Voici 23 spectacles pour une saison théâtrale grenobloise variée

Panorama de rentrée culturelle 2020/2021 / Les théâtres de Grenoble et de l'agglomération ont de nouveau dégainé des programmations bourrées de propositions qu'on avait envie de défendre. Suivez-nous ! Par Aurélien Martinez et Nadja Pobel

Western !

À Grenoble et aux alentours (ce que l’on appelle de par chez nous le Dauphiné), Serge Papagalli est une légende qui foule les scènes de la région depuis maintenant 50 ans. Pour célébrer cet anniversaire comme il se doit, et avant de le croiser fin novembre sur grand écran dans le film Kaamelott (le fameux Guethenoc le paysan, c’est lui) d’Alexandre Astier, notre homme se lance dans le western-spaghetti et théâtral, lui qui revendique fièrement ses origines italiennes. Avec une douzaine de comédiennes et comédiens à ses côtés (dont pas mal de fidèles de chez fidèles toutes générations confondues), son Western ! était forcément très attendu par un paquet de monde. Dont nous.

AM

À la MC2 du mardi 13 au jeudi 22 octobre
Au Théâtre Jean-Vilar (Bourgoin-Jallieu) vendredi 6 et samedi 7 novembre
Au Coléo (Pontcharra) vendredi 20 et samedi 21 novembre
Au Diapason (Saint-Marcellin) vendredi 27 et samedi 28 novembre
Au Grand Angle (Voiron) vendredi 18 décembre


Contes et légendes

Joël Pommerat est l’un des metteurs en scène et auteurs français actuels les plus intéressants et novateurs : ça, ce n’est (presque) pas discutable. Alors quand son nouveau spectacle, créé la saison passée, débarque enfin à Grenoble (il était initialement programmé en mai dernier, sauf qu’il y a eu ce satané coronavirus), on se précipite. Et on flippe un peu du monde robotisé qu’il imagine dans une série de saynètes portées par des comédiennes incroyables – à se demander si elles ne sont pas vraiment des ados comme leurs personnages. Bonus : après cette soirée, vous n’écouterez plus Mourir sur scène de Dalida aussi naïvement…

AM

À la MC2 du mardi 27 au samedi 31 octobre


À la vie

La MC2 aime beaucoup la metteuse en scène Élise Chatauret et son théâtre qui questionne avec finesse notre présent – notamment grâce à des enquêtes réalisées avant l’écriture dramaturgique. On ira donc découvrir son nouveau spectacle, créé justement à la MC2, avec intérêt, surtout que son thème (la fin de vie) est vaste et propice à de nombreuses réflexions. Et puis on n’est jamais contre (bien au contraire) voir sa comédienne Justine Bachelet sur scène, tant elle nous semble pièce après pièce être une immense interprète à suivre de près – elle était par exemple d’une grande justesse ce printemps à l’Odéon (Paris) aux côtés d’Isabelle Huppert dans le spectacle La Ménagerie de verre.

AM

À la MC2 du mardi 3 au samedi 7 novembre


La Morsure de l’âne

Il y a douze ans, la metteuse en scène grenobloise Émile Le Roux créait Le Pays de Rien sur un texte de l’autrice jeunesse Nathalie Papin. En résulta un spectacle d’une grande poésie sur un royaume sans émotions ; et surtout un acte artistique qui installa la compagnie Les Veilleurs en bonne place dans le vaste monde du théâtre jeune public exigeant. Après, entretemps, d’autres spectacles très réussis (dont le très juste Mon frère, ma princesse), Émilie Le Roux va remonter une pièce de Nathalie Papin qui, cette fois, se concentre « sur la fragilité et la finitude de l'humain » (le personnage principal est dans le coma). Une « œuvre mordante, légère et fondamentale sur ce qui nous rend vivant » (extrait de la note d’intention) qu’on a hâte de découvrir.

AM

À la MC2 du mardi 3 au samedi 7 novembre


Désobéir

À Aubervilliers (banlieue parisienne), le Théâtre de la Commune soumet à différents artistes un concept original : les pièces d’actualité. « On leur demande : la vie des gens d’ici, qu’est-ce qu’elle inspire à votre art ? Ce sont des manières nouvelles de faire du théâtre », expliquait en 2014 la directrice des lieux Marie-José Malis. La metteuse en scène Julie Berès, dont on a souvent loué dans ces pages le travail à la fois onirique et ancré dans son temps, en a proposé une en 2017, qui tourne depuis partout en France avec succès. Elle a ainsi récolté en Seine-Saint-Denis les paroles « de jeunes femmes issues de la première, seconde et troisième génération de l’immigration pour questionner chacune sur son lien à la famille, la religion, l’avenir » (extrait de la note d’intention) et les a travaillées pour la scène avec les auteurs Kevin Keiss et Alice Zeniter. En découle un spectacle passionnant et très drôle porté par quatre jeunes comédiennes investies. On en parlera beaucoup plus longuement en temps voulu !

AM

À l’Heure bleue (Saint-Martin-d'Hères) mardi 24 novembre


Le Discours

Qu’on est heureux que le metteur en scène et comédien Grégory Faive revienne au seul-en-scène après son immense réussite Pourvu qu'il nous arrive quelque chose (2011) sur un texte de Philippe Torreton ! Et qu’on est encore plus heureux qu’il ait choisi d’adapter cette fois le roman du génial auteur de bande dessinée français Fabcaro sur un homme à qui son futur beau-frère fait une demande (« Tu sais, ça ferait très plaisir à ta sœur si tu faisais un petit discours le jour de la cérémonie ») qui déclenchera une série de problèmes non désirés… et très drôles ! Voilà une alliance qui devrait faire des merveilles, surtout que Grégory Faive est l’un des comédiens grenoblois qui nous fait le plus rire avec son humour très Fabcaro-compatible !

AM

Au Théâtre 145 (Grenoble) du mardi 24 au jeudi 26 novembre
Par le Grand Angle (hors les murs) du mardi 15 au jeudi 17 décembre
À la Faïencerie (La Tronche) vendredi 7 mai


Causer d’amour

Dans ce spectacle, le conteur Yannick Jaulin nous cause d’amour, du grand, du fort, avec son fameux « parlange vendéen ». Et aussi – surtout – des ratés, des échecs du cœur… Un spectacle sensible parfait pour se frotter une première fois à l’univers jaulinesque comme pour y demeurer. La MC2 a très bien fait de le reprogrammer après son annulation l’an passé du fait du confinement – il devait passer dans le cadre du festival des Arts du récit.

AM

À la MC2 mardi 1er décembre


Rebibbia

Directrice du théâtre des Clochards célestes à Lyon, Louise Vignaud est une metteuse en scène qui monte – elle a été invitée par la Comédie-Française, a longtemps été associée au TNP de Villeurbanne… C’est d’ailleurs ici qu’elle a adapté le texte de l’écrivaine activiste italienne Goliarda Sapienza qui relate ce qu’est le quotidien (qu’elle a vécu) dans la plus grande prison pour femmes d’Italie : la Rebibbia. Le sujet est passionnant et permet de saisir cette a-temporalité perturbante, les actrices sont impeccables (dont Magali Bonat, qui est à elle seule Le Quai de Ouistreham de la journaliste Florence Aubenas adapté au plateau par la même Louise Vignaud), mais il manque tout de même un peu de rugosité à une mise en scène sage dans un décor trop propre. Peut-être cela a-t-il été trouvé depuis la création il y a deux ans…

NP

Au Grand Angle (Voiron) mardi 1er et mercredi 2 décembre


Le Rouge éternel des coquelicots

Comédienne et clown (sous le nom d’Arletti) passionnante que l’on suit avec plaisir de spectacle en spectacle, Catherine Germain sera cette saison à la Rampe avec un solo mis en scène par François Cervantes (ces deux-là travaillent depuis des années ensemble) qui semble mettre pas mal de monde d’accord sur ses qualités. Soit l’histoire de Latifa Tir, propriétaire d’un snack dans les quartiers Nord de Marseille qui va être détruit. Elle tente donc de résister… On va tout faire pour découvrir cette pièce avant sa venue à Échirolles tant tout ceci nous donne très envie.

AM

À la Rampe (Échirolles) jeudi 3 décembre


La Migration des canards

En 2018, la metteuse en scène grenobloise Émilie Le Roux, de la compagnie les Veilleurs, revenait avec une nouvelle proposition tout public (à partir de 12 ans) centrée sur le parcours d'une jeune fille d'immigrés. Un spectacle qui démontrait une fois de plus que le théâtre peut, avec les codes, les mots (ceux de l'autrice Élisabeth Gonçalves) et la poésie qui lui sont propres, se faire l'écho des chamboulements du monde. Le Théâtre municipal de Grenoble et le Coléo de Pontcharra font donc très bien de le reprendre.

AM

Au Théâtre municipal de Grenoble jeudi 3 décembre
Au Coléo (Pontcharra) vendredi 29 janvier


Gus

Sébastien Barrier a l'art de faire théâtre de tout : l'œnologie dans un spectacle fleuve, dégustation comprise (Savoir enfin qui nous buvons) ; puis les méandres de son imaginaire avec le formidable Benoît Bonnemaison-Fitte et ses dessins au fusain en arrière-scène (Chunky Charcoal). Là rodait déjà un chat qui fait toutes les tournées avec l'équipe. Depuis trois ans, Gus – c'est son nom – a une production à son attention. Arrivé par hasard dans la vie du musicien Nicolas Lafourest, ami de la troupe, l'animal voit ici sa vie retracée, fantasmée dans un road movie musical joyeux. Et abyssal : comment va réellement ce chat ?

NP

Au Théâtre municipal de Grenoble mercredi 9 décembre


Les (Pas tant) Petits Caraoquet (de Conserve)

Si vous nous lisez assez régulièrement, vous savez que nous avons quelques chouchous sur la scène théâtrale grenobloise. Et que la compagnie des Gentils du metteur en scène Aurélien Villard en fait partie ! Nous ne pouvions donc pas ne pas noter la reprise à Seyssins et au Pont-de-Claix de leur spectacle Les (Pas tant) Petits Caraoquets (de Conserve) auquel nous avions décerné un PB d’or enthousiaste en décembre dernier. Une sorte de karaoké géant et théâtralisé plein d’airs très connus, le but étant d’aider une drôle de famille à remplir son accélérateur à particules. Bien barré, comme tout ce que font les Gentils !

AM

Au Prisme (Seyssins) mardi 15 décembre
À l’Amphithéâtre du Pont-de-Claix vendredi 18 décembre


La Nuit sera calme

La musicienne Rokia Traoré et le metteur en scène Moïse Touré main dans la main pour un spectacle entre chant et théâtre sur la notion d’hospitalité avec notamment des textes du philosophe Jacques Derrida ? Comme ça, sur le papier, on dit un grand oui. Comme on n’en sait pas plus, on ira voir le résultat cet automne à Paris avant le passage de ce projet par la MC2 en décembre. Patience donc…

AM

À la MC2 du mercredi 16 au samedi 19 décembre


Harvey

Au Petit Bulletin, du temps où il dirigeait le feu Centre dramatique national des Alpes (de 1997 à 2007), on a beaucoup aimé le théâtre du metteur en scène Laurent Pelly, souvent grandiose et divertissant au sens noble du terme. Si on l’a moins revu en terres grenobloises les années suivantes (son grand retour n’a eu lieu qu’en 2015 avec le féérique Oiseau vert), savoir qu’il créera son prochain spectacle à la MC2 a une jolie saveur. Ça s’appelle Harvey (du nom d’un lapin très connu des Anglo-Saxons que seul le héros de la pièce voit), c’est sur un texte à succès de la dramaturge états-unienne Mary Chase, et c’est visiblement bien barré (le personnage principal, campé par Jacques Gamblin, passe de salons bourgeois en asile d’aliénés). Vivement le nouveau retour de Pelly !

AM

À la MC2 du mercredi 6 au samedi 9 janvier


Taïga [comédie du réel]

Ce n'est pas peu dire que c'est une chance que de jeunes artistes comme le metteur en scène Sébastien Valignat et l'autrice Auriane Abécassis se penchent sur des affaires importantes mais trop tues dans notre chère démocratie. Comme l'affaire dite de Tarnac, qui a vu l'État accuser une dizaine de personnes pour avoir dégradé en 2008 des caténaires de la SNCF. La relaxe quasi-générale dix ans plus tard illustre la fiction que s'est inventé un État aux abois. Le théâtre de la compagnie Cassandre relate tout ça avec précision, efficacité, maîtrise – et tant pis si, parfois, le spectacle veut tout faire, trop montrer en lorgnant vers la comédie, une « comédie du réel » selon le sous-titre de cette création de la saison dernière.

Au Grand Angle (Voiron) mercredi 26 janvier


Qui a tué mon père

En trois romans (En finir avec Eddy Bellegueule en 2014, Histoire de la violence en 2016 et Qui a tué mon père en 2018), l’auteur Édouard Louis s’est installé comme l’une des voix qui comptent en France. Une voix politique (il est clairement engagé à gauche) que le magnétique metteur en scène et comédien Stanislas Nordey a décidé de porter au plateau. Ce Qui a tué mon père évoque ainsi l’enfance difficile d’Édouard Louis avec un père n’acceptant qu’un modèle masculin (le moins féminin possible, au contraire ce qu’est le jeune garçon) tout en proposant en parallèle une réflexion sur le corps de ce père ouvrier punching-ball comme d’autres du libéralisme et des politiques. De quoi bien débattre après le spectacle.

AM

À la MC2 du mercredi 27 au vendredi 29 janvier


La Chambre d’Isabella

C’est l’un des spectacles qui nous a le plus conquis ces dernières années : on est donc plus que ravis qu’il repasse à la MC2 pour la troisième fois depuis sa création en 2004 au Festival d’Avignon. Soit l’histoire d’Isabella, une vieille femme aveugle magistralement interprétée par Viviane De Muynck, qui se retourne sur son passé. De ce postulat narratif, le metteur en scène flamand Jan Lauwers tisse une création chorale d’une immense générosité mêlant théâtre, danse et musique, où celles et ceux, vivants comme morts, qui ont côtoyé Isabella se retrouvent sur scène. Vous l’aurez compris avec ces quelques lignes, on est vraiment fans – et on écoute en boucle le morceau Song for Budhanton depuis qu’on a découvert le spectacle.

AM

À la MC2 du mercredi 3 au vendredi 5 février


Électre des bas-fonds

Nous n’avons pas encore pu voir ce spectacle écrit et mis en scène par Simon Abkarian (acteur souvent aperçu au ciné et à la télé par ailleurs), mais il nous donne très envie grâce à un bouche-à-oreille très positif – et également, même si les récompenses n’engagent que celles et ceux qui leur accordent de l’importance, grâce au fait qu’il a remporté trois Molières au printemps dernier (dont celui du meilleur spectacle issu du théâtre public). Soit, à ce que l’on en a compris, une vision contemporaine du mythe antique d’Électre ; comme une sorte de tragédie d’aujourd’hui. On essaiera de voir le résultat avant sa venue à Grenoble pour vous en parler plus largement en temps voulu.

AM

À la MC2 du mercredi 24 au vendredi 26 février


L’Amour vainqueur

Mais que ce spectacle d’Olivier Py fait du bien (et nous a enthousiasmés lorsque nous l’avons découvert en 2019 au Festival d’Avignon qu’il dirige) ! En s’inspirant d’un conte des frères Grimm, l’homme de théâtre a concocté une opérette tout public faussement désuète nichée dans un décor grandiose évoquant les théâtres de marionnettes. On suit alors avec délectation les aventures d’une princesse qui, après une longue captivité, se rend compte que le monde ne va plus très bien. Mais l’amour qu’elle porte à son prince sera plus fort que tout, non ? Porté par une incroyable distribution ainsi qu’une partition et un livret signés Py lui-même, cet Amour vainqueur est une pure réussite généreuse.

AM

À la MC2 du jeudi 25 au samedi 27 février


Le Roi Lear

Troisième fois que le metteur en scène Georges Lavaudant, immense nom du théâtre français, va monter Le Roi Lear, immense pièce du répertoire britannique (et mondiale) que l’on doit à Shakespeare. Et dans le rôle "bigger than life" du patriarche qui divise son royaume entre ses trois filles (en s’assurant vaniteusement en amont qu’elles l’aiment bien toutes – forcément, tout ne sera pas si simple !), on aura droit à ni plus ni moins que Jacques Weber. « – Me connais tu camarde ? – Non, mais vous avez dans votre mine quelque chose qui me donne envie de vous appeler maître. – Quoi donc ? – L'autorité. » Grand moment de théâtre classique en perspective.

AM

À la MC2 du mercredi 17 au samedi 20 mars


Black Boy

Paru en 1945, Black Boy est un roman autobiographique de l'auteur noir Richard Wright qui dépeint ses conditions de vie difficiles dans le Sud ségrégationniste des États-Unis (à l’époque l’un des premiers récits du genre). La compagnie Le Théâtre du Mantois en a proposé une adaptation scénique en forme de spectacle-concert dessiné – avec donc, au plateau, un comédien, un musicien-chanteur et un dessinateur. Un proposition originale emplie de blues et d’Histoire qui nous plonge dans un triste passé tout en laissant l’espoir s’immiscer.

AM

À l’Ilyade (Seyssinet-Pariset) jeudi 25 mars


L’Étang

Difficile de ranger Gisèle Vienne dans une case tant elle s’évertue à brouiller les pistes avec des spectacles tantôt théâtraux, tantôt chorégraphiés, tantôt les deux à la fois (et même plus). Est-ce bien grave ? Oh que non, bien au contraire, tant son langage artistique est puissant, dépassant les frontières de genre. « En mettant en jeu des sujets ou des motifs très stimulants de par leur noirceur ou leur beauté, en essayant de mettre en tension – voire en contradiction – nos idées et nos sensations, j’invite le spectateur à se questionner », nous avait-elle déclaré en 2018 lors de la venue à Grenoble pour son spectacle Crowd. Elle reviendra à la MC2 en mai prochain avec une pièce du Suisse Robert Walser pour deux comédiennes (dont Adèle Haenel, tout de même) sur une histoire de jeune garçon mal aimé qui simule un suicide pour alerter sa mère. La création est prévue pour novembre à Rennes : on ira découvrir ça pour vous en parler ensuite !

AM

À la MC2 du mercredi 26 au vendredi 28 mai


La Mécanique du hasard

Olivier Letellier est de ces artistes qui ont parfaitement compris ce que c’était que de faire du spectacle jeune public : à savoir un théâtre intelligent à la portée de toutes et tous, enfant comme adulte, et surtout pensé avec la même rigueur que n’importe quel autre théâtre. On est donc ravis de le revoir dans l’agglo, surtout avec son spectacle La Mécanique du hasard, fabuleuse aventure (à partir de 9 ans) sur un ado envoyé au fin fond des États-Unis pour creuser des trous et soi-disant devenir meilleur. Mais un ado qui va déterrer beaucoup plus que des cailloux… On vous reparlera plus longuement en temps voulu de cette histoire d’amitié et d’héritage qui nous a vraiment emballés !

AM

À l’Espace Aragon (Villard-Bonnot​) samedi 29 mai

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 29 novembre 2021 Allez voir les yeux fermés ce seul en scène du Grenoblois Gregory Faive, adaptation du roman de Fabcaro Le Discours : promis, vous allez vous marrer !
Mardi 16 novembre 2021 Ce qui demeure ; Saint-Félix, enquête sur un hameau français : on a souvent vu à la MC2 la metteuse en scène Élise Chatauret et son théâtre construit à (...)
Lundi 17 mai 2021 Depuis le 19 mai, les lieux de culture peuvent rouvrir et accueillir du public. Beaucoup de théâtres de Grenoble et de l'agglomération ont donc annoncé des spectacles à enfin voir dans leurs murs avant la traditionnelle pause estivale. Mais où...
Mardi 8 décembre 2020 Théâtre. Un homme et son ami imaginaire... qui se trouve être un lapin : c'est le nouveau spectacle de Laurent Pelly qu'on pourra découvrir à la MC2 début janvier.
Mardi 8 décembre 2020 Témoignages. Ils auraient dû retrouver leur public en novembre, mais le second confinement les en a empêchés. On a pris des nouvelles de trois de nos artistes grenoblois préférés.
Mardi 20 octobre 2020 Après l’immense réussite "Ça ira (1) Fin de Louis" passée par Grenoble en 2016, la MC2 accueille de nouveau le metteur en scène Joël Pommerat avec son "Contes et légendes" créé l’an passé. Un titre faussement doux pour un spectacle qui s’intéresse...
Mardi 23 juin 2020 Après une fin de saison largement amputée du fait de l’épidémie de coronavirus qui a contraint le monde culturel à se mettre en pause dès la mi-mars, les salles de spectacles de l’agglomération grenobloise se tournent vers l’avenir. Et ont, pour la...
Lundi 12 novembre 2018 Le metteur en scène Georges Lavaudant reprend son spectacle culte créé à Grenoble en 1979. Avec toujours le fascinant Ariel Garcia-Valdès dans le rôle-titre de Richard III. À (re)découvrir à la MC2 jusqu'au samedi 17 novembre.
Mardi 20 février 2018 Mardi 27 et mercredi 28 février, la MC2 programme le spectacle "Crowd" de la metteuse en scène Gisèle Vienne. Soit quinze danseurs et danseuses, habillés comme à la ville et aux mouvements soigneusement "retravaillés" (ralentis, saccades …) qui, sur...
Mardi 6 février 2018 Mercredi 14 février, le metteur en scène et comédien grenoblois Grégory Faive proposera une soirée de lectures autour de textes de Jean-Luc Lagarce, l'un des auteurs contemporains de théâtre les plus joués en France.
Lundi 22 janvier 2018 La metteuse en scène grenobloise Émilie Le Roux, de la compagnie les Veilleurs, revient avec une nouvelle proposition tout public (à partir de 12 ans) centrée sur le parcours d'une jeune fille d'immigrés. Un spectacle fort à découvrir mercredi...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter