Éric Piolle et Corinne Bernard : « Si ça frotte, c'est peut-être qu'on est au bon endroit »

« Oui, on aime la culture » nous déclarait en 2014, juste après la victoire d’Éric Piolle à la mairie de Grenoble, Corinne Bernard, nouvelle adjointe aux cultures de la Ville. Elle répondait ainsi aux inquiétudes soulevées par l’arrivée au pouvoir de cette équipe à la base peu diserte sur la politique culturelle qu’elle souhaitait mettre en place. Deux ans plus tard, les relations entre le monde de la culture et l’équipe municipale ne sont pas au beau fixe, entre incompréhension et défiance. On a du coup sollicité Éric Piolle et Corinne Bernard pour parler avec eux de tout ça. Ils ont accepté. Magnéto.

Depuis votre victoire en mars 2014, les tensions avec le milieu culturel s’amplifient, comme on a pu le constater en septembre dernier lors d’un Chantier des cultures houleux…

Éric Piolle : Il y a toujours un besoin de rencontre et de débat autour la chose culturelle, c’est normal. Et ce débat passe forcément par des moments de tension d’abord parce qu’il y a une histoire de vivacité culturelle à Grenoble, et aussi parce que, partout en France, le modèle culturel change. On a vécu une grande époque Malraux, une grande époque Lang, finalement on amorce un peu partout ce qui va suivre…

Corinne Bernard : À notre arrivée en 2014, il y a eu de notre part une envie de se rencontrer, de se voir tous ensemble : c’était la proposition du Chantier des cultures [des moments ouverts à tous les citoyens – NDLR]. Pour affiner nos axes culturels, travailler sur des propositions plus précises – l’art dans l’espace public, la place des usagers, des spectateurs, des acteurs…

On a finalement vu que cette forme n’était pas satisfaisante : on était beaucoup trop nombreux pour vraiment se rencontrer – on est allés jusqu’à 600 ! Du coup, on va plutôt être sur des petits groupes de travail. Ça a commencé et ça fonctionne plutôt bien d’ailleurs.

Pour en revenir aux tensions actuelles, elles illustrent le fait que vous avez visiblement déçu une partie de votre électorat qui s’était retrouvé dans votre envie de changement… La frange du milieu culturel qui avait voté pour vous se retrouve aujourd’hui comme un amoureux déçu voire trahi…

ÉP : Je ne pense pas que la politique relève de l’amour ! Je pense aussi que, si on regarde la diversité des acteurs culturels, il y a une tension plus vive avec le monde du théâtre, qui est une esthétique du spectacle vivant qui, lui-même, est une forme d’expression culturelle parmi d’autres. Je ne sais donc pas si on peut parler de tensions avec le milieu culturel, ce serait un petit peu réducteur.

Après, oui, il y avait une attente dans la campagne, attente qui n’était pas matérialisée. Mais ce n’est pas ça la question. Il s’agit plutôt de se demander ce que l’on fait de cette attente. Et pour moi, notre politique culturelle est à l’image de notre politique ailleurs : c’est un projet démocratique d’émergence de nouveaux modèles avec une Ville qui sert de marchepied pour les projets de chacun. Et ça nécessite de fait de se trouver, de tâtonner, d’essayer…

L’envie est toujours là : il y a des endroits où elle trouve à se matérialiser et on a l’impression de faire émerger quelque chose de nouveau ; et des endroits où l’on a un peu plus de mal à "transitionner" d’un modèle à un autre.

CB : Et par rapport aux tensions : déjà c’est le cas dans toutes les villes, surtout en ce moment. Et, en plus, peut-être que nous, nous n’utilisons pas la culture comme les autres – là, je parle des politiques. Quand on regarde les pratiques de la droite et du Parti socialiste, effectivement, on ne fait pas la même chose. On ne veut pas utiliser la culture à la façon copains du Parti socialiste : nous, on dit que le fait du prince, c’est fini. Par exemple, Éric Piolle ne sera pas le maire qui choisira un artiste et mettra ses œuvres dans tous les parcs et les réserves du Musée de Grenoble ! Et puis à l’inverse, par rapport à la droite, on ne veut pas d’un côté kermesse qui n’est pas forcément du soutien à la création.

Donc forcément, ça frotte. Mais si ça frotte, c’est peut-être qu’on est au bon endroit. Il y a des nouveaux mots à trouver : peut-être qu’on ne les a pas tout de suite mais on travaille toujours. On est à deux ans, on n’est pas à la fin du mandat !

On vous reproche surtout un manque de lisibilité dans votre politique culturelle. Une politique culturelle qui semble surtout très dogmatique : pour le local, contre une certaine culture élitiste, contre les gros… Pouvez-vous nous l’expliquer ?

CB : Oui, on peut l’expliquer, mais c’est justement parce qu’il n’y a pas de dogmes et parce qu’on veut arrêter certaines choses que vous la voyez comme ça… Un exemple : il faut que l’on dépasse les 8% de gens qui vont au spectacle – même si on ne va pas forcer les gens à aller au théâtre. On veut ainsi des lieux où les gens se sentent bien, qu’ils aient envie d’y retourner. Ça peut être une bibliothèque, un cinéma, au Musée de Grenoble, devant une œuvre dans la rue…

On doit ouvrir les lieux culturels, qu’ils soient plus utilisés, qu’on montre aux Grenoblois les trésors qu’il y a à l’intérieur. Il faudrait presque les user tant on s’en sert ! Je suis par exemple très satisfaite d’avoir eu trois résidences de création cette année au Théâtre municipal : enfin ce lieu sert à répéter, à créer !

ÉP : Quand on ne reprend pas les mots-valise que l’on entend tous et qui ont marqué une politique culturelle – je suis de 1973, j’ai grandi avec Lang –, on crée un vide qui demande de trouver de nouveaux de mots. Quand on dit par exemple que la politique de prestige n’est pas une fin en soi, il peut y avoir une traduction en disant : regardez, ils sont contre le rayonnement.

Mais on veut surtout accorder une place importante aux pratiques : la culture, c’est des rencontres, une source de joie, de découverte, qu’on prenne un pinceau, un instrument de musique, un tutu… C’est un besoin humain d’expression.

En lisant entre les lignes, on a du coup l’impression que vous regardez de travers certaines grandes salles (la MC2 par exemple) ou certains festivals (Les Détours de Babel par exemple), que vous les trouvez trop fermés, trop élitistes…

CB : Non, parce que l’élitisme ça ne veut rien dire. À l’époque de la controverse autour des Musiciens du Louvre [la suppression en décembre 2014 de la totalité de la subvention municipale de l’orchestre – NDLR], on disait déjà qu’on rêvait de former dix Marc Minkowski dans dix ans. On a donc envie que la culture soit plus partagée, mais de même qualité.

Sur la MC2 par exemple, j’ai un petit souhait que je partage avec le directeur : que ce bijou qui est pile au centre de la ville soit plus utilisé et plus ouvert. Il y a une très belle activité le soir, mais c’est un petit peu triste de le voir fermé toute la journée. Comment, par exemple, faire plus de lien avec le Conservatoire qui est à 72 mètres, ou avec la Bifurk qui est de l’autre côté de la rue.

Pour finir, revenons sur le fameux Chantier des cultures de septembre dernier, qui symbolise parfaitement les tensions que l’on évoque. Madame Bernard : dans votre discours, vous avez affirmé avoir eu « le sentiment intolérable d’être lynchée en place publique » les mois précédents…

Corinne Bernard : Ma langue a fourché !

Le discours était pourtant écrit et sa retranscription est toujours en ligne sur le site de la Ville !

CB : Si c’était à refaire, je ne redirais pas ce mot parce qu’il n’est pas vrai, parce qu’il juge l’autre, et aussi parce que c’est celui-là qui reste alors qu’il y en avait d’autres plus intéressants avant et après ! Je dois surtout être patiente : les éléments de bilan sont là, il y a des choses qui marchent, d’autres qui sont certes plus tendues. Mais on avance…

Vous concernant Monsieur Piolle, on a l’impression que le champ culturel n’est pas celui que vous investissez le plus…

ÉP : Je parle de culture dans chacun de mes discours. Après, est-ce que c’est entendu ou pas, je ne sais pas… Je suis aussi présent auprès des acteurs culturels, je vais au spectacle, je sors dans des lieux… Donc oui, je suis investi : c’est quand même le troisième budget de la Ville.

Mais ne manque-t-il pas de la part du maire que vous êtes une parole forte sur ce sujet, qui pose les grandes lignes ?

ÉP : Est-ce que c’est ça ou est-ce que c’est plutôt : tiens, on n’a pas entendu Jack Lang, on n’a pas entendu Malraux. Je pense que c’est plutôt ça. Mais ce n’est pas notre projet politique. Et nos mots sont forcément en lien avec notre ligne politique.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Lundi 4 avril 2022 Travailleurs, forces de l’ordre, fêtards, établissements culturels et festifs, riverains… Lundi 21 mars, des dizaines d’acteurs de la nuit étaient réunis en mairie pour entendre le résultat de six mois d’enquête sur la nuit à Grenoble.
Lundi 29 novembre 2021 Après le signalement à la justice effectué par Grenoble Ecole de Management sur la circulation de GHB dans les soirées étudiantes, fin octobre, le mouvement Balance ton Bar est une déferlante. Secoués, les acteurs grenoblois du secteur tentent de...
Mardi 20 novembre 2018 La Ville de Grenoble vient d'inaugurer ce nouveau lieu « dédié à la jeunesse et à l’engagement ». On y était.
Mardi 5 juin 2018 La quatrième édition de la Fête des Tuiles est prévue ce samedi 9 juin sur les cours Jean-Jaurès et de la Libération. Un temps festif « pour partager et se rassembler » comme le souhaite Éric Piolle, le maire de Grenoble.
Mardi 28 novembre 2017 Le Ciel, c’est une salle de concert grenobloise mythique, qui a fermé (temporairement) ses portes en 2015. La voilà qui rouvre le temps d’un concert : comment se fait-ce ? On en a discuté avec l’association Plege qui organise l’événement,...
Mardi 28 novembre 2017 En avril 2015, le Théâtre Prémol, situé dans le quartier grenoblois Village Olympique, a été ravagé par un incendie criminel. Alors que sa reconstruction est prévue pour 2019, nous avons rencontré Elisabeth Papazian, qui depuis fait tout pour que...
Mardi 24 octobre 2017 En février 1968, Grenoble accueillait les Jeux olympiques d’hiver après s’être grandiosement transformée pour l’occasion. 50 ans plus tard, la Ville et ses partenaires célèbrent cet anniversaire en grande pompe avec une apogée prévue début février....
Mardi 4 juillet 2017 Jeudi 22 juin, le maire de Grenoble Éric Piolle présentait à Paris, au ministère de la culture, un dossier pour soutenir la candidature de la ville au label national "ville d’art et d’histoire". À peine sorti de son oral, il annonçait sa réussite...
Lundi 13 février 2017 Après les coupures du fameux "plan de sauvegarde" (comme l’annonce de la fermeture de certaines bibliothèques), Corinne Bernard, adjointe aux cultures à la Ville de Grenoble, tente de reprendre la main. Lors du conseil municipal du lundi 6 février,...
Lundi 31 octobre 2016 Fini le temps où les politiques culturelles étaient construites main dans la main avec les artistes et les professionnels ? Aujourd’hui, les élus semblent de plus en plus vouloir se réapproprier ce secteur avec, parfois, des méthodes abruptes et des...
Jeudi 21 juillet 2016 Après la prise de parole remarquée du metteur en scène français Joël Pommerat contre la politique culturelle de la Ville de Grenoble en juin dans "Libé", c’est au tour d’acteurs culturels grenoblois de prendre la plume, cette fois-ci dans...
Vendredi 10 juin 2016 Jeudi 9 juin, Éric Piolle et plusieurs de ses élus ont annoncé publiquement les contours de leur plan dit de « sauvegarde des services publics locaux ». Son but ? Faire des économies, dans tous les domaines.
Jeudi 2 juin 2016 Le metteur en scène qui vient de présenter son fabuleux "Ça ira (1) Fin de Louis" à la MC2 (c'était notre une du numéro du 18 mai) publie une tribune dans le quotidien "Libération". Son titre ? « Grenoble, la déception de l’écologie...
Jeudi 2 juin 2016 Les théâtres 145 et de Poche, qui appartiennent à la Ville de Grenoble mais étaient gérés depuis 2011 par un collectif d'artistes, sont maintenant sous la responsabilité de la directrice du Municipal. Directrice qui vient de dévoiler sa prochaine...
Mardi 26 avril 2016 Le bruit courrait depuis quelque temps, des couloirs de l’Hôtel de Ville à ceux du conseil d’administration de la MC2 : le maire de Grenoble Éric Piolle et son équipe vont baisser de 100 000 € la subvention de la fameuse scène...
Mardi 22 décembre 2015 Cette année à Grenoble, on a notamment eu droit à de la politique culturelle difficile à suivre et de l'art contemporain dans la tourmente.
Lundi 12 octobre 2015 Depuis quatre ans, le Théâtre 145 et le Théâtre de poche sont gérés par un collectif d’artistes (baptisé Tricycle) dont le cœur du projet est la création théâtrale contemporaine locale. Une aventure qui pourrait s’arrêter à la fin de la saison, la...
Mardi 2 juin 2015 C’était dans le programme du candidat à la mairie de Grenoble Éric Piolle : mettre en place « une fête de la Journée des Tuiles afin d’associer toute la population et de créer un événement festif, populaire et fédérateur ». La première édition a...
Mardi 23 décembre 2014 L’award de l’élue sympa : Corinne Bernard On l’a croisée plusieurs fois (notamment en septembre pour un grand entretien) : oui, Corinne (...)
Mardi 30 septembre 2014 Quoi de neuf ? Du côté de la mairie Début septembre, nous avions rencontré Corinne Bernard, nouvelle adjointe aux cultures de Grenoble, pour causer avec (...)
Mardi 9 septembre 2014 En mars dernier, l’écolo Éric Piolle, à la tête d’une grande coalition de gauche, remportait l'élection municipale grenobloise contre Jérôme Safar, le dauphin du socialiste Michel Destot. Une toute nouvelle équipe est arrivée aux manettes dans la...
Jeudi 24 juillet 2014 Mercredi soir, Tricky, ancien Massive Attack et légende du trip hop, était attendu sous un chapiteau blindé. Sauf qu'il a oublié de venir (au sens figuré bien sûr). Sinon, on a aussi croisé Éric Piolle, le maire de Grenoble, qui a lâché quelques...
Mardi 18 mars 2014 Les dimanches 23 et 30 mars se tiendront les élections municipales. Zoom en trois points sur la situation grenobloise, et plus précisément sur le sujet de la culture.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter