Le Voyage d'Arlo

Le Voyage d'Arlo
De Peter Sohn (ÉU, 1h35) avec Jean-Baptiste Charles, Eric Cantona...

Après avoir conquis les esprits et les cœurs au printemps grâce à "Vice-Versa", le studio Pixar sort son second film de l’année. Est-ce une si bonne nouvelle que cela ?

Comme il y a des années à treize lunes, 2015 aura donc été celle aux deux Pixar. Mais le calendrier se révèle aussi implacable que trompeur : sorti après Vice-Versa, Le Voyage d’Arlo aurait dû le précéder d’un an, si son réalisateur initial Bob Peterson n’avait pas été remercié, et si surtout le projet avait été plus solide. Malgré les changements d’équipes, les remaniements de scénario ; malgré enfin la garantie de qualité théorique que constitue le label Pixar, c’est un film malade qui nous est donné à voir. Aussi bancal et minuscule que le héros-titre au sortir de son œuf immense et prometteur.

Oh, la technique n’est pas en cause : la représentation des décors et de la nature frise la perfection… jusque dans ses imperfections ; quant à la relative laideur des personnages (ou, à tout le moins, leur graphisme sommaire, digne d’un patatoïde de classe maternelle), elle semble destinée à rappeler au spectateur qu’il se trouve bien devant un univers factice, un simulacre de monde, et non des prises de vues réelles. Le plus désolant en effet, c’est le manque de fluidité dans une narration faite de soubresauts et d’entrechocs ; l’extrême prévisibilité de ce Voyage initiatique, dépourvu d’imprévu et à l’issue convenue.

Dino bizuté

Pourtant, il y avait matière… Car toute l’histoire repose sur un postulat astronomico-uchronique astucieux : au lieu de s’écraser dans la péninsule du Yucatán il y a 65 millions d’années, la fameuse comète responsable de l’extinction des dinosaures se contente ici de frôler la Terre. Par suite, les sauriens évoluent et coexistent avec les humains – ce qui tient davantage de l’extrapolation amusante que de la vraisemblance scientifique.

Au passage, voilà qui justifie les affiches montrant un enfant et un saurien, et rassure ceux qui pouvaient craindre que Pixar (ou la maison-mère Disney) se soit commis dans la promotion explicite du créationnisme. Enfin et surtout, l’initiation du petit dinosaure se fait dans la douleur, sans concession ni atténuation cosmétique de la violence du monde. Comme dans la vraie vie, le malingre Arlo est confronté à la mort, à la peur, à l’humiliation, aux coups… bref, à une telle avalanche de sentiments négatifs et d’avanies qu’on s’attend à ce qu’une assistante sociale exige son placement. Cette rudesse troublante, qu’aucune joie ou presque ne contrebalance, achève de plomber un film qui, paradoxalement, a l’air inachevé…

Le Voyage d'Arlo
De Peter Sohn (ÉU, 1h35) animation

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 11 mars 2022 Signé par la prodige Domee Shi, le nouveau Pixar, "Alerte Rouge", confirme la suprématie du studio satellite de Disney mais hélas ne bénéficie pas d’une sortie en salle : à l’instar de "Soul" et de "Luca", il n'est visible que sur la plateforme...
Mardi 19 octobre 2021 De la mémoire comme un bien précieux à préserver, pour qu’une vérité historique non corrompue soit transmise par-delà les années… Ce qui est, somme toute, la raison (...)
Lundi 2 juillet 2018 De retour à l’animation après une parenthèse en prises de vues réelles, Brad Bird donne une suite superlative à ses "Indestructibles", où le divertissement n’exclut pas le politique. La marque de Pixar.  
Lundi 27 novembre 2017 Un petit Mexicain parcourt le Royaume des Morts pour déjouer une malédiction familiale et obtenir une bénédiction en retour. Coutumier des quêtes en milieu hostile ("Monstre & Cie", "Le Monde de Nemo"), Lee Unkrich pousse plus loin le curseur et...
Mardi 16 juin 2015 "Vice-Versa", chef-d’œuvre absolu signé Pete Docter, est un nouveau cap pour la révolution initiée depuis vingt ans par les studios Pixar dans le cinéma d’animation. Ou comment une bande de geeks est venue bousculer le monstre Disney, qui n’est pas...
Mardi 16 juin 2015 Les studios Pixar et Pete Docter donnent une singulière lecture de ce que l’on appelle un film-cerveau en plongeant dans la tête d’une fillette de onze ans pour suivre les aventures de… ses émotions ! Aussi ambitieux qu’intelligent, drôle, émouvant...
Dimanche 7 juillet 2013 Déception pour le nouveau Pixar : la greffe entre l’univers de "Monstres et Cie" et celle du film de campus ne prend qu’à moitié, et le scénario paraît bien attendu par rapport à celui du précédent "Rebelle". Christophe Chabert
Mercredi 15 ao?t 2012 Mais qui arrêtera les studios Pixar ? Leur retour à une histoire originale après deux prolongations de franchises maison donne lieu à une pure merveille, chef-d’œuvre scénaristique et leçon de mise en scène animée.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter