"L'Enfer" : il était une fois un film maudit

L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot
De Serge Bromberg et Ruxandra Medrea (Fr, 1h34) documentaire

"L’Enfer d’Henri-Georges Clouzot" sera projeté samedi 14 janvier au Club. On vous en dit donc plus sur "L'Enfer", œuvre légendaire à plus d’un titre et sujet de ce documentaire de 2009.

Non, on ne va pas parler du festival Les Maudits Films dans cet article. Et pourtant, c’est l’un de ses plus éminents représentants que Le Club programme en séance exceptionnelle. Une œuvre légendaire à plus d’un titre, autant adulée que redoutée, offerte à la patiente convoitise de ses admirateurs bien qu’elle persiste à se refuser à eux puisqu’elle demeure à jamais inachevée. Haïe, même, pour avoir failli causer la mort de son auteur, brisant l’élan et raccourcissant la carrière de l’un des plus illustres cinéastes de l’après-guerre. Longtemps frappée d’anathème, on la crut définitivement perdue. Il aura fallu la patience d’archivistes de Serge Bromberg et de Ruxandra Medrea pour exhumer de son purgatoire les rushes survivants et les agencer en un long-métrage chimérique, un documentaire aussi édifiant que frustrant nommé L’Enfer d’Henri-Georges Clouzot.

Tout entier consacré à la jalousie térébrante ressentie par un homme pour sa trop splendide épouse, L’Enfer (1964) voulait matérialiser ses effets à travers les distorsions de la perception, et donc en multipliant les innovations visuelles. Clouzot fit d’infinies expérimentations optiques, bénéficiant de crédits insolents de sa production, et de la disponibilité absolue de son interprète, Romy Schneider. Alors au summum de sa beauté (davantage encore que dans La Piscine en 1968 où elle tutoiera l’acmé de l’érotisme brut), la comédienne se prêta avec docilité et lascivité à l’ensemble des insensés caprices sensuels suscités par Clouzot – impossible de rester de glace face à ses lèvres humides et ses hypnotiques moues de chatte. Ni d’être fasciné par les tournoiements lumineux balayant ses traits d’ombres et de couleurs : Gondry s’en inspirera pour le clip de Daho, Les Voyages immobiles.

Plongez-donc dans cet Enfer, et prolongez même le bain avec le débat qui suivra !

L’Enfer d’Henri-Georges Clouzot
Au Club samedi 14 janvier à 18h

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 10 janvier 2017 La Cinémathèque poursuit son cycle sur l'Américain Gordon Matta-Clark avec un nouveau double-programme de choix. D’abord, Substrait de Matta-Clark (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter