"Au revoir là-haut" : et Albert Dupontel signa son plus grand film

Au revoir là-haut
De Albert Dupontel (Fr) avec Nahuel Perez Biscayart, Albert Dupontel...

Conte noir plongeant ses racines dans la boue des tranchées et s’épanouissant dans la pourriture insouciante des Années folles, le sixième long-métrage d'Albert Dupontel fait rimer épique et esthétique en alignant une galerie de personnage (donc une distribution) estomaquante.

Après avoir frôlé la mort dans les tranchées, une "gueule cassée" dotée d’un talent artistique inouï et un comptable tentent de "s’indemniser" en imaginant une escroquerie… monumentale. Honteux ? Il y a pire : Aulnay-Pradelle, profiteur de guerre lâche et assassin, veut leur peau…

La barre était haut placée : du monumental roman de Pierre Lemaitre, statufié en 2013 par un de ces Goncourt que nul ne saurait discuter (ils sont si rares…), Albert Dupontel a tiré le grand film au souffle épique mûrissant en lui depuis des lustres. La conjonction était parfaite pour le comédien et réalisateur qui, s’il n'a jamais caché ses ambitions cinématographiques, n’avait jusqu’à aujourd’hui jamais pu conjuguer sujet en or massif et moyens matériels à la mesure de ses aspirations.

Chapeau, Lafitte

Le roman se prêtait à l’adaptation mais n’a pas dû se donner facilement – l’amplitude des décors et des situations augmentant les risques de fausse route et d’éparpillement. Galvanisé, Dupontel s’est réapproprié ce récit picaresque et lui à donné un équivalent cinématographique. S’il a sabré quelques détails (l’homosexualité), il a joué sur l’aspect feuilletonnant, l’imaginaire colonial d’alors livrant une œuvre à la facture d’un classicisme trop ostensible pour être homogène.

Le travail sur la couleur opéré par Vincent Mathias n’a en effet rien d’anodin : à chaque ambiance correspond un traitement symbolique. Les tons pâles et veloutés accompagnant les soldats au front rappellent ainsi les autochromes des frères Lumière ou les tirages noir et blanc colorés d'époque ; quant au Paris diapré de l’entre-deux-guerres, il semble bénéficier de la bienveillance tutélaire d’un Jean-Pierre Jeunet. À chaque plan, l’œil est conquis mais pas dupé : à la différence de celle vendue par les héros, l’authenticité de cette marchandise ne peut être contestée !

Au revoir là-haut vérifie enfin ce postulat affirmant que le succès d’un film est intimement liée à la réussite de l’incarnation de l’opposant. En clair, plus le méchant est bon, meilleur est le résultat. Laurent Lafitte se révèle adéquat dans le frac d’Henri d’Aulnay-Pradelle : on n’a pas vu aussi suavement immonde depuis Christoph Waltz dans Unglourious Basterds, c’est dire le niveau. Seul vrai regret : l’absence de Nicolas Marié du générique, comédien génial et jusqu’à présent fétiche de Dupontel.

Au revoir là-haut
de et avec Albert Dupontel (Fr., 1h55) avec également Nahuel Perez Biscayart, Laurent Lafitte…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 25 septembre 2018 Dans cette fresque révolutionnaire entre épopée inspirée et film de procédure, Pierre Schoeller semble fusionner "Versailles" et "L’Exercice de l’État", titres de ses deux derniers longs-métrages de cinéma. Des moments de haute maîtrise, mais aussi...
Mardi 5 décembre 2017 Goncourt 2017 surprise mais fort à propos pour "L'Ordre du jour", récit de deux moments pivots de la prise de pouvoir nazie à la veille de la Seconde Guerre mondiale, le romancier Éric Vuillard travaille par le récit une littérature émancipatrice...
Lundi 20 février 2017 Désireux d’éveiller les consciences en période pré-électorale, Lucas Belvaux lance un coup de poing idéologique en démontant la stratégie de conquête du pouvoir d’un parti populiste d’extrême droite. Toute ressemblance avec une situation...
Mardi 24 mai 2016 Curieuse cette propension des cinéastes étrangers à venir filmer des histoires pleines de névroses en France. Et à faire d’Isabelle Huppert l’interprète de cauchemars hantés par une sexualité aussi déviante que violente. Dommage que parfois, ça...
Mardi 22 septembre 2015 De François Favrat (Fr., 1h41) avec Laurent Lafitte, Mélanie Laurent, Audrey Dana, Wladimir Yordanoff…
Mardi 3 mars 2015 De Brice Cauvin (Fr, 1h40) avec Laurent Lafitte, Agnès Jaoui, Benjamin Biolay, Nicolas Bedos…
Mardi 3 juin 2014 Premier film sous influence Wes Anderson de Vincent Mariette à l’humour doucement acide, où deux frères et une sœur partent enterrer un père devenu un fantôme dans leur vie, pour un road movie immobile stylisé et séduisant. Christophe Chabert
Mardi 29 avril 2014 Lucas Belvaux raconte l’histoire d’amour utopique et contrariée entre un prof de philo parisien et une coiffeuse d’Arras, avançant sur le fil des clichés pour renouveler adroitement son thème de prédilection : la lutte des classes, ici envisagée...
Mercredi 12 juin 2013 De Marion Vernoux (Fr, 1h34) avec Fanny Ardant, Laurent Lafitte, Patrick Chesnais…
Mardi 17 juillet 2012 Pour ce film plus ouvert mais tout aussi dérangeant que ses précédents, Joachim Lafosse s’empare d’un fait-divers et le transforme en tragédie contemporaine interrogeant les relents de patriarcat et de colonialisme de nos sociétés. Fort et...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter