Lucas Belvaux : « "Chez nous", un film pour participer au débat »

Chez nous
De Lucas Belvaux (Fr-Bel, 1h58) avec Emilie Dequenne, André Dussollier...

Interview / Cinéaste dont l’éclectisme n’est plus à prouver depuis sa "Trilogie" (2003), Lucas Belvaux revendique sans faux-fuyant sa volonté de contribuer à la réflexion démocratique.

Etait-il envisageable de tourner Chez nous pour la télévision, ou d’en faire une prédiffusion télévisée pour être sûr qu’il soit davantage vu ?

Lucas Belvaux : Non, je n’y ai même pas pensé. À la télé, les contraintes sont telles que j’aurais été moins libre : les budgets, le rythme – non pas de tournage, mais de production – et l’écriture sont très cadrés. Ce sont des films qu’il faut faire dans une liberté absolue.

Vous aviez l’impératif du calendrier électoral…

Bien sûr : il fallait sortir avec l’élection présidentielle pour participer au débat. Le même film, quelle que soit l’issue de l’élection, n’avait pas le même sens s’il sortait après. C’était avant ou jamais. Mais si la sortie du film est programmée par les élections, l’envie est née avant, pendant le précédent, Pas son genre.

On tournait à Arras avec des gens sympathiques, sérieux, travailleurs et agréables, l’histoire d’une coiffeuse, un personnage pour qui j’avais de l’affection et de l’estime. C’était en période électorale et les sondages donnaient le FN à 30, 40% selon les endroits dans la région. Un jour, je me suis demandé pour qui elle voterait, puisque statistiquement, 3 personnes sur 10 votent pour ce parti-là. Et comment on se retrouve embringué dans ce parti-là…

Pourquoi passer par la fiction ?

Depuis 30 ans, on est dans un discours vindicatif à l’égard du FN – souvent juste : quand on dit que c’est un parti fasciste, il n’y a qu’eux que ça dérange. Tout ce qui sort dans la presse, des articles de fond, des reportages, des choses filmées à l’intérieur du parti, dans les sections ; tout ça n’a pas d’impact. Il faut passer par la fiction, changer le point de vue sur ce parti, parler des électeurs et l’aborder autrement, comme l’ont fait d’autres cinéastes à d’autres époques sur d’autres sujets.

Le cinéma peut être à la fois politique, sociétal et populaire. Les films de John Ford m’ont davantage construit que la lecture de Marx. Je n’ai pas lu beaucoup Marx, mais j’ai beaucoup vu Ford ! Et ce que je suis aujourd’hui, je le dois beaucoup au regard de Ford sur le monde. L’idée du film, c’est comment parler de la société d’aujourd’hui différemment, en étant moins dans l’immédiat, moins en réaction.

Justement, les premières réactions publiques sur le film ont été portées par des personnes n’ayant pas vu le film, le jugeant à partir de sa bande annonce…

Elles sont aberrantes pour nous qui sommes démocrates et qui aimons le cinéma. C’est absurde, mais c’est comme ça. Ça fait partie d’une stratégie bien établie, de tirs de barrages, lourds sur le film. Je m’y attendais, c’est de bonne guerre et de mauvaise foi. Je n’ai rien à leur répondre. Le film est ce qu’il est, il existe malgré eux, il dit ce qu’il a à dire.

Après, ce sont les spectateurs qui m’intéressent ; ce ventre mou des électeurs qui votent pour eux une fois, pas la fois d’après. Le magma flou qui peut basculer à tout moment. Ils peuvent réagir à un discours auquel je peux adhérer moi aussi. Quand on est dans la merde, on réfléchit moins bien : on a pas la distance nécessaire pour remettre les choses en perspective.

Sort-on indemne d’une immersion dans cette réthorique et ces éléments de langage ?

Oui, même si c’est un peu lourd à porter : se plonger pendant deux ans dans l’extrême droite parlementaire et la nébuleuse autour révèle la part abjecte de la France. Depuis la diffusion de la bande-annonce, les trois-quarts des commentaires écrits sur le film sont d’une haine et d’une violence parfois inouïes, avec des pages entières d’antisémitisme et de racisme absolus. Tout ça remonte.

Et pour Catherine Jacob et André Dussollier, il y a eu des phrases difficiles à dire, car un acteur doit être sincère quand il joue. Ça leur a demandé un investissement intellectuel personnel. Mais un moment de honte est vite passé (sourire).

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 7 septembre 2021 Un analyste opiniâtre du BEA, ayant découvert que les enregistrements d’un crash aérien ont été truqués, se trouve confronté à l’hostilité générale… Yann Gozlan creuse le sillon du thriller politique, lorgnant ici le versant techno-paranoïde et...
Mardi 24 octobre 2017 Conte noir plongeant ses racines dans la boue des tranchées et s’épanouissant dans la pourriture insouciante des Années folles, le sixième long-métrage d'Albert Dupontel fait rimer épique et esthétique en alignant une galerie de personnage (donc une...
Mardi 25 avril 2017 Les oiseaux chantent, le soleil brille de mille feux, et les envies de sortie reprennent de plus belle. C’est enfin le printemps ! Pour profiter un max des plaisirs grenoblois, nous, l’équipe des Mondaines qui dévoilons chaque semaine sur notre...
Jeudi 16 février 2017 Les Rencontres cinématographiques de Saint-Egrève reviennent pour « 6 jours de fête autour du cinéma ». En tout, 34 films dont 9 avant-premières et 10 films jeune public seront projetés. Présentation de cette deuxième édition prévue du 17...
Lundi 20 février 2017 Désireux d’éveiller les consciences en période pré-électorale, Lucas Belvaux lance un coup de poing idéologique en démontant la stratégie de conquête du pouvoir d’un parti populiste d’extrême droite. Toute ressemblance avec une situation...
Mardi 19 avril 2016 de François Desagnat (Fr., 1h37) avec André Dussollier, Bérengère Krief, Arnaud Ducret, Nicolas Marié…
Mardi 29 avril 2014 Lucas Belvaux raconte l’histoire d’amour utopique et contrariée entre un prof de philo parisien et une coiffeuse d’Arras, avançant sur le fil des clichés pour renouveler adroitement son thème de prédilection : la lutte des classes, ici envisagée...
Mardi 25 mars 2014 Pour sa troisième adaptation d’Alan Ayckbourn et, donc, son tout dernier film, Alain Resnais a choisi de laisser en sourdine ses ruminations crépusculaires pour une comédie qui célèbre la vie et la vieillesse, les artifices du théâtre et la force du...
Mardi 4 mars 2014 En tournée pour la sortie de "Diplomatie" de Volker Schlöndorff, rencontre avec le grand André Dussollier autour du film, mais aussi du prochain film d’Alain Resnais, "Aimer, boire et chanter" (sortie le 26 mars) dont, au moment de l’entretien, on...
Mardi 4 mars 2014 De Volker Schlöndorff (Fr-All, 1h24) avec Niels Arestrup, André Dussollier, Charlie Nelson…
Mardi 17 juillet 2012 Pour ce film plus ouvert mais tout aussi dérangeant que ses précédents, Joachim Lafosse s’empare d’un fait-divers et le transforme en tragédie contemporaine interrogeant les relents de patriarcat et de colonialisme de nos sociétés. Fort et...
Jeudi 8 mars 2012 De Lucas Belvaux (Fr, 1h44) avec Yvan Attal, Sophie Quinton…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter