"L'Homme à tête de chou" : la décadanse de Gallotta et Bashung

L'Homme à tête de chou

MC2

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Danse / Critique du spectacle que le chorégraphe grenoblois redonnera à la MC2 (du mardi 17 au jeudi 19 décembre) dix ans après la première.

Il y a encore une décennie, la société aurait parlé de "crime passionnel" pour évoquer l’histoire de L'Homme à tête de chou, album-concept culte de Serge Gainsbourg sorti en 1976. Où l’on suit la lente dérive d’un homme, journaliste pour une feuille de chou, qui commet un Meurtre à l'extincteur sur Marilou, femme qu’il est censé aimer. Un féminicide, mais artistique, dans la tradition de ces œuvres qui glamourisent la mort des femmes coupables d’en faire voir de toutes les couleurs à ces pauvres hommes.

à lire aussi : Jean-Claude Gallotta : « Je montre la femme victime, mais aussi la femme qui renaît »

Une histoire tragique, reflet de notre société et rentrée dans le Panthéon de la chanson française, que Jean-Claude Gallotta a pris comme un matériau haut de gamme – ce qu’elle est, tant niveau textes que musiques (on parle de Gainsbourg tout de même). Un matériau relu par Alain Bashung et le musicien Denis Clavaizolle, avec notamment une réorchestration (voire une amplification – congas, guitares, trompettes, violons…) grandiose. Un exemple : le morceau Marilou Reggae, devenu encore plus généreux, groovy, dansant…

Ce qui tombe plutôt bien, cette bande son étant destinée à la danse. À celle de Jean-Claude Gallotta donc, l’un des artistes phares de la danse contemporaine française, qui synthétise ici tout son monde. Sur le plateau nu, ses douze danseurs et danseuses ne racontent par l’histoire (ça, c’est pour les chansons) ; ils ne la miment pas non plus : ils la vivent, grâce à la grammaire gallottienne (des courses, des sauts, des jeux de bras…) aux premiers abords économe, mais qui évoque et l’amour charnel que suscite Marilou, et la passion destructrice du narrateur. « Dieux, pardonnez nos offenses, la décadanse a bercé nos corps blasés et nos âmes égarées » comme le chantaient Jane Birkin et Serge Gainsbourg en 1971 dans la bien nommée Décadanse.

L’Homme à tête de chou
À la MC2 du mardi 17 au jeudi 19 décembre

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 13 mars 2023 Après Ulysse, ballet créé en 1981, le grand nom de la danse contemporaine française (c’est toujours bon à rappeler) Jean-Claude Gallotta a dévoilé l’an passé (...)
Mardi 5 novembre 2019 Une, deux représentations, trois grand maximum et puis s'en va. Comment se fait-il que les spectacles de danse restent aussi peu longtemps à l'affiche contrairement au théâtre ? Le phénomène est national, comme l’a démontré une grande enquête...
Mardi 4 décembre 2018 Le chorégraphe grenoblois Jean-Claude Gallotta sera à la MC2 du mardi 11 au samedi 15 décembre avec sa nouvelle création basée sur le "Bonjour Tristesse" de Françoise Sagan.
Mardi 22 décembre 2015 Cette année, deux spectacles de théâtre nous ont fait un bien fou. Et un ponte de la danse a dû faire ses cartons.
Mercredi 30 septembre 2015 Jean-Claude Gallotta reprend "My Rock", créé en 2004 pour l’ouverture de la MC2. Un spectacle qui lie danse contemporaine et standards du rock – Dylan, les Beatles, les Stones, Nirvana… Et une véritable réussite qui fait un bien fou.
Mardi 28 octobre 2014 Créée en 1984, la pièce "Yvan Vaffan" de Jean-Claude Gallotta revient cette semaine à la MC2. Une synthèse parfaite de l’univers du plus grenoblois des chorégraphes. Aurélien Martinez
Mardi 9 septembre 2014 Alors que la question de la fusion (ou non) du Centre chorégraphique national de Grenoble et de la MC2 se pose toujours (à l’imagine de celle du CDNA et (...)
Mardi 22 avril 2014 Fatigués d’être pris pour cible et constamment attaqués, les intermittents du spectacle (artistes et techniciens) haussent le ton au moment où leur régime est renégocié à la baisse. Et proposent de repenser ce modèle perfectible mais néanmoins...
Vendredi 17 janvier 2014 Créé à la Maison de la musique de Meylan avec un sextet et trois voix, "Gainsbourg : le Jazz quand tu t’y mets" explore et honore la « période bleue » (1958-1965) de l'intéressé. L’occasion de revenir sur un moment fondateur de l’œuvre d'un peintre...
Vendredi 10 janvier 2014 Les salles de spectacle aiment la nouveauté. Mais elles ne se privent pas, parfois, de reprendre une création déjà passée dans le coin – voire même dans leurs murs. Tour d’horizon des quelques reprises immanquables de cette deuxième partie de...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X