Agnès Jaoui : « Plus on montrera des femmes normales, plus on les acceptera »

Aurore
De Blandine Lenoir (Fr, 1h29) avec Agnès Jaoui, Thibault de Montalembert...

Interview / Agnès Jaoui campe le premier rôle dans "Aurore", une comédie insolite de Blandine Lenoir sur la ménopause et contre la tyrannie des apparences. On l'a rencontrée.

Aurore aborde un sujet concernant les femmes de plus de cinquante ans, et sort justement au moment où l’on parle de la difficulté des actrices de cet âge de se voir confier des rôles…

à lire aussi : "Aurore" : elle est libre Agnès Jaoui !

Agnès Jaoui : Le cinéma reflète peu ou prou la société civile, où les femmes ont moins de postes importants. Si on écrit un rôle de chirurgien, de commissaire, de personnalité politique, on ne va pas forcément penser à une femme, alors que ça pourrait être simplement le cas. Souvent, on va se sentir obligé de faire en sorte que ça devienne un sujet en soi.

Ce que je trouve aussi très énervant, c’est que les acteurs masculins de 40 à 70 ans ont souvent des épouses ayant 20 ou 30 ans de moins qu’eux, et que plein de femmes se battent pour eux alors qu’ils sont vieux et bedonnants. Ça m’irrite profondément parce que dans la vie, Dieu merci, beaucoup d’hommes de 50 ans et plus sont avec des femmes de leur âge parce qu’ils les aiment. Bizarrement, quand on passe au cinéma, elles perdent 20 ans – et 20 kg en général (rires).

D’ailleurs, il y a aussi des femmes qui font du cinéma qui tombent dans le même "piège". Cela fait partie de notre colonisation mentale, de notre acceptation sournoise et inconsciente de l’inégalité entre les hommes et les femmes de nos jours. Même s’il y a des avancées...

Toutes les actrices n’auraient pas accepté le rôle que vous tenez dans le film…

Peut-être… Je n’en sais rien. Certaines, en tout cas pendant assez longtemps, ne sont même pas maman parce qu’elles savent (ou pressentent) qu’il faut rester un fantasme. En devenant mères, on perd un peu de potentiel fantasmagorique.

Et puis surtout, beaucoup de mes consœurs sont beaucoup plus jeunes que moi maintenant (sourire). Parce qu’elles ne vieillissent pas. Mais je les comprends : si un producteur cherche un rôle de 40 ans et que vous en avez 44, ça va être difficile, alors que si vous en avez 32, il n’y a aucun problème. Alors 50, 51, 52… c’est carrément affreux !

Le fait de réaliser vos films vous libère-t-il de toutes ces contraintes ?

Pas de toutes, mais de beaucoup. Je subis comme tout le monde le pouvoir de l’image qui est extrêmement important. Je ne vois que des femmes sans rides, jeunes. Et lorsque je me regarde après, je me dis : « Merde ! C’est pas beau, je ne suis pas belle, il faut faire quelque chose ! »

C’est pour ça que des films comme celui de Blandine Lenoir sont importants. Plus on montrera des femmes normales, plus on les aimera et on les acceptera.

Votre personnage manifeste une opinion tranchée par rapport à la chirurgie esthétique…

Quand les femmes sont refaites, on est d’une cruauté terrible – je dis "on" car c’est autant valable pour les femmes que les hommes. Et quand on n’est pas refaite, on est aussi atroce en disant : « Qu’est-ce qu’elle est tapé, elle a pris cher ! » Quelle est la solution, si ce n’est… montrer ?

Heureusement, il y a des tas de femmes et d’hommes qui s’en foutent. Parce que c’est autre chose que l’apparence physique qui nourrit.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 29 juin 2021 Enchaînant films et sujets opposés, Anne Fontaine s’attaque après Police à l’étage supérieur : le pouvoir suprême et ceux qui l’ont exercé… lorsqu’ils en sont dépossédés. Entre fable et farce, une relecture des institutions et de...
Mardi 21 août 2018 de et avec Alex Lutz (Fr, 1h41) avec également Tom Dingler, Pascale Arbillot…
Jeudi 5 avril 2018 Mercredi 11 avril, la Montpelliéraine Elsa Diringer sort son premier long-métrage "Luna", portrait d’une jeunesse bouillonnante qu’elle a su approcher, voire apprivoiser. Interview avant sa venue le lendemain au cinéma le Club, en compagnie de...
Mardi 21 novembre 2017 Depuis le mois de septembre, une grande fresque en trompe-l’œil orne l’un des murs des anciennes usines Cémoi, dans le quartier en refondation de Bouchayer-Viallet. On est allés à la rencontre du collectif qui se cache derrière cette création.
Dimanche 23 avril 2017 Portrait d’une femme à la croisée des émotions et de la vie, cette comédie culottée de Blandine Lenoir sur la ménopause brise réellement les règles. Interprète du rôle-titre, Agnès Jaoui donne émotion et fantaisie à ce grand-huit émotionnel,...
Mardi 19 janvier 2016 Si la variation est un état de changement, les variations photographiques d’Aurore de Sousa sont surtout un champ d’exploration de la mémoire et de la lumière par une approche esthétique réinventée à chaque série. "Variations choisies 2002-2015"...
Mardi 9 juin 2015 Bruno Podalydès retrouve le génie comique de "Dieu seul me voit" dans cette ode à la liberté où, à bord d’un kayak, le réalisateur et acteur principal s’offre une partie de campagne renoirienne et s’assume enfin comme le grand cinéaste populaire...
Mardi 3 mars 2015 De Brice Cauvin (Fr, 1h40) avec Laurent Lafitte, Agnès Jaoui, Benjamin Biolay, Nicolas Bedos…
Mercredi 27 février 2013 Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri font entrer une fantaisie nouvelle dans leur cinéma en laissant à une génération de jeunes comédiens pris à l’âge des contes de fées le soin de se heurter à leur réalité d’adultes rattrapés par l’amertume et les...
Mardi 17 juillet 2012 De Carine Tardieu (Fr, 1h29) avec Agnès Jaoui, Denis Podalydès, Isabelle Carré…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X