"Stan & Ollie" : Hardy, petit…

Stan & Ollie
De Jon S. Baird (Angl, 1h37) avec Steve Coogan, John C. Reilly...

de Jon S. Baird (ÉU, 1h37) avec Steve Coogan, John C. Reilly, Nina Arianda…

Londres, 1953. Après une dizaine d’années de retrait, le duo Laurel et Hardy se reforme sur scène pour une tournée anglaise, en attendant un hypothétique nouveau tournage. Mais les comiques sont passés de mode, Hardy mal en point, le public peu nombreux. Il leur faudrait un miracle…

Depuis quelques mois, l'acteur John C. Reilly semble avoir pris activement en main le cours de sa carrière. Second rôle de prestige, il n’a jamais pu briser le plafond de verre le séparant des premiers plans à la Tom Hanks que son visage de carlin pourraient lui valoir ; apprécié par la profession depuis des lustres, il lui manque encore l’onction publique et l’aura individuelle d’un grand prix – en forme de statuette, de préférence.

Après avoir eu la bonne idée d’inciter Jacques Audiard à adapter Les Frères Sisters (et à lui réserver au passage l’un des chevaux), le voir dans un de ces emplois à transformation physique dont l’Académie des Oscars raffole semble prometteur – d’autant que le personnage (Hardy) est mourant. Hélas pour lui (et Steve Coogan qui campe Laurel), si ses volumineuses prothèses jouent bien et la reconstitution d’époque fait dans le soigné, le scénario se contente quant à lui du minimum syndical : il suit la ligne poussive d’une déchéance pathétique de clowns tristes, à peine éclairée par un ultime succès, évidemment siphonnée par l’éternel producteur-escroc et assombrie par la maladie d’Hardy.

Alors oui, il y a aussi une évocation de la complicité (et la complémentarité) du duo, de leurs passifs mutuels, mais que de formatage ! Que de prévisibilité ! En somme, une totale absence d’intérêt devant un livre d’images soporifique n’ajoutant rien à la (vieille) gloire de Laurel & Hardy…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 30 juin 2015 De Matteo Garrone (It-Fr-Ang, 2h13) avec Salma Hayek, Vincent Cassel, Toby Jones…
Lundi 6 janvier 2014 Réalisé par Stephen Frears, mais écrit, produit et interprété par un Steve Coogan excellent, ce buddy movie mélodramatique slalome avec talent entre les écueils de son sujet pour construire une œuvre humaniste, souvent drôle mais surtout d’une...
Vendredi 2 décembre 2011 Huis clos à quatre personnages tiré de la pièce «Le Dieu du carnage» de Yasmina Reza, le nouveau film de Roman Polanski est une mécanique diabolique et très mordante, sur la violence masquée derrière les apparences sociales, avec un quatuor de...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter