Anne Fontaine : « "Marvin" parle de la différence au sens propre du terme »

Marvin ou la belle éducation
De Anne Fontaine (Fr, 1h53) avec Finnegan Oldfield, Grégory Gadebois...

Queer Lion à la Mostra de Venise, "Marvin ou la belle éducation", quinzième long-métrage d’Anne Fontaine, est une adaptation lointaine du fameux roman "En finir avec Eddy Bellegueule" d'Édouard Louis. On en a discuté avec elle.

Adapté d’un livre racontant une "renaissance" passant par un changement de nom, votre film Marvin change également le nom du protagoniste. À travers le prisme du cinéma, il s’agit donc d’un changement au carré…

à lire aussi : "Marvin ou la belle éducation" : et Anne Fontaine sombra dans la caricature

Anne Fontaine : Le point de départ a été la rencontre avec le roman En finir avec Eddy Bellegueule d'Édouard Louis, dont j’ai voulu sortir en inventant le parcours que j’imaginais pour le personnage à travers les années : comment il pouvait trouver sa vocation, comment il pouvait s’en sortir… Ce qui n’est pas le cas du livre, qui est sur l’enfance, et ne traite pas l’épanouissement ni la singularité de son destin.

Très vite, avec Edouard Louis, on est tombés d’accord sur le fait que c’était pas une adaptation, mais un acte d’inspiration. Près de 70% du film est inventé à partir d’une enfance traumatisante et difficile. Mais j’ai aussi mis beaucoup d’éléments personnels : j’ai moi aussi changé de nom quand j’avais 17 ans, j’ai été actrice… J’ai construit l’histoire avec des points communs, et elle un peu mienne.

Y avait-il chez vous le même besoin compulsif et vorace que Marvin pour arriver à renaître sous une autre identité ?

Je ne voulais pas être actrice en particulier, et j’ai rencontré une icône du théâtre, Robert Hossein, qui m’a baptisée Esmeralda pour Notre-Dame de Paris. J’ai ressenti ce que va ressentir Marvin : être dans une peau de quelqu’un d’autre que soi, travailler à transmettre une énergie, des phrases à d’autres qui les entendent. Avoir un autre regard sur soi peut permettre tout d’un coup de se déployer autrement, d’exister autrement. Pour moi, ça a joué.

Pour Marvin, le regard de cette principale qui le met dans cette classe de théâtre où il se met à improviser les dialogues qu’il connaît mais qu’il restitue de manière différente, c’est le premier acte d’une voie d’espérance. La culture et l’art sont salvateurs pour lui qui vit dans un monde enfermé sur lui-même et qui n’y a pas accès. Marvin est dans une précarité existentielle très violente, comme exilé chez ses propres parents. Ce film parle de la différence au sens propre du terme : on s’est tous senti différent, personne ne peut dire ne pas s’être senti différent, de manière plus ou moins visible.

Et le théâtre est le réel déclencheur de sa métamorphose, le révélateur ?

Au théâtre, l’expression de soi permet d’ouvrir un chemin inédit, inattendu dans l’existence. Je l’ai vu sur d’autres, je l’ai expérimenté moi et je pense que l’ai transmise dans Marvin cette manière de jouer sur la matière première qu’est son enfance, sa jeunesse. Comment on la transcende, ce qu’on en fait, ce qu’on arrive à transmettre, le rapport avec ses racines…

Avez-vous eu un dialogue après le film avec Edouard Louis ?

Non, je l’ai eu après le scénario. Je l’ai eu avant, parce que je lui ai dit que je n’allais pas adapter le livre tel quel et que si c’était son souhait, il fallait qu’on se sépare tout de suite. Il a approuvé mon choix. Ensuite, quand il a vu le scénario, qui était si loin – j’avais changé le nom, les lieux, placé des personnages qui ne sont pas dans son livre – il a préféré ne pas avoir son nom au générique et je l’ai approuvé. Mais il a quand même voulu que ça devienne un film.

Le sous-titre du film, La belle éducation, est-il une réponse à Almodóvar ?

Ce serait plutôt un clin d’œil. C’est une phrase que dit le personnage que joue Charles Berling. Je trouvais que c’était joli de mettre le mot éducatione, ça donnait une direction. Bien sûr, j’adore Almodóvar, je suis tout à fait contente d’échanger indirectement quelque chose avec lui.

C’est la première fois que vous travaillez avec le scénariste Pierre Trividic. Comment cette collaboration est-elle née ?

Il faut toujours des premières fois (sourire). J’avais admiré son travail avec le premier film de Pascale Ferran (Petits arrangements avec le morts), avec Chéreau (Ceux qui m’aiment prendront le train) et le fait qu’il soit très fort dans des constructions "différentes". C’est quelqu’un qui a une grande culture et une façon de concevoir le cinéma pas uniquement naturaliste.

Il était sensible à l’idée qu’il fallait que "ça danse" entre les périodes – peut-être parce que j’ai été danseuse –, ça lui a beaucoup plu. Les thématiques l’intéressaient de manière personnelle et profonde, puisque lui-même, sans se cacher, est homosexuel. J’ai beaucoup aimé travailler avec lui : il a une grande rigueur et une grande intelligence sur un milieu où, justement, il ne fallait pas être unidimensionnel ni caricatural. Même si on a toujours l’air de l’être au début quand on le dépeint.

Même question pour le metteur en scène de théâtre Richard Brunel…

Quand j’ai décidé de faire le spectacle [que l’on voit dans le film – NDLR] avec le personnage de Vincent Macaigne directeur de théâtre, je me suis dit que ce serait un équivalent de la Comédie de Valence que je connaissais. J’ai décidé de tourner là-bas et j’ai demandé à Richard de me faire la chorégraphie de ce spectacle. Je lui ai demandé de faire 3/4 tableaux différents que je choisirais. Il a été très intéressé par cette collaboration pour le cinéma.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 29 juin 2021 Enchaînant films et sujets opposés, Anne Fontaine s’attaque après Police à l’étage supérieur : le pouvoir suprême et ceux qui l’ont exercé… lorsqu’ils en sont dépossédés. Entre fable et farce, une relecture des institutions et de...
Mardi 27 mars 2018 Jusqu’au jeudi 5 avril se déroule à Grenoble et sur le campus la douzième édition du Festival culturel interuniversitaire piloté par la communauté universitaire grenobloise et construit cette année autour du thème de l’infini. Avec de nombreuses...
Mardi 10 janvier 2017 Découvrir ou redécouvrir de grands romans des dernières années, voilà ce que propose le comédien Benoît Olivier avec son cycle de lectures à haute voix "Ma parole est donnée". Les prochaines semaines, il s’attaquera à Judith Perrignon et Édouard...
Mardi 9 février 2016 Anne Fontaine, qui apprécie toujours autant les sujets épineux (et a pris goût aux distributions internationales), en a débusqué un en Pologne : l’histoire de religieuses enceintes après avoir été violées par des soudards soviétiques… Surprenant....
Mardi 5 janvier 2016 Après une année cinématographique 2015 marquée par une fréquentation en berne (plombée surtout par un second semestre catastrophique du fait de l’absence de films qualitatifs porteurs), quel sera le visage de 2016 ? Outre quelques valeurs sûres, les...
Mardi 9 septembre 2014 D’Anne Fontaine (Fr, 1h39) avec Fabrice Luchini, Gemma Arterton, Jason Flemyng…
Vendredi 4 novembre 2011 D’Anne Fontaine (Fr-Belg, 1h43) avec Isabelle Huppert, Benoît Poelvoorde…
Jeudi 16 avril 2009 D’Anne Fontaine (Fr, 1h53) avec Audrey Tautou, Benoît Poelvoorde, Alessandro Nivola…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter