Matthew Vaughn ("Kingsman") : « Faisons les films que personne ne peut faire »

Kingsman : le cercle d'or
De Matthew Vaughn (EU, 2h21) avec Taron Egerton, Mark Strong...

Le réalisateur de "Kingsman" remet le couvert, plaçant une baronne de la drogue sur la route de son armada d’élégants. Du sur-mesure pour ses interprètes, et du cousu main par l’auteur qui détaille ici son patron. Propos recueillis lors de sa conférence de presse parisienne.

C’est la première fois que vous tournez la suite d’un de vos films. En quoi Kingsman est-il si différent de Kick Ass ou X-Men ?

à lire aussi : "Kingsman - Le Cercle d’or" : de la suite dans les idées

Matthew Vaughn​ : Je n’ai pas pu refuser de le réaliser ni lui résister : j’avais adoré tourner le premier ; il n’était pas question pour moi que quelqu’un prenne mes propres jouets et joue avec !

Le Cercle d’Or est davantage une expansion qu’une suite à Kingsman

En effet. Il était très important pour moi de continuer l’histoire amorcée, plutôt que de faire une suite pour une suite ou pour, disons, l’argent. Kingsman est surtout l’histoire d’Eggsy, qui d’un très jeune garçon, évolue jusqu’au 3e opus. C’est son parcours, son voyage personnel que nous suivons, où qu’il nous emmène. En aucun cas je n’ai voulu me répéter : ça aurait été aussi ennuyeux pour vous que pour moi

Quand avez-vous pris la décision de réintégrer le personnage de Colin Firth ? Était-ce prévu dès son exécution à la fin du précédent épisode ?

MV : En fait, non. À l’écriture du scénario, on a essayé de voir si ça marchait sans lui, mais c’était boiteux. On l’a donc "ramené" dans la suite. Certains spectateurs peuvent ne pas aimer, mais la plupart des gens sont très heureux de le voir revivre.

La distribution est prestigieuse. Tous les acteurs correspondent-ils à vos premiers choix ?

Y aurait-il pu y avoir d’autres acteurs que ceux-là ? (rires) Pour le premier film, tout le monde m’avait dit non, pour le deuxième, tout le monde m’a dit oui.

Vous abordez ici la question de la légalisation des drogues. Quel est votre avis sur ce sujet ?

Il mérite d’être débattu. Personnellement, je n’en ai jamais pris – croyez-moi ou pas, ce n’est pas grave. Lorsque le personnage de Poppy avance que le sucre est une addiction au moins aussi mauvaise, voire pire que la drogue, elle marque un point. Alors, la drogue devrait-elle être légalisée ? Je ne sais pas. On sait que le système de prohibition ne marche pas.

En tout cas, il n’y a pas assez de personnalités politiques qui abordent le problème de façon ouverte et intelligente. Par ailleurs, j’ai découvert que les plus grands lobbies contre la drogue sont ceux de l’alcool, qui vous encouragent à boire et à devenir des alcooliques. En effet, si jamais elles devenaient légales, les drogues seraient une menace financière pour eux.

Avez-vous pensé à Trump au moment d’écrire votre président si falot et simpliste ?

Au moment de l’écriture, il était encore un animateur TV. Je n’imaginais pas qu’il entrerait en politique et encore moins qu’il deviendrait président. Dans ce cas, c’est un peu la vie qui imite l’art…

Est-il facile de concilier l’esprit de transgression porté par Kingsman avec un studio ?

C’est facile dans la mesure où c’est Marv, ma propre compagnie, qui a financé le film. Dans notre catalogue, on a Arnaques, Crimes et Botanique, Snatch, Kick Ass, Kingsman… Jamais aucun studio n’aurait misé sur ce type de film – ou alors le résultat aurait été très différent au montage. Nous considérons que nous avons beaucoup de chance et qu’il faut finalement être audacieux. Notre devise, c’est un peu "Faisons les films que personne ne peut faire". Si jamais le public suit, on continue ; sinon… les studios ne suivront pas non plus.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 14 janvier 2020 En un plan-séquence (ou presque), Sam Mendes plonge dans les entrailles de la Première Guerre mondiale pour restituer un concentré d’abominations. Éloge d’une démarche sensée fixant barbarie et mort en face, à l’heure où le virtuel tend à minorer...
Lundi 27 mai 2019 Après "Bohemian Rhapsody", le réalisateur britannique Dexter Fletcher s’attaque à la carrière d’Elton John en se servant d’une cure de désintoxication comme base narrative. Et met face à face l’enfance de prodige introverti du...
Mardi 20 mai 2014 David Cronenberg signe une farce noire et drôle sur les turpitudes incestueuses d’Hollywood et la décadence d’un Los Angeles rutilant et obscène. Un choc ! Christophe Chabert
Jeudi 17 janvier 2013 Sur la traque de Ben Laden par une jeune agent de la CIA, Kathryn Bigelow signe un blockbuster pour adultes, complexe dans son propos, puissant dans sa mise en scène de l’action, personnel dans le traitement de son personnage principal. Christophe...
Vendredi 3 février 2012 De Tomas Alfredson (Ang, 2h) avec Gary Oldman, John Hurt, Colin Firth…
Vendredi 9 septembre 2011 Les deux réalisateurs d’I love you Philip Morris s’essayent à la comédie romantique chorale mais ne confectionnent qu’une mécanique théâtrale boulevardière et ennuyeuse, dont seul s’extirpe le couple formé (trop tardivement) par Ryan Gosling et Emma...
Mardi 24 mai 2011 Le réalisateur de X-Men : le commencement s’est fait un nom en tant que producteur des films de Guy Ritchie (Arnaques, crimes et botanique, Snatch, et (...)
Mardi 24 mai 2011 Sous l’impulsion de Matthew Vaughn et de son producteur Bryan Singer, ce reboot de la saga mutante a le mérite de poser de bonnes questions, et nous venge avec les honneurs des récents blockbusters super-héroïques. François Cau
Mercredi 26 janvier 2011 De Tom Hooper (Ang-Austr-ÉU, 1h58) avec Colin Firth, Geoffrey Rush, Helena Bonham Carter…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X