"Steve Jobs" : Boyle et Sorkin réinventent le biopic

Steve Jobs
De Danny Boyle (ÉU, 2h02) avec Michael Fassbender, Kate Winslet...

Après s’être notamment égaré en racontant les tribulations gore d’un randonneur se sciant le bras pour survivre (“127 heures”), Danny Boyle avait besoin de se rattraper. Il fait le job avec une évocation stylisée du patron d’Apple, première super-pop-star économique du XXIe siècle. Vincent Raymond

« Penser “différent” »… Érigé en précepte par Steve Jobs lui-même, le slogan exhortant à la rupture créative et intellectuelle semble avoir guidé le scénariste Aaron Sorkin et le réalisateur Danny Boyle dans ce travail d'adaptation de la biographie (autorisée) du charismatique fondateur d’Apple : un pavé signé par Walter Isaacson détaillant par le menu l’existence de Jobs et listant les innovations à mettre à son actif. Plutôt que de se lancer dans une illustration chronologique standard, visant l’exhaustivité en suivant le sempiternel et prévisible « sa vie, son œuvre », l’un et l’autre ont emprunté un chemin de traverse.

Jobs ayant été, au-delà de toutes les controverses, une manière de stratège imposant sa vision d’une réalité distordue (et finalement, modelant la réalité à ses désirs), Sorkin et Boyle lui ont donc taillé un écrin biographique hors norme. Pour le cinéaste, cela passait par l’abandon de marques de fabrique virant au tic, comme les effets de montage épileptoïdes ou le recours à une bande originale utilitaire, marqueur temporel ou folklorique. Pour l’auteur du script, par la conception d’une sorte de mise à jour logicielle du biopic traditionnel – on est las de ce mode ancien.

Un sursaut nécessaire dans l’art de dépeindre une vie à l’écran, aussi décisif que le passage de l’hagiographie lénifiante d’antan à la biographie objective et nuancée, et qui aboutit à cette évocation épurée, ce concept minimaliste de biopic ultra-métonymique. Car ici, trois instants-clés suffisent à croquer l’homme à la pomme ; trois moments décisifs qui, non seulement, ont bouleversé sa trajectoire personnelle, mais infléchi la destinée de son entreprise – voire, par ricochet, la société de consommation.

Strict jusqu'au trognon

Trois actes se déroulant en temps réel sans donner pour autant une impression de théâtre filmé. Chacune des séquences composant Steve Jobs se situe en effet dans les coulisses d’un de ces lancements (Macintosh 1984, NeXT 1988, iMac 1997) dont le PDG était friand, et durant lesquelles il se plaçait à côté de ses nouveautés électroniques, sous les feux des projecteurs. Des événements spectaculaires contribuant à édifier la statue du Jobs convivial dealer de jouets magiques et futuristes ; à lui conférer un statut de star du nouveau siècle. Au point, d’ailleurs, qu’il finit par en adopter rituels et attributs – telle son immuable garde-robe. N’étaient ces satanés ordinateurs, on croirait partager l’intimité d’une vedette des planches avant sa représentation, entre Opening Night (1978) de Cassavetes et Birdman (2015) de Iñarritu !

Saturée d’adrénaline, labourée par les techniciens effectuant les ultimes réglages précédant le lever de rideau, cette ambiance de frénésie contenue catalyse la cristallisation des contentieux et l’expression des secrets relégués dans le filigrane des jours ordinaires. Au cours de longs échanges, éraflés par de brefs flash-backs surgissant comme des gifles, Jobs solde ses comptes avec ses proches : son ex-compagne et mère de sa fille Lisa (longtemps non reconnue), son ancien alter ego Steve “Woz” Wozniak ou encore John Sculley, le PDG qu’il avait débauché de Pepsi et qui le vira.

Ceux-ci apparaissent soit comme des pions servant son ambition de perfection, soit comme des obstacles l’entravant – les machines ne sont donc pas seules à raisonner en mode binaire. Parano, mégalo et obsessionnel, Jobs ne s’embarrasse d’aucune considération affective, excepté lorsqu’il s’agit de sa fille : l’écho de sa propre jeunesse d’enfant adopté, combiné aux injonctions de la justice et de sa garde rapprochée, le poussent à lui délivrer des preuves d’amour. Mais il n’y parvient que d’une manière geek, c’est-à-dire logoté d’une pomme.

Supposé ne montrer que les montées au pinacle du capitaine d’industrie, Steve Jobs révèle en creux les faillites d’un individu incapable d’entretenir un lien humain, ne s’accomplissant qu’à travers l’harmonie rassurante et symétrique d’un appareil designé par ses soins. D’un être, enfin, qui eût sans doute aimé rêver de moutons électriques, mais que la maladie rappela ironiquement à sa condition humaine et organique…

Des pépins avant la pomme

Aussi froidement splendide que méthodiquement réalisé, Steve Jobs revient pourtant de loin, la phase de pré-production ayant connu plus de plantages qu’un système d’exploitation en bêta-test. Initialement, Aaron Sorkin et David Fincher auraient dû reformer la paire gagnante de The Social Network (2010). Mais le cinéaste quitta rapidement le projet, mécontent de se voir imposer Christian Bale comme interprète principal par les studios. Une noria de quadra bankable se succéda pour reprendre le rôle (de Di Caprio à Bradley Cooper), lequel échut à Michael Fassbender, pas le plus ressemblant, mais pas le moins habité non plus : ici c’est l’intensité qui prime, la faculté à susciter l’identification ; non à contrefaire l’original par des mimiques.

La logique commanderait que Sorkin rempile et poursuive son De viris illustribus de la Silicon Valley. Après le portrait vitriolé du fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, manque encore à son tableau de chasse une geste "microsoftienne". Ses talents d’auteur seraient mis à rude épreuve dans cet exercice, tant il paraît peu crédible de représenter le binoclard rachitique Bill Gates en preux chevalier conquérant. Quoique, dans une comédie, incarné par Woody Allen…

Steve Jobs, de Danny Boyle (É.-U., 2h02), avec Michael Fassbender, Kate Winslet, Seth Rogen, Jeff Daniels…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 1 juillet 2019 Un musicien sans succès se retrouve seul au monde à connaître le répertoire des Beatles et se l’approprie : sa vie change alors radicalement. Après "Steve Jobs", Danny Boyle reste dans l’univers Apple pour cette fable morale, musicale et nostalgique...
Lundi 18 décembre 2017 Dans "La Promesse de l'aube", Pierre Niney enfile un nouveau costume prestigieux : celui d’un auteur ayant au moins autant vécu d’existences dans la vraie vie que dans ses romans, Romain Gary. Rencontre avec un interprète admiratif de son...
Mardi 4 juillet 2017 Retour à une forme plus narrative pour le désormais prolifique Terrence Malick, qui revisite ici, avec des grands noms (Natalie Portman, Ryan Gosling, Michael Fassbender,  Rooney Mara...), le chassé-croisé amoureux dans une forme forcément...
Mardi 9 mai 2017 Après une patiente incubation, Ridley Scott accouche, avec "Alien : Covenant", de son troisième opus dans la vieille saga "Alien" (débutée en 1979), participant de son édification et de sa cohérence. Cette nouvelle pièce majeure semble de surcroît...
Vendredi 24 février 2017 Vingt ans après avoir entubé son monde dans "Trainspotting", Mark (Ewan McGregor) règle ses dettes avec les intérêts. Quant au réalisateur Danny Boyle, il fait sagement fructifier le capital sympathie de ses défoncés en dealant du shoot visuel...
Mardi 7 février 2017 Que faire lorsqu'on est en couple et cinéphile — mais aussi quand on est cinéphile et en quête de l’âme sœur ? Se rendre dans une salle obscure, pardi ! (...)
Mardi 20 décembre 2016 Le jeu vidéo culte trouve une nouvelle vie au cinéma grâce à Justin Kurzel et des stars comme Michael Fassbender, Marion Cotillard ou encore Jeremy Irons. Sauf que cette vie-là tombe totalement à plat.
Mardi 20 décembre 2016 Après avoir campé dans "Steve Jobs" un créateur d’ordinateur, Michael Fassbender endosse pour l’adaptation du jeu vidéo "Assassin’s Creed" le double rôle de Cal et d’Aguilar, coiffant en sus la casquette de coproducteur. Il mise gros jeu…
Lundi 28 novembre 2016 L’intenable comédien et réalisateur canadien Seth Rogen, ici coscénariste, imagine un monde où les aliments d’un grand magasin vivent heureux dans la chaste attente du Paradis. Jusqu’à ce qu’une saucisse impatiente de fourrer (sic) un petit pain ne...
Mardi 17 mai 2016 En mettant ses mutants aux prises avec le premier d’entre eux, Apocalypse, Bryan Singer boucle une seconde trilogie des X-Men épique. Et montre que, de tous les réalisateurs de productions Marvel déferlant sur les écrans ces temps-ci, c’est bien lui...
Mardi 1 mars 2016 Alors que le film "Steve Jobs" est toujours sur les écrans, on s’intéresse à l’association grenobloise Aconit, qui se présente comme « un conservatoire de l’informatique et de la télématique ». Après plus de dix ans dans des locaux trop petits, elle...
Mardi 2 février 2016 Alors que sort ce mercredi 3 février le très attendu "Steve Jobs" de Danny Boyle, retour sur la figure du boss d'Apple dans les films de cinéma ou de télévision, que ça soit dans des fictions ou des documentaires.
Mardi 5 janvier 2016 Après une année cinématographique 2015 marquée par une fréquentation en berne (plombée surtout par un second semestre catastrophique du fait de l’absence de films qualitatifs porteurs), quel sera le visage de 2016 ? Outre quelques valeurs sûres, les...
Mardi 5 mai 2015 De et avec Alan Rickman (Ang-Fr-ÉU, 1h57) avec Kate Winslet, Matthias Schoenaerts…
Mardi 3 février 2015 De Lenny Abrahmson (Irl, 1h35) avec Michael Fassbender, Domhnall Gleeson, Maggie Gyllenhaal…
Mardi 20 mai 2014 Pour son retour à la mythologie X-Men, Bryan Singer signe un blockbuster stimulant visuellement, intellectuellement et politiquement, où il se plaît à courber l’espace et le temps, dans sa narration comme dans la chair de ses plans. Christophe...
Mardi 29 avril 2014 De Jason Reitman (ÉU, 1h51) avec Kate Winslet, Josh Brolin…
Mardi 8 avril 2014 De Neil Burger (ÉU, 2h19) avec Shailene Woodley, Theo James, Kate Winslet…
Mercredi 15 janvier 2014 Après "Hunger" et "Shame", Steve McQueen adapte l’histoire vraie de Solomon Northup, homme libre devenu esclave, mais hésite entre grande forme hollywoodienne et effets de signature, entre son héros au parcours édifiant et l’esclavagiste fascinant...
Mardi 12 novembre 2013 La rencontre entre Cormac McCarthy et le vétéran Ridley Scott produit une hydre à deux têtes pas loin du ratage total, n’était l’absolue sincérité d’un projet qui tourne le dos, pour le meilleur et pour le pire, à toutes les conventions...
Mardi 23 avril 2013 De Danny Boyle (Ang, 1h35) avec James MacAvoy, Vincent Cassel, Rosario Dawson…
Mercredi 30 janvier 2013 Quand il entreprend de tourner Psychose, Alfred Hitchcock sort du triomphe de La Mort aux trousses, un projet qu’il a longuement mûri et qui marque (...)
Jeudi 20 décembre 2012 De Gilles Bourdos (Fr, 1h51) avec Michel Bouquet, Vincent Rottiers, Christa Theret…
Vendredi 16 décembre 2011 La rivalité entre Freud et son disciple Carl Gustav Jung, un sujet complexe mais idéal pour David Cronenberg, qu’il rend passionnant pendant 45 minutes, avant de laisser la main à son scénariste, l’académique Christopher Hampton. Christophe Chabert
Vendredi 2 décembre 2011 Huis clos à quatre personnages tiré de la pièce «Le Dieu du carnage» de Yasmina Reza, le nouveau film de Roman Polanski est une mécanique diabolique et très mordante, sur la violence masquée derrière les apparences sociales, avec un quatuor de...
Vendredi 2 décembre 2011 Révélé par l’uppercut Hunger, le tandem Steve McQueen (réalisateur) et Michael Fassbender (acteur) enfonce le clou avec Shame, portrait entre extase et agonie d’un trader atteint de dépendance sexuelle, porté par un geste de cinéma extraordinaire de...
Mardi 24 mai 2011 Sous l’impulsion de Matthew Vaughn et de son producteur Bryan Singer, ce reboot de la saga mutante a le mérite de poser de bonnes questions, et nous venge avec les honneurs des récents blockbusters super-héroïques. François Cau
Mercredi 16 février 2011 de Danny Boyle (ÉU-Ang, 1h35) avec James Franco…
Jeudi 10 septembre 2009 Pour son deuxième long-métrage, Andrea Arnold filme à juste distance du style et du réalisme la quête identitaire et familiale d’une ado sauvage qui se rêve danseuse de hip-hop. La révélation de la rentrée. Christophe Chabert
Lundi 19 janvier 2009 de Sam Mendes (ÉU, 2h05) avec Leonardo Di Caprio, Kate Winslet…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter