Anomalisa

Anomalisa
De Charlie Kaufman et Duke Johnson (ÉU, 1h31) avec David Thewlis, Jennifer Jason Leigh...

Comme David Lynch, Charlie Kaufman fait partie de ces gens qui, sans le cinéma, seraient à coup sûr devenus un peu fous dans leur tête. Explorant leurs insondables mondes intérieurs, les films qu’ils conçoivent défrichent et déchiffrent des territoires cinématographiques fascinants. C’est encore le cas avec “Anomalisa”, sa première animation en stop-motion… Vincent Raymond

Depuis ses débuts comme scénariste de Spike Jonze ou de Michel Gondry, Charlie Kaufman tire de son crâne des histoires cousines, où les protagonistes éprouvent brutalement une modification dans leur perception de la réalité et sont confrontés à des événements pouvant évoquer des symptômes schizophréniques : surgissement de personnages uniformes ou incarnant l’altérité, disparitions soudaines… Habituellement dévolu à des thrillers ou des films d’épouvante, ces thèmes ont ainsi emprunté avec Kaufman de multiples variations, abordant la comédie surréaliste (Dans la peau de John Malkovich) comme le drame romantique (Eternal Sunshine of the Spotless Mind).
Nourri de ses expériences d’auteur, le scénariste a pris parallèlement un tournant plus radical et personnel.

Il poussa en effet son questionnement à l’extrême, pour deux films usant de la mise en abyme et interrogeant l’acte de création : Adaptation (2002) et Synecdoche, New York (2008). Deux œuvres emboîtées sur elles-mêmes, contenant moins de résolutions que d’interrogations, cependant cohérentes avec la démarche de Kaufman dont elles dévoilaient la tortueuse progression – elles demeuraient difficiles à appréhender sans exégète ou psy à portée de divan. De longues années de silence suivirent la dernière, rompues en beauté(s) par Anomalisa.

Retour à l'anormal

Beauté formelle, tout d’abord, de ce film d’animation en stop-motion. Un procédé de bénédictin, dont on se demande pourquoi Kaufman n’y a pas eu recours plus tôt (surtout à l’époque où il travaillait pour ce bricoleur de Gondry) tant l’infini de ses possibilités et sa philosophie mécanique se révèlent en adéquation avec son univers. Ressemblant suffisamment à des humains pour susciter un trouble, et cependant identifiables comme des marionnettes dont elles conservent la raideur, les figurines “interprétant” le film créent un simulacre de réalité comparable à l’état de confusion vécu par les personnages. Empruntés, maladroits, un brin pathétiques, ils sont hurlants de vie, grâce aux voix qui contribuent à effacer leur essence non-humaine.

Beauté subtile, ensuite, de ce conte (très) moral épuré, évoquant comme Lost in Translation de Sofia Coppola (dont il partage l’atmosphère mordorée d’un hôtel impersonnel) l’ultra moderne solitude contemporaine flottant dans ces non-lieux anonymes et autres espaces intermédiaires que sont les villes. Beauté triste, enfin, de sa conclusion fataliste : il est illusoire de se bercer d’illusions dans notre monde conformiste.

Anomalisa de Charlie Kaufman & Duke Johnson (E.-U., 1h31) animation

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Cinéma...

Lundi 9 mai 2022 Trois ans après sa dernière “édition normale“, le Festival du cinéma italien de Voiron est enfin de retour au printemps en salle. Avec un programme dense, des invités et… sa désormais célèbre pizza géante. A tavola !
Vendredi 22 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers ("Ce sentiment de l’été", "Amanda"…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Lundi 11 avril 2022 Alors que quelques-unes de ses œuvres de jeunesse bénéficient actuellement d’une ressortie dans des copies restaurées en 4K grâce au travail toujours (...)
Mardi 12 avril 2022 Un film de 8 heures qui raconte l'histoire d'activistes débutants, qui s'attaquent, à Grenoble, à des sites techno-industriels... C'est la projection que propose le 102, dimanche 17 avril.
Lundi 11 avril 2022 Piochés dans une carrière où l’éclectisme des genres le dispute à la maîtrise formelle et à l’élégance visuelle, les trois films de Mankiewicz proposés par le Ciné-club rappellent combien moderne (et essentiel) demeure son cinéma. On fonce !
Mardi 12 avril 2022 Né sous les auspices de la Cinéfondation cannoise, coproduit par Scorsese, primé à Avignon, "Murina" est reparti de la Croisette avec la Caméra d’Or. Une pêche pas si miraculeuse que cela pour ce premier long-métrage croate brûlé par le sel, le...
Mardi 29 mars 2022 Il s’agit désormais d’une tradition bien établie : chaque année, le festival Ojo Loco rend hommage au cinéma de genre le temps d’une nuit (agitée !) à (...)
Mardi 29 mars 2022 Aussi singulière soit l’histoire d’un voyage, il y a toujours un fond d’universel qui parle à chacun. Le festival isérois Les clefs de l’aventure n’existe (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X