Guy Tosatto : « Un musée existe par sa collection »

De Picasso à Warhol, une décennie d'acquisitions

Musée de Grenoble

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Rencontre avec Guy Tosatto, directeur du musée, pour en savoir plus sur l’objectif d'une collection à l'occasion de l'exposition "De Picasso à Warhol - Une décennie d'acquisitions".

À quoi sert une collection ?

Elle sert à donner des repères, c’est constitutif d'un musée. C’est-à-dire qu’un musée n’existe que par sa collection. D’ailleurs, à l’origine, ils ont été créés pour abriter des ensembles d’œuvres à la suite de la Révolution française. On a eu cette chance à Grenoble d'avoir un conservateur au début du XXe siècle qui a ouvert la collection à l’art moderne, ça a été le premier en France : Andry-Farcy. Tous ses successeurs ont emboîté le pas en partant de l’existant. C’est cette matière qui va vous guider. Par ailleurs, une collection, c’est aussi ce qui reste après une exposition temporaire, c’est l’élément stable. C'est à partir de cette collection qu’on peut faire un vrai travail dans le temps auprès de nos publics pour les initier aux formes artistiques, que ça soit l’art ancien ou moderne parce que les œuvres sont là et qu’ils peuvent les retrouver.

Une collection ne doit donc pas s'arrêter...

Effectivement, une collection doit être en mouvement, il faut qu’elle s’enrichisse en permanence d’où la nécessité des acquisitions, d’essayer d'avoir des dons, de continuer à l’élargir la partie de la collection consacrée à l’art moderne et contemporain, d’ouvrir aux nouveaux mouvements. Les derniers apports permettent également de repenser l'ensemble en permanence, d’enrichir le regard, de changer de point de vue. C’est pour moi quelque chose de très important : une collection ne doit absolument pas être arrêtée dans le temps, c’est vraiment une matière vivante. C’est le travail qui nous revient dans les musées. On ne construit pas seulement un patrimoine matériel mais aussi un patrimoine immatériel. Une grande collection dans une ville comme Grenoble participe, je crois, de la construction de l’identité commune des gens qui y vivent.

Comment se constitue une collection ? Pourquoi telle œuvre et pas une autre ?

Il y a plusieurs notions qui articulent la politique d’acquisitions. Premièrement : les lacunes. Par exemple, la collection XXe est formidable mais, comme toute collection, il y a des manques. Certains sont plus ou moins criants mais d’autres sont rattrapables. Quand on reste dans le registre du possible, si on peut arriver à combler certains manques, il ne faut pas hésiter à déployer toute son énergie. C’est ce qui nous a amenés à acquérir l’œuvre de Warhol, qui est à mes yeux l’un des plus grands artistes de la fin du XXe siècle. Il était absent des collections et il y a avait encore des possibilités de trouver des œuvres accessibles d’un point de vue financier. Je peux dire la même chose de Robert Ryman, qui remplit deux critères de la politique d’acquisitions : d’abord combler une lacune, mais aussi compléter un ensemble – celui d'art minimal.

À qui et où achetez-vous les œuvres ?

Il y a toutes sortes de sources : les galeries d’art, dont c’est le métier, mais aussi les artistes. Nous travaillons beaucoup avec des artistes vivants, ça permet souvent, et surtout quand on organise une exposition, de négocier le prix. C’est un peu trivial mais c’est la réalité. Plus rarement, on participe à des ventes aux enchères, ça nous est arrivé à deux reprises. On s'adresse aussi directement à des collectionneurs. Enfin, il y a les dons d’artistes, de collectionneurs, de marchands. Puis nous avons des aides comme l’association des amis du musée dont l’une des missions est d'enrichir ses collections. Régulièrement elle donne des œuvres. Et depuis 2010, le club des mécènes, qui réunit cinq entreprises, verse chaque année une somme d’argent pour aider le musée à acquérir des œuvres.

« Quand on voit le prix du Picasso acquis par le musée, c’est vrai que ça peut faire sursauter mais Picasso ce n’est pas n’importe qui, ce n’est pas seulement juste une signature. »

Quel est le budget alloué pour les acquisitions à l’année ?

Ça a évolué dans le temps. Cette année, on avait environ 450 000 – 470 000 euros. La Ville de Grenoble, qui est un peu le principal financeur du musée, a toujours été très engagée dans le domaine des acquisitions. L’État et la région Rhône-Alpes versent également une subvention dans une enveloppe commune qui s’appelle le Fonds régional d'acquisition pour les musées.

Quelle est l’œuvre la plus chère acquise ? La moins chère ?

La plus chère a été le Picasso présenté dans l'exposition, acquise grâce au club des mécènes. Un financement aux deux tiers privés et un tiers de la Ville de Grenoble. On a bénéficié de financements exceptionnels car l’œuvre, achetée 750 000 euros, a été classée par la commission des Trésors Nationaux « œuvre d’importance patrimoniale majeure », sorte de label qui donne une plus grande défiscalisation aux mécènes sur les sommes qu’ils versent. Et la moins chère, je pense que c’est l’esquisse de Bonnard acquise pour 4000 ou 5000 euros.

Est-il déjà arrivé que le musée soit obligé de renoncer à une œuvre par manque de moyens ?

Oui, c’est déjà arrivé et dans ce cas, c’est le désespoir, on pleure beaucoup (rires). Mais j’essaie toujours d’être dans le possible, de faire correspondre les possibilités du musée et les désirs que nous avons. Ce n’est pas toujours possible mais ce qui est formidable, c’est que parfois des choses qui paraissent impossible arrivent à se réaliser. Il y a quelques années, j’aurais rêvé d’acheter un collage cubiste de Picasso mais pour moi, c’était de l’ordre de l’impossible. Et puis Alain Mérieux, président du club des mécènes, m’a dit : « Écoutez, c’est bien vos acquisitions, vos propositions, mais faut faire des choses plus ambitieuses. Proposez quelque chose de beaucoup plus chère, essayer d’obtenir le label des Trésors Nationaux et nous, on vous suivra et on augmentera nos participations. » Ce qui a été fait et on a pu acheter cette œuvre, Verre de Pablo Picasso, que je n’aurais jamais imaginé pouvoir acquérir pour le musée. Quand on voit le prix, c’est vrai que ça peut faire sursauter mais Picasso ce n’est pas n’importe qui, ce n’est pas seulement juste une signature. C’est une œuvre d’une période extrêmement recherchée, il y a très peu d’œuvres disponibles aujourd’hui sur le marché. Et dans les collages cubistes, il est assez rare car il est épinglé – il y en a seulement une douzaine.

Y a-t-il un artiste que vous souhaiteriez faire rentrer dans la collection du musée mais qui est de l'ordre de l'impossible ?

Des artistes vivants ou décédés ! C’est drôle parce que ça me pose vraiment un problème comme je suis souvent dans une optique du réalisable, c’est une manière de ne pas souffrir. Mais si je devais choisir ça serait une grande installation de Bruce Nauman. On a acheté il y a quelques années une vidéo de cet artiste, pour moi c’était important parce qu’il n’y en avait pas dans les collections. Et depuis je me dis que ce serait bien d’avoir une sculpture de lui. Pour le coup, j’ai fait quelques recherches : d’abord c’est rarissime sur le marché, et puis les prix sont exorbitant. C’est un rêve que j’ai mis de côté.

« Aujourd'hui, on essaye de faire rentrer dans nos collections les artistes que demain nos successeurs n’auront plus les moyens d’acheter et qui constitueront la base pour leurs propres acquisitions. »

Des anecdotes particulières sur une acquisition ?

On a cette chance pour le moment, on va toucher du bois, de ne pas avoir eu trop de problème d’acquisitions au musée. Il y a plutôt eu des sortes de concours de circonstances. Par exemple, acheter un dessin d'Artaud, c’était vraiment pour moi une espèce de rêve très ancien parce que ce sont des pièces rarissimes, seulement 150 dessins. La plupart sont maintenant répertoriés au Musée d’art moderne à Paris. Rien sur le marché du coup, il faut vraiment arriver à être en contact avec un particulier pour obtenir une œuvre d'Artaud. Un beau jour, un collègue du Centre Pompidou m’appelle : « Écoute, on est en train d’acheter à un particulier un dessin d’Artaud qui vient compléter nos collections mais on n'a pas les moyens d’en acheter plus. Il en a un autre qui est vraiment très beau, je sais que ça t’intéresse, si tu veux, je te passe les coordonnées. » Et c’est arrivé comme ça, très facilement. Je suis allé voir l’œuvre qui était reproduite dans un catalogue du musée et j’ai pris contact tout de suite avec le collectionneur, un homme charmant, avec qui j’ai traité par correspondance. Puis je me suis dit que je ne pouvais pas quand même acheter cette œuvre sans le rencontrer. On s’est donné rendez-vous dans un café à Paris et j’étais très content de rencontrer ce monsieur, que je n’ai plus revu après (rire).

Est-ce que les acquisitions récentes sont toujours exposées lorsqu’elles arrivent dans la collection ?

Pas toujours. On les présente assez régulièrement dans l’espace Andry-Farcy, une salle un peu hors parcours de la collection permanente. Mais il y a des œuvres que, volontairement, je n’ai pas voulu exposer afin de les garder pour l'exposition actuelle, histoire d'avoir quelques inédits pour le public qui vient régulièrement au musée. Parce qu’évidemment, pour celui qui ne vient pas souvent, il y aura beaucoup d’inédits.

Dans l’exposition, il y a énormément d’acquisitions contemporaines. Pourquoi ?

C’est vraiment l’objectif du musée et ça depuis longtemps. Depuis les années 1920, les collections du musée sont tournées vers le présent et l’avenir. Aujourd’hui, le présent, c'est l'art contemporain et c’est ce qui constituera la mémoire des personnes qui viendront après nous. C’est ce qu’a fait Andry-Farcy en faisant rentrer Picasso, Matisse, et bien lui en a pris car aujourd’hui on n'aurait plus les moyens de le faire. On essaye, dans la même logique, de faire rentrer les artistes que demain nos successeurs n’auront plus les moyens d’acheter et qui constitueront la base pour leurs propres acquisitions.

De Picasso à Warhol - Une décennie d'acquisitions, jusqu'au lundi 31 août, au Musée de Grenoble

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 28 mars 2022 Ce n’est pas tous les jours que la collection permanente du musée de Grenoble s’enrichit d’une œuvre nouvelle. En l’occurrence, un tableau du XVIIe siècle, signé du trop méconnu Reynaud Levieux, qui a bénéficié pour l’occasion d’un travail...
Mardi 4 janvier 2022 À l’occasion du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, l’égyptologue Karine Madrigal donne une conférence le 17 janvier à l’auditorium du musée de Grenoble. Le public grenoblois sera mis au parfum des récentes découvertes issues du fonds...
Vendredi 29 octobre 2021 L'exposition de l'année au musée de Grenoble, "Pierre Bonnard, les couleurs de la lumière", ouvre au public le 30 octobre. Notre avis : c'est magnifique.
Jeudi 20 mai 2021 Avec Italia Moderna, le musée de Grenoble propose, en écho à l'oeuvre de Morandi, une exposition qui dresse un bel aperçu d’un siècle de création transalpine à travers la sélection d’une soixantaine de pièces issues de ses collections.
Jeudi 20 mai 2021 Figure discrète de la peinture italienne, Morandi n’en a pas moins produit une œuvre qui s’impose comme une sorte d’évidence captivante dont l’exposition du musée de Grenoble rend compte avec élégance.
Mardi 23 mars 2021 Cette année, la Nocturne des étudiants du Musée de Grenoble prend la forme d’un jeu vidéo immersif accessible pendant plusieurs soirées. Les projets artistiques sont mis en scène dans un espace muséographique inédit que le visiteur peut parcourir à...
Mardi 2 mars 2021 Le Musée de Grenoble l’a confirmé : sa grande exposition consacrée au peintre italien, qui devait ouvrir en décembre dernier et reste actuellement portes closes, verra sa date de clôture reportée.
Mardi 8 décembre 2020 Peinture. C'est LE grand événement du Musée de Grenoble prévu pour la fin de l'année : une grande exposition consacrée au peintre italien Giorgio Morandi doit ouvrir ses portes le 16 décembre. Et ce n'est pas tout...
Mardi 23 juin 2020 Après le Musée de Grenoble, le cimetière Saint-Roch est un bon endroit pour découvrir les artistes grenoblois du XIXe siècle. Une association assure la visite. Explications.
Lundi 11 mai 2020 Début de déconfinement oblige, les équipes des musées de Grenoble et de la grande agglo sont à pied d’œuvre pour préparer la réouverture de leurs établissements. D'où cette première liste des lieux où il sera bientôt possible de retourner.
Mardi 10 mars 2020 C'est un avant-goût de la grande exposition du Musée de Grenoble consacrée aux artistes du XIXe siècle : dimanche 15 mars, l'association Musée en musique organise une journée découverte. On vous en donne les détails...
Lundi 4 février 2019 La musique classique russe sera à l’honneur vendredi 8 et samedi 9 février au Musée de Grenoble à l’occasion de "La Folle nuit", événement initié pour la cinquième année par Musée en musique. Déroulé du programme avec Pascale Gaillard,...
Mardi 16 mai 2017 Samedi 20 mai, c’est la fameuse Nuit européenne des musées, événement couplé en Isère à un week-end baptisé Musées en fête. On a bien lu tous les programmes des lieux qui participeront (des musées donc, mais aussi d’autres institutions culturelles)...
Mardi 18 avril 2017 Grenoble est une très vieille ville, pleine d’impressionnants vestiges des siècles passés. Mais Grenoble est également une ville en mouvement que les architectes ont continué de façonner au siècle dernier. La preuve en douze monuments phares du XXe...
Mercredi 7 décembre 2016 Un reportage sur l'exposition "Kandinsky - Les années parisiennes (1933-1944)" proposée jusqu'au dimanche 29 janvier au Musée de Grenoble
Lundi 31 octobre 2016 Pionnier de l’abstraction, animé par une « nécessité intérieure », Vassily Kandinsky (1866-1944) a fait œuvre de spiritualité dans sa peinture. Une peinture qui versa dans le biomorphisme durant ses dernières années à Paris, centre de la nouvelle...
Vendredi 10 juin 2016 Jeudi 9 juin, Éric Piolle et plusieurs de ses élus ont annoncé publiquement les contours de leur plan dit de « sauvegarde des services publics locaux ». Son but ? Faire des économies, dans tous les domaines.
Mardi 26 avril 2016 Déambuler dans la nature désenchantée de Cristina Iglesias, c'est pénétrer au cœur d'un univers parallèle où la question de la sculpture guide l'architecture. D'installations labyrinthiques en puits irréels, l'Espagnole fait de son art une...
Mardi 22 mars 2016 Troisième édition pour la Museum Week, semaine mondiale des musées sur Twitter. Sept jours de partages et de découvertes culturels en ligne qui débutent ce lundi 28 mars. À Grenoble, quatre institutions joueront le jeu. On a rencontré la responsable...
Jeudi 15 octobre 2015 Début octobre, le Musée de Grenoble accrochait sur ses cimaises une nouvelle œuvre : une peinture de l'Italien Giorgio Morandi réalisée en 1939 et représentant une "Nature morte". Du coup, le tableau devient l'acquisition la plus chère...
Vendredi 3 juillet 2015 Ce n'est pas vraiment une exposition qui va de Picasso à Warhol, ni même qui présente dix ans d'acquisitions. Pourtant, "De Picasso à Warhol, une décennie d'acquisitions" illustre toute l'ambition du Musée de Grenoble qui dévoile ainsi les œuvres...
Vendredi 24 octobre 2014 On a beau être reconnu comme l’un des plus beaux musées d’Europe et se vanter de toucher à tous les styles artistiques et toutes les époques majeures de (...)
Mardi 28 octobre 2014 Alors que ces derniers mois les intermittents du spectacle manifestaient pour sauvegarder un régime toujours plus instable, les artistes plasticiens, eux, ne se sont pas montrés. Pour cause : en plus de pâtir de la précarité et de difficultés...
Mardi 7 octobre 2014 Étudiant, viens donc faire le plein de culture afin d'éviter que ton cerveau ne se transforme en marmelade anglaise. Pour cela, rendez-vous au Musée de (...)
Mardi 30 septembre 2014 Quoi de neuf ? Du côté de la mairie Début septembre, nous avions rencontré Corinne Bernard, nouvelle adjointe aux cultures de Grenoble, pour causer avec (...)
Vendredi 24 janvier 2014 Le 29 janvier 1994 était inauguré le flambant neuf Musée de Grenoble. Pour célébrer cet anniversaire, quatre jours de gratuité et d’animations sont organisés. Mais avant de se (re)plonger dans l’une des plus impressionnantes collections d’œuvres...
Vendredi 10 janvier 2014 L’exposition Sigmar Polke, au Musée de Grenoble, finira de la meilleure des façons avec la célébration des 20 ans du bâtiment à la fin du mois de janvier. Pour (...)
Lundi 14 janvier 2013 En décembre dernier, le Musée de Grenoble a enrichi sa collection d'art moderne avec le petit format en papier collé "Verre" de Pablo Picasso. Une acquisition impossible sans le soutien de son Club de mécènes qui a financé l'achat de cette toile...
Mercredi 19 décembre 2012 L’award de la meilleure exposition : Philippe Cognée au Musée de Grenoble Le Musée de Grenoble est un joyau local (voire plus), dirigé par un Guy Tosatto qui (...)
Lundi 14 mai 2012 C’est le propre des collectionneurs dans le domaine privé, et celui des musées dans le domaine public : préserver et acquérir les œuvres d’art qui, au fil du temps, constituent les témoins de l’évolution des civilisations. A Grenoble, plusieurs...
Lundi 19 décembre 2011 L’award de l’expo blockbusterLe hors-les-murs du fameux et parisien Centre Pompidou sur Chagall et l’avant-garde russe (il ne fallait pas oublier la (...)
Vendredi 4 novembre 2011 À l’occasion des trois expositions présentées au Musée de Grenoble, on a rencontré Guy Tosatto, le maître des lieux, pour évoquer avec lui plusieurs sujets d’actualité touchant de près son établissement. Magnéto. Propos recueillis par Aurélien...
Vendredi 4 novembre 2011 Après les feuilles de l’école italienne, voici le fonds graphique français. Le musée de Grenoble présente le deuxième volet de son triptyque consacré aux collections de dessins anciens, avec une exposition très dense et exigeante. REINE PARIS
Vendredi 6 mai 2011 Samedi soir, c’est la Nuit des musées. Une manifestation couplée en Isère avec Musées en fête, qui se déroulera sur tout le week-end. L’occasion rêvée pour se pencher sur les multiples lieux d’exposition que nous offre le bassin grenoblois, et leurs...
Lundi 16 mars 2009 Ce week-end, le Musée de Grenoble ouvre ses portes gratuitement. L’occasion de découvrir, si ce n’est pas encore fait, l’exposition Richter en France dont (...)
Mercredi 18 juillet 2007 De leur temps (2) regroupe des œuvres achetées durant les trois dernières années par des collectionneurs privés français. Bilan: la peinture se porte bien, et une forte rpésence d’artistes français est à noter. Lors du discours introductif À la...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter