"L'Adieu à la nuit" : Catherine Deneuve, grand-mère la lutte

L'Adieu à la nuit
(de André Téchiné, FR, 1h43, avec Catherine Deneuve, Kacey Mottet Klein, Oulaya Amamra)

Une grand-mère se démène pour empêcher son petit-fils de partir en Syrie faire le djihad. André Téchiné se penche sur la question de la radicalisation hors des banlieues et livre avec son acuité coutumière un saisissant portrait d’une jeunesse contemporaine. Sobre et net.

Printemps 2015. Dirigeant un centre équestre, Muriel (Catherine Deneuve) se prépare à accueillir Alex (Kacey Mottet Klein), son petit-fils en partance pour Montréal. Mais ce dernier, qui s’est radicalisé au contact de son amie d’enfance (Oulaya Amamra), a en réalité planifié de gagner la Syrie pour effectuer le djihad. Muriel s’en aperçoit et agit…

Derrière une apparence de discontinuité, la filmographie d’André Téchiné affirme sa redoutable constance : si le contexte historique varie, il est souvent question d’un "moment" de fracture sociétale, exacerbée par la situation personnelle de protagonistes eux-mêmes engagés dans une bascule intime – le plus souvent, les tourments du passage à l’âge adulte. Ce canevas est de nouveau opérant dans L’Adieu à la nuit, où des adolescent·es en fragilité sont les proies du fondamentalisme et deviennent les meilleurs relais des pires postures dogmatiques.

Muriel, ou le temps d’un départ

Sans que jamais la ligne dramatique ne soit perturbée par le poids de la matière documentaire dont il s’inspire, L’Adieu à la nuit révèle l’effrayante virtualité dans laquelle évoluent les jeunes candidats au sacrifice : ils ne fréquentent pas les lieux de culte, se marient en ligne… Tout est fait pour les maintenir dans l’isolement, la paranoïa ; la religion devenant un prétexte ductile, qui s’adapte aux circonstances – voler est un péché, sauf si l’on vole un infidèle ; fumer est proscrit, sauf si l’on fume "moins" par habitude de sa vie d’avant...

Téchiné a donc ici travaillé à chaud sur un sujet brûlant, en resserrant le cadre autour de ses protagonistes tout en se passant d’un attirail explicatif superflu : les faits apparaissent bruts et limpides ; ils rendent compte du climat ambiant, et ses personnages sont représentatifs d’une jeunesse privée de repères ou d’attaches (des roseaux ballottés par le vent du moment) tandis que la génération des grands-parents (les chênes) se trouve a contrario totalement bien ancrée dans le sol. Et paradoxalement, c’est Muriel, forcée d’aller au conflit contre Alex pour l’empêcher de partir mourir en Syrie, qui va mener le combat le plus acharné en usant de tous les moyens, intellectuels et coercitifs. Elle accomplit de fait un djihad, au sens propre du terme : une lutte acharnée.

L’adéquation entre le cinéaste et son interprète fétiche, mais aussi la justesse de la jeune distribution, contribuent à l’équilibre de ce film à la force et la tension constantes, à placer à proximité de l'excellentissime Les Cowboys (2015) de Thomas Bidegain.

L'Adieu à la nuit
De André Téchiné (Fr-All, 1h43) avec Catherine Deneuve, Kacey Mottet Klein, Oulaya Amamra…

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Cinéma...

Lundi 9 mai 2022 Trois ans après sa dernière “édition normale“, le Festival du cinéma italien de Voiron est enfin de retour au printemps en salle. Avec un programme dense, des invités et… sa désormais célèbre pizza géante. A tavola !
Vendredi 22 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers ("Ce sentiment de l’été", "Amanda"…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Lundi 11 avril 2022 Alors que quelques-unes de ses œuvres de jeunesse bénéficient actuellement d’une ressortie dans des copies restaurées en 4K grâce au travail toujours (...)
Mardi 12 avril 2022 Un film de 8 heures qui raconte l'histoire d'activistes débutants, qui s'attaquent, à Grenoble, à des sites techno-industriels... C'est la projection que propose le 102, dimanche 17 avril.
Lundi 11 avril 2022 Piochés dans une carrière où l’éclectisme des genres le dispute à la maîtrise formelle et à l’élégance visuelle, les trois films de Mankiewicz proposés par le Ciné-club rappellent combien moderne (et essentiel) demeure son cinéma. On fonce !
Mardi 12 avril 2022 Né sous les auspices de la Cinéfondation cannoise, coproduit par Scorsese, primé à Avignon, "Murina" est reparti de la Croisette avec la Caméra d’Or. Une pêche pas si miraculeuse que cela pour ce premier long-métrage croate brûlé par le sel, le...
Mardi 29 mars 2022 Il s’agit désormais d’une tradition bien établie : chaque année, le festival Ojo Loco rend hommage au cinéma de genre le temps d’une nuit (agitée !) à (...)
Mardi 29 mars 2022 Aussi singulière soit l’histoire d’un voyage, il y a toujours un fond d’universel qui parle à chacun. Le festival isérois Les clefs de l’aventure n’existe (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter