"Franchir la nuit" : papier glacé par Rachid Ouramdane

Franchir la nuit

MC2

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Danse / Le chorégraphe et co-directeur du Centre chorégraphique national de Grenoble va présenter à la MC2 sa nouvelle pièce centrée sur les migrations tragiques et meurtrières. On l'a vue en amont.

L'ambition était belle et généreuse : inviter vingt écoliers grenoblois et treize mineurs isolés ou migrants d'Afrique et d'Europe à rejoindre sur scène cinq interprètes professionnels. Mais ce spectacle de Rachid Ouramdane, baptisé Franchir la nuit, esthétise plus son propos politique et engagé (les migrations tragiques et meurtrières d'une époque malade) qu’il ne le dénonce. Sur un plateau recouvert d'eau, un homme court de plus en plus vite, sur place. Plus tard, lui et les autres joueront de ce liquide en se roulant dedans, en tapant la surface. À chaque fois, l'effet visuel est parfait. Trop. Comme si la création avait été pensée pour être photographiée.

à lire aussi : Danse : nos huit coups de cœur ou attentes pour cette saison

Bien sûr, ce n'est nullement le cas, et l'intention du co-directeur du Centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2) ne souffre d'aucune insincérité. Mais son parti pris questionne, d'autant que ces séquences sont enveloppées des trop entendus Heroes de David Bowie et Knokin'on Heaven's Door de Bob Dylan. Heureusement, ce ne sont pas les versions originales qui résonnent mais la singulière appropriation qu'en fait Deborah Lennie-Bisson, qui compose également d'autres chansons de cette pièce créée à Annecy en septembre dernier et passée par la Biennale de la danse à Lyon dans la foulée.

Et c'est donc par la voix plus que par la danse, et par les images filmées, que Franchir la nuit convainc par interstices. Comme lors de ce gros plan fixe sur cet enfant noir qui étreint un encombrant mais réconfortant volatile blanc. Ses yeux perdus ne sont pas sans rappeler ceux du Regard du sourd de Bob Wilson qui ne se départait jamais de son oiseau noir. Les Beach Birds de Merce Cunningham rôdent aussi. Esthétique, référencé, mais malheureusement un peu vain.

à lire aussi : Rachid Ouramdane et Yoann Bourgeois, patrons sur mesure

Franchir la nuit
À la MC2 du jeudi 8 au samedi 10 novembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 31 janvier 2022 Après Möbius, l’ancien codirecteur du CCN2 Rachid Ouramdane propose avec Corps extrêmes un travail de recherche sur l’envol, et plus largement sur le dépassement de soi. Il entoure ses huit acrobates de deux sportifs jusqu’ici étrangers aux plateaux...
Mardi 18 janvier 2022 Au moment où nous écrivons cette brève, il reste seulement une dizaine de places à la vente sur les deux soirs – mardi 25 et mercredi 26 janvier. Après un (...)
Mardi 21 janvier 2020 Pour créer, Rachid Ouramdane aime partir à la rencontre de l’autre, qu’il soit artiste ou non. Le co-directeur du Centre chorégraphique national de Grenoble a récemment choisi de travailler avec la Compagnie XY, une troupe d’acrobates....
Lundi 10 juin 2019 On l’a écrit lors des précédentes éditions, on fait de même pour cette cinquième prévue samedi 15 et dimanche 16 juin aux alentours du Théâtre municipal de Grenoble et de la place Saint-André : les Grands Rassemblements pilotés par le Centre...
Lundi 11 juin 2018 Samedi 16 et dimanche 17 juin, le Centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2) et ses partenaires investissent la Bifurk pour un week-end de spectacles, ateliers, concerts, rencontres & co qui donne très envie. Le nom de l’événement ?...
Mardi 23 mai 2017 Samedi 27 et dimanche 28 mai, le centre d’art le Magasin des horizons va accueillir la deuxième édition du Grand Rassemblement proposé par le Centre chorégraphique national de Grenoble (CCN2). Au programme : des spectacles, des performances,...
Mardi 13 décembre 2016 Mardi 20 et mercredi 21 décembre à la MC2, la danse (au sens large) sera à la fête grâce au Centre chorégraphique national de Grenoble dirigé depuis un an par Rachid Ouramdane et Yoann Bourgeois. Voilà qui donne très envie.
Mardi 23 février 2016 Alors qu’ils vont chacun présenter une pièce début mars dans l’agglo, on est partis à la rencontre de Yoann Bourgeois et Rachid Ouramdane, les tout nouveaux directeurs du Centre chorégraphique national de Grenoble qui succèdent ainsi à Jean-Claude...
Vendredi 4 décembre 2009 Pour symboliser l’atroce sur scène, il y a plusieurs manières : on peut par exemple y aller franco, façon Rodrigo Garcia lorsqu’il violente ses interprètes (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter