Fermeture à 22h : les bars culturels s'adaptent

Actu dans la ville / Crise sanitaire / Depuis le 28 septembre, les bars ont l’obligation de fermer à 22h afin de faire face à la recrudescence de l’épidémie de Covid-19 à Grenoble et ailleurs. Comment les établissements qui proposent aussi une programmation culturelle s’adaptent-ils à la situation ? Le PB a mené son enquête.

Nouveau coup dur pour les bars. Face au rebond de l’épidémie de coronavirus à Grenoble (tout comme dans d’autres villes), le gouvernement a imposé de nouvelles restrictions dont la fermeture anticipée des débits de boisson à 22h, en vigueur depuis le 28 septembre. Une nouvelle difficile à digérer pour tous ces établissements qui tentaient, depuis le déconfinement, de mener une vie à peu près normale. Au Petit Bulletin, nous n’oublions pas que ce sont aussi des lieux culturels, où l’on peut assister à un concert ou à un spectacle, qui doivent une fois de plus s’adapter. C’est notamment le cas du Trankilou, le bar super chaleureux du boulevard Joseph-Vallier. Ici, on a accueilli la nouvelle avec une certaine sérénité : « On a déplacé notre programmation à l’heure de l’apéro. Les premiers concerts débutent à 18h30 et à 21h, tout est terminé. Ça demande simplement de s’organiser autrement. Il y a une personne en plus l’après-midi pour accueillir les artistes qui font leurs balances. » On le sait, une fermeture anticipée, c’est une inévitable baisse du chiffre d’affaires. Dont le Trankilou est bien conscient : « L’autre jour, alors même qu’il n’y avait pas de concert, on a dû mettre à la porte plus de 20 personnes. Mais pour l’instant, on ne s’alarme pas. On a bénéficié d’une bonne fréquentation depuis le déconfinement, on a de quoi voir venir. »

Les inquiétudes sont un peu plus fortes du côté de la Crique Sud. Ce bar, d’ordinaire festif et dansant, propose une programmation beaucoup plus calme depuis le mois de septembre avec des petits concerts en duo ou en trio. « On a dû annuler des choses, des cours de danse africaine notamment, regrette Avril, l’une des responsables. Mais on propose tout de même un semblant de programmation. On va par ailleurs se tourner vers d’autres propositions comme des soirées jeux de société ou du théâtre d’improvisation. » Pour pallier la baisse des recettes, la Crique ouvre tous les jours de la semaine dès 16h30 avec une originalité le lundi : « En soutien aux artistes, on fait une réduction de 10 % aux intermittents du spectacle. »

Grosses inquiétudes à la Bobine

On pourrait croire qu’une institution comme la Bobine, qui conserve une programmation, soit plus à même de faire face à la situation mais ce n’est malheureusement pas le cas. La coordinatrice Hélène Dillies se montre d’ailleurs assez catastrophiste : « Cette fermeture à 22h a un énorme impact. Notre déficit se creuse au-delà de nos prévisions. Il faut comprendre que nous fonctionnons avec 90% de ressources propres (bar, resto, billetterie) et que, dans notre système, c’est le chiffre de l’été qui permet de financer notre saison d’hiver… Si on ne bénéficie pas d’un plan de relance des collectivités locales et de l’État, on ira droit dans le mur. Or, tout un écosystème a besoin que l’on perdure : les artistes, les producteurs, les labels, etc. »

Autre lieu, autre institution : la Belle Électrique a carrément décidé de fermer son bar suite à l’annonce gouvernementale : « La fréquentation est fortement liée à la programmation, si bien que le bar n’est plus rentable en ce moment. Du coup, le personnel de la Belle passe au chômage partiel et se concentre sur l’action culturelle, l’accompagnement et les résidences », détaille Carole Bertrand, chargée de communication. La salle monte actuellement une programmation assise avec une jauge de 300 personnes.

À l’heure où nous mettons sous presse, aucune nouvelle restriction n’a été mise en place. Mais la rencontre entre Éric Piolle et Jean Castex à Matignon le 1er octobre dernier et les courbes de contaminations à Grenoble laissent penser que des mesures plus drastiques pourraient être adoptées dans les jours à venir. On vous tient au courant.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 18 janvier 2022 On a plus l’habitude de vous parler du Prisme dans nos pages théâtre, il est vrai. Mais une bonne fois n’est jamais coutume (et c’est bien dommage) (...)
Mardi 4 janvier 2022 Les salles de concert commencent 2022 avec un nouveau coup d’assommoir, douloureux même si elles l’avaient vu venir. Spectateurs assis, interdits de consommation au bar et jauge limitée : les structures sont en première ligne des mesures de...
Mercredi 28 avril 2021 Comme si de rien n’était, ou presque… La 93e cérémonie des Oscar s’est tenue le 25 avril, avec deux mois de retard par rapport aux années précédentes. Pendant ce temps, la planète cinéma demeure encore et toujours suspendue à l’évolution...
Mardi 8 décembre 2020 Vie culturelle / Les très lourdes conséquences de la crise sanitaire ne laissent pas les organisateurs de festivals indifférents. Aujourd’hui, beaucoup réagissent publiquement et témoignent de leur détermination pour 2021. Explications.
Mardi 18 février 2020 Si vous aveiz manqué l'avant-première d'Un fils concoctée par le Festival du film africain à Mon Ciné, rien n'est perdu ! Mercredi 26 février, à 20h15, Le Club vous (...)
Mercredi 27 novembre 2019 Le festival Culture Bar-Bars, c'est un peu une fête de la musique des débits de boisson. Réjouissances programmées du 28 au 30 décembre, dans une série de lieux grenoblois.
Mercredi 26 avril 2017 Boire un verre en caressant un matou plus ou moins compréhensif : voilà le concept des bars à chats, une tendance venue du Japon et débarquée à Grenoble l’été dernier. Où en est-on aujourd'hui ?
Mardi 3 juin 2014 Festive et conviviale, la coupe du monde (12 juin – 13 juillet) se regarde depuis une terrasse ou sur le zinc d’un comptoir, mais toujours entouré d’une foule de camarades supporters. Petit tour des lieux grenoblois où apprécier un match en...
Jeudi 18 novembre 2010 De Sam Garbarski (Fr-All-Belg-Lux, 1h38) avec Pascal Greggory, Jonathan Zaccai…
Lundi 25 octobre 2010 Petit Bulletin : Claude Matencio, le président de l’Union pour la protection et la sauvegarde des cafés, figure parmi les quatre signataires de la charte (...)
Mercredi 31 janvier 2007 Ami étudiant, que fais-tu de tes soirées ? Où sors-tu, où danses-tu, où bois-tu ? Intrigué par ton comportement festif, nous t’avons suivi (secrètement) dans les lieux que tu préfères pour détendre ton cerveau fatigué. Linda Kerfa

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter