Eddie Gilles-di Pierno : « Aujourd'hui, tout fait patrimoine »

Rencontre avec Eddie Gilles-di Pierno, président de l’association Patrimoine Rhônalpin, qui scrute avec nous le patrimoine régional et le rôle des décideurs quant à sa survie. Un article extrait de notre supplément "Culture & Patrimoine" disponible dans notre numéro d'été. Propos recueillis par Nadja Pobel

Que fait votre association Patrimoine Rhônalpin, basée à Lyon ?

Eddie Gilles-di Pierno : Nos sommes une fédération régionale des acteurs du patrimoine. Cela inclut les associations, les institutionnels qui gèrent le patrimoine (collectivité, mairie, départements…), les artisans, les bibliothécaires, les architectes… Notre rôle est de les mettre en réseau sur ce territoire très vaste : les Hauts-Savoyards n’ont pas forcément l’habitude de travailler avec les Ardéchois !

Comment définiriez-vous le patrimoine ? Comment un bâtiment devient à un moment objet de patrimoine ?

Aujourd’hui, la notion de patrimoine a fortement évolué. Et d’ailleurs, pour la majeure partie des gens, le patrimoine est financier ou immobilier, c’est ce qu’on possède. Idem sur Google. Autrefois, le patrimoine était le grand patrimoine bâti, les églises, les châteaux… C’était public ou religieux. Depuis l’après-guerre, ça s’est élargi au patrimoine rural, industriel, aux savoirs, traditions, au patrimoine oral, aux langues régionales... Ce qui fait qu’aujourd’hui, tout fait patrimoine. Pour nous, le patrimoine commence à partir du moment où un groupe de personnes a le sentiment qu’un objet fait partie de son histoire.

Cette notion de patrimoine a-t-elle été impulsée par l’État, notamment en Rhône-Alpes ?

Non. D’ailleurs, l’État a longtemps dédaigné notre région en termes de protection. On avait très peu de bâtiments inscrits ou classés au patrimoine historique. Les textes que l’on a du ministère de la culture, jusqu’aux années 1980, disaient qu’en Rhône-Alpes, rien ne méritait l’intérêt aux yeux des Parisiens. Aujourd’hui encore, 60% du financement de l’État consacrés à la restauration des monuments vont à Paris, tout le reste est dispersé sur la France entière ! C’est très centralisé. Mais à partir des années 1980, on va décentraliser le travail d’inscription grâce à la création des Drac [Directions régionales des affaires culturelles – NDRL]. Ce sont elles qui instruisent ce qui mérite ou pas l’intérêt. Dès lors, l’augmentation des classements dans notre région a été très nette. Avant ça stagnait, sauf un pic dans les années 1930 qui correspond au classement de presque toutes les maisons de Pérouges sous l’impulsion d’Édouard Herriot.

La situation a évolué dans les années 1980…

Dans les années 1980, ce qui est reconnu est le patrimoine ancien, le bâti des XIIIe, XIVe siècle puis le patrimoine industriel. On a d’abord protégé l’antique, les vestiges gallo-romains dès les années 1900. Ensuite, le patrimoine des centres-villes anciens (vieux Lyon, vieux Bourg, vieux Chambéry) a été protégé car il était en mauvais état. Mais ces prises de conscience ont été longues : le patrimoine était vécu comme un handicap. Aujourd’hui, on se demande comment il a pu être envisagé de détruire le Vieux Lyon ! Mais il faut bien se remettre dans l’époque. Au milieu du XXe siècle, ce quartier était insalubre, ça sentait mauvais, il n’y avait pas le tout-à-l’égout, pas de WC, c’était sombre, recouvert de suie. Personne ne voulait habiter là-bas. Mais il fallait avoir la capacité de voir sous la crasse la beauté des pierres.

Et aujourd’hui ?

On a encore deux départements très peu protégés : la Savoie et la Haute-Savoie. Ce sont les maires des communes qui s’y opposent pour pouvoir garder la mainmise sur le foncier de leur territoire car le prix du mètre carré est tellement élevé que les municipalités n’ont pas envie d’être ennuyées par un monument historique et le périmètre de sécurité attenant – 500 m tout autour.

Comment l’État intervient-il aujourd’hui sur le patrimoine ?

Il se désengage de plus en plus. Il veut se débarrasser des monuments historiques qui sont sa propriété et il essaye de les donner aux collectivités locales. À certains endroits, des communes ne peuvent pas faire face à la gestion de ces monuments. Par exemple, à Grenoble, il y a le seul exemple d’un bâtiment construit par Vauban, une poudrière, à côté de la cité administrative. Il tombe en ruine.

Comment analysez-vous cette situation ?

Il semblerait que l’État garde seulement les grandes cathédrales. Mais la restauration du patrimoine, même si ça coûte cher, ça participe à l’économie ! Quand vous mettez 100€ dans la restauration d’une cathédrale, ça génère 300€ car ça fait travailler des artisans, des fabricants de matériaux, des hôtels, des restaurants, des transporteurs qui payent de la TVA… Donc ce n’est pas de l’argent perdu. Chaque année, la France accueille 80 millions de touristes. Ils ne viennent pas pour les Français mais pour la beauté de nos paysages et de notre patrimoine. C’est reconnu dans le monde entier. En Rhône-Alpes, le monument le plus visité est la basilique de Fourvière à Lyon avec plus d’un million de visiteurs par an, ce qui est beaucoup pour une ville de 200 000 habitants. L’abbaye de Brou à Bourg-en-Bresse a récemment boosté son nombre de visiteurs en étant élu monument préféré des Français dans une émission de télé. Notre région, c’est 6 millions de Rhônalpins, donc de touristes potentiels. Ce qui est compliqué est de vanter le patrimoine proche. Souvent les gens voyagent à l’autre bout du monde sans savoir ce qu’il y a à 50 mètres de chez eux.

Le patrimoine rhônalpin a-t-il des spécificités par rapport à celui d'autres régions ?

Le patrimoine le plus emblématique de notre région est le patrimoine naturel – nous hébergeons quand même le Mont-Blanc, le diamant de l’Europe – et la diversité du paysage. Que ce soient les Gorges de l’Archèche, la Drôme provençale, l’Isère, cela fait la beauté de nos paysages. Même si nous n’avons pas de grands châteaux – nous n’avons jamais été un siège royal ou féodal – et de grandes cathédrales. Notre patrimoine n'est pas identitaire comme en Bretagne ou en Alsace car, justement, c’est grand et diversifié.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 9 mai 2022 Les équipes d'ARC-Nucléart, le laboratoire grenoblois qui met le rayonnement gamma au service du patrimoine, nous ont ouvert leurs portes pour une délicieuse immersion scientifique au sein de ce lieu expérimental grenoblois, unique en France, qui...
Mardi 2 novembre 2021 La Bibliothèque d’étude et du patrimoine (BEP), rouverte au public il y a moins d’un an après des travaux de réhabilitation, se dévoile lors d’une visite spéciale le 13 novembre. L’occasion d’en savoir plus sur son architecture et les trésors...
Mardi 21 septembre 2021 Des tableaux, mais aussi une mèche de cheveux, des couverts, un bicorne... L’exposition du couvent Sainte-Cécile revient sur les dernières années de l’itinéraire singulier de Napoléon. Une belle collection d’objets et d’images, qui invite à une...
Mardi 7 septembre 2021 Pas facile de faire son marché dans le riche programme des Journées européennes du patrimoine (les 18 et 19 septembre). De notre côté, nous avons sélectionné cinq lieux en suivant un fil rouge : le patrimoine industriel. Pas sexy ?...
Samedi 17 avril 2021 Un guide de Grenoble, un ordinateur, une connexion internet haut débit, un appareil photo et un vieux VTT : voilà tout l'équipement utilisé pour la réalisation de ce premier article d’une petite série. Objectif : mettre en lumière des...
Vendredi 18 décembre 2020 Travaux terminés et conditions sanitaires respectées : les espaces de la bibliothèque d’étude et du patrimoine, boulevard Maréchal-Lyautey, seront de nouveau accessibles à partir de samedi 19 décembre après-midi. Une reprise par étapes.
Mardi 8 septembre 2020 Patrimoine / Les Journées des 19 et 20 septembre peuvent être une belle occasion de se cultiver tout en prenant l’air. Le Petit Bulletin vous propose une sélection rurale qui vous conduira à découvrir de belles ruines et de non moins somptueuses...
Mardi 7 janvier 2020 Les membres de Patrimoine et Développement se sont donné rendez-vous pour une rencontre samedi 11 janvier. L’occasion de (re)découvrir la commanderie d’Échirolles et de faire plus ample connaissance avec l’association.
Mardi 12 septembre 2017 Samedi 16 et dimanche 17 septembre, ce sont les traditionnelles Journées européennes du patrimoine. Et comme chaque année, il y aura de quoi faire, dans toutes les directions. Notamment artistiques, comme on le démontre dans cette sélection...
Mardi 18 avril 2017 Grenoble est une très vieille ville, pleine d’impressionnants vestiges des siècles passés. Mais Grenoble est également une ville en mouvement que les architectes ont continué de façonner au siècle dernier. La preuve en douze monuments phares du XXe...
Mardi 13 septembre 2016 Formule aussi pompeuse qu’un tweet de politicien, les Journées européennes du patrimoine sont toutefois bien plus intéressantes que ça. Au-delà des traditionnelles visites de musées et autres institutions culturelles, la 33e édition emprunte des...
Mardi 7 juin 2016 Grenoble n’est pas que béton : il reste en ville un patrimoine historique riche, qui pourtant s’effrite. Place de Verdun, l’Ancien musée de peinture fait partie de ces joyaux en déshérence. On a fait un tour de table pour comprendre comment on...
Mardi 15 septembre 2015 Malgré leur séduisant manteau minéral (ou synthétique!), les vieilles pierres en tout genre ne détiennent pas à elles seules la vérité de l'héritage culturel. Pour la 32e édition des fameuses Journées européennes du patrimoine qui ont lieu ce...
Mardi 15 juillet 2014 Pour découvrir le patrimoine, il y a donc les visites et les expositions. Mais il y a aussi les animations et autres fêtes, portes d’entrée originales vers un riche passé. En voici trois prévues cet été en Isère. AM
Vendredi 3 janvier 2014 Il a fallu deux ans d’inventaire pour l’exposition Patrimoine en Isère, les Vals du Dauphiné. Elle retrace l’histoire de la région dauphinoise à travers le (...)
Jeudi 5 septembre 2013 Ne nous mentons pas, les Journées du patrimoine n’évoquent pas forcément luxe, calme et volupté ; ni fun, ni sexe, ni punk, ni rock’n’roll… Ces atouts (...)
Lundi 22 octobre 2012 Cette semaine, la Cinémathèque de Grenoble fête ses 50 ans, avec un programme passionnant cherchant à éclairer ce demi-siècle consacré à la diffusion du (...)
Vendredi 9 septembre 2011 Ce week-end, le patrimoine français sera à l’honneur avec la vingt-huitième édition des traditionnelles Journées du patrimoine. Le thème retenu cette année est celui du voyage : une ligne directrice assez large pour ne pas être excluante, afin...
Vendredi 12 septembre 2008 Journées du patrimoine / Et c’est reparti pour la traditionnelle fête patrimoniale de la fin septembre. Si cette année aucune surprise n’est à attendre dans l’agglo, les rendez-vous habituels seront toujours présents. Suivez le guide… Aurélien...
Mercredi 20 septembre 2006 Événement / À l’occasion des Journées du Patrimoine ce week-end, entretien avec Geneviève Dumolard-Murienne, président de la Fédération des Associations du Patrimoine de l’Isère. Propos recueillis par Damien Grimbert
Mercredi 19 septembre 2007 Événement / À l’occasion des 24e Journées du Patrimoine, entretien avec Marianne Taillibert, chargée de communication à la Direction de la Culture et du Patrimoine. Propos recueillis par Damien Grimbert

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter