche. Au milieu des gradins, une scène étroite avec une dizaine de chaises en formica et trois (...)
Jeudi 16 septembre 2010 Chorégraphe clinquant (Blanche-Neige, l’an dernier à la MC2) mais néanmoins non dénué d’intérêt (voir le documentaire réalisé par Assayas pour la création d’Eldorado), (...)
Vendredi 28 mai 2010 La nouvelle édition des Soirées, toujours coorganisées par la MC2 et le Centre chorégraphique national de Grenoble (dirigé par l’indéboulonnable Gallotta), est sous-titrée cette année "Sous tension". Un thème pas forcément fun qui nous offre...
Mercredi 29 novembre 2006 Dans l'espace du (Petit 38), la performeuse Michèle Goddet joue Bruegel, Bill et moi, texte qu'elle adresse facétieusement au public. Elle, conscience (...)
Vendredi 13 juillet 2007 Musique / S’il y a bien une chose qu’on ne peut pas reprocher à Ez3kiel, c’est de manquer de suite dans les idées. Depuis ses débuts, le groupe s’est en (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter