"Le Fils de Jean" : Philippe Lioret va bien, ne vous en faites pas

Le Fils de Jean
De Philippe Lioret (Fr, 1h38) avec Pierre Deladonchamps, Gabriel Arcand...

Philippe Lioret renoue ici avec le drame sensible en milieu familial qui lui avait fait signer sa plus grande réussite, "Je vais bien ne t’en fais pas". Une heureuse décision, soutenue par une paire d’acteurs qu’il ferait bien d’adopter : Pierre Deladonchamps et Gabriel Arcand.

Dire que Philippe Lioret s’offre une manière de résurrection avec ce film où un fils part à la rencontre du fantôme de son père naturel ne manque pas de sel. Le réalisateur a surtout clos une parenthèse engagée ouverte par Welcome et devenue franchement boiteuse avec Toutes nos envies, l’adaptation démembrée du récit d’Emmanuel Carrère.

Quittant la chronique de la misère sociale et le mélo-chimio, il a isolé dans un roman de Jean-Paul Dubois une graine que son inspiration a su faire joliment germer. L’histoire d’un secret de naissance qu’il a eu la décence d’aborder avec tact, plutôt qu’en visant l’œil de cette pleurnicharde de Margot. Ainsi, dans Le Fils de Jean, il place ses personnage à la lisière des émotions et des mots superflus, confiant aux gestes et aux regards le soin d’exprimer les non-dits. Le parfait contrepied de son film précédent.

Pierre précieux

Un parti-pris pudique, bien plus efficace pour créer de la proximité entre le spectateur et ce "fils de Jean", que son caractère mesuré et sa douceur obstinée achèvent de rendre sympathique. D’autant que le cinéma français s’est accommodé depuis trop longtemps de scénarios fonctionnant par sursauts hystériques (affrontements violents, tensions systématiques…) ; alors, découvrir un personnage dont la quête intime et essentielle se résout sans heurt, ni guimauve non plus, aurait presque de quoi désarçonner.

Ce miracle de sensibilité et d’équilibre s’opère grâce au jeu de Pierre Deladonchamps qui s’essaie ici à un registre différent – et avec quelle réussite ! – composant avec le Québécois Gabriel Arcand un duo évident d’exactitude et d’humanité. On se prend à espérer que Lioret fasse de Deladonchamps, après Lindon (et surtout Gamblin jadis) son nouvel interprète de prédilection : quand on parvient à une telle osmose, on n’a pas le droit d’y renoncer.

Le Fils de Jean de Philippe Lioret (Fr., 1h38) avec Pierre Deladonchamps, Gabriel Arcand, Catherine de Léan…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 17 décembre 2019 Pâques aux tisons, Noël au balcon… des cinés. Grâce à Valérie Donzelli, la cathédrale de Paris revit à l’écran, personnage secondaire d’une délicieuse fantaisie sentimentale, burlesque et fantastique. Où il est aussi question de la place des femmes...
Lundi 12 novembre 2018 Portant le fardeau d’une enfance abusée, Odette craque et solde son passé, subissant en sus l’incrédulité hostile de sa mère. Une histoire vraie passée par la scène peinant à trouver sa pleine voix au cinéma mais heureusement relayée par des...
Vendredi 21 juin 2013 Avec "L’Inconnu du lac", Alain Guiraudie entre dans le cercle des grands cinéastes français. Une semaine après la sortie du film, il était plus que logique d’aller rencontrer un cinéaste dont l’honnêteté vis-à-vis de son œuvre et la modestie envers...
Mardi 4 juin 2013 Quelque part entre Simenon et Weerasethakul, Alain Guiraudie installe une intrigue de film criminel sur les bords d’un lac transformé en paradis homo, interrogeant les mécanismes du désir et l’angoisse de la solitude. Drôle et envoûtant. Christophe...
Vendredi 4 novembre 2011 De Philippe Lioret (Fr, 2h) avec Marie Gillain, Vincent Lindon…
Jeudi 5 mars 2009 Réalisateur exigeant de quelques-uns des plus beaux mélodrames français récents, Philippe Lioret s’est emparé de la matière cinéma pour la plier à ce qui le touche, le remue, le choque. François Cau
Jeudi 5 mars 2009 Une nouvelle fois, Philippe Lioret nous touche en plein cœur, à la grâce d’une foi cinématographique totale en son sujet.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter