Étienne Comar : « Django Reinhardt a été le premier "guitar hero" »

Django
De Etienne Comar (Fr, 1h55) avec Reda Kateb, Cécile de France...

Pour sa première réalisation, le producteur et scénariste Étienne Comar s’offre rien moins qu’un portrait du plus fameux des guitaristes jazz manouche, Django Reinhardt. Interview.

Pourquoi ce portrait de Django Reinhardt à cette période précise ?

Étienne Comar : Depuis des années je voulais faire le portrait d’un artiste, un musicien dans une période tourmentée de l’histoire et de son existence. Pour plusieurs raisons : j’ai fait de la musique, et je sais sa faculté de vous extraire du monde et à vous isoler et vous aveugler du monde qui vous entoure. Le fait de vouloir traiter d’une période historique compliquée est lié à l’air du temps, parler de la position des artistes, à un moment où tout semble s’effondrer autour de soi.

Django est une icône qui m’a toujours fasciné. D’abord, c’est un peu les prémices du rock’n’roll ; c’est le premier "guitar hero", il a inspiré énormément de jazzmen, de bluesmen, de rockeurs… Quant à la période, parce qu’il fait de la musique, il ne voit pratiquement pas le drame en train de se passe au tour de lui. Il va entrer de plain-pied dans la guerre, parce qu’il va y être contraint, forcé.

Et puis, je n’aime pas trop les biopics qui traitent de toute tout la vie : on travaille sur des cartes postales. Ici, il y a de la fiction : le fait de travailler sur une période aussi restreinte, où il y a peu de document sur sa vie à ce moment-là, autorise à fictionnaliser.

Vous lui faites dire que la guerre ne le concerne pas, que « c’est une chose de gadjé »…

Les Tsiganes ont toujours le sentiment de n’avoir jamais fait la guerre. C’est ce qui se dit dans leur communauté : ils règlent les conflits à l’intérieur, n’ont pas ou peu de propriété privée pas de pays… La guerre est un peu étrangère à la communauté. Ce sont des réflexions que j’ai entendues ou prises dans les livres de gens ayant témoigné de cette période. Beaucoup d’entre eux ont été extrêmement maltraités parce qu’il y avait peu d’opposition.

Ce qui m’a intéressé avec Django, c’est comment il a fait son job pendant cette période. Juste avant la guerre, il était à Londres avec Stéphane Grappelli. Grappelli reste, mais Django décide de rentrer pour jouer, parce que « les Parisiens en avaient besoin ». Je ne dis pas qu’il avait raison ou tort, je ne rentre pas dans un débat moral, mais en tout cas, beaucoup d’artistes continuant à travailler avaient le sentiment que c’était la chose qu’il fallait faire. C’est cette ambiguïté là que j’aime. Beaucoup de chanteurs aujourd’hui vont jouer dans des pays ayant des gouvernements politiques impossibles.

C’est une chose que d’aller jouer pour les habitants, c’en est une autre d’aller rencontrer les dirigeants…

Oui, mais pendant la guerre, tous les dirigeants allemands venaient à Paris voir les concerts jouer, ils allaient au théâtre ; c’était la capitale des plaisirs. Si vous étiez musiciens, on venait vous voir. Je ne dis pas que toutes les circonstances sont égales, mais ça dit quand même quelque chose d’une période trouble, où tout le monde n’est pas noir ni blanc.

Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez su que vous feriez l’ouverture de la Berlinale ?

J’adore cette histoire ! J’avais très envie qu’on présente le film à Berlin, et il a été retenu par le sélectionneur, Dieter Kosslick. C’est un grand amateur de cinéma, de musique et il aime beaucoup Django. Je lui ai tout suite envoyé un mot : « Tu te rends compte : 70 ans après, Django qui a tout fait pour échapper à Berlin, vient enfin y jouer ! C’est merveilleux comme réconciliation et comme ironie. » J’étais bouleversé quand on a montré le film ; évidemment j’ai dit quelques mots là-dessus.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 29 mars 2022 Il s’agit désormais d’une tradition bien établie : chaque année, le festival Ojo Loco rend hommage au cinéma de genre le temps d’une nuit (agitée !) à (...)
Vendredi 16 ao?t 2019 de Maxime Giroux (Can, int. -12ans, 1h34) avec Martin Dubreuil, Romain Duris, Reda Kateb…
Lundi 4 septembre 2017 Un démineur breton se trouve confronté à de multiples "bombes" intimes, susceptibles de dynamiter (ou ressouder) sa famille déjà bien fragmentée. Autour de François Damiens, la réalisatrice Carine Tardieu convoque une parentèle soufflante, qui a été...
Mercredi 15 mars 2017 Pendant trois jours, l’Espace Aragon participe, aux côtés du cinéma Bel’Donne à Allevard et du Jean-Renoir à Pontcharra, à un super week-end de cinéma, programmant (...)
Mardi 19 janvier 2016 S’inspirant de l’affaire de l’Arche de Zoé, Joachim Lafosse confie à un Vincent Lindon vibrant un rôle d’humanitaire exalté prêt à tout pour exfiltrer des orphelins africains. L’année 2016 pourrait bien être aussi faste que la précédente pour le...
Mardi 18 ao?t 2015 De Catherine Corsini (Fr, 1h45) avec Cécile De France, Izïa Higelin, Noémie Lvovsky…
Mardi 7 avril 2015 De Brigitte Sy (FR, 1h37) avec Leïla Bekhti, Reda Kateb…
Lundi 13 avril 2015 De Denis Dercourt (Fr, 1h30) avec Albert Dupontel, Cécile De France…
Mardi 7 avril 2015 Après un petit tour en salle de montage, le premier long de Ryan Gosling arrive en salles dans une version sensiblement plus digeste que celle vue à Cannes. Et s’avère un objet singulier, dont la poésie noire se distille au gré de ses fulgurances...
Mardi 13 janvier 2015 Adapté d’Albert Camus, le deuxième film de David Oelhoffen plonge un Viggo Mortensen francophone dans les premiers feux de la guerre d’Algérie, pour une œuvre classique et humaniste dans le meilleur sens du terme. Christophe Chabert
Mardi 2 septembre 2014 Dans une séquence élégamment distanciée, les personnages d’Hippocrate, tous médecins ou infirmiers, internes, externes ou chefs de service, se retrouvent (...)
Vendredi 20 décembre 2013 Top 10 1/ Django unchained de Quentin Tarantino2/ Gravity d’Alfonso Cuarón3/ La Vie d’Adèle : chapitres 1 & 2 d’Abdellatif Kechiche4/ Mud de Jeff (...)
Vendredi 29 novembre 2013 De Cédric Klapisch (Fr, 1h54) avec Romain Duris, Audrey Tautou, Cécile de France…
Mercredi 28 ao?t 2013 Claire Simon tente une radiographie à la fois sociologique et romanesque de la gare du nord avec ce film choral qui mélange documentaire et fiction. Hélas, ni le dialogue trop écrit, ni les récits inventés ne sont à la hauteur de la parole réelle et...
Mercredi 20 février 2013 D’Éric Rochant (Fr, 1h43) avec Jean Dujardin, Cécile De France, Tim Roth…
Vendredi 25 janvier 2013 On pouvait craindre un film hagiographique sur un Président mythique ou une œuvre pleine de bonne conscience sur un grand sujet. Mais le "Lincoln" de Spielberg est beaucoup plus surprenant et enthousiasmant, tant il pose un regard vif, mordant et...
Vendredi 11 janvier 2013 Django unchained, hommage ou remix ? Les deux, et plus encore. Au commencement il y a Django, légende du western italien. Année : 1966, dans la foulée de (...)
Mardi 8 janvier 2013 Chevauchée sanglante d’un esclave noir décidé à retrouver sa fiancée en se vengeant de blancs cupides et racistes, "Django Unchained" n’est pas qu’une occasion pour Quentin Tarantino de rendre hommage aux westerns ; c’est aussi un réquisitoire...
Lundi 7 janvier 2013 Qu’on se le dise : les quatre prochains mois dans les salles obscures vont être riches de films attendus, de cinéastes majeurs et de découvertes passionnantes. En gros, il va falloir trouver de la place dans ses emplois du temps. Christophe Chabert
Mardi 28 ao?t 2012 Où Xavier Giannoli veut-il en venir avec cette fable où un monsieur tout-le-monde (Kad Merad, choix presque trop évident, même si l’acteur s’en sort avec (...)
Vendredi 30 mars 2012 De Frédéric Videau (Fr, 1h31) avec Agathe Bonitzer, Reda Kateb…
Lundi 1 février 2010 Influences / Musicalement, Jacques Dutronc a fouillé partout, s’est beaucoup inspiré et a fini par prendre de l’avance sur tout le monde. CC
Lundi 19 janvier 2009 La vie est faite de petits plaisirs qui égaient nos tristes journées. Ainsi, quand entre trois coups de téléphone et quatre mails, on a laissé échapper une (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter