Écrans magiques

Festivals / Présente dans la programmation des festivals de cinéma Voir Ensemble, À vous de voir et Plein les yeux, l’animation japonaise jeune public n’a pas toujours profité d’une telle reconnaissance. Retour sur les raisons de ce (tardif) changement de statut et décryptage de quelques-uns des films à l’affiche ces prochains jours.

C’est une histoire désormais bien connue. À l’origine de nombreux films remarquables depuis la fin des années 50, et bénéficiant d’une présence sur les (petits) écrans français dès la fin des années 70, l’animation japonaise jeune public a néanmoins dû attendre l’orée des années 2000 pour enfin commencer à être reconnue à sa juste valeur. S’il n’est pas le premier film d’Hayao Miyazaki à être sorti dans les salles françaises et d’une certaine reconnaissance critique (Porco Rosso, Mon Voisin Totoro et Princesse Mononoké lui avaient auparavant pavé la voie), Le Voyage de Chihiro est en revanche sans conteste celui par le biais duquel tout a changé. Immense succès public (1, 34 million d’entrées l’année de sa sortie en France), le métrage a ainsi permis à l’intégralité des productions du Studio Ghibli de s’imposer en véritables incontournables, et modifié irrémédiablement le regard porté par le grand public sur les films d’animation en provenance du Japon. Ouvrant de fait la voie, quelques années plus tard, à toute une nouvelle génération de réalisateurs (Mamoru Hosoda, Makoto Shinkai, Masaaki Yuasa, Keiichi Hara…), qui n’auraient sans doute jamais reçu le même accueil en d’autres circonstances.

à lire aussi : L’embarras du choix

Quatre héroïnes

Si elle est souvent, et à juste titre, célébrée pour sa dimension pacifiste, humaniste et écologiste, l’œuvre d’Hayao Miyazaki a également pour particularité de mettre au premier plan des figures féminines particulièrement fortes. Ce sont plusieurs d’entre elles qu’a choisi de mettre en avant le festival Voir Ensemble à travers une rétrospective de quatre films. Outre le déjà nommé Voyage de Chihiro et le presque aussi fameux Château Ambulant, cette dernière sera également l’occasion de redécouvrir le plus ancien mais tout aussi réussi Kiki La Petite Sorcière, adaptation d’un livre pour enfants d’Eiko Kadono, dans lequel on retrouve le goût du réalisateur pour les villes et paysages bucoliques d’inspiration européenne, ainsi que des thèmes comme l’exil et l’intégration qui traversent une partie conséquente de son œuvre. Pour autant, c’est avant tout le fabuleux Nausicaä de la vallée du vent, deuxième métrage du maître japonais et premier film réunissant l’équipe du (futur) studio Ghibli qu’on rêve de voir sur grand écran. Adaptée de son propre manga, cette fable écologique située dans un univers de science-fiction post-apocalyptique n’a en effet rien perdu de son formidable impact depuis sa sortie au Japon en 1984, et reste à n’en pas douter l’un des films les plus marquants du cinéaste.

Nouvelle vague

Aussi titanesque soit l’empreinte laissée par Miyazaki et son regretté collègue Isao Takahata sur l’animation japonaise jeune public, il serait dommage de se cantonner pour autant à l’œuvre de ces derniers. En activité depuis le début des années 2000, mais réellement sorti de la confidentialité avec le succès considérable de Your Name en 2016, Makoto Shinkai sera ainsi à l’affiche des festivals Voir Ensemble et À vous de voir avec son splendide dernier film Les Enfants du Temps, dans lequel un lycéen fugueur fait la rencontre à Tokyo d’une jeune fille capable d’arrêter la pluie et de dégager le ciel. Un récit hautement émouvant, mais jamais mièvre, d’une beauté graphique tout simplement hallucinante, qui confirme tout le talent que laissaient entrevoir ses précédents métrages. Avec son nouveau film Ride Your Wave, présenté en avant-première dans le cadre de Voir Ensemble, le prolifique franc-tireur Masaaki Yuasa (Mind Game, Genius Party, Night is Short, Walk on Girl, Lou et l’Île aux Sirènes…) livre lui aussi une œuvre de grande envergure sur l’acceptation du deuil, en confrontant une jeune surfeuse à la perte de son bien-aimé dans un drame intimiste teinté de fantaisie d’une inventivité sans pareille. Preuve s’il en est qu’avec ces deux cinéastes, auxquels on pourrait encore ajouter l’auteur de Miss Hokusai Keiichi Hara (dont le récent Wonderland sera projeté au festival Plein les yeux), l’animation japonaise jeune public a encore de beaux jours devant elle…

Festival Voir Ensemble
Du mercredi 19 février au dimanche 1er mars au Méliès

Festival À vous de voir
Du vendredi 21 au mercredi 26 février à La Vence Scène (Saint-Égrève)

Festival Plein les yeux
Du lundi 2 au dimanche 8 mars au Ciné-Théâtre de La Mure

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 21 janvier 2020 Attention, Mon Ciné, à Saint-Martin-d'Hères, propose une séance unique pour Les Enfants du temps, le nouveau long métrage signé par le réalisateur de Your Name, (...)
Mardi 5 juillet 2016 Ce mois-ci, le Méliès ressort "Panda, Petit Panda", suite de deux courts-métrages réalisés en 1972 par les deux maîtres japonais de l'animation, à l'époque quasi-débutants.
Mardi 8 juillet 2014 Sur l'Échelle de Jacob des grands compositeurs pop du XXe siècle à l'influence primordiale et éternelle, Stevie Wonder figure en bonne place aux côtés de géants comme les Beatles et Bob Dylan. Non content d'avoir révolutionné la musique soul – et...
Mardi 25 février 2014 Bien plus qu’un festival jeune public, Voir ensemble propose, quinze jours durant au Méliès, de réfléchir autour d’un cinéma qui cherche à éveiller la curiosité des spectateurs, jeunes comme moins jeunes, avec un focus pour cette deuxième édition...
Mercredi 15 janvier 2014 Pour ses adieux au cinéma, Hayao Miyazaki propose une fable ample, adulte et très personnelle mêlant histoire du Japon et envol romanesque pour dessiner un autoportrait en créateur aveuglé par sa passion. Magnifique. Christophe Chabert
Lundi 10 mai 2010 De Nicolas Alberny et Jean Mach (Fr, 1h34) avec Matthew Geczy, Robert William Bradford…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter