Olivier Coussemacq : « Le Maroc est un pays qui connaît bien le cinéma »

Le cinéma n’a pas de frontière. Le réalisateur français Olivier Coussemacq le prouve en signant "Nomades", un film (en salle le 7 août) on ne peut plus marocain. Rencontre.

Habituellement, les films traitant des questions de migration du point de vue du Sud sont produits ou réalisés par des Marocains. Quel est votre rapport au Maroc ?

à lire aussi : "Nomades" : routes et déroutes du sud

Olivier Coussemacq : Cela a été une des difficultés du projet, en effet… Quand j’ai présenté le film à Tanger, en avant-première marocaine dans le cadre du festival du cinéma marocain, on n’a pas reconnu au film son identité marocaine. Quand je suis en France avec ce film, on me dit : mais c’est un film avec des inconnus en langue arabe !

J’ai un rapport ancien avec le Maroc, un rapport d’amour surtout, et des liens anciens avec le Maghreb ainsi qu’un intérêt pour ce qui n’est pas "nous". J’ai envie d’aller voir ailleurs pour éviter de trop parler de nous d’autres le font très bien. Enfin, j’ai eu quelques difficultés dans le passé, à titre intime, avec ma mère que je ne développerai pas. Et les mères du Maghreb, en règle générale, sont des femmes qui m’émeuvent par leurs capacités de résistance, leur générosité. Un caractère de mère amoureuse et protectrice…

Les Marocains ne se reconnaissaient pas dans les personnages ?

Ah si ! Sur ce plan-là, ils s’y retrouvent parfaitement. Je pense qu’il y a eu une espèce d’agitation corporatiste qui a posé problème et qui m’a bouté hors sélection. C’est très ambigu : il y a cette espèce de glissement sémantique autour du festival qui à l’origine est un festival du cinéma marocain mais qui, du fait de ma présence, est devenu un festival des cinéastes marocains.

Sinon, le film a été très bien accueilli. Ça a commencé très tôt car j’ai eu l’occasion de rencontrer le réalisateur et acteur Mohamed Nadif qui est qui est devenu, récemment, le partenaire de Nicolas Brévière, en coproduction. Quand je lui ai donné le scénario à lire et que je lui ai demandé son avis, sa réponse a été : je le réaliserais bien. Donc, je pense que c’était bien parti et ça s’est confirmé. Là-bas, les spectateurs le voient comme un film marocain.

Vous montrez, avec le cousin, un personnage peu habituel dans le cinéma du Maghreb : celui du paysan fier d’être là où il est …

Tout le monde n’a pas nécessairement envie de s’expatrier quoi qu’il dérape un peu, ce cousin parce qu’à un moment donné il dit « J’irais bien quand même » (rires). Et sa sœur, aussi, d’ailleurs. Mais objectivement, de ma connaissance du Maghreb qui est un peu vaste aujourd’hui, ils sont peu nombreux. C’est une grande désespérance et ça n’est plus vrai seulement au Maghreb, mais dans quantité de pays du monde : de toutes parts, des gens essaient de s’échapper, c’est une désespérance totale.

Comment avez-vous procédé pour les dialogues et la direction d’acteurs ?

Comme je ne parle pas suffisamment l’arabe, on a fait traduire les dialogues. C’est un travail que j’ai fait avec Mohamed Nadif, qui est aussi scénariste, donc ça c’est fait essentiellement entre lui et moi. Je me suis assuré qu’on était toujours bien d’accord sur le choix précis des mots, après je ne pouvais que lui faire confiance : il connaissait mon rapport aux mots. Et j’ai revendiqué le choix politique de la langue berbère à l’intérieur même du film.

Il n’y a pas eu d’improvisation. Les adultes sont professionnels. Jalila Talemsi, qui joue le rôle de Nayma, en est une preuve : c’est une actrice sublime. Mais les jeunes sont des gens qui, non seulement, sont des débutants que l’on est allé chercher par des annonces, par des castings sauvages, et qui n’ambitionnaient pas d’être acteur : ça peut être un piège aussi. Je suis un peu au fait de ce que sont devenus les deux acteurs marocains du Babel d'Iñárritu : ils n’ont pas eu de suite dans leurs carrières cinématographique même si l’un d’eux le souhaitait. Il fallait être très clair au départ sur ces questions, et dire aux jeunes de faire attention, qu’il n’y avait rien de garanti.

Vous n’avez pas eu de problème pendant le tournage?

Non, il n’y a pas de raison. Les réglementations sont un peu différentes, et je me suis fait arrêter par la police dans le sud du Maroc parce que je n’avais pas d’autorisation de repérage, ils ne connaissaient pas l’existence de cette chose et la production avait oublié de m’en informer. Quand vous traînez dans les zones classiques, ça va, mais quand vous commencez à rentrer chez les gens alors, tout à coup, vous sentez que ça bouge autour de vous : on m’a rappelé à l’ordre, je suis rentré chercher une autorisation de repérages et j’y suis retourné. Mais le Maroc est un pays qui a vraiment une grande industrie cinématographique, qui connaît bien le cinéma et qui est ouvert à ce qu’on tourne chez lui.

L’équipe était-elle marocaine ?

En partie, et en partie française puisque dans le cadre des accords de coproduction, il y a des quotas à respecter. Mais j’aurais eu un financement totalement marocain, je l’aurais fait au Maroc : il y a vraiment tout ce qu’il faut là-bas, du commencement jusqu’au final.

Le budget était-il suffisant ?

Jamais ! (rires) Bien entendu, ça a été très contraignant, parce qu’on veut toujours plus mais avec les moyens que nous avions, il n’y avait pas le choix. Nicolas Brévière a été courageux de s’embarquer à de tels niveaux. Ça oblige à faire des choix, comme moins de jours de tournage ou de faire des compromis. Par exemple, j’aurais aimé tourner certaines scènes de nuit, à l’aube ou au coucher du jour, ça se prêtait bien à l’histoire ; j’ai dû y renoncer, trouver des arrangements dans le scénario pour qu’on puisse faire les scènes de jour.

Pourquoi toutes ces références poétiques ?

Je n’ai pas réponse à tout… Peut-être parce que j’ai un autre projet pour le Maroc, où il y a encore davantage de poésie. La poésie est pour moi un art sublime, suprême… J’avais un besoin pragmatique très précis qui était de commencer à inscrire le français. Ça a permis plusieurs rebonds, ça a aussi permis le fait que le personnage de Hossein se la raconte dans la piscine en récitant des vers de Baudelaire… Il n’y a pas une idée particulière ; cette scène est venue tard.

Il y aussi le vers « au pays qui te ressemble »...

Oui, c’est vrai qu’il y avait aussi cette idée qu’on est chez soi là où on se sent bien. Je voudrais, dans un monde idéal et futur, que chacun puisse se poser là où il a envie de se poser.

Dans votre esprit, vous destinez plutôt votre film à un public marocain ou un public français ?

J’ai tendance à croire que le cinéma est international et j’ai envie qu’un maximum de gens puissent le voir. Je l’ai donné à voir à quelques amis à Los Angeles qui ont aimé le film, ça me touche beaucoup. Si on a la possibilité que le film soit vu ailleurs j’en suis ravi.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 5 avril 2018 Mercredi 11 avril, la Montpelliéraine Elsa Diringer sort son premier long-métrage "Luna", portrait d’une jeunesse bouillonnante qu’elle a su approcher, voire apprivoiser. Interview avant sa venue le lendemain au cinéma le Club, en compagnie de...
Mardi 20 septembre 2016 Au milieu des perspectives urbaines de l’Europe, un dandy à l’élégance décalée prend la pose, parfois en plein vol, sous l’objectif surréaliste d’une photographe qui sévit en noir et blanc. Le dandy, c’est Erik K, la photographe Lea Lund. "Nomades",...
Mardi 1 décembre 2015 Pendant quinze jours, le fameux camion-théâtre de la compagnie grenobloise La Fabrique des petites utopies de Bruno Thircuir va ouvrir ses portes à diverses compagnies et esthétiques en plein parc Paul-Mistral. Une sorte d'avant-goût d'un projet...
Vendredi 5 octobre 2012 Une jeune artiste intriguée par la mémoire du futur, une approche réfléchie, soucieuse d’intégrer le public en lui faisant comprendre et sentir un propos : la première exposition de la saison au Vog mérite une adhésion ravie. Laetitia Giry
Lundi 10 novembre 2008 Cette année, le Festival des 38e Rugissants fête donc sa vingtième édition. Retour le travail accompli au cours des deux décennies écoulées, sur sa réflexion pragmatique autour de la notion sans cesse mouvante de musique contemporaine. François...
Mercredi 15 novembre 2006 nomades / S'inspirant du rite de la transhumance, les deux musiciens François Rossé et Michel Etxekopar conçoivent une pièce du même nom, Transhumances, à la fois drôle et poétique. Séverine Delrieu
Mercredi 31 janvier 2007 Musique / Les trois ragas découverts sur le disque du chanteur classique d’Inde du Nord, Devashish Dey, promettent des concerts captivants à Grenoble et (...)
Mercredi 18 avril 2007 Musique / Vous connaissez sans doute la fameuse et merveilleuse fête populaire de Holî qui embrase et colore l’Inde durant deux jours ? Documentaires et (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter