Grand bain musical à Musilac

Festival / Vieilles gloires, valeurs sûres, piliers de festoche, jeunes pousses, smoothies de genres et autres étrangetés à découvrir : le festival lacustre Musilac, prévu du jeudi 12 au dimanche 15 juillet à Aix-les-Bains (Savoie), va baigner l'été musical d'un éclectisme qui attire les foules comme les amateurs éclairés, jusqu'à les confondre. La preuve avec la programmation détaillée par jour.

Old Wave le jeudi

D'une certaine manière, s'il fallait un hymne en ouverture de cette édition 2018 de Musilac, il pourrait consister en trois bouts de refrains se répondant depuis le fin fond des âges 80 ; quand les uns martèleraient « I Just can't get enough », les autres répondraient « Don't you forget about me » ou « Always the sun ». Car, on l'aura compris, c'est une soirée très marquée "ressac de la new wave" que celle du jeudi, avec Depeche Mode, Simple Minds et The Stranglers – quand bien même les carrières de chacun de ces groupes britanniques n'auraient pas résisté d'égale manière au passage du temps.

à lire aussi : Le Passage Music Festival : mais qui est ce (gros) nouveau des festivals de l'été isérois ?

Pour le reste, on notera que J. Bernardt, transfuge des Belges de Balthazar, remplacera numériquement son collègue Warhaus, présent l'an dernier ce même soir ; que le rock indé répondra présent avec le Stroke Albert Hammond Jr. (le meilleur d'entre eux, sans doute), Findlay et The Mistery Lights ; que les amateurs de bizarrerie en auront pour leur compte avec le black metal-gospel-blues de Zeal & Ardor ; que les amateurs de chanson rock en VF s'enflammeront pour le retour des Feu! Chatterton ; ou encore que les amateurs de rap mélodique pourront retrouver la sensation du moment Lomepal.

à lire aussi : Cabaret (frappé) d'ici et d'ailleurs

Thermostars le vendredi

« Simple, basique » comme dirait Orelsan ? Pas vraiment : dès le deuxième soir, l'éclectisme à tout crin de Musilac s'accentue et s'étire entre scène lac et scène montagne (sans oublier le Korner). Tous azimuts, on retrouvera là, en fonction de ses goûts ou de l'endroit où on se trouve, aussi bien le suscité et parfois sulfureux Orelsan que Deep Purple (mettront-ils le feu au lac ?) ; l'incandescent belge (si ça existe !) Oscar and the Wolf et la brûlante diva de l'Arkansas Beth Ditto ; les tièdes Cats on Trees et la très hot Hollysiz ; les volcaniques Fufanu (genre de Joy Division islandais), le blues ardent et abrasif de The Temperance Movement, le crépitant Foa ou encore le bouillant rappeur rouennais Rilès. Bref, un deuxième soir qui, derrière l'éclectisme précité, ne sera qu'une simple affaire de thermostat.

Indochinoiseries le samedi

Pop (You me at six, Teeers, Charlotte Cardin), hip-hop à spectre large (Nova Twins, Romeo Elvis et l'ancêtre MC Solaar) et électro (les poids lourds Rone et Chloé) viennent teinter cette troisième soirée. Laquelle n'en portera pas moins la marque indélébile de ces increvables Indochine, dont le tour de force 2018 aura consisté en la transformation capillaire de son chanteur Nicola "Forever Young" Sirkis, passant de sa légendaire toison "robertsmithienne" à reflets corbeaux à une peroxydation qui le rapproche davantage d'Alex Lutz dans Catherine et Liliane.

à lire aussi : Grands enfants au Grand Son

Une révolution capillaire quasi historique (quel mauvais exemple pour la jeunesse gothique) qui n'aura pas suffi à entamer l'aura d'un groupe (on a vu des fans se braquer pour moins que ça) dont le 13e album, 13 donc, aura littéralement roulé des pelles au sommet des charts. Au point qu'un député LREM cita récemment le compte Twitter du groupe dans sa volonté de rendre hommage aux victimes de la guerre du même nom. En 2021, Indochine aura 40 ans et il est convenu que ce groupe nous aura à l'usure.

Attention, ascension le dimanche

Par dessus une soirée relativement fourre-tout laissant la part belle aux découvertes, de Raqoons à Skinny Lister, de Myles Sanko à Témé Tan en passant par L'Impératrice, on dénombrera quatre poids lourds dont certains sont parmi les meilleurs clients de cette cuvée 2018 des festivals d'été.

À commencer par la néo-soul de Her qui risque de résonner avec une intensité particulière. Voilà en effet un an que Simon Carpentier, l'un des deux membres du duo originel, est décédé. Entre temps, l'album de Her est sorti et son compère Victor Solf a décidé de tenir la promesse faite de mener le projet à bien.

Ensuite avec IAM et les pénibles Shaka Ponk, deux mastodontes dont le premier viendra comme il le fait depuis un moment fêter les 25 ans de son album culte L'École du micro d'argent (1997).

Exception confirmant la règle, un dernier poids lourd, Franz Ferdinand (photo), qui lui, noblesse oblige, n'écumera guère les festivals et mérite donc tout spécialement le déplacement. D'autant que la version live de leur Always Ascending, régénérant dernier album, entrecoupée de tubes maison, constitue un show digne d'une élévation, tant physique que spirituelle. Une sorte d'antidote à Shaka Ponk en somme.

Musilac
À Aix-les-Bains du 12 au 15 Juillet

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 22 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers ("Ce sentiment de l’été", "Amanda"…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Vendredi 22 avril 2022 La Cinémathèque de Grenoble propose une visite guidée passionnante sur les traces des anciennes salles obscures du centre-ville. Place Grenette, avenue Alsace-Lorraine, rue de Palanka… une petite promenade instructive mêlée d’anecdotes amusantes.
Mardi 12 avril 2022 On a assisté au show d’Orelsan, il y a quelques jours au Zénith d’Auvergne, pour le plaisir et aussi pour vous en parler avant sa venue au Palais des Sports de Grenoble le 16 avril. On vous raconte cette bonne soirée, sans rien divulgâcher !
Lundi 14 mars 2022 Revue de bande dessinée "bizarre", inspirée par le versant le plus expérimental du manga, Hikikomori est née de l’imagination de Gabriel Hernandez : « (...)
Lundi 14 mars 2022 Dans le champ musical hexagonal, Laetitia Sheriff n'est pas exactement une stakhanoviste, en tout cas pour elle-même : en 20 ans, on n'a pas (...)
Mardi 15 février 2022 Une esquisse très graphique sur le mur, une dose outrecuidante d’orange, une petite pile de magazines à disposition, un rideau dans l’esprit seventies (...)
Mardi 18 janvier 2022 Les mouvements à la marge sont-ils voués à en sortir ? L’expérience penche vers l’affirmative et dans le lot, la danse hip-hop ne fait pas exception. Si (...)
Mardi 16 novembre 2021 Après quatre années d’absence, le Cinéma de quartier des Barbarins Fourchus revient à la Salle Noire pour deux séances exceptionnelles, le temps de mettre en lumière deux œuvres hors-normes et insensées venues respectivement de Hong Kong et du...
Mardi 2 novembre 2021 Après les expédients (efficaces) imaginés l’an passé pour réduire l’impact de la pandémie sur son activité, retour aux fondamentaux pour l’association Dolce Cinema. (...)
Mardi 19 octobre 2021 Pour un plaisir extra-quotidien, impressionner une conquête, romantiser une soirée à deux (ou plus) ou sortir en belles tenues, sachez que le restaurant (...)
Mardi 19 octobre 2021 La librairie Les Modernes organise une rencontre lecture avec Anooradha Rughoonundun, comédienne et auteure du texte "Le Corps des vieux", et deux journalistes du magazine Panthère Première, qui consacre son dossier à "l’Esprit vieille". Le tout au...
Mardi 19 octobre 2021 En un quasi temps réel, Catherine Corsini passe aux rayons X et à 360° le "moment" social des Gilets Jaunes, dans un lieu essentiel où se joue une comédie humaine si réaliste qu’elle en devient fatalement tragique. Mieux qu’un épisode inédit...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter