Carine Tardieu : « Pleurer ou rire, c'est une manière d'être vivante »

Ôtez-moi d'un doute
De Carine Tardieu (Fr, 1h40) avec François Damiens, Cécile de France...

"Ôtez-moi d'un doute", film au casting quatre étoiles (François Damiens, Cécile de France, André Wilms, Guy Marchand...), c'est la très bonne surprise de cette rentrée cinématographique. Rencontre avec sa réalisatrice.

Avec Ôtez-moi d’un doute, vous abordez le thème du secret de famille, très fécond au cinéma…

à lire aussi : "Ôtez-moi d’un doute" : mes beaux pères

Carine Tardieu : Au fur et à mesure de l’écriture de cette histoire, je me suis rendu compte qu’il y avait énormément de famille dans lesquelles il y avait des secrets – beaucoup autour de la paternité, car on sait qui est la mère d’un enfant. On en entend davantage parler depuis que les tests ADN existent. Des gens m’ont raconté leur histoire : certains ont eu envie de chercher leur père biologique, d’autres n’ont jamais voulu savoir…

Paradoxalement, découvrir que son père n’est pas son père biologique permet à votre héros de mieux connaître le premier…

à lire aussi : Rentrée cinéma 2017 : les quatorze films qui feront notre automne

Absolument. J’ai eu moi-même la sensation de rencontrer mon père assez tard, alors que mon père je le connais depuis toujours. Parfois, la rencontre se fait à un moment précis de la vie : quand on devient soi-même père ou mère, on se demande quel homme et quelle femme nos parents ont été. On projette des choses sur eux, qui sont juste une petite partie de leur réalité : ils sont bien davantage que nos parents.

Avez-vous hésité au moment d’attribuer à chacun des comédiens (Guy Marchand et André Wilms​) les rôles des pères ? Pourquoi l’un et pas l’autre ?

Cela a été compliqué, comme pour tous les rôles. Je n’écris pas en pensant à tel ou tel comédien. On se pose la question au moment du démarrage de la mise en production ; ensuite, ce sont surtout des histoires de rencontres. Il fallait que les pères ne se ressemblent pas trop, sans être à mille lieues l’un de l’autre – pas d’opposition du style le pauvre/le riche ; le gros/le maigre. Ensuite, il fallait que je puisse me projeter : je voudrais que Guy et André soient tous les deux mes pères ! Je ne pourrais pas diriger un acteur pour qui je n’éprouve pas un profond désir à un endroit ou un autre.

Dans le film, la tonalité oscille entre la légèreté et le sombre…

Ce balancier se fait presque malgré moi. Au théâtre, au cinéma et dans la vie, j’aime être sur la brèche ; c’est mon univers depuis toujours. Pleurer ou rire, c’est une manière d’être vivante. J’ai piqué mes plus grosses crises de fous rires dans les moments les plus tragiques de ma vie : c’est une forme de pudeur dans les moments trop sombres.

Dans ce film empli de naissances apparaît aussi le deuil des idéologies : l’engament politique figure comme une affaire du passé…

Le personnage de Cécile de France évoque sa mère, qui a plutôt choisi le militantisme à la maternité ; celui d’André Wilms est un ancien militant qui parle de ses engagements au passé… Il y a cette idée que c’était le combat de sa vie, et qu’en vieillissant, il n’a plus l’énergie pour manifester. Quelque chose existe toujours en lui, mais il n’a plus la même rage. Il ne peut plus mener son combat et ça appuie sa solitude : autour de lui, tous sont vieux ou morts.

Mais je n’avais pas de volonté de faire passer un quelconque message. Sauf pour le nom : je l’ai appelé Levkine dès le départ parce que j’aimais bien qu’Erwan ait un père d’origine étrangère. Lui qui pensait être "juste" un Breton – ce qui n’est pas rien en soi – depuis des générations, on lui ouvre une porte romanesque : il est fils de militant, petit-fils de quelqu’un qui vient d’ailleurs, qui a fait la révolution russe…

Pourquoi les mères sont-elles aussi absentes ?

C’est d’abord pour une histoire de place. Truffaut disait : « le cinéma ne supporte pas les embouteillages ». Il faut savoir choisir ses personnages et se concentrer sur eux. Mais au fond, j’ai la sensation qu’elles sont très présentes, qu’elles brillent par leur absence. Pour le personnage du François Damiens, celle qui n’est pas là pourrait dire qui est son père. Quant à la mère du personnage de Cécile de France, elle est là dans le peu qu’elle dit d’elle. Elles sont la clé du mystère.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 11 février 2020 Le combat de personnages pour pouvoir survivre après la défection de leur public épouse celui d’un père pour rester dans le cœur de sa fille. Beau comme la rencontre fortuite entre "Princess Bride" et une production Pixar dans un film d’auteur...
Jeudi 5 avril 2018 Mercredi 11 avril, la Montpelliéraine Elsa Diringer sort son premier long-métrage "Luna", portrait d’une jeunesse bouillonnante qu’elle a su approcher, voire apprivoiser. Interview avant sa venue le lendemain au cinéma le Club, en compagnie de...
Lundi 4 septembre 2017 Un démineur breton se trouve confronté à de multiples "bombes" intimes, susceptibles de dynamiter (ou ressouder) sa famille déjà bien fragmentée. Autour de François Damiens, la réalisatrice Carine Tardieu convoque une parentèle soufflante, qui a été...
Mardi 1 septembre 2015 De Jaco van Dormael (Be/Fr/Lux, 1h50) avec Pili Groyne, Benoît Poelvoorde, Yolande Moreau, François Damiens, Catherine Deneuve…
Mardi 18 ao?t 2015 De Catherine Corsini (Fr, 1h45) avec Cécile De France, Izïa Higelin, Noémie Lvovsky…
Lundi 13 avril 2015 De Denis Dercourt (Fr, 1h30) avec Albert Dupontel, Cécile De France…
Mardi 16 décembre 2014 Bons sentiments à la louche, pincée d’humour trash, mise en orbite d’une star de télé-crochet, célébration de l’art de Michel Sardou, regard pataud sur le handicap, populisme facile : Éric Lartigau signe un film dans l’air moisi du temps, qui donne...
Vendredi 13 décembre 2013 François Damiens, comédien belge adopté par le cinéma français, doublement à l’affiche du plaisant "Je fais le mort" et du magnifique "Suzanne", est passé en six ans de «sorti de nulle part» à «présent partout», sans dévier de ses principes et de...
Mercredi 11 décembre 2013 Peut-on faire un mélodrame sans verser dans l’hystérie lacrymale ? Katell Quillévéré répond par l’affirmative dans son deuxième film, qui préfère raconter le calvaire de son héroïne par ses creux, asséchant une narration qui pourtant, à plusieurs...
Mardi 3 décembre 2013 De Jean-Paul Salomé (Fr-Belg, 1h42) avec François Damiens, Géraldine Nakache, Lucien Jean-Baptiste…
Vendredi 29 novembre 2013 De Cédric Klapisch (Fr, 1h54) avec Romain Duris, Audrey Tautou, Cécile de France…
Mercredi 4 septembre 2013 De Serge Bozon (Fr, 1h46) avec Isabelle Huppert, François Damiens, Sandrine Kiberlain…
Mercredi 28 ao?t 2013 Claire Simon tente une radiographie à la fois sociologique et romanesque de la gare du nord avec ce film choral qui mélange documentaire et fiction. Hélas, ni le dialogue trop écrit, ni les récits inventés ne sont à la hauteur de la parole réelle et...
Mercredi 20 février 2013 D’Éric Rochant (Fr, 1h43) avec Jean Dujardin, Cécile De France, Tim Roth…
Mardi 28 ao?t 2012 Où Xavier Giannoli veut-il en venir avec cette fable où un monsieur tout-le-monde (Kad Merad, choix presque trop évident, même si l’acteur s’en sort avec (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter