Un Grenoble Street Art Fest pour « faire musée à ciel ouvert »

Inauguration Grenoble Street Art Fest

Ancien Musée de Peinture

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Interview / Le mercredi 7 juin débutera la troisième édition du Grenoble Street Art Fest, manifestation qui s’étend chaque année un peu plus dans la ville (cette fois-ci du côté du cours Berriat notamment) et ailleurs même (Fontaine et le campus). Rencontre avec son boss Jérôme Catz, fondateur de la galerie Spacejunk, et rapide tour d’horizon de ce que l’on découvrira jusqu’au 25 juin.

Depuis 2015, le festival prend un peu plus d’ampleur à chaque édition, dépassant vraiment les frontières de la ville cette année en allant à Fontaine et sur le campus. Vient-on à vous ou c’est le festival qui grandit de lui-même ?

à lire aussi : Grenoble Street Art Fest : demandez le programme

Jérome Catz : C'est nous qui allons prospecter, on est très clairement moteur du truc. Mais on sent une envie. Car le travail fait pendant le festival est ensuite exploité culturellement parlant par chaque quartier tout au long de l'année avec des visites scolaires ou des visites tout court. Ça redynamise le territoire : on le voit à la Villeneuve [une partie du festival se déroulait l’an passé dans ce quartier – NDLR], on va le voir à Fontaine…

Street art oblige, le festival a lieu dans les rues, mais pas que…

à lire aussi : Avec le street art, Grenoble modifie son ADN urbain

Pour faire festival, il faut qu'il se passe quelque chose. Le gros du truc c'est bien sûr la production des œuvres murales qui sont faites pendant les semaines du festival. On essaie ensuite de rythmer le festival avec, cette année, le lancement d'un festival de films sur le street art – comme il y a une grande production qui existe mais qui n'est présentée nulle part.

Mais aussi, comme les années précédentes, une exposition à l'Ancien musée de peinture qui permet de montrer les œuvres d'atelier des artistes, un lieu éphémère [dans les anciennes usines ARaymond, à côté du cours Berriat – NDLR] voulu comme un lieu d'expression libre pour que tout le monde puisse venir avec sa bombe de peinture à l'eau, un cycle de conférences, des visites…

Avec l’idée de laisser, après chaque édition, un patrimoine street art dans la ville…

Tout à fait. On a d’ailleurs réussi à concentrer les œuvres dans des quartiers pour, en quelque sorte, faire musée à ciel ouvert : les gens ne se déplacent pas pour voir une œuvre mais pour en voir au moins une vingtaine [comme dans le quartier Championnet – NDLR].

On va d'ailleurs continuer dans ce sens, non pas en disséminant des œuvres un peu partout dans l'agglomération mais en construisant des bases structurantes d’œuvres, comme on le fera cette année à Fontaine, pour créer une dynamique. Ça va donner l'envie à des artistes de venir s'exprimer à Grenoble, à des propriétaires de mettre des murs à disposition…

Ce travail de recherche de murs pour les fresques doit être fastidieux…

Oui, comme on est bien sûr à chaque fois obligés de demander l'autorisation pour utiliser les murs : ce n'est pas un festival sauvage ! On respecte donc la loi en tant qu'organisateur de festival. C'est un travail de super longue haleine de discussions avec les bailleurs privés comme publics. La fin de non-recevoir de la Ville de La Tronche sur un projet magnifique, avec une lettre qui disait que notre projet était mauvais, ça a par exemple été dur à encaisser.

Quel est le budget de cette troisième édition ?

On pense – car c’est encore un prévisionnel – qu’on sera aux alentours de 500 000 euros. Et c’est bien un budget et non 500 000 euros d’argent sonnant et trébuchant – si on arrive à en avoir un dixième on sera très contents ! C’est un budget qui prend en compte les partenariats multiples que l’on a : plein de gens participent en amenant de la matière qu’on ne paye pas mais qu’on valorise, forcément.

La Ville de Grenoble aide votre festival depuis le début, d’abord avec 9 000 euros de subvention lors de la première édition puis 25 000 l’an passé. Et cette fois-ci ?

C’est toujours ça. Ils avaient dit qu’ils montraient à 25 000 et qu’après ils ne bougeraient plus. Mais il n’y a pas que ça : ils nous facilitent le travail, ils nous accompagnent super bien sur la mise en place du festival, ils nous mettent à disposition l’Ancien musée de peinture et, cette année, un local pour le festival pour trois mois – comme Spacejunk c’est petit.

Grenoble Street Art Fest
À Grenoble et dans l’agglo du mercredi 7 au dimanche 25 juin
Programme complet sur www.streetartfest.org ou chaque semaine dans le PB

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 31 janvier 2022 Intitulée Stencil, une scène engagée, la nouvelle exposition de l’espace Spacejunk réunit des artistes qui ont pour point commun de balancer quelques (...)
Mardi 4 janvier 2022 Habitué à coller ses œuvres dans les rues, l’artiste Cobie Cobz expose ses affiches aux messages surprenants à la galerie SpaceJunk. Il se questionne (...)
Mardi 7 septembre 2021 Les mauvais élèves qui ont loupé l’exposition Shepard Fairey (alias Obey) à l’Ancien musée de peinture lors de l’édition 2019 du SAFGA (le festoch’ de Street (...)
Vendredi 11 juin 2021 Pour les Grenoblois, l’arrivée des beaux jours s’accompagne du traditionnel Street Art Fest Grenoble-Alpes dont l’équipe organisatrice semble avoir préféré (...)
Mardi 28 janvier 2020 Armé de son stylo bille et de quelques pinceaux d’aquarelle, l’artiste Tai Taeoalii s’attelle à la défense de la cause animale. Détournant le slogan « I (...)
Mardi 4 juin 2019 Depuis 2015, le Grenoble Street Art Fest, devenu du fait de son expansion le Street Art Fest Grenoble Alpes, modifie l’ADN de l’agglomération en demandant à des artistes de réaliser des fresques ici et là. Et promeut pendant un mois le street art...
Mardi 29 mai 2018 Quatrième édition déjà pour le Grenoble Street Art Fest, que son boss Jérôme Catz (le fondateur du centre d’art Spacejunk) présente comme le plus grand d’Europe sur le sujet – rien que ça, oui. Avec toujours l’idée de faire de la ville un musée à...
Mercredi 20 septembre 2017 Avec "La Belle peinture", Spacejunk dévoile des grands noms de la peinture contemporaine œuvrant en plein pop surréalisme, pour une fresque picturale déroutante. Dix artistes s’affichent ainsi sur les murs du centre d’art grenoblois, entre...
Mardi 20 décembre 2016 Leur liberté, plastique et discursive, est à l’image de leur engagement : revendicatrice et engagée. Portés par une responsabilité citoyenne brûlante, les artistes qui dévoilent un "Art engagé" à Spacejunk utilisent leur travail pour délivrer des...
Mardi 21 juin 2016 Son viseur, il l’ajuste à coups d’aplats vibrants accompagnés parfois de détails minutieux. Le street artist Shepard Fairey, aussi connu sous le nom d’Obey, envahit actuellement les murs du centre d’art Spacejunk à l’occasion de la seconde...
Jeudi 2 juin 2016 Complexe dans sa définition comme dans sa forme, le street art tend aujourd’hui à se démocratiser tout en étant sujet aux polémiques. À l’occasion du Grenoble Street Art Fest organisé dès le 8 juin par le centre d'art Spacejunk, nous avons...
Mardi 10 mai 2016 Fresque offerte aux yeux des passants, l’œuvre d'Ernest Pignon-Ernest réalisée sur un des murs de la Bourse du travail à la Villeneuve (Grenoble) se délite année après année. Afin de sauvegarder cette pièce d'importance, le centre d'art lance une...
Mardi 29 mars 2016 Après une première édition d’une dizaine de jours en 2015, le Grenoble street art festival va revenir en juin 2016 pour trois semaines. Et avec un soutien encore plus appuyé de la Ville de Grenoble (+64% de subventions). On fait le point. Aurélien...
Vendredi 12 juin 2015 Depuis mercredi 10 juin, le Grenoble Street Art Festival a envahi la ville entre fresques murales, expositions et animations diverses. Une manifestation qui se veut avant tout « pédagogique », avec une portée artistique dont la réussite se trouve...
Mardi 9 juin 2015 Première édition pour le Grenoble street art festival, piloté par Jérôme Catz, boss du centre d’art Spacejunk. On l’a rencontré pour en savoir plus, avant d’aller voir sur place ce que ça donne. Propos recueillis par Aurélien Martinez
Mardi 30 septembre 2014 Dans le cercle restreint des "street artists" connus et reconnus internationalement pour leur production de qualité, il y a Goin, graffeur français aux (...)
Lundi 30 septembre 2013 En octobre 2003 ouvrait à Grenoble Spacejunk, centre d’expression pour « les plasticiens des cultures émergentes (lowbrow, board culture, pop surréalisme, street art...) ». Dix ans plus tard, le fondateur Jérôme Catz l’assure : l’avenir du lieu est...
Lundi 19 décembre 2011 Art contemporain / Une explosion de couleurs vives voire flashy qui évoquent immédiatement l’univers du tag, voilà ce qui frappe d’abord quand on pénètre dans (...)
Vendredi 28 octobre 2011 Exposition / Jeune geek passionnée de sciences, grandie dans l’anonymat d’une paisible banlieue résidentielle à proximité de San Francisco, Caia Koopman à (...)
Lundi 19 septembre 2011 « Le skateboard dissocie les formes urbaines de leurs fonctions, posant ainsi les bases d’un naturalisme des rues, terrains vagues et trottoirs. » Un (...)
Mercredi 17 janvier 2007 Avec ce début d’année 2007 commence au Centre Culturel Cinématographique un nouveau cycle de projection à l’intitulé explicite : So British : l’humour (...)
Mercredi 11 avril 2007 Exposition / Dernière exposition en date présentée à Spacejunk, Convince me réunit pas moins de 4 artistes différents sur un support commun. Entretien avec deux (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter