Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

"Bounce !", la bloc party d'Arcosm

Bounce

La Rampe

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Deux hommes, deux femmes, un parallélépipède et des tas de possibilités : avec "Bounce !", Thomas Guerry et Camille Rocailleux de la compagnie Arcosm affinent avec brio leur idéal de mise en geste du rythme. Benjamin Mialot

Dans 2001 : l'odyssée de l'espace, un enregistrement dans lequel le Dr. Floyd fait état de la découverte, sur la Lune, d'un monolithe de fabrication extraterrestre, se conclut par ces mots : « Son origine et sa fonction demeurent totalement mystérieuses. » On pourrait en dire autant de l'hexaèdre en bois qui se dresse au milieu du plateau de Bounce !, la nouvelle création de Thomas Guerry et Camille Rocailleux.

En tout cas pendant ses cinq premières minutes. Passé ce délai et une collision inopinée avec un interprète, il deviendra tour à tour, par le truchement de subtils jeux de lumière et de la propension de ses concepteurs à faire du moindre élément de décor un support de jeu, une bombe à retardement, un bord de précipice, un cajón géant ou encore, justement, une allusion au film de Kubrick.

Pour la beauté du geste

Au fil des minutes, il apparaît surtout comme un condensé de la structure métallique d'Echoa, (l'indépassable ?) première création de la compagnie Arcosm, magnifiant comme elle par l'épure toutes les marottes de ses fondateurs : la pluridisciplinarité (les musiciens dansent, les danseurs chantent, tout le monde joue la comédie), la primauté du rythme (bien que la bande son, jouée live au violon et au violoncelle, mette en avant pour la première fois les talents d'arrangeur de Rocailleux) et, par conséquent et aussi hasardeux que cela puisse paraître, la secondarité du récit.

Que Bounce ! ("rebond") vante la fécondité de l'échec avec autant d'humour que de naïveté (au risque, comme ses prédécesseurs, de finir coincé dans la case "jeune public") n'est au fond guère significatif. Pas plus que ne l'étaient le besoin de dépasser l'incommunicabilité préconisé par Solonely et les vertus de la fantaisie prônées par Traverse. Ce qui importe à Thomas Guerry et Camille Rocailleux, c'est la beauté du geste, fut-il conflictuel ou complice, collectif ou autonome, élégant ou animal, et l'émotion qu'elle véhicule. La crépusculaire violation des lois de la gravité qui clôt la pièce nous persuade qu'ils ont une fois de plus atteint leur objectif. Un objectif qu'ils poursuivront d'ailleurs dès la saison prochaine à la Rampe où ils seront en résidence pendant trois saisons. Rendez-vous en novembre pour leur première création "made in Échirolles".

Bounce !, mercredi 29 avril à 14h30 à la Rampe (Échirolles)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 23 juin 2020 Après une fin de saison largement amputée du fait de l’épidémie de coronavirus qui a contraint le monde culturel à se mettre en pause dès la mi-mars, les salles de spectacles de l’agglomération grenobloise se tournent vers l’avenir. Et ont, pour la...
Mercredi 2 novembre 2016 Mardi 8 et mercredi 9 novembre, la compagnie en résidence à la Rampe d’Échirolles dévoilera sa nouvelle pièce baptisée "Subliminal". Et au vu des quelques extraits que nous avons pu découvrir avant la première, on peut espérer un beau...
Mardi 10 novembre 2015 On en avait déjà causé en septembre dans notre Panorama de rentrée culturelle : c’est la compagnie lyonnaise Arcosm de Thomas Guerry (à gauche) et (...)
Lundi 14 septembre 2015 On a épluché les programmations des différentes salles de l'agglo qui proposent de la danse. On a retenu cinq propositions, à base d'Akram Khan, de Kaori Ito, de Josette Baïz, d'Arcosm ou encore de Chicos Mambo.
Mardi 6 janvier 2015 Au Petit Bulletin, on aime beaucoup la compagnie lyonnaise Arcosm, adepte d’une danse mixée à de nombreux genres – dont la musique. Aux commandes, le (...)
Lundi 17 mars 2014 Disons-le d’entrée : Et pourquoi pas la Lune ?, le spectacle présenté cette semaine au Tricycle, est le meilleur de la saison du lieu, car le plus abouti, (...)
Lundi 14 octobre 2013 Echoa, première création de la compagnie Arcosm datant de 2001, a connu (et connaît toujours) un succès international impressionnant avec ses quelque 800 (...)
Jeudi 10 octobre 2013 Depuis douze ans, le chorégraphe Thomas Guerry et le percussionniste Camille Rocailleux, fondateurs de la compagnie lyonnaise Arcosm, imaginent et défendent aux quatre coins du monde des spectacles inclassables, entre fantaisie et prouesse. À...
Mardi 3 septembre 2013 On appelle ça un succès. Et dans le monde de la danse, où les créations ne tournent pas tant que ça (encore moins que les spectacles de théâtre), les plus de (...)
Jeudi 17 janvier 2013 Cette semaine, deux possibilités pour se frotter à l’univers de l’excellente (mais inégale) compagnie lyonnaise Arcosm, portée par Thomas Guerry (danseur) et (...)
Vendredi 18 mars 2011 Il y a des spectacles honnêtes qui pâtissent néanmoins du bagage de leurs concepteurs. On s’explique : la compagnie lyonnaise Arscom, imaginée par le (...)
Mardi 11 janvier 2011 Ils nous avaient littéralement enchantés avec La Mécanique des anges, leur dernière création proposée l’an passé par la Rampe (article sur notre site web). Revoilà (...)
Lundi 16 novembre 2009 Pour sa troisième création, la compagnie lyonnaise Arcosm chamboule tout l’air de rien, en livrant un spectacle ovniesque demandant un abandon total du spectateur. Saisissant et bluffant. Aurélien Martinez

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter