"Dark Waters" : eaux sales et salauds

Quand des lanceurs d’alerte et la loi peuvent faire plier une multinationale coupable d’avoir sciemment empoisonné le monde entier… Todd Haynes raconte une histoire vraie qui, étrangement, revêt une apparence patinée dans l’Amérique de Trump.

Tout juste promu associé dans un cabinet d'affaires spécialisé dans la défense des grosses firmes, un jeune avocat est sollicité par un fermier voisin de sa grand-mère désireux d'attaquer le chimiquier DuPont qu'il accuse de polluer son sol. Combat du pot de fer contre le pot de terre empoisonnée

Paranoïaques, attention ! Si vous ne suivez pas assidument la chronique judiciaire ni les publications scientifiques d’outre-Atlantique, vous ignoriez peut-être qu’un sous-produit de synthèse omniprésent dans notre quotidien (des batteries de cuisine aux vêtements en passant par les moquettes), miraculeux du fait de ses propriétés anti-adhésives, présentait le "léger" inconvénient de ne pas être dégradé par le vivant, tout en provoquant des dommages considérables à la santé. Et que les sociétés l’ayant commercialisé, en toute conscience, avaient préféré arbitré selon l’équation bénéfices/risques (bénéfices en dollars, évidemment).

Nouvelles révélations

Nul ne pourra accuser Todd Haynes d'opportunisme parce qu'il aborde un sujet environnemental. Dans Safe (1995) déjà, le cinéaste traitait d'un cas extrême d'empoisonnement multifactoriel débouchant sur une allergie généralisée. Si le "remède" était l'éviction de toute matière industrielle transformée (et l'intégration d'une communauté vaguement new age plus ou moins sectaire), ce film se révélait singulièrement visionnaire en dépeignant la condition vécue aujourd'hui par certaines personnes électro-sensibles.

Avec Dark Waters, Haynes opère une sorte de flash-back nous ramenant à la toute fin du XXe siècle par l’évocation de deux films emblématiques : Erin Brockovich (2000) et surtout Révélations (1999). Si les échos avec le premier (autre combat façon David contre Goliath débouchant sur la mise au jour d'un scandale sanitaire) sont ténus compte tenu de la légère tonalité comique instillée par Julia Roberts et Soderbergh, ils sont manifestes pour le second abordant la dissimulation durant des années des preuves de la nocivité de la cigarette par l'industrie du tabac. Par le thème ainsi que par la forme, Todd Haynes renvoie à Michael Mann, à sa mise en scène sans repos, à son image pâle et bleuie plaçant ici au même niveau désaturé le béton de la ville et la grisaille des campagnes souillées, à sa musique cliquetante vrillant les tympans… Une manière de nous signifier que les multinationales usent de ficelles identiques pour leurrer leurs victimes. Et que l’on n’a pas fini d’entendre parler d’actions de groupe, de procès pour empoisonnement et tromperie. Prenons les paris : le prochain réquisitoire filmé traitera des méfaits des "désherbants"…

Dark Waters
De Todd Haynes (É.-U., 2h07) avec Mark Ruffalo, Anne Hathaway, Tim Robbins…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 8 décembre 2020 ★★★☆☆ De Robert Zemeckis (É.-U., 1h45) avec Anne Hathaway, Octavia Spencer, Stanley Tucci… En salles le 23 décembre.
Mercredi 24 avril 2019 Les Avengers s’unissent pour défaire l’œuvre destructrice de Thanos. Après un "Infinity War" en mode “demande à la poussière“, ce "Endgame" boucle (quasiment) par un grand spectacle philosophique la 3e phase de l’univers cinématographique Marvel.
Mardi 26 février 2019 Rendez-vous mardi 5 mars à Mon Ciné pour (re)découvrir le bijou de Christopher Nolan sorti il y a cinq ans.
Mardi 26 janvier 2016 De Tom McCarthy (É.-U., 2h08) avec Michael Keaton, Mark Ruffalo, Rachel McAdams…
Mardi 20 janvier 2015 Histoire vraie, acteurs visant la performance, mise en scène arty, sous-texte politique lourdement appuyé : Bennett Miller se montre incapable de légèreté pour traiter cette histoire de mentor toxique cherchant à transformer un lutteur en futur...
Mardi 4 novembre 2014 L’espace, dernière frontière des cinéastes ambitieux ? Pour Christopher Nolan, c’est surtout l’occasion de montrer les limites de son cinéma, en quête de sens et d’émotions par-delà les mathématiques arides de ses scénarios et l’épique de ses...
Lundi 5 ao?t 2013 Un piteux exercice de manipulation, hypocrite et rutilant, avec un casting de luxe que Louis Leterrier n’arrive jamais à filmer, trop occupé à faire bouger n’importe comment sa caméra. Nullissime. Christophe Chabert
Jeudi 7 février 2013 À force d’adaptations, le roman de Victor Hugo devait en arriver là : la version filmée de la version anglaise de la comédie musicale. Elle confirme les limites de Tom Hooper derrière une caméra et accumule les faiblesses manifestes et les fautes de...
Mardi 14 ao?t 2012 La très attendue conclusion de la trilogie imaginée par Christopher Nolan pour donner au personnage de Batman une ampleur sombre et contemporaine n’égale pas le deuxième volet, impressionnante dans sa part feuilletonesque, décevante sur son versant...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter