Rachid Ouramdane et Yoann Bourgeois, patrons sur mesure

Minuit, tentatives d'approche d'un point de suspension



ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Alors qu’ils vont chacun présenter une pièce début mars dans l’agglo, on est partis à la rencontre de Yoann Bourgeois et Rachid Ouramdane, les tout nouveaux directeurs du Centre chorégraphique national de Grenoble qui succèdent ainsi à Jean-Claude Gallotta. Quel est leur projet commun vu que l’un vient des arts du cirque et l’autre de la danse contemporaine ? Réponses.

Depuis le 1er janvier 2016, le Centre chorégraphique national de Grenoble (CCNG), précédemment dirigé pendant plus de trente ans par le ponte de la danse contemporaine Jean-Claude Gallotta, a deux directeurs à sa tête : Rachid Ouramdane et Yoann Bourgeois. Une configuration bicéphale inédite, d’autant plus que l’un des deux (Yoann Bourgeois) vient des arts du cirque : une petite révolution dans le paysage un brin figé des centres chorégraphique nationaux. « Notre duo est né étape par étape. Ça faisait quelques années qu’on se croisait, on était spectateur attentif du travail de l’autre. Et on s’est davantage rencontrés en tant que personne lors des réflexions autour d’un possible nouvel outil pour la danse à la MC2 » explique Yoann Bourgeois.

Ce « nouvel outil », baptisé un temps hub, était très ambitieux, mais le Ministère de la culture a finalement fait machine arrière et conservé la forme centre chorégraphique national (en place depuis le début des années 1980), alors que les autres partenaires publics (comme la Ville de Grenoble) semblaient convaincus par ce hub. Rachid Ouramdane : « Finalement, il y a eu un appel à candidatures plus classique auquel on a répondu de façon pas très classique ! »

« Un lieu très pluridisciplinaire »

« Pour le CCNG, on a imaginé un lieu de création autour des arts du geste qui soit dynamique et corresponde à son temps » (Rachid Ouramdane). Les « arts du geste » donc, pour imbriquer pleinement la danse et le nouveau cirque. « Mais ce n’est pas une nouvelle discipline. Les arts du geste, c’est simplement une expression qui permet de déjouer la question disciplinaire » (Yoann Bourgeois).

Sachant que les frontières entre les univers des deux artistes ne sont pas si évidentes, comme le résume Rachid Ouramdane. « Aujourd’hui, je suis une sorte d’ambassadeur incarnant la danse dans ce qu’elle a de plus profond alors que je viens quand même de me taper vingt années de parcours chorégraphique où l’on se demandait souvent si je faisais de la danse ! Mais comme aujourd’hui je viens de faire deux ou trois projets où ça danse un peu plus, ça y est, je serais le danseur et lui le circassien ! Mais les premières pièces de Yoann étaient beaucoup plus chorégraphiques que les miennes. »

Un mariage qui prend tout son sens sur le papier en cette période où les artistes semblent justement ne plus faire cas des barrières entre les disciplines. Du coup, Rachid Ouramdane l’assure, « ce centre chorégraphique sera un lieu très pluridisciplinaire et transversal, d’où la complicité avec la MC2. On ne sera pas le circassien et le chorégraphe de la MC2 ». Au fil des saisons, on pourra souvent voir à la maison de la culture les spectacles des deux directeurs ainsi que ceux des artistes qu’ils soutiennent.

« Régénérer les institutions »

À 34 (Yoann Bourgeois) et 44 ans (Rachid Ouramdane), les voici donc officiellement directeurs d’une machine qui ne leur permettra plus d’être "seulement des créateurs" (un CCN a de nombreuses missions outre celle de création – la diffusion, la médiation avec les publics, la formation…). Pourquoi avoir postulé à la tête d’un mastodonte comme le CCNG alors que la carrière de chacun était déjà très bien avancée, tant au niveau national qu’international ?

Yoann Bourgeois : « C’est sûr qu’économiquement, on n’avait tous les deux pas besoin d’un CCN pour produire nos pièces. Mais c’est une sorte d’engagement politique : on veut régénérer les institutions avec la singularité de nos pratiques. Et d’un point de vue plus personnel, il y a aussi le besoin de changer de temporalité, de ne plus voir projet après projet mais de pouvoir inscrire un processus au long cours. » Rachid Ouramdane : « Peut-être que certains nous ont appris à voir un CCN comme leur compagnie. Pour nous, aller vers un CCN, c’est faire plus que ce que l’on fait en tant que compagnie. On n’est pas tant là pour le bâtiment et ses moyens que pour la qualité de temps qu’il va nous permettre d’avoir. »

Ils pourront ainsi développer leur ambition pour le CCNG, qu’ils voient comme un outil plein de possibles. Rachid Ouramdane : « On veut s’’inscrire dans l’ADN de la ville. Il faut une forme de quotidienneté avec la ville. » Avec l’envie de sortir épisodiquement des murs de la MC2, d’investir divers lieux de Grenoble. Ils iront par exemple régulièrement à la rencontre de la population, notamment lors d’événements baptisés "Grands rassemblements". Un premier est envisagé pour juin, afin de véritablement lancer leur aventure CCN.

D’ici là, on pourra les croiser début mars avec des spectacles : Minuit, tentatives d'approches d'un point de suspension pour Yoann Bourgeois, programme fait de plusieurs petites formes (il sera même interprète dans certaines) ; et L’Émoi du monde pour Rachid Ouramdane, soirée faite de deux pièces dont l’une convoquera sur scène vingt-quatre danseurs du Ballet de l’Opéra de Lyon.

Minuit, tentatives d'approches d'un point de suspension, mardi 1er et mercredi 2 mars à l’Odyssée (Eybens)

L’Émoi du monde, du mercredi 2 au vendredi 4 mars à la MC2

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 31 janvier 2022 Après Möbius, l’ancien codirecteur du CCN2 Rachid Ouramdane propose avec Corps extrêmes un travail de recherche sur l’envol, et plus largement sur le dépassement de soi. Il entoure ses huit acrobates de deux sportifs jusqu’ici étrangers aux plateaux...
Mardi 18 janvier 2022 Au moment où nous écrivons cette brève, il reste seulement une dizaine de places à la vente sur les deux soirs – mardi 25 et mercredi 26 janvier. Après un (...)
Vendredi 2 juillet 2021 Le Centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2) piloté par Yoann Bourgeois propose, samedi 3 et dimanche 4 juillet, un nouveau Grand Rassemblement, cette fois en Chartreuse. Au vu des précédents, ce sera sûrement un grand et original moment...
Vendredi 26 février 2021 Début février, le circassien et chorégraphe Yoann Bourgeois, codirecteur depuis 2016 du centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2), a été mis en cause dans une vidéo anonyme laissant entendre qu’il aurait pu plagier d’autres artistes. On a...
Vendredi 5 février 2021 L'équipe du Petit Bulletin est repartie à la rencontre des compagnies de théâtre et de danse pour recueillir leurs impressions sur la crise sanitaire et l'évolution de leur travail au quotidien. Cinq d'entre elles nous ont répondu pour témoigner de...
Mardi 23 juin 2020 Après une fin de saison largement amputée du fait de l’épidémie de coronavirus qui a contraint le monde culturel à se mettre en pause dès la mi-mars, les salles de spectacles de l’agglomération grenobloise se tournent vers l’avenir. Et ont, pour la...
Mardi 21 janvier 2020 Pour créer, Rachid Ouramdane aime partir à la rencontre de l’autre, qu’il soit artiste ou non. Le co-directeur du Centre chorégraphique national de Grenoble a récemment choisi de travailler avec la Compagnie XY, une troupe d’acrobates....
Lundi 10 juin 2019 On l’a écrit lors des précédentes éditions, on fait de même pour cette cinquième prévue samedi 15 et dimanche 16 juin aux alentours du Théâtre municipal de Grenoble et de la place Saint-André : les Grands Rassemblements pilotés par le Centre...
Lundi 11 juin 2018 Samedi 16 et dimanche 17 juin, le Centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2) et ses partenaires investissent la Bifurk pour un week-end de spectacles, ateliers, concerts, rencontres & co qui donne très envie. Le nom de l’événement ?...
Mardi 23 mai 2017 Samedi 27 et dimanche 28 mai, le centre d’art le Magasin des horizons va accueillir la deuxième édition du Grand Rassemblement proposé par le Centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2). Au programme : des spectacles, des performances,...
Mardi 13 décembre 2016 Mardi 20 et mercredi 21 décembre à la MC2, la danse (au sens large) sera à la fête grâce au Centre chorégraphique national de Grenoble dirigé depuis un an par Rachid Ouramdane et Yoann Bourgeois. Voilà qui donne très envie.
Jeudi 6 octobre 2016 « En trouvant super naze de mettre les gens dans des cases » chantait Vincent Delerm dans son morceau "Catégorie Bukowski". Ouais, on a des références au PB. Et on n’obéit pas forcément au chanteur en livrant une sélection on ne peut...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter