Décret son : the sound of silence ?

Alors qu'un nouveau "décret son" impose depuis octobre dernier aux diffuseurs de musique (salles de concert, clubs et festivals) des mesures toujours plus drastiques en matière de régulation du niveau sonore, beaucoup s'inquiètent de ses conséquences artistiques, techniques et économiques sur leur activité. Petit tour d'horizon de la question avec quelques-uns des acteurs grenoblois du secteur. Par Stéphane Duchêne et Aurélien Martinez

« Hello darkness my old friend... I've come to talk with you again. » C'est un peu l'ouverture du morceau The Sound of Silence de Simon & Garfunkel qui semble courir dans les têtes des différents diffuseurs de musiques actuelles depuis octobre, date de la mise en application du nouveau décret son n°2017-1244 du 7 août 2017 (voir ci-dessous). Un texte dont la plupart des mesures pourraient bien réduire ces diffuseurs au silence, ou en tout cas à quelque chose qui, pour une salle de musiques actuelles (et donc la plupart du temps amplifiées), s'en rapproche dangereusement.

à lire aussi : L'Ampérage a dix ans : « On est un outil de démocratisation culturelle »

Parmi ces mesures, qui concernent également les festivals (y compris en plein air), l'obligation de « ne pas dépasser des niveaux de pression acoustique continus équivalents à 102 décibels pondérés A (...) et 118 décibels pondérés C [en gros, les basses – NDLR] sur 15 minutes », quand le niveau sonore à respecter était jusqu'ici de 105 dB. Si, sur le papier, la différence paraît infime, en réalité, elle est énorme. De l'avis de la plupart des acteurs concernés, c'est un peu le problème de cette loi : elle est difficilement applicable. Pierre Dubois, directeur technique de la Belle électrique, est de cet avis. « Ce décret prend en compte les basses. Et honnêtement, là-dessus, on ne sait pas trop où l’on va, à part que l’on doit baisser. La grosse problématique, c’est comment mesurer ça et quel impact ça va avoir pour le public et les artistes. »

« On demande de tout baisser qu’importe le genre »

Les salles ont tout de même commencé à s’équiper, sans forcément trop savoir où aller. À l’Ampérage par exemple, l’équipe a pris les devant en achetant « sur nos fonds propres » (aucune aide n’a été prévue par le législateur) dès l’été dernier un afficheur dB-mètre et un limiteur comme nous l’a expliqué David Bonnat, le régisseur de la salle associative, qui constate déjà les conséquences de ce décret. « C’est surtout pour l’accueil de groupes internationaux que ça pose des problèmes, comme les Anglo-Saxons par exemple qui n’ont pas du tout l’habitude d’être limités – ils jouent souvent à fond. En France, ils ont l’impression d’être comme en Suisse où c’est encore plus restrictif et de ne pas pouvoir faire tout ce qu’ils veulent dans la sonorisation. »

à lire aussi : Mélanie Alaitru : « Le projet de la Bobine est extrêmement rare » (et a 20 ans)

Un décret qui dépasse donc, selon lui, le cadre de la santé publique pour affecter l’artistique, vu qu’il vise implicitement toutes les musiques qui génèrent beaucoup de basses : le dub, la techno ou encore la bass music vont maintenant devenir plus compliqués à programmer. « On demande de tout baisser qu’importe le genre alors que certaines musiques demandent beaucoup de volume sonore. C’est comme demander à un peintre de faire les mêmes tableaux avec moins de peinture, moins de couleurs… Forcément, ce sera de moins bonne qualité ! »

« Faire de la pédagogie serait plus approprié »

Bien sûr, le milieu musical doit aussi remettre ses pratiques en question, comme nous l’a affirmé Adrien Virat, technicien son qui travaille avec les groupes Lalala Napoli et No Mad ? et la salle de concert la Bobine. « Je pense qu’il y a malheureusement pas mal d’excès dans le son – même si beaucoup de gens font ça très bien –, et ça favorise une réglementation restrictive de la sorte. Alors que ça devrait être à chacun de se responsabiliser. Il y a par exemple beaucoup de concerts qui sont démesurément forts dans des styles qui ne le nécessitent pas. » Mais la grande majorité des professionnels que nous avons rencontrés trouvent cette nouvelle mesure absurde, comme Pierre Desenfant, ingénieur du son cité par Le Petit Bulletin Lyon. « En prenant en compte les fréquences graves, on enlève le côté percussif du son pour ne laisser que les fréquences qui font mal. »

Ce qui fait même dire à David Bonnat de l’Ampérage que les pouvoirs publics se trompent de combat. « Je ne pense pas que ça soit dans nos salles que les gens se font le plus mal aux oreilles. Le volume est fort, certes, mais il est de bonne qualité. Alors qu’un ado qui met un casque bas de gamme à fond dans le tram, c’est beaucoup plus dangereux. Faire de la pédagogie serait plus approprié, en expliquant aux jeunes qu’il faut se protéger, qu’il ne faut pas mettre des casques intra-auriculaires de mauvaise qualité, que le volume sonore doit être mesuré…. »

Frédéric Lapierre, directeur de la Belle électrique, est sur la même longueur d’onde. « C’est un texte fait par le législateur qui ne prend pas du tout en compte la réalité du terrain. » Et va même plus loin. « Je pense que tout ça est aussi beaucoup lié à la tranquillité publique : si le texte et la discussion sont aussi prégnants depuis des années, c’est que derrière, en filigrane, on a une question de tranquillité publique dans les centres-villes, aux alentours des clubs et des salles… C’est donc aussi un moyen de baisser le niveau général de la vie la nuit. »


« Un texte difficilement applicable »

Trois questions à Malika Séguineau, directrice du Prodiss, syndicat national du spectacle musical et de variété en première ligne sur le front des difficultés posées par le nouveau décret son.

Quels sont les principaux problèmes identifiés par le Prodiss dans le texte de ce nouveau décret son ?

Malika Séguineau : Il y a pour la première fois une limitation des basses fréquences à 118 dBC, ce qui pose le problème de leur mesure, mais met aussi en péril l'expression scénique de certaines esthétiques. Respecter 118 dBC sans dénaturer la musique revient à passer bien en dessous de 102 dBC. Il y a également l'extension de l'étude d'impact sonore aux lieux de plein air, aux festivals. Mais comment mesurer à l'avance l'impact sonore des festivals compte tenu des variables météo ? Cela obligerait à une limitation telle que cela rendrait impossible la musique en plein air. Et, même si l'on arrive à rendre tout cela réalisable techniquement, se pose également la question du coût pour des entreprises déjà fragilisées. Or aucune aide n'a été prévue à ce jour.

Comment expliquez-vous qu'il ait été fait si peu de cas des remarques des professionnels en amont de l'adoption de ce texte ?

Je ne peux pas dire qu'il n'y a pas eu de concertation : préalablement à la publication du texte – en plein mois d'août 2017, il faut le rappeler –, il y a eu un certain nombre de réunions importantes durant lesquelles nous avons pu, avec AGI-SON [association œuvrant pour la défense de l’écoute et la pratique de la musique dans le respect des réglementations en vigueur – NDLR], faire plusieurs propositions. Mais finalement, dans les discussions entre les ministères de la Culture, de l'Écologie et de la Santé, la Culture a perdu son combat et nous avons pu constater que le texte ne reflétait absolument pas les derniers échanges dans lesquels les professionnels émettaient un certain nombre de réserves surs on réalisme, en rappelant à la fois l'objectif de santé publique mais aussi la réalité de nos entreprises et de l'activité musicale.

Que demandez-vous ?

Il faut repartir sur la rédaction de ce texte. Il n'est pas question pour nous de voir un arrêté publié sur la base d'un texte qui pose autant de questions. Et, en attendant, l'instauration d'une période transitoire qui permette aux professionnels de fonctionner sans être inquiétés. Le ministère de la Culture soutient cette demande et nous espérons que les autres ministères autour de la table se remettent très vite au travail. Nous avons beaucoup œuvré avec AGI-SON et les professionnels techniques et sommes à même de faire des contre-propositions qui soient entendables et réalisables.

Interview en version longue sur le site du PB Lyon


Les principales mesures du nouveau décret son

Art. R. 1336-1

I. Les dispositions du présent chapitre s'appliquent aux lieux ouverts au public ou recevant du public, clos ou ouverts, accueillant des activités impliquant la diffusion de sons amplifiés (…)

II. L'exploitant du lieu, le producteur, le diffuseur qui, dans le cadre d'un contrat, a reçu la responsabilité de la sécurité du public, ou le responsable légal du lieu de l'activité qui s'y déroule, est tenu de respecter les prescriptions suivantes :

- Ne dépasser, à aucun moment et en aucun endroit accessible au public, les niveaux de pression acoustique continus équivalents à 102 décibels pondérés A sur 15 minutes et 118 décibels pondérés C sur 15 minutes (…)

- Enregistrer en continu les niveaux sonores en décibels pondérés A et C auxquels le public est exposé et conserver ces enregistrements

- Afficher en continu à proximité du système de contrôle de la sonorisation les niveaux sonores en décibels pondérés A et C auxquels le public est exposé (...)

- Créer des zones de repos auditif ou, à défaut, ménager des périodes de repos auditif (…)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 12 avril 2022 Les personnes sont les mêmes, mais les statuts changent. Au lieu d’être exploitée en délégation de service public par l’association MixLab, la Belle Électrique sera gérée par une SCIC (Société coopérative d’intérêt collectif), Musiques Actuelles...
Mardi 29 mars 2022 Il s’agit désormais d’une tradition bien établie : chaque année, le festival Ojo Loco rend hommage au cinéma de genre le temps d’une nuit (agitée !) à (...)
Lundi 14 mars 2022 On vous recommande la soirée Notte Brigante à la Bobine, à Grenoble, le 29 mars, qui regroupe Assid, Sean-Paul II, Rud de Dip et HLM38. C'est gratuit !
Lundi 14 mars 2022 [MàJ 18/03 : l'événement est reporté à une date non encore précisée] Plateau inhabituel à l’Ampérage, dimanche 20 mars. Jocelyne, Maryse, Odile, Anne, Zohra, Pascale et Michèle forment les "mamies guitares", le temps d’un unique concert.
Mercredi 9 mars 2022 Événement à la Belle avec la venue du commandant en chef de feu Sonic Youth, qui depuis la séparation du groupe phare de l'indie rock américain multiplie les saillies solo comme pour mieux combler et dérouter ses fans éplorés.
Mardi 1 mars 2022 Après quelques années de sommeil, le festival Les Femmes s’en mêlent revient à Grenoble dans une version augmentée, du 9 au 18 mars. Aux manettes, Le Ciel, La Source, La Belle Electrique, La Bobine et Retour de Scène. Rien que ça ! Quant à la...
Lundi 7 février 2022 La mairie de Grenoble rebat les cartes de la Belle Electrique et la Clé de Sol, deux équipements qu’elle compte mettre à disposition d’un gestionnaire non plus via une délégation de service public, mais via une convention d’occupation du domaine...
Mardi 4 janvier 2022 Les salles de concert commencent 2022 avec un nouveau coup d’assommoir, douloureux même si elles l’avaient vu venir. Spectateurs assis, interdits de consommation au bar et jauge limitée : les structures sont en première ligne des mesures de...
Mardi 14 décembre 2021 Qui, des parents ou des enfants, se réjouira le plus du retour du festival Jeunes Bobines ? Mis en suspens l’an dernier pour cause de (...)
Lundi 29 novembre 2021 Après le signalement à la justice effectué par Grenoble Ecole de Management sur la circulation de GHB dans les soirées étudiantes, fin octobre, le mouvement Balance ton Bar est une déferlante. Secoués, les acteurs grenoblois du secteur tentent de...
Lundi 29 novembre 2021 A peine 30 ans et déjà empreints de nostalgie du passé ; on ne peut malheureusement pas nier qu’on les comprend... (...)
Lundi 29 novembre 2021 Pas de tout repos cette soirée ! Le duo La Jungle viendra présenter son dernier album apocalyptique Fall off the apex qui ne connaît pas d’accalmie. (...)
Mardi 16 novembre 2021 Cela fait plusieurs années que l’on suit les pérégrinations musicales de Nick Pulpman, plus particulièrement au sein de Hold Station qui, nourri par les excès (...)
Mardi 16 novembre 2021 [REPORT : le concert prévu le 19/11 est décalé au 16/12] Grand artiste originaire d'un petit pays, Gaël Faye sera à La Belle Electrique le 19 novembre pour jouer en live Lundi méchant, son dernier album studio. Lui sera « digne et debout »...
Mardi 2 novembre 2021 Si MoulinexxX s’appelle ainsi, ce n’est pas seulement pour la blague. Avoir un nom rigolo, c’est bien (parfois) mais l’ériger en concept pour en faire (...)
Mardi 19 octobre 2021 Les affaires reprenant, Benjamin Biolay peut enfin venir défendre sur scène son "Grand Prix" publié l'an dernier, album victorieux en forme d'hommage aux fous du volant. En même temps que disque bilan aux contours rock.
Mardi 19 octobre 2021 Samedi 30 octobre, l’Ampérage accueille un concert métal porté par Jose and the Metal Wastemen. L’ensemble des bénéfices sera reversé à l’association La Locomotive, dont les 80 bénévoles se relaient au chevet des enfants hospitalisés à La Tronche.
Mardi 29 juin 2021 Après deux premières éditions en forme de parenthèses enchantées en juillet et septembre dernier, la Guinguette de la Belle Électrique fait son grand retour du (...)
Lundi 5 juillet 2021 C’est un joli programme qu’a concocté la Bobine pour le retour de ses apéro-mixes estivaux en terrasse. Aux côtés d’un certain nombre de valeurs sûres et (...)
Mardi 29 juin 2021 Les événements organisés en plein air cet été sont longtemps restés incertains. D’où l’idée de la Ville de Grenoble d’en regrouper plusieurs à l’Anneau de vitesse. Une bonne solution ? On a posé la question à quelques-uns des intéressés.
Vendredi 25 juin 2021 C’est ce qu’on appelle ne pas faire les choses à moitié : pour fêter le retour des beaux jours, des sorties et de la vie culturelle, La Bobine organise (...)
Vendredi 30 avril 2021 On savait déjà que, pour son édition 2021, le Festival Magic Bus allait quitter l’Esplanade et rejoindre l’Anneau de Vitesse. La Ville de Grenoble a confirmé, vendredi 30 avril en fin de matinée, qu’elle prévoit d’autres événements culturels sur le...
Vendredi 16 avril 2021 Déjà programmée deux fois à la Belle Électrique, la DJ y revient pour une "capsule" : une page lui est désormais dédiée sur le site Internet de la salle de concerts, qui permet de la (re)découvrir et de l’entendre dès ce vendredi 16 avril, à partir...
Mardi 16 février 2021 Près d’un an après le début de la pandémie (et leur fermeture consécutive), on est allé prendre quelques nouvelles de deux acteurs majeurs de la nuit grenobloise, l’Ampérage et le Drak-Art, qui animent d’ordinaire le quartier Chorier-Berriat.
Jeudi 11 février 2021 Elle l'a affirmé par communiqué : même sans certitude sur la reprise de ses activités, l'équipe de la Bobine refuse de baisser les bras. Elle travaille actuellement à une possible réouverture en avril et, à huis clos, continue de mener nombre de ses...
Mercredi 27 janvier 2021 Les deux entités le confirment : en fin d’année dernière et ce mois-ci, de nouvelles réunions de travail ont eu lieu entre la Ville de Grenoble et l’association MixLab pour dessiner l’avenir de la Belle Électrique.
Mardi 15 décembre 2020 Pas de surprise au conseil municipal de Grenoble : malgré une opposition unanime pour la dénoncer, la délibération qui déclare infructueuse la procédure de renouvellement de la concession de service public de la Belle Électrique a été votée mardi 14...
Vendredi 11 décembre 2020 Vendredi 11 décembre, l’association gestionnaire de la salle a pu obtenir des éclaircissements de la Ville de Grenoble quant à l’avenir de son activité à court terme. C’est un peu apaisée qu’elle va suivre la réunion du conseil municipal lundi 14,...
Jeudi 10 décembre 2020 Un rendez-vous crucial doit avoir lieu vendredi pour l’association MixLab : l’actuel gestionnaire de la Belle Électrique attend des explications sur l’intention de la Ville de confier les commandes de l’établissement à une Société...
Mardi 8 septembre 2020 Enquête / C’est la question qui taraude presque tout le monde : les concerts debout en intérieur, toujours interdits à l’heure de notre bouclage, vont-ils bientôt pouvoir reprendre ? Et quelles stratégies les salles les accueillant...
Mardi 8 septembre 2020 Concerts / Après une première édition en juillet dernier qui avait rencontré un joli succès, la Guinguette de la Belle Électrique fait son retour du 10 au 20 septembre sur l’esplanade Andry Farcy sous une forme un peu plus ambitieuse. Revue de...
Mardi 8 septembre 2020 Concerts / Le début septembre est assez chargé du côté de la Bobine, avec une programmation riche... d'événements assis ou en plein air, dans le strict respect des normes sanitaires.
Mardi 4 février 2020 Un mois et demi avant le premier tour, la salle du cours Berriat a accueilli, mardi 29 janvier, sept des candidats à l’élection. Une soirée qui a permis aux intéressés d’évoquer, deux grosses heures durant, leur programme culturel, à partir de...
Mardi 17 décembre 2019 Traditionnellement calé pendant les vacances de Noël, le festival du film pour enfants profite cette année d’une merveilleuse conjonction, le calendrier (...)
Vendredi 11 octobre 2019 Alors qu’ils sortent d’une grosse tournée anniversaire pour les 20 ans de leur cultissime L’École du micro d’argent, les Marseillais du groupe IAM sont (...)
Mardi 3 septembre 2019 On fait un point sur la huitième édition du festival organisé par la Belle électrique du jeudi 5 au samedi 7 septembre.
Mardi 4 juin 2019 Organisée samedi 8 juin à la Belle électrique pour la clôture du Grenoble Pride Festival, la soirée "Voguing Club !" sera l’occasion de découvrir l’univers unique du voguing (avec les artistes de la Kiki house of Campbell et leur DJ attitré Lazy...
Mardi 21 mai 2019 Le Ciné-Club propose un cycle consacré au fameux réalisateur français. Ça commence mercredi 29 mai avec son chef-d'œuvre "Eternal Sunshine of the Spotless Mind".
Mardi 3 octobre 2017 Étudiant nouvellement arrivé à Grenoble ou vieux de la vieille en manque d’inspiration, vous voilà en quête d’un spot où finir la soirée ? Quand, entre 1h et 2h du matin, les rideaux des bars commencent à fermer, d’autres lieux (salles de...
Mardi 12 septembre 2017 Samedi 16 et dimanche 17 septembre, ce sont les traditionnelles Journées européennes du patrimoine. Et comme chaque année, il y aura de quoi faire, dans toutes les directions. Notamment artistiques, comme on le démontre dans cette sélection...
Lundi 15 mai 2017 Le Booooom, ce sont « des rencontres cinéma décalées, innovantes et participatives destinées aux 15-25 ans qui se déroulent dans l’ensemble de la Région Auvergne-Rhône-Alpes ». Pour cette nouvelle édition, concernant l'agglo grenobloise, on a...
Mardi 28 février 2017 Quand la voix se libère à la Bobine, c’est que le slam se déclame. Et cela fait 10 ans que cette pratique poétique résonne mensuellement en ces lieux. Afin de fêter ce joli cap, la salle du parc Paul-Mistral organise une semaine autour de cet art du...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter