Merci Patron !

Merci patron !
De François Ruffin (Fr, 1h30) documentaire

Jusqu’alors peu connu du grand public, le journal alternatif "Fakir" s’offre un splendide coup de pub en divulguant son opération de flibuste victorieuse contre la deuxième fortune française Bernard Arnault. De l’extorsion de fonds ? Non ; de justes représailles… Vincent Raymond

Le patron de Fakir, François Ruffin, doit jubiler du bon tour qu’il joue à Bernard Arnault, inflexible capitaine d’industrie aussi jaloux de ses profits que de sa discrétion. Car avec son documentaire branquignolesque, tenant plus du carnet de notes filmé potache que de l’investigation orthodoxe, il dresse non seulement un bilan de “l’action bienfaisante” du brillant milliardaire au sein des filatures de Nord-Picardie, mais il donne surtout des visages et des noms à ses victimes directes : les Klur, une famille d'ouvriers déclassés promis à une misère noire.

Puisque Bernard Arnault a fabriqué sa fortune en pratiquant de-ci de-là des entorses à la vérité (prétendant, par exemple, que sa marque Kenzo fabriquait en France alors que les usines étaient délocalisées en Pologne ou ailleurs), et de grosses fractures à l’éthique (si ce n’est pas amoral d’entasser autant de fric par pure avidité, en laissant crever toute une région…), Ruffin use de ruses pour lui faire restituer une partie de son butin. Ses armes principales étant la menace de bruit médiatique et son air de crétin inoffensif ; parfait pour tourner en ridicule un hyper-patron.

Comment se payer sur la bête

Avec son allure d’étudiant attardé, promenant son équanimité et sa fausse ingénuité d'usines sinistrées en coulisses des AG du groupe de Bernard Arnault, Ruffin n’est pas sans rappeler le documentariste Pierre Carles (Pas vu, pas pris). Il possède la même dérision pince sans-rire, une obstination comparable et cette incomparable faculté de piéger ses interlocuteurs – lesquels, aveuglés par leur cynisme et leur suffisance, ne voient en lui qu’une mouche du coche, voire un ahuri de seconde zone.

Or si Ruffin fait l’âne, c’est pour avoir du son. Et il en obtient suffisamment pour nourrir une étable : sous nos yeux se dévoilent les membres de la garde rapprochée du nabab, issus des cercles politiques en exercice ou des services spéciaux à la retraite. Ils se prennent pour de grands fauves ; ils seront piégés aussi aisément que des souris.

Pour rester dans la métaphore animalière, Merci Patron ! évoque la fable du Corbeau et du Renard, où le volatile se pensant intouchable se fait stupidement avoir par la flatterie – donc, par la parole. Ici, les mots sont plus durs que doux, mais le résultat est le même : le vautour finit par lâcher son fromage. Sans perdre beaucoup de plumes…

Merci Patron ! de François Ruffin (Fr., 1h24) documentaire

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 3 décembre 2021 Dans la ville de Memphis, touchée comme de nombreuses métropoles américaines par une violence endémique dans ses quartiers les plus déshérités, la Stax Music (...)
Mardi 19 octobre 2021 Alors comme ça on ne causerait plus périples et destinations exotiques au Grand Bivouac, premier festival de France consacré au voyage ? La question se (...)
Mardi 5 octobre 2021 Député et tête d’affiche du parti La France Insoumise, François Ruffin sort un nouveau documentaire, après le très remarqué Merci Patron ! césarisé en 2017, et J'veux (...)
Mardi 11 juin 2019 En parallèle de la Coupe du monde de football féminin est organisé partout en France ce festival de cinéma sous-titré « dribbler la différence ». On s'est penchés sur sa déclinaison grenobloise.
Mardi 11 octobre 2016 Franc-tireur depuis,  déjà,  un quart de siècle, vitrioleur de la complaisance entre les médias et les sphères de pouvoir, compagnon logique de la (...)
Mardi 15 mars 2016 de Ayat Najafi (All./Fr., 1h31) avec Sara Najafi, Parvin Namazi, Sayeh Sodeyfi…
Mardi 26 janvier 2016 De Jacques Perrin & Jacques Cluzaud (Fr., 1h37) documentaire
Jeudi 14 novembre 2013 « Devant une si belle exposition, notre Rajasthanais, qui n’avait connu jusque-là que l’austérité de ses modestes demeures indiennes, eut tout simplement (...)
Lundi 31 octobre 2011 Festival / Pour leur quinzième édition, les rencontres Ethnologie et Cinéma prennent en considération les différentes crises secouant actuellement notre monde (...)
Lundi 31 janvier 2005 Cinéma / En pleine (r)évolution ces dernières années, le film documentaire bénéficie d’un public de plus en plus curieux. Les Etats Généraux du Documentaire de Lussas nous proposent cette année une programmation embrassant ce nouvel engouement et...
Mercredi 21 mars 2007 Avec Volem rien foutre al pais, Pierre Carles poursuit son projet filmique et politique autour de la question du (non) travail, et revendique son indépendance actuelle. Interview. Propos recueillis par CC

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter