Jérémy Clapin : « J'ai dû détruire le roman pour construire le film »

J'ai perdu mon corps
De Jérémy Clapin (Fr, 1h21) avec Hakim Faris, Victoire du Bois...

Avant de remporter le Grand Prix de la Semaine de la Critique (une première pour un film d’animation) et le Cristal à Annecy, le premier long-métrage de Jérémy Clapin a connu une lente maturation en dialogue et confiance avec son producteur ainsi que l’auteur du roman (et coscénariste) Guillaume Laurant.

Comment le livre dont est inspiré J’ai perdu mon corps, Happy Hand, vous est-il tombé entre les mains ? Il semble vous avoir été destiné…

à lire aussi : "J'ai perdu mon corps" : cinq doigts de génie

Jérémy Clapin : On le doit à mon producteur, Marc du Pontavice. Il a demandé à me rencontrer en 2011 après avoir vu mes courts-métrages : dans tous mes films, il y a un élément fantastique qui vient interroger la réalité. Cette intrusion du fantastique me permet d’aborder des thèmes plus délicats à aborder frontalement, d'éclairer certaines zones d’ombre. Ce n’est pas un fantastique gratuit juste parce qu’il est spectaculaire ; il parle d’autre chose que du sujet lui-même.

Comme dans le réalisme magique dans la littérature sud-américaine ?

Oui : la combinaison des deux crée une autre réalité qu’on accepte en tant que telle. Et ces éléments fantastiques et réels sont séparés, chacun appartenant à leur monde, ils fabriquent une autre réalité. Mais c’est très présent aussi dans la littérature asiatique, japonaise, notamment chez Murakami, où le fantastique n’est pas sur-appuyé : il arrive comme un élément naturaliste, s’impose en tant que tel, on ne tente surtout pas de l’expliquer. C’est absurde, mais je trouve que dès qu’on tente de l’expliquer, il perd de son pouvoir.

Au-delà du fantastique, il y a dans chacun de vos films le même goût pour les couleurs éteintes, mais un traitement jamais semblable. Comme si vous cultiviez une volonté d’être formellement différent à chaque opus, en maintenant une cohérence globale…

Il y a des choses que je fais sciemment ; d’autres non.

À chaque projet, j’essaie de trouver une écriture visuelle adaptée, et ça m’amène à d’autres territoires graphiques. Certains arrivent, en restant dans le même style graphique, à l’enrichir, mais moi j’ai toujours eu un peu peur de m’enfermer dans un style particulier, alors je profite de chaque sujet pour aller sur de nouveaux territoires.

Pour J’ai perdu mon corps, qui est peut-être le plus réaliste de mes films, je suis allé vers des personnages qui me ressemblent, qui ne sont pas dénaturés graphiquement et restent dans des proportions humaines. Comme je parlais d’une main, je voulais que ce soit une main dessinée mais qui soit comme la nôtre ; qu’il n’y ait pas de cheminement esthétique à faire, ni de distance.

Sur un tel film, comment composez-vous votre moodboard ?

En étalant différentes pistes sur la table — enfin, sur ordinateur. Je ne m’interdis pas d’aller chercher très très loin, des trucs différents, et petit à petit je me fige sur un rendu, sur une ambiance, sur quelques images qui me parlent, en tout cas en terme d’ambiance, d’univers, et me paraissent assez emblématiques de ce que je veux sur le film : ça peut être du Edward Hopper, ou des dessins de l’illustrateur Henri Meyer, et encore d’autres références qui peuvent être théâtrales. Et petit à petit, on fabrique ses propres références.

Plus qu’une adaptation, il s’agit là d’une transposition du roman de Guillaume Laurant. Comment s’est déroulée votre collaboration ?

Je n’avais jamais fait d’adaptation puisque je partais toujours sur mes idées. Il a fallu trouver nos marques, donc qu’il se mette au service du scénario, du film, comme s’il n’était pas de lui. Comme il était très ouvert, j’avais cette chance qu’il ne s’arc-boute pas pour garder des choses de son livre.

Ce qui était compliqué pour moi au début, c’est que je n’ai pas complètement endossé la volonté de le trahir : je suis resté très proche du livre et il a fallu que Marc du Pontavice me dise qu’il n’était pas content — personne n’était content de ce qu’on arrivait à produire — et m’encourage à me l’approprier.

Un été, j’ai décidé de tout reprendre. Je suis parti de l’essentiel ; de ce qui m’avait plu dans le livre : ce point de vue nouveau de la main partant à la recherche de son corps. Et j’ai vraiment essayé de démarrer une histoire comme si je venais d’avoir cette idée-là. Évidemment, j’avais digéré le bouquin, j’ai construit le personnage autour et l’ai beaucoup fait évoluer. J’ai dû amener une dimension sensorielle qu’il n’y avait pas : je l’ai trouvée quand j’ai créé cette passion pour les sons, un rapport sonore au monde. La main, elle, a un rapport tactile qui les fait se rapprocher tous les deux. Tout ça m’a amené à créer une situation : la rencontre avec Gabrielle est ainsi une rencontre sonore via un interphone.

J’ai amené des petits éléments, que j’aime bien disséminer dans mes films parce qu’ils structurent un peu le récit : la mouche enjolive un peu le dessin mais n’est pas dans le roman. Beaucoup d’autres éléments apportent de la poésie… Tout cela, c’est parce que j’ai eu un déclenchement cet été-là, où j’ai dû vraiment détruire pour reconstruire.

Il vous fallait avoir acquis une légitimité, et peut-être aussi oublier suffisamment le livre pour pouvoir le "réécrire à votre main" ?

Clairement, la vision n’était pas là : c’est compliqué à se projeter, puisque déjà le pitch est compliqué… Ça marchait très bien en littérature, mais une fois porté au cinéma, il fallait transfigurer, raconter autrement, en utilisant le vocabulaire cinématographique. Or j’étais trop dans l’écrit, pas encore assez dans la vision du film. Il fallait vraiment que ce soit moi qui donne le cap… Guillaume m’a suivi là-dessus et sur tout. En fait ce n’était pas à lui de se réapproprier le livre, mais à moi.

Pour vous qui êtes dessinateur/animateur, être une main autonome, cela tiendrait-il de l’horreur suprême ou du fantasme secret ?

(sourire) C’est vrai que le côté main, forcément ça fait sens. Après, le dessin, ça n’a jamais été une finalité pour moi qui ai toujours voulu faire des films. Le dessin permet de faire ces étapes qui, à la fin, vont raconter une histoire. Mon quotidien n’est pas de faire des dessins forcément jolis qui ont une existence autonome, mais de communiquer des idées pour le film.

Et vous fondre dans un groupe ? Métaphoriquement, c’est l’histoire de J’ai perdu mon corps…

Oui, c’est tout à fait ça (rires). De toute façon, c’est un film puzzle, on a plein de petits morceaux épars au début du film, plein de petits morceaux de la vie, et ces morceaux se regroupent à la fin, pour former une seule chose.

Qu’est-ce que ça fait de se retrouver Grand Prix de la Semaine de la Critique quand on en a réalisé l’habillage ?

Mon court-métrage Skhizein y avait été primé en 2008, on avait bien sympathisé et ils m’avaient demandé de faire l’habillage juste après. Je ne sais pas si c’est encore le même, d’ailleurs. Ils ont dû en changer.

En tout cas, c’est une histoire suivie avec la Semaine de la Critique…

C’est clair, c’est vraiment une histoire particulière avec eux, ils m’ont soutenu ! C’est une chance absolue de pouvoir être vu dans cette sélection-là, et que pour la première fois ce soit un film d’animation qui obtienne le prix : ça valide aussi leur prise de risque. Il faudra que la curiosité du spectateur soit au rendez-vous, et en bon nombre. On est confiants, on a tout fait pour que ça fonctionne, les feux sont au vert, on verra bientôt.

Un Prix à Cannes, deux à Annecy… Est-ce qu’on se prépare au succès ?

Je viens du court-métrage. Même si j’ai l’expérience des festivals ou d’être suivi par la critique, je ne connaissais pas la promo ni la sortie en salles : je le découvre. C’est assez excitant, très prenant aussi, et je veux en profiter. Bêtement, je pensais qu’une fois fini mon film, j’allais pouvoir souffler. Mais la promo demande presque plus de boulot ! Depuis Cannes, tout le monde parle du film ; voir le retour des gens me rend très fier pour moi et pour toute l’équipe du film.

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Ecrans...

Lundi 9 mai 2022 Trois ans après sa dernière “édition normale“, le Festival du cinéma italien de Voiron est enfin de retour au printemps en salle. Avec un programme dense, des invités et… sa désormais célèbre pizza géante. A tavola !
Vendredi 22 avril 2022 Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers ("Ce sentiment de l’été", "Amanda"…) en restitue ici simultanément deux profondément singuliers : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une...
Lundi 11 avril 2022 Alors que quelques-unes de ses œuvres de jeunesse bénéficient actuellement d’une ressortie dans des copies restaurées en 4K grâce au travail toujours (...)
Mardi 12 avril 2022 Un film de 8 heures qui raconte l'histoire d'activistes débutants, qui s'attaquent, à Grenoble, à des sites techno-industriels... C'est la projection que propose le 102, dimanche 17 avril.
Lundi 11 avril 2022 Piochés dans une carrière où l’éclectisme des genres le dispute à la maîtrise formelle et à l’élégance visuelle, les trois films de Mankiewicz proposés par le Ciné-club rappellent combien moderne (et essentiel) demeure son cinéma. On fonce !
Mardi 12 avril 2022 Né sous les auspices de la Cinéfondation cannoise, coproduit par Scorsese, primé à Avignon, "Murina" est reparti de la Croisette avec la Caméra d’Or. Une pêche pas si miraculeuse que cela pour ce premier long-métrage croate brûlé par le sel, le...
Mardi 29 mars 2022 Il s’agit désormais d’une tradition bien établie : chaque année, le festival Ojo Loco rend hommage au cinéma de genre le temps d’une nuit (agitée !) à (...)
Mardi 29 mars 2022 Aussi singulière soit l’histoire d’un voyage, il y a toujours un fond d’universel qui parle à chacun. Le festival isérois Les clefs de l’aventure n’existe (...)
Lundi 28 mars 2022 La nature comme vous l’avez rarement vue au cinéma : le Pathé Chavant consacre une soirée aux deux derniers documentaires de Cyril Barbançon, "Ouragan" et "Neige". Des films courts présentés en 3D, qui seront suivis d’un échange avec des...
Lundi 14 mars 2022 La course à perdre haleine d’une mère célibataire jonglant entre découvert chronique, problèmes domestiques, boulot à Paris et espoir d’un meilleur job. Ou comment derrière une vie quotidienne se dissimule le plus impitoyable des thrillers...
Lundi 14 mars 2022 "L'Ombre d'un mensonge", "De nos frères blessés", "Seule la terre est éternelle", "Le Grand jour du lièvre", "Plumes"...
Vendredi 11 mars 2022 Signé par la prodige Domee Shi, le nouveau Pixar, "Alerte Rouge", confirme la suprématie du studio satellite de Disney mais hélas ne bénéficie pas d’une sortie en salle : à l’instar de "Soul" et de "Luca", il n'est visible que sur la plateforme...
Lundi 14 mars 2022 « Mal nommer les choses, c’est ajouter au malheur du monde ». On rappelle souvent ce mot de Camus qui s’y connaissait au moins autant en (...)
Mardi 1 mars 2022 Dans le cadre de son luxuriant cycle "L’invitation au voyage", la cinémathèque de Grenoble propose de découvrir deux perles rares amplement passées inaperçues à leur sortie : "Les Naufragés de l’île de la Tortue" de Jacques Rozier, et...
Mardi 1 mars 2022 Pour faire cesser les coups de son mari, une fan de kung-fu s’initie auprès d’un maître. Mabrouk El Mechri signe une proposition culottée (et forcément clivante) mêlant son amour du cinéma de genre à son intérêt pour les personnages déclassés. Un...
Mardi 1 mars 2022 Mise en abyme majuscule, ou un coup de billard à trois bandes imprévu, Close Up (1990) est un cas d’école. Kiarostami met en scène dans ce film les (...)
Mardi 1 mars 2022 Après deux années calamiteuses pour l’exploitation cinématographique, les festivals thématiques disposent d’un bénéfice collatéral bienvenu : ils peuvent composer (...)
Mardi 15 février 2022 Réalisés à seulement une année d’intervalle, en 2005 et 2006, les films Élection 1 et Élection 2 occupent une place singulière dans la carrière du prolifique (...)
Mardi 15 février 2022 Les trois volets de la fresque grandiose de Francis Ford Coppola sont projetés dans les cinémas Pathé de Grenoble et d'Echirolles.
Mardi 15 février 2022 Avec un regard de sociologue (et non de militant), Emmanuel Gras suit des Gilets jaunes à Chartres tout au long de leur engagement, signant un document édifiant sur les mécanismes paradoxaux animant n’importe quel groupe. Une étude de cas, une leçon...
Lundi 31 janvier 2022 Un ancien acteur X retourne dans son Texas natal et navigue entre son ex et une jeune serveuse. Une métaphore douce-amère d’une Amérique vivant dans la dèche, sur sa réputation et l’espoir permanent de se refaire la cerise sur le dos des autres…
Lundi 31 janvier 2022 Quand Anatole Dauman (qui a déjà à son catalogue Resnais, Chris Marker ou Bresson) propose à Nagisa Ōshima de signer un film érotique, le genre s’apprête à (...)
Lundi 31 janvier 2022 Six jours pour les sixièmes rencontres cinématographiques de Saint-Égrève, le festival "A vous de voir" ; quarante films (dont un bon quart d’avant-premières) et une foultitude d’animations. Parfait pour commencer les vacances…
Lundi 17 janvier 2022 C’est l’histoire d’un cinéaste presque assuré de décrocher sa seconde Palme d’Or mais qui, en sortant une provoc’ débile durant sa conférence de presse (...)
Mardi 18 janvier 2022 Ne comptez pas sur la Cinémathèque pour cultiver une nostalgie émolliente ! Voyez son invitation au Maudit Festival : parmi les six films programmés, trois renvoient à la problématique de la mémoire vécue comme une énigme, voire une hantise. Preuve...
Jeudi 23 décembre 2021 Adaptation d’un roman de Philip Roth qui lui trottait depuis longtemps en tête, la tromperie d'Arnaud Desplechin est aussi un plaidoyer pro domo en faveur du droit de l’artiste à transmuter la vérité de son entourage dans ses œuvres....
Mardi 21 décembre 2021 Vingt ans et des poussières après que les Wachowski ont anticipé le principe du métavers en extrapolant les babils d’Internet et les écrits de Philip K. Dick, Lana Wachowski remet le couvert en solo pour un nouvel opus tenant à la fois du...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter