"Les Gardiennes" : les autres champs de bataille de Xavier Beauvois

Les Gardiennes
De Xavier Beauvois (Fr, 2h14) avec Nathalie Baye, Laura Smet...

Le cinéaste Xavier Beauvois transpose un roman de 1924 racontant comment les femmes ont assuré l’ordinaire et l’extraordinaire d’une ferme pendant la Grande Guerre. Une néo qualité française pétrie de conscience sociale et humaine ; du cinéma de réconciliation, en somme.

1915. Privée de ses hommes partis au front, la ferme du Paridier doit continuer à tourner. À l’approche des moissons, Hortense (Nathalie Baye) embauche Francine (Iris Bry), une orpheline dure à la tâche pour la seconder auprès de sa fille Solange (Laura Smet). Les saisons se suivent et Francine semble adoptée…

à lire aussi : Nathalie Baye : « Plus je fais des choses différentes, plus j’aime mon métier »

C’est une figure bien paradoxale que Xavier Beauvois s’emploie à dessiner de film en film (et poursuit donc ici tout naturellement) : celle de l’absence, de la disparition, de l’effacement. Succédant à La Rançon de la gloire (2013) et son histoire de sépulture sans mort, Les Gardiennes évoque les morts sans sépulture de la grande boucherie de 14-18. Un conflit d’ailleurs quasiment traité in absentia puisque le Paridier, barycentre des héroïnes, se trouve loin de la ligne de front : quelques rares images de contextualisation au début, puis des cauchemars des militaires en permission, montrent le visage effrayant des combats.

Le front et la ferme

Pourtant, dans cette saga paysanne "de l’arrière", la réalité de la guerre transpire à chaque plan, jusque dans l’inconscient des décors ou des costumes envahis par le bleu horizon, couleur des uniformes des poilus une évidence dont Xavier Beauvois réfute l’intentionnalité avec une attendrissante roguerie, comme s’il craignait d’être victime d’une forme incurable de sémiologie picturale.

Non seulement ce penchant n’a rien d’obscène, mais il s’accompagne d’un goût pour une esthétique pastorale lequel n’est en rien le pré carré de Jean Sagols ni de l’État français : filmer la réalité de la terre et des saisons est enfin (re)devenu moderne. Cet exercice de contemplation de la nature et d’accompagnement du labeur doit énormément au talent de la chef-opératrice Caroline Champetier, aussi étrangère à toute tentation de folklore qu’elle est une révélatrice de beauté brute. D’une beauté native et non frelatée, assumant l’éclat de sa simplicité.

S’il s'avère inutile de farder l’image pour en faire ressortir l’exceptionnel éclat, pourquoi souligner le lyrisme du récit par des torrents de musique ? Par ses ponctuations minimalistes, le vétéran Michel Legrand dépose une juste mesure mélodique ; une respiration harmonique et elliptique comptant parmi les plus pures de sa prolifique carrière.

Les Gardiennes
de Xavier Beauvois (Fr., 2h 14) avec Nathalie Baye, Laura Smet, Iris Bry…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 9 décembre 2022 Avec "Les Gardiennes", le metteur en scène et auteur Nasser Djemaï s’intéresse à la place que la société accorde (ou non) à nos aînés – aînées, ici. Un spectacle dans la lignée de son succès "Invisibles", qui démarre dans un univers réaliste pour...
Lundi 19 septembre 2016 Ébauche de renouveau pour Xavier Dolan qui adapte ici une pièce du dramaturge français Jean-Luc Lagarce, où un homme vient annoncer son trépas prochain à sa famille dysfonctionnelle qu’il a fuie depuis une décennie. Du maniérisme en sourdine et...
Mardi 6 janvier 2015 Cette odyssée dérisoire de deux pieds nickelés décidés à voler le cercueil de Charlie Chaplin creuse surtout la tombe de son réalisateur Xavier Beauvois, qui signe un film apathique à tous les niveaux, sans forme ni fond. Christophe Chabert
Mardi 25 novembre 2014 De Katia Lewkowicz (Fr, 1h35) avec Marina Foïs, Laura Smet, Noémie Lvovsky…
Mardi 22 avril 2014 De Frédéric Schoendoerffer (Fr, 1h36) avec Niels Arestrup, Gérard Lanvin, Laura Smet…
Mardi 17 juillet 2012 Bonne nouvelle : Xavier Dolan fait sa mue et commence à devenir le cinéaste qu’il prétend être. Si "Laurence anyways" est encore plein de scories, d’arrogances et de références mal digérées, on y trouve enfin de vraies visions de cinéma. Christophe...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X