"Coco" : Pixar os secours des ancêtres

Coco
De Lee Unkrich (ÉU, 1h40) avec Andrea Santamaria, Ary Abittan

Un petit Mexicain parcourt le Royaume des Morts pour déjouer une malédiction familiale et obtenir une bénédiction en retour. Coutumier des quêtes en milieu hostile ("Monstre & Cie", "Le Monde de Nemo"), Lee Unkrich pousse plus loin le curseur et emporte les cœurs. Signé Pixar.

Depuis qu’une aïeule a été abandonnée par son guitariste d’époux, la famille de Miguel a banni toute musique de sa vie. C’est donc un drame quand le garçonnet avoue, le Jour des Morts en plus, se destiner lui aussi à la guitare. Miguel espère trouver du soutien auprès de ses ancêtres…

à lire aussi : Lee Unkrich ("Coco") : « On voulait vraiment que ça respire mexicain »

S’il faut aux sceptiques une preuve supplémentaire de l’existence d’un particularisme artistique des studios Pixar au sein de l’empire Disney, Coco tombe à pic : il constitue même une manière de manifeste. Là où les productions issues de la maison-mère misent sur un arsenal codifié d’éléments rassurants pour fédérer leurs publics (schématisons : la quête d’une princesse entrelardée par des torrents de chansons), la branche spécialisée dans les images de synthèse s’aventure dans des territoires insolites, plus stupéfiantes encore du point de vue narratif que technique. Une "originalité" artistique autorisée parce qu’elle s’avère globalement payante… notamment du côté du tiroir-caisse.

Notes en sourdine

Même si la musique est ici le moteur du personnage principal, elle ne pollue pas le film à heure fixe, ni ne le condimente tel un excipient folklorique. Certes, Coco recourt parfois à une mélodie, mais jamais au détriment du récit, ni des relations entre les personnages, toujours privilégiées. L’enjeu véritable, c’est raconter l’indicible, montrer un "in-imaginé". Un genre de gageure dont Pixar raffole pour l’avoir déjà approché dans la merveilleuse séquence d’ouverture de Là-Haut (jamais égalée) ou tout au long de Vice-Versa, en proposant un voyage à la racine de l’attachement, au principe de l’amour, sans sentimentalisme mais avec du sentiment.

à lire aussi : Vice-Versa : la Révolution Pixar

Bien sûr, la représentation bariolée du Royaume des Morts vaut son pesant de splendeur visuelle, mais elle frappera moins au cœur que la pureté simple du secret placé au cœur de l’intrigue. La leçon de vie qu’il inspire n’a rien d’un catéchisme balourd ; tout au plus suggère-t-il de troquer sur le chemin menant les défunts aux vivants les pétales orangés des œillets par le bleu du myosotis – la fleur du signifie "ne m’oubliez pas".

Coco
de Lee Unkrich & Adrian Molina (E.-U., 1h 45) animation

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 11 mars 2022 Signé par la prodige Domee Shi, le nouveau Pixar, "Alerte Rouge", confirme la suprématie du studio satellite de Disney mais hélas ne bénéficie pas d’une sortie en salle : à l’instar de "Soul" et de "Luca", il n'est visible que sur la plateforme...
Mardi 19 octobre 2021 De la mémoire comme un bien précieux à préserver, pour qu’une vérité historique non corrompue soit transmise par-delà les années… Ce qui est, somme toute, la raison (...)
Lundi 15 juillet 2019 En donnant à voir une deuxième version de son film d'animation culte sorti en 1994, les studios Disney seraient-ils en train de préfigurer un cinéma nouvelle génération ? Derrière l’histoire du cycle de la vie et des successions naturelles, en...
Lundi 2 juillet 2018 De retour à l’animation après une parenthèse en prises de vues réelles, Brad Bird donne une suite superlative à ses "Indestructibles", où le divertissement n’exclut pas le politique. La marque de Pixar.  
Mardi 13 décembre 2016 Sa semaine rituelle de deuil accomplie, un couple de quinquagénaires ayant perdu son fils prend des détours baroques pour achever sa consolation. Tout sauf funèbre, cette tranche de vie après la mort est l’œuvre d’un prometteur jeune cinéaste...
Mardi 24 novembre 2015 Après avoir conquis les esprits et les cœurs au printemps grâce à "Vice-Versa", le studio Pixar sort son second film de l’année. Est-ce une si bonne nouvelle que cela ?
Mardi 16 juin 2015 "Vice-Versa", chef-d’œuvre absolu signé Pete Docter, est un nouveau cap pour la révolution initiée depuis vingt ans par les studios Pixar dans le cinéma d’animation. Ou comment une bande de geeks est venue bousculer le monstre Disney, qui n’est pas...
Mardi 16 juin 2015 Les studios Pixar et Pete Docter donnent une singulière lecture de ce que l’on appelle un film-cerveau en plongeant dans la tête d’une fillette de onze ans pour suivre les aventures de… ses émotions ! Aussi ambitieux qu’intelligent, drôle, émouvant...
Dimanche 7 juillet 2013 Déception pour le nouveau Pixar : la greffe entre l’univers de "Monstres et Cie" et celle du film de campus ne prend qu’à moitié, et le scénario paraît bien attendu par rapport à celui du précédent "Rebelle". Christophe Chabert
Vendredi 12 octobre 2012 Musique baroque / Vincent Dumestre, génial taquineur de guitare ancienne, luth et théorbe, fonde le Poème harmonique en 1998. Une compagnie musicale dont le (...)
Mercredi 15 ao?t 2012 Mais qui arrêtera les studios Pixar ? Leur retour à une histoire originale après deux prolongations de franchises maison donne lieu à une pure merveille, chef-d’œuvre scénaristique et leçon de mise en scène animée.
Mercredi 14 avril 2010 Portrait / L’année 2010 permet à Gérard Depardieu de retrouver de grands rôles dans de bons films. CC
Jeudi 16 avril 2009 D’Anne Fontaine (Fr, 1h53) avec Audrey Tautou, Benoît Poelvoorde, Alessandro Nivola…
Mercredi 10 janvier 2007 On va pas vous casser les noix ou toute autre partie du corps avec le retour de Stallone. Non, la nouvelle qui secoue (modérément) le landernau de la (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter