Antoine Conjard, directeur de l'Hexagone : « On a le sentiment que la saison est terminée »

Spectacle / « Suite aux consignes nationales liées à la pandémie du Covid-19, nous sommes contraints d’annuler au minimum tous les spectacles prévus au mois de mars et avril 2020 » : c'est ce qu'a écrit l’équipe de l’Hexagone sur son site web, dès les mesures de confinement adoptées. On a appelé Antoine Conjard, le directeur de cette scène nationale arts sciences basée à Meylan, pour savoir s’il avait maintenant le recul pour nous en dire plus.

Quel est le quotidien d’un directeur dont le théâtre est fermé ?

à lire aussi : Benoit Thiebergien : « Il faut que la solidarité avec les artistes soit aussi portée par les partenaires publics »

Antoine Conjard : Il est particulier mais je me suis organisé pour être en connexion avec toute l’équipe. Très tôt, avant les décisions d’interdiction des rassemblements de plus de 1 000 personnes, on avait commencé à s’organiser en vue d’un possible confinement. On a fait en sorte que toute l’équipe de l’Hexagone puisse faire du télétravail dans de bonnes conditions : tout le monde en ce moment peut donc communiquer et se parler afin de préparer la suite.

Quelle suite ? Imaginez-vous rouvrir le théâtre avant juin et la fin de la saison culturelle 2019/2020 ?

à lire aussi : Nasser Djemaï : « Je crains qu’après cette crise, la culture soit la dernière roue du carrosse »

Ça, on n’en sait rien. On avance au jour le jour en fonction des annonces du gouvernement, mais c’est sûr qu’on a le sentiment que la saison est terminée. Même si on ne peut pas le dire tant que ce n’est pas effectif.

Qu’en est-il des spectacles qui ont dû être annulés du fait de la fermeture du théâtre ?

Globalement, on a une position de principe : il faut faire en sorte que les choses se passent le plus normalement possible. On a des subventions qui sont faites pour soutenir l’activité artistique : on va donc payer les artistes et les techniciens qui, au niveau du planning, auraient dû être présents en ce moment sur la scène de l’Hexagone.

C’est indispensable que toutes les structures culturelles et artistiques, tous ceux qui font appel à des intermittents du spectacle, aillent dans ce sens. Ce serait une vision un peu à courte vue de ne payer que ce qui a vraiment été fait, comme peuvent se le dire certaines petites communes, certaines petites structures…

Sinon, bien sûr, on va essayer de reporter ce que l’on peut reporter, car ce qui importe le plus, c’est que les spectacles soient vus. Les questions d’argent viennent un peu en second plan.

Elles se posent pourtant, que ce soit avec les financeurs publics ou avec les spectateurs, invités s’ils le souhaitent à ne pas demander le remboursement de leurs billets en signe de soutien…

Avec les spectateurs, il n’y a pas vraiment eu besoin de leur demander ! Il y a un élan de solidarité assez magnifique. Par contre, on ne sait pas encore comment l’on va traiter le fait que des gens nous redonnent de l’argent qui était prévu pour un spectacle qui n’a pas eu lieu… On ne va pas garder cet argent ! Peut-être qu’il faudra trouver un moyen de le mettre à la disposition des artistes, même si ça dépendra beaucoup du volume global récolté.

Quant aux tutelles publiques, on espère qu’elles vont être sur la posture du ministère de la Culture qui est de payer les artistes quoi qu’il arrive. Et qu’elles vont être à nos côtés pour que le monde du spectacle, qui génère toute une activité, s’en sorte.

Comment, dans cette situation pleine d’incertitudes, construit-on une prochaine saison ?

Ah, bonne question ! Bon, à vrai dire, la saison était déjà presque bouclée avant la crise – pour une fois que j’étais en avance ! –, ce qui fait que le report de spectacles annulés est compliqué.

Ce qu’on essaie de voir maintenant, c’est si cette programmation a du sens par rapport à ce qui se passe aujourd’hui et comment elle va faire – ou pas – écho. Sur ce point, je pense qu’une scène nationale labellisée arts et sciences comme l’est l’Hexagone peut apporter des clés de compréhension sur notre relation au vivant ou sur notre rapport aux nouvelles technologies, par exemple.

Bien sûr, il ne faudra pas être trop lourd. Quand on aura passé cet épisode, les gens auront sans doute envie de penser à autre chose… On réfléchit donc beaucoup à tout ça en ce moment, et notamment au visuel de la plaquette de la saison à venir.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 28 mars 2017 On l’a appris au détour d’une conversation, l’Hexagone de Meylan n’ayant encore rien officialisé publiquement : la biennale arts-sciences Les Rencontres-i va changer de nom (ce sera Experimenta) et de dates (en février plutôt qu’en octobre). On...
Vendredi 20 septembre 2013 Début la semaine prochaine de la septième édition des Rencontres-i, biennale mixant habilement arts et sciences. Une aventure atypique, aventureuse et passionnante portée par l’Hexagone, la scène nationale de Meylan amenée à devenir un pôle national...
Vendredi 24 septembre 2010 Comment un directeur de salle aborde cette rentrée où sont annoncées des baisses de financements de toutes parts (État, département…). Comment voit-il l’avenir compte tenu de ces incertitudes ? Quel regard porte-t-il sur son métier et sur les...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter