« Nous n'avons pas pu tourner le film en Afghanistan »

Wolf and sheep
De Shahrbanoo Sadat (Afg-Dan-Fr-Sue, 1h26) avec Sediqa Rasuli, Qodratollah Qadiri...

Jusqu’alors spécialisé dans le documentaire, Xavier Rocher a coproduit avec sa jeune société La Fabrica Nocturna "Wolf and Sheep", le très réussi premier film de Shahrbanoo Sadat. Une aventure franco-dano-suédo-tadjiko-afghane…

Pourquoi ce film arbore-t-il autant de pavillons nationaux différents ?

Xavier Rocher : La réalisatrice a porté ce projet pendant presque 7 ans. Elle est passée par plusieurs programmes de formation et plateformes de rencontres ; elle l’a notamment développé au sein de la Cinéfondation du Festival de Cannes. C’est comme cela qu’on l’a rencontrée, avec plusieurs producteurs associés danois et suédois.

Une production strictement afghane était-elle inenvisageable ?

Il n’y a plus vraiment de production en Afghanistan. Quant aux salles de cinéma… Elles ont à peu près disparu, transformées en parking. Les quelques lieux où l’on peut voir des films à Kaboul sont l’Institut français ou le Goethe institut. C’est pour cela qu’on est obligé de travailler en coproduction internationale : on cherche des financements destinés à soutenir ce type de cinéma. On en trouve un peu dans plusieurs pays, car il n’y en aurait pas eu assez dans un seul pour monter le budget du film. Malgré cela, les embûches d’un tel tournage n’étaient pas que financières, puisque nous n’avons pas pu tourner en Afghanistan alors que c’était très important pour Shahrbanoo.

Pour quelle raison ?

Pour garantir la sécurité de l’équipe internationale, on a dû délocaliser le tournage quelques centaines de kilomètres plus au nord, au Tadjikistan. Ce qui a posé d’autres problèmes logistique et diplomatiques : il a fallu reconstruire un village le plus authentique possible, là-bas pour montrer une image de l’Afghanistan qu’on n’a pas l’habitude de voir… et qui est pourtant celle de la majorité du pays.

Votre sélection à la Quinzaine des réalisateurs de Cannes est-elle liée à la résidence à la Cinéfondation ?

Non, il n’y a pas de relation directe. Cela dit, les films développés au sein de la résidence disposent naturellement d’un label de qualité, qui éveille l’attention des sélectionneurs dans les festivals. Cela crée un peu plus d’intérêt. Au-delà, la Quinzaine a permis d’exposer davantage le film, de le faire découvrir à des gens du monde entier. Mais aussi d’être mieux engagés pour trouver un distributeur en France : Pretty Pictures m’a ainsi contacté dès le jour de l’annonce de la sélection du film à la Quinzaine. Les distributeurs apprécient quand il y a une sélection au Festival de Cannes ; c’est un élément qui donne de l’ampleur, et leur permet de travailler dans de meilleures conditions.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 29 octobre 2018 Pour compenser ses années de taule, un innocent commet des délits. Sans savoir qu’il est "couvert" par une policière, veuve de celui qui l’avait incarcéré à tort, elle-même ignorant qu’un collègue amoureux la protège… Encore un adroit jeu...
Lundi 4 septembre 2017 Un démineur breton se trouve confronté à de multiples "bombes" intimes, susceptibles de dynamiter (ou ressouder) sa famille déjà bien fragmentée. Autour de François Damiens, la réalisatrice Carine Tardieu convoque une parentèle soufflante, qui a été...
Lundi 24 octobre 2016 Lorsqu'un État fait des économies en étouffant les plus démunis, ceux-ci s’unissent pour survivre en palliant sa criminelle négligence. Telle pourrait être la morale de cette nouvelle fable dramatique emplie de réalisme et d’espérance, qui a valu à...
Mardi 30 ao?t 2016 Oubliez son discours survolté lors de la remise de sa Caméra d’Or lors du dernier Festival de Cannes et considérez le film de Houda Benyamina pour ce qu’il est : le portrait vif d’une ambitieuse, la chronique cinglante d’une cité ordinaire en...
Lundi 16 mai 2016 Si Roméo était fils d’un ogre pêcheur et Juliette travestie, fille d’un industriel de Tourcoing, peut-être que leur histoire ressemblerait à cette proto-comédie de Bruno Dumont. Un régal pour l’œil, mais pas une machine à gags. En compétition...
Mercredi 11 mai 2016 Le 47e opus de Woody Allen-réalisateur semble avoir été taillé sur mesure pour effectuer l’ouverture de la 69e édition du festival de Cannes : glamour, artifices et nostalgie des vieilles bobines s’y bousculent. On passe un charmant moment, sans...
Lundi 9 mai 2016 Alors que le fameux festival débute ce mercredi 11 mai (avec, à Grenoble, une soirée spéciale au cinéma Le Club), on fait le point sur les quelques films qui seront visibles en salle pendant cette quinzaine.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter