Rone : « Avec "Mirapolis", j'avais envie d'aller vers quelque chose de plus léger, de plus solaire »

Rone

La Belle Électrique

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Concert / En même pas 10 ans, le producteur Rone, de son vrai nom Erwan Castex, s'est imposé comme un acteur majeur de la scène électronique française. Un peu plus de deux ans après "Creatures", il viendra présenter, à la Belle électrique et à guichets fermés, "Mirapolis",  magnifique nouvel album qui parcourt ses souvenirs d’enfance.

Comment définiriez-vous le style Rone ?

à lire aussi : Et voici les 20 concerts de l’automne

Rone : Je crois c’est une musique électronique qui s’ouvre à d’autres univers. Je me considère comme un musicien électronique parce que mes instruments sont des synthétiseurs, des ordinateurs, des machines, mais plus ça va et plus mes sons sont organiques, plus j’ai l’impression de faire de la musique tout court. D’ailleurs, je collabore de plus en plus avec des musiciens, des batteurs, des violoncellistes, et ajoute des voix dans mes morceaux. J’adore toujours jouer en club mais on m’invite aussi à la Philharmonie de Paris : j’aime les deux et serais triste de devoir me séparer de l’un ou l’autre.

à lire aussi : L'orfèvre élect’Rone

Vous avez sorti début novembre Mirapolis, votre quatrième album. Pourquoi lui avoir donné le nom d’un ancien parc d’attractions ?

C’est un souvenir d’enfance qui a rejailli lors d’une discussion avec le réalisateur Michel Gondry. En voyant la pochette futuriste qu’il me proposait, j’ai pensé au film Metropolis de Fritz Lang et à Mirapolis, un parc d’attractions qui me fascinait quand j’étais petit. Avec mes parents, je passais jamais très loin sur l’autoroute et je voyais toujours un énorme Gargantua dépasser !

Comment s’est déroulée la création de l’album ?

Elle s’est déroulée en deux temps. Une moitié d’album solitaire et l’autre très collective. Je suis d’abord parti m’isoler dans des chambres d’hôtel dans des bleds où il n y avait personne. J’avais besoin de me couper de mes amis, de ma famille, de me retrouver un peu seul. À Paris, tout va trop vite et j’ai du mal à me concentrer. J’ai réalisé que c’était des conditions idéales pour créer. Toute l’expérience accumulée ces derniers mois, ces dernières années, a rejailli beaucoup plus facilement que lorsque je suis dans le rythme d’une vie effrénée.

Je suis ensuite rentré avec ce que j’avais enregistré sur mon ordi. J’avais posé des idées de maquette plus ou moins élaborées. Puis j’ai tout finalisé dans mon studio à Paris. C’est aussi à ce moment-là que j’ai commencé à faire des collaborations. C’était l’opposé de la première partie, car j’étais dans l’échange permanent.

Saul Williams, Bryce Dessner de The National, Baxter Dury… Votre album est en effet riche en collaborations. Comment avez-vous été amené à travailler avec ces artistes ?

Il y a une histoire avec chacun d’eux. Baxter Dury, c’est une personne que j’admire énormément. Je l’ai contacté car je cherchais une voix grave, style dandy british un peu désabusé. Pour Bryce Dessner, c’est un ami que je retrouve régulièrement en studio et sur scène. J’avais déjà collaboré sur leur disque avec The National et l’avais déjà invité sur mon précédent album Creatures.

Quant à Saul Williams, je l’ai rencontré par le biais d’un ami. On avait fait un bœuf ensemble dans un bar minable ! On s’est revus dans mon studio alors que je composais. C’était le lendemain de l'élection de Trump, il était très remonté. Très spontanément, il s’est mis à improviser sur l’un des morceaux et le rendu était super.

Travailler de manière plus collective, qu’est-ce que cela vous apporte ?

C’est toujours plus agréable de faire les choses à plusieurs. Je passe beaucoup de temps en studio tout seul. J’adore ca ; l’introspection, j’ai besoin de ca. Mais ouvrir un peu la porte et les fenêtres pour faire rentrer quelque chose qui est étranger à ma musique, pour l’emmener plus loin, c’est très enrichissant.

Comment avez-vous imaginé Mirapolis par rapport à Creatures, votre album précédent ?

Avec le recul, mon précédent album m’a semblé très dark, un petit peu lourd à digérer. Avec Mirapolis, j’avais envie d’aller vers quelque chose de plus léger, de plus solaire, qui tire les gens vers le haut et moi aussi par la même occasion. Même si, dans le résultat, il y a toujours un petit côté mélancolique, mon idée à la base était de faire quelque chose de beaucoup plus festif !

Pourquoi avoir fait le choix de vous éloigner de l’électro, avec des morceaux pop comme Switches ?

Effectivement, la moitié de mon album contient des collaborations et va sur des territoires éloignés de l’électro. En créant Switches, j’ai été au bout d’un fantasme, celui de faire un morceau sans utiliser de machine. J’ai commencé avec une petite mélodie au piano sur laquelle j’ai invité le chanteur Baxter Dury à poser sa voix. Autour de ça, j’ai réalisé plein d’arrangements de cuivres, de cordes, pour faire un morceau beaucoup plus pop.

L’autre partie de mon album reste très électro. Dans des morceaux comme Origami et Mirapolis, j’ai même l’impression de retourner à mes débuts, quand j’avais ni studio ni instrument.

Dans votre titre Lou, on peut entendre la voix de votre fille Alice. Le fait d’être père a-t-il influencé votre manière de composer ?

Mes enfants sont évidemment très inspirants et ont une influence énorme sur ma manière de composer. Avant, je travaillais toute la nuit, maintenant très tôt le matin et cela se ressent sur ma musique. Pour la petite histoire, c’était une période où Alice imitait le loup à longueur de journée. J’ai craqué et je l’ai enregistrée. C’est fou, tout le morceau s’est construit autour de cette petite voix.

Vous serez en concert à la Belle électrique. Comment construisez-vous vos lives ?

L’exercice est de réussir à réinventer mes titres sur scène. J’essaie de voir comment je peux "électroniser" les morceaux plus organiques, qui sont à l’origine faits d’instruments. C’est important pour moi que mes morceaux ne soient pas figés. Jouer toujours les mêmes choses, ça peut rendre fou ! Je sais qu’entre la première et la dernière date de la tournée, mes sons vont évoluer et prendre une forme complètement différente.

Rone
À la Belle électrique mercredi 22 novembre à 20h

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 26 mai 2022 De retour sur la Croisette, David Cronenberg n’étonne pas mais confirme en remalaxant des thèmes et thèses développées dans ses films précédents portant sur des mutations organiques et des addictions voyeuristes. La différence, c’est que son futur...
Mardi 1 mars 2022 Pourquoi notre cerveau aime – chez les gens normalement constitués – le riff d’intro de "Whole Lotta Love", mais déteste le bruit du marteau-piqueur ? L’effet de la musique sur nos ciboulots est le thème de la Semaine du cerveau,...
Mercredi 14 avril 2021 Possessor aurait pu constituer l’Easter Egg idéal du festival Hallucinations Collectives, si… Mais avec des si, les cinémas seraient ouverts et on ne serait pas obligé de voir le Grand Prix de Gérardmer en direct to DVD en espérant qu’il sorte...
Mardi 11 avril 2017 Le musicien-beatboxer, souvent vu dans l'agglo, sera vendredi 14 et mardi 18 avril sur la scène de l'Hexagone de Meylan avec "Chrones",  un concert-performance aussi technologique que poétique.
Mardi 30 juin 2015 De Matteo Garrone (It-Fr-Ang, 2h13) avec Salma Hayek, Vincent Cassel, Toby Jones…
Mardi 3 février 2015 Ambiances musicales féériques, production très soignée, collaborations étincelantes (Étienne Daho, François Marry, Bachar Mar-Khalifé…) : "Creatures", le troisième album de Rone prévu pour le 9 février, est sublime en tous points. Et confirme que le...
Mercredi 19 novembre 2014 Le Français Rone et sa magnifique electronica pour boîte à musique seront à la Belle électrique le samedi 7 février avec un nouvel album fortement attendu.
Mardi 20 mai 2014 David Cronenberg signe une farce noire et drôle sur les turpitudes incestueuses d’Hollywood et la décadence d’un Los Angeles rutilant et obscène. Un choc ! Christophe Chabert
Jeudi 4 juillet 2013 Séquence émotion au cours du dernier festival de Cannes : en séance de clôture de Cannes Classics, Alain Delon vient présenter la version restaurée de Plein Soleil (...)
Jeudi 7 février 2013 De Brandon Cronenberg (Canada, 1h48) avec Caleb Landry Jones, Sarah Gadon…
Mercredi 26 septembre 2012 Entre satire de la télé réalité, comédie napolitaine façon Pietro Germi et portrait stylisé d’un individu au bord de la folie, le nouveau film de Matteo Garrone séduit par ses qualités d’écriture, de mise en scène et par la performance hallucinée de...
Lundi 21 mai 2012 Le 65e festival de Cannes arrive déjà à mi-parcours de sa compétition, et celle-ci paraît encore bien faible, avec ce qui s’annonce comme un match retour de 2009 entre Audiard et Haneke et une forte tendance à la représentation du sentiment...
Vendredi 16 décembre 2011 La rivalité entre Freud et son disciple Carl Gustav Jung, un sujet complexe mais idéal pour David Cronenberg, qu’il rend passionnant pendant 45 minutes, avant de laisser la main à son scénariste, l’académique Christopher Hampton. Christophe Chabert
Lundi 11 mai 2009 Avec "Le Rose et le Noir", la cie Cicerone nous offre une proposition théâtrale plus que pertinente, loin de tout sentier battu. Rencontre avec le metteur en scène Julien Anselmino et sa dramaturge Agathe Philippe. Propos recueillis par Aurélien...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X