« Ça fait longtemps que je n'ai pas vu une exposition d'art égyptien de cette ampleur et de cette qualité ! »

Servir les dieux d'Egypte - Divines adoratrices, chanteuses et prêtres d'Amon à Thèbes

Musée de Grenoble

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Exposition / Le soir de l’inauguration de "Servir les dieux d’Égypte" au Musée de Grenoble, le directeur du Musée du Louvre, présent vu que son établissement a collaboré à l’élaboration (avec des prêts et une aide scientifique), est ressorti conquis. Et il y a de quoi, tant le résultat est grandiose – même si un peu intimidant. Afin d’en savoir plus, on en a parlé avec des spécialistes. Morceaux choisis.

Sur la période traitée par l’exposition

Florence Gombert-Meurice, conservatrice en chef du département des antiquités égyptiennes du Musée du Louvre : Nous sommes entre 1069 et 655 avant J.-C., période que l'on appelle intermédiaire, la troisième entre deux grandes autres : le Nouvel Empire, avec les pharaons bien connus comme Séthi Ier et Ramsès II, et la Basse époque.

à lire aussi : "Servir les dieux d’Égypte" au Musée de Grenoble : pour la beauté des gestes

C'est une période de mutations où l'Égypte n'a pas son unité. Les grands monuments que l’on voit en Égypte ne sont d’ailleurs pas de cette époque plutôt méconnue, qui se découvre alors dans des musées et avec des expositions comme celle-ci.

Sur le choix d’une telle exposition

Guy Tosatto, directeur du Musée de Grenoble : On a, au Musée de Grenoble, de remarquables collections d’antiquités égyptiennes qui, en importance, sont les troisièmes en région après Marseille et Lyon. Mais elles sont présentées au sous-sol, de manière très discrète et presque incompréhensible pour le grand public.

Je souhaite donc les remettre en lumière, avec une nouvelle présentation à l'horizon 2022, année de l’anniversaire du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes par Champollion [qui, pour la petite histoire, a vécu à Grenoble – NDLR]. Et cette exposition, conçue avec le Musée du Louvre, participe de ce travail.

Sur l’implication du Louvre

Jean-Luc Martinez, président-directeur du Musée du Louvre : Les collections qui sont confiées au Musée du Louvre appartiennent à la nation : c’est un principe républicain. Nous, conservateurs du Musée du Louvre, devons donc essayer de les faire vivre, et cette exposition, partie d’une demande de Guy Tosatto – au passage l’un des meilleurs directeurs de musée en France, même s’il est contemporanéiste ; personne n’est parfait ! –, en est un exemple.

Car un musée comme celui de Grenoble ne peut pas avoir plusieurs spécialistes des antiquités égyptiennes, alors que le Louvre, qui a 70 conservateurs, le peut, comme il a l’une des plus grandes collections d’égyptologie au monde. Donc on propose à d’autres musées en France les meilleurs des spécialistes pour une période très précise, car la clé de réussite d’une telle exposition, c’est la recherche. Et si le travail scientifique du Musée du Louvre permet de réaliser une exposition d’exception, nous sommes partants.

Sur la présentation de l’exposition

Florence Gombert-Meurice : Nous avons travaillé pour que la scénographie puisse servir de manière claire le propos. Pour cela, il fallait aérer les pièces et être extrêmement structuré et exigeant du point de vue du parcours, avec différentes sections. Nous avons aussi travaillé sur les couleurs : la perception n'est donc pas uniquement intellectuelle, elle peut se faire de manière sensible, simplement par le passage d'une salle à une autre.

Sur le sujet de l’exposition, très différent des précédents du Musée de Grenoble

Guy Tosatto : Certes, notre vocation, c'est plutôt l'art moderne et contemporain, mais il ne faut pas oublier les autres parties de l'impressionnante collection du musée – on a par exemple récemment fait une exposition autour des dessins du XIXe siècle. Et puis avec l'art égyptien, j'ai l'impression, parfois, qu'on n'est pas si loin de la création contemporaine.

Je regardais certains papyrus qui sont d'une modernité folle : des artistes d’aujourd'hui pourraient faire ça ! Comme quoi, tout se tient dans le monde de l'art : on peut être 3 000 ans avant notre ère et, pourtant, trouver des échos qui traversent le temps.

Jean-Louis Martinez : D’ailleurs, ces objets sont tellement exceptionnels que l’on se demande qui sont ces gens qui les ont faits. Ça reste quand même un moment de perfection de l’humanité.

Servir les dieux d’Égypte
Au Musée de Grenoble jusqu’au dimanche 27 janvier

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Expos...

Vendredi 22 avril 2022 Il y a deux ans, on avait découvert le travail de Marion Massip et on avait été plutôt emballés par la poésie qui émane de ses photos du trois fois rien. En effet, (...)
Vendredi 22 avril 2022 Avec l’exposition "Fait main, quand Grenoble gantait le monde" le musée Dauphinois revient sur une aventure locale de prestige international, celle de la ganterie grenobloise. Un parcours remarquable, riche de nombreuses pièces de collection et...
Lundi 28 mars 2022 Formée au Beaux-arts de Kyoto, Martine Rey s’est fait une spécialité de la laque, qu’elle décline de maintes manières ; Pierre Gallais, quant à lui, nourrit (...)
Lundi 28 mars 2022 Ce n’est pas tous les jours que la collection permanente du musée de Grenoble s’enrichit d’une œuvre nouvelle. En l’occurrence, un tableau du XVIIe siècle, signé du trop méconnu Reynaud Levieux, qui a bénéficié pour l’occasion d’un travail...
Mardi 15 mars 2022 Au fusain et à la pierre noire, Séverine Martinez dessine l’enfance. Un style classique et une technique impressionnante, à voir à la 1-10 Galerie, rue Marx-Dormoy à Grenoble.
Vendredi 11 mars 2022 Avec sa série "Gudi Dakar", Mabeye Deme propose une fascinante exploration photographique de la vie nocturne dans les boutiques dakaroises. Un travail remarquable à découvrir à la galerie Ex-Nihilo.
Mardi 15 février 2022 Les amateurs de surréalisme doux pourront éventuellement être séduits par les peintures de Tof Vanmarque exposées à la galerie Hébert. Peuplées de personnages étranges (...)
Mardi 15 février 2022 Autodidacte grenoblois, Nuvish n'a jamais eu jusque-là, dans la cuvette, d'exposition qui lui soit intégralement consacrée. La galerie Alter Art (qui a pour (...)
Mardi 15 février 2022 D’une grande cohérence et formellement très séduisante, la série photographique que Jean-Pierre Saez expose à la galerie Ex Nihilo est le fruit d’une approche conceptuelle qui ne renie pas le plaisir du regard.
Lundi 31 janvier 2022 Intitulée Stencil, une scène engagée, la nouvelle exposition de l’espace Spacejunk réunit des artistes qui ont pour point commun de balancer quelques (...)
Lundi 31 janvier 2022 Avec Yellow Collection, l’espace Vallès ne nous trompe pas sur la marchandise : l’artiste Roland Orépük y expose une série de tableaux dont la géométrie minimale est intégralement construite à partir d’aplats jaunes.
Mardi 18 janvier 2022 Voilà une exposition passionnante pour quiconque s’intéresse un tant soit peu à l’histoire de sa ville et à son urbanisme (tout le monde non ?). Prétextant (...)
Mardi 18 janvier 2022 Tandis que les stations de ski se remplissent (plus ou moins) de touristes, la galerie Alter-Art nous invite à aller voir ce qui se passe en hiver du côté (...)
Mardi 4 janvier 2022 Habitué à coller ses œuvres dans les rues, l’artiste Cobie Cobz expose ses affiches aux messages surprenants à la galerie SpaceJunk. Il se questionne (...)
Mardi 4 janvier 2022 Aussi luxuriante et foisonnante que la forêt à laquelle elle est consacrée, l’exposition "Amazonie[s], forêt-monde" au Musée dauphinois propose un parcours passionnant mêlant histoire, ethnographie et politique. À ne pas manquer !
Mercredi 12 janvier 2022 Une tripotée d'expositions sont prévues à Grenoble et alentour cette année, sans parler de celles qui sont encore ouvertes et immanquables (liste exhaustive dans notre numéro Panorama du 5 janvier). On vous donne quelques infos en avant-première sur...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter