Balladur, bien dans son temps

Balladur + Archet Cassé

Bauhaus

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Mercredi 7 décembre, on a rendez-vous au Bauhaus Bar avec un groupe de rock "underground" au drôle de nom. Mais à l'écoute de sa musique, on ne lui demande pas de s'arrêter, bien au contraire.

Si l’on devait décrire à quoi ressemble un (bon) groupe de rock "underground" dans la France des années 2010, Balladur constituerait, à n’en pas douter, un parfait résumé. Un nom un peu déconneur (et absolument pas carriériste), une vraie présence scénique, du genre qu’on acquiert à force de sueur et de tournées sans fin et sans glamour, et surtout des influences musicales aussi vastes que finement canalisées.

Lyrisme cold-wave incandescent, virulence post-punk entretenue aux synthés et à la boîte à rythmes, aspirations pop assumées, bidouillages électroniques lo-fi, riffs noisy tranchants, et même embardées tropicales et cowbells sur certains morceaux... On trouve tout ça chez Balladur, mais toujours au bon endroit, au bon moment, et de la bonne manière (jamais démonstrative), loin du fourre-tout indigeste qu’une telle énumération pourrait a priori laisser envisager.

Après une première cassette chez AB Records, et deux albums sur le très recommandable label Le Turc Mécanique (le deuxième, Super Bravo, vient tout juste de sortir, et il est excellent), les Balladur reviennent donc jouer à Grenoble, et si vous en avez marre des formations électro-pop un peu fades qui enchaînent les synchros pub, on vous recommande chaleureusement d’aller les voir sur scène.

Balladur + Archet Cassé
Au Bauhaus Bar mercredi 7 décembre à 20h30

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 21 septembre 2021 « Tu nous manques Balladur ! », tel le Sébastien du film Libre et Assoupi de Benjamin Guedj incarné par Baptiste Lecaplain, voici les mots (...)
Mardi 29 septembre 2015 Dans le film Libre et assoupi de Benjamin Guedj, trop librement adapté du roman presque éponyme du Lyonnais Romain Monnery, il y a cette scène inutile mais (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter