"Rest" : Charlotte Gainsbourg for ever

Charlotte Gainsbourg

MC2

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Concert / Il y a un an, Charlotte Gainsbourg a sorti "Rest", cinquième album dans lequel la chanteuse et actrice se livre comme jamais – sur son père Serge Gainsbourg, sur sa demi-sœur décédée, sur sa vie… Alors qu’elle sera en concert dimanche 2 décembre à la MC2, on remonte le fil d’une histoire musicale contrastée qui a pourtant permis d’aboutir à ce petit bijou.

Des morceaux en français : pour une artiste française (enfin, franco-britannique), cela semble presque évident (même si pas mal de musicien hexagonaux préfèrent uniquement s’exprimer en anglais, souvent par paresse) ; pour Charlotte Gainsbourg, c’est une petite révolution. Ou plutôt une affirmation : oui, c’est moi Charlotte Gainsbourg, fille du mythique Serge Gainsbourg (l’un des plus grands paroliers du siècle dernier) et de son interprète phare Jane Birkin, et voilà, je me confronte enfin à ce français si redouté ; faites en ce que vous voulez.

Un parti pris qui tranche avec ses précédents albums qui, eux, évitaient soigneusement, à des rares exceptions près, de se rendre sur ce terrain miné obligeant forcément la comparaison, à l’image de son 5:55 sorti en 2006, pile 20 ans après son fameux Charlotte for ever composé par son père. Aux commandes de ce grand retour sur la scène musicale (après, notamment, quelques timides tentatives, dont un duo avec Étienne Daho), les Français de Air, en collaboration avec Nigel Godrich à la production (on le considère souvent comme le sixième membre de Radiohead) et Jarvis Cocker de Pulp et Neil Hannon de The Divine Comedy aux textes.

Un casting classieux pour une sympathique réussite pop-folk qui, certes, ne révolutionna pas le monde de la musique (on ne peut pas faire la révolution tous les jours, surtout en musique), mais permit à la "fille de" de s’affirmer comme chanteuse (elle qui brillait alors principalement comme actrice) avec ce qui s’apparenta finalement à un deuxième premier album – ou à un album de Air en duo avec Charlotte Gainsbourg (ce qui est déjà pas mal).

Le poids de l’héritage

Voilà donc pour la renaissance musicale. Mais c’est avec son troisième disque, sorti en 2009 et baptisé IRM, que Charlotte Gainsbourg s’imposa réellement dans le vaste monde de la musique, grâce à la contribution de Beck (elle sait décidemment bien s’entourer). Un producteur et auteur qui, paradoxalement, n’hésita pas à convoquer par petites touches l’héritage paternel sur un panel de morceaux flirtant avec de nombreux genres musicaux – la pop, la folk, la ballade…

Un IRM empli de belles réussites (en premier lieu le petit tube Heaven Can Wait, l’entêtant IRM ou encore la reprise magnifique du Chat du Café des Artistes du Québécois de Jean-Pierre Ferland – tiens, du français !) qui aurait pu placer sur le devant de la scène n’importe quel interprète. Sauf qu’on parle ici d’une artiste au patronyme prestigieux, ce qui lui donne une responsabilité supplémentaire. Car si finalement être fille ou fils d’une légende ouvre sans doute de nombreuses portes, cela place sur la personne en question un poids énorme, surtout quand elle décide de s’aventurer sur le même terrain que ses illustres parents.

« Ne me laisse pas t’oublier »

Voilà donc pour la confirmation musicale, avant l’accomplissement, arrivé l’an passé après Stage Whisper (2011), troisième album mi-live mi-nouvelles compositions. Un accomplissement mûri longuement, comme elle l’expliquait en 2015 à un journaliste de Télérama venu l’interviewer à New York où elle habite aujourd’hui. « 50 % de mes nouvelles chansons sont en français, j’avais besoin d’oser le faire pour franchir une étape. C’est important de me situer par rapport à mon père. Mon vocabulaire vient de ses textes, de ses chansons, mes mots sont ancrés dans des phrases qui lui appartiennent. J’ai tellement entendu ses chansons dans mon enfance. Il les écoutait continuellement. J’ai l’impression de me réapproprier un langage qui pourrait être le mien. Je ne recherche surtout pas la comparaison. Je ne sais pas ce que ça vaut, ni si j’en ferai quelque chose, mais le coucher sur le papier, c’est déjà bien. »

En a découlé Rest, sorti à l’automne 2017 et particulièrement bien accueilli – notamment par une Victoire de la musique de l’artiste féminine de l’année. Une œuvre on ne peut plus personnelle qui parle d’elle, certes, mais surtout des fantômes qui l’entourent. Son père, forcément, comme dans le bilingue Lying With YouLaisse-moi donc imaginer / Que j'étais seule à t'aimer / D'un amour pur de fille chérie / Pauvre pantin transi / Où est parti mon baiser / Quand le coffre s'est fermé »), et, surtout, sa demi-sœur Kate Barry, fille de Jane Birkin et du compositeur John Barry, morte en 2013. C’est ce tragique événement qui irrigue véritablement Rest, avec des morceaux déchirants comme Kate (« Crois-tu qu'on se ressemble / On d'vait viellir ensemble / Dans notre monde imparfait / Imparfait »).

« Défendre mes propres chansons sur scène »

Où l’on découvre une Charlotte Gainsbourg au bord de l’impudeur (elle signe l’ensemble des textes) épaulée par le producteur électro SebastiAn de l’écurie Ed Banger. Ensemble, avec quelques partenaires épisodiques sur certains titres (dont Paul McCartney sur Songbird in a Cage), ils ont conçu un disque d’une grande intensité musicale (la voix en retenue de la chanteuse est comme portée par les orchestrations et les boucles du producteur) mariant anglais (souvent sur les refrains) et français et s’inscrivant non dans la continuité de ce faisait le tandem Gainsbourg-Birkin, mais dans son prolongement, comme un nouveau chapitre.

Une réussite que Charlotte Gainsbourg livre sur scène avec « plaisir », peut-être pour la première fois comme elle l’a souvent confié en interview – « Sans doute parce que je défends mes propres chansons, des chansons que j’ai écrites. J’ai moins le sentiment d’avoir à défendre des auteurs » (à l’émission Quotidien en avril dernier). Une confiance qui l’autorise alors à se confronter sereinement aujourd’hui à deux chansons mythiques de son répertoire, initialement chantées avec son père : l’incroyable et transgressif Lemon Incest et le très années 1980 Charlotte for ever. On espère qu’elle ne changera pas la tracklist pour le concert grenoblois.

Charlotte Gainsbourg
À la MC2 dimanche 2 décembre à 19h30

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Lundi 9 mai 2022 Déjà en terrain conquis lorsqu’on entend pâtes fraîches fabriquées sur place, alors imaginez quand ce savoir-faire est offert en continu à la vue d’une clientèle (...)
Vendredi 22 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers ("Ce sentiment de l’été", "Amanda"…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Lundi 14 mars 2022 Il faut monter 33 fois la Bastille pour équivaloir au sommet de l'Everest. Certains vont s'y atteler, ce week-end.
Lundi 17 janvier 2022 C’est l’histoire d’un cinéaste presque assuré de décrocher sa seconde Palme d’Or mais qui, en sortant une provoc’ débile durant sa conférence de presse (...)
Mardi 4 janvier 2022 Les salles de concert commencent 2022 avec un nouveau coup d’assommoir, douloureux même si elles l’avaient vu venir. Spectateurs assis, interdits de consommation au bar et jauge limitée : les structures sont en première ligne des mesures de...
Mardi 4 janvier 2022 Quand on rentre dans un restaurant de fondues et raclettes, il faut s’attendre à supporter la décoration folklorique de rigueur : nappes ou rideaux (...)
Mardi 4 janvier 2022 Nous mettons en garde le lecteur. La critique gastronomique qui va suivre n'a absolument rien de commun avec ces chevaliers du bon goût de terroir et (...)
Mardi 4 janvier 2022 On peut aimer l’esprit de Noël et être fatigué des recettes fantaisistes de tante Suze, qui pousse toujours le bouchon un peu (...)
Mercredi 9 juin 2021 Une année en compagnie d’une sexagénaire jetée sur la route par les accidents de la vie. Un road trip à travers les décombres d’un pays usé et, cependant, vers la lumière. Poursuivant sa relecture du western et des grands espaces, Chloé...
Jeudi 11 février 2021 Elle l'a affirmé par communiqué : même sans certitude sur la reprise de ses activités, l'équipe de la Bobine refuse de baisser les bras. Elle travaille actuellement à une possible réouverture en avril et, à huis clos, continue de mener nombre de ses...
Mardi 8 décembre 2020 Livre / Les femmes alpinistes du Népal sont à l'honneur d'un bel ouvrage récent. On vous raconte.
Mardi 22 septembre 2020 À la fois “moking of” d’un film qui n’existe pas, reportage sur une mutinerie, bacchanale diabolique au sein du plus déviant des arts, vivisection mutuelle d’egos et trauma physique pour son public, le nouveau Noé repousse les limites du cinéma. Une...
Mardi 8 septembre 2020 Salon de thé / Christian Keller a vécu plusieurs vies. Sa dernière en date s’organise autour du Papapy, un salon de thé/restaurant situé place de Gordes où l’on appréciera autant son art de cuisiner que de chiner.
Mardi 8 septembre 2020 Café-restaurant / Avec l’ouverture du Bon Label, le quartier Championnet s’enrichit d’un lieu de vie à l’éthique affirmée. Au menu : cafés d’excellence, plats locaux et de saison, sonorisation de haute-qualité et playlists faites maison (comme la...
Mardi 10 mars 2020 Comme nous l'avions dit lors d'un de leurs premiers passages grenoblois (que nous qualifiions alors volontiers d'invasion), là où Lysistrata passe, il (...)
Mardi 3 décembre 2019 La Belle électrique accueille la trentenaire jeudi 5 décembre. L'occasion de découvrir les morceaux de son quatrième album et ses nouvelles sources d'inspiration.
Jeudi 25 juillet 2019 Arnaud Desplechin retourne dans son Nord natal pour saisir le quotidien d’un commissariat de police piloté par un chef intuitif et retenu. Un polar humaniste où la vérité tient de l’épiphanie, et la parole du remède. Le premier choc de la rentrée...
Lundi 18 décembre 2017 Dans "La Promesse de l'aube", Pierre Niney enfile un nouveau costume prestigieux : celui d’un auteur ayant au moins autant vécu d’existences dans la vraie vie que dans ses romans, Romain Gary. Rencontre avec un interprète admiratif de son...
Lundi 18 décembre 2017 Le réalisateur français Éric Barbier a adapté le fameux roman du tout aussi fameux Romain Gary. Une réussite portée par le tandem Pierre Niney - Charlotte Gainsbourg dans le rôle du fils et de la mère.
Lundi 13 novembre 2017 Elle est bègue ; il n’ose lui avouer qu’il ne sait pas lire. Malgré une foule de barrières, ils vont tenter de s’aimer. Pour sa première réalisation de long-métrage, Sara Forestier opte pour la complexité d’une romance abrupte nourrie de réel, de...
Mardi 16 mai 2017 Avec ce nouveau film présenté en ouverture, hors compétition, au festival de Cannes, Arnaud Desplechin entraîne ses personnages dans un enchâssement de récits, les menant de l’ombre à la lumière, de l’égoïsme à la générosité. Un thriller romanesque...
Mardi 31 mai 2016 Le musicien anglais officiant maintenant sous le nom de Seabuckthorn sera vendredi 3 juin à la Casse, à l'invitation des Grenoblois de [reafførests].
Mardi 22 mars 2016 Depuis 2011 a lieu chaque début de printemps à Grenoble (et en Isère) un festival exigeant centré sur des musiques que l’on n’a pas l’occasion d’écouter tous les jours. Son nom ? Les Détours de Babel. Avant de zoomer sur l’alléchante programmation...
Mardi 8 mars 2016 Étincelle de la nouvelle chanson française il y a 20 ans, Miossec aurait pu n'être qu'un feu de paille. Mais même si moins dévastatrice, la flamme qui l'anime brûle toujours. Et continue de nous réchauffer. Stéphane Duchêne
Mardi 12 janvier 2016 Événement : cette semaine, le metteur en scène italien Romeo Castellucci, véritable star du théâtre européen depuis plus de vingt ans, débarque à la MC2 avec "Orestie (une comédie organique ?)", relecture du mythe d’Oreste et des codes de la...
Mardi 8 décembre 2015 À Noël, tout le monde pense à mettre sous le sapin le dernier gadget technologique à la mode ou la bonne et rassembleuse bouteille de vin. Et si on misait sur un spectacle ou un concert, comme ça, pour changer un peu ? Le PB s’est donc lancé dans...
Vendredi 18 septembre 2015 Du théâtre contemporain, du classique ; des metteurs en scène stars, des plus confidentiels ; des pièces avec plein de comédiens, d'autres avec beaucoup moins de monde... Voici les coups de cœur et les attentes du "PB" pour cette saison 2015/2016.
Mardi 12 mai 2015 Portrait d’un adolescent en rupture totale avec la société que des âmes attentionnées tentent de remettre dans le droit chemin, le nouveau film d’Emmanuelle Bercot est une œuvre coup de poing sous tension constante, qui multiplie les points de vue...
Mardi 21 avril 2015 On ne va pas retracer ici en détail la tumultueuse odyssée du groupe Owun, formation noise historique née en 1992 en plein cœur de la vallée du Grésivaudan. (...)
Mardi 21 avril 2015 À partir d’un matériau ouvertement intimiste et psychologique, Wim Wenders réaffirme la puissance de la mise en scène en tournant son film en 3D, donnant à cette chronique d’un écrivain tourmenté des allures de prototype audacieux. Christophe...
Mardi 27 janvier 2015 Depuis 10 ans, Laetitia Shériff est une vigie indéboulonnable de l'indie-rock français passant de projets en projets, fidèle à un noyau d'amis mais ouverte à tout, ou simplement (trop rarement) en solo. C'est pourtant ainsi qu'elle nous revient, six...
Mardi 6 janvier 2015 Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas : de janvier à juin, c’est le retour des super auteurs du cinéma américain avec des films qu’on dira, par euphémisme, excitants. À l’ombre de ces mastodontes vrombissants, une poignée de cinéastes...
Mardi 14 octobre 2014 Retour de Nakache et Toledano, duo gagnant d’"Intouchables", avec une comédie romantique sur les sans-papiers. Où leur sens de l’équilibre révèle à quel point leur cinéma est scolaire et surtout terriblement prudent. Christophe Chabert
Mardi 16 septembre 2014 De Benoît Jacquot (Fr, 1h46) avec Benoît Poelvoorde, Chiara Mastroianni, Charlotte Gainsbourg, Catherine Deneuve…
Lundi 30 juin 2014 À l’inverse de l’an dernier, pas de grand choc dans la compétition du festival, mais quelques films qui arrivent à sortir de la glu du réel ou de son imitation pour s’aventurer vers la fiction. Christophe Chabert
Mardi 27 mai 2014 Fraîchement débarqué aux Beaux-Arts de Grenoble en 2000, David Lefebvre commence son apprentissage des arts plastiques avec, comme envie, la peinture, et un (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter