Troisième Bureau entretient la flamme

Théâtre / Le comité de lecture du collectif artistique grenoblois a publié, fin février, la liste des textes qu’il a retenus pour cette année. L’occasion pour nous de solliciter Bernard Garnier, coordinateur artistique, afin de faire un point complet sur son fonctionnement et son actualité, en attendant les prochaines représentations publiques.

Quelle présentation feriez-vous de Troisième Bureau ?
Bernard Garnier
: Le collectif a été créé il y a une vingtaine d’années, autour principalement de professionnels du théâtre (comédiens, metteurs en scène, auteurs, scénographes… entre autres). Au départ, il y a un constat : les écritures théâtrales contemporaines restent peu représentées sur les scènes des théâtres subventionnés. Nous aimons jouer les classiques, mais disons que le théâtre contemporain a une manière d’interroger le monde autrement, avec une langue d’aujourd’hui. C’est son intérêt et sa force.

Comment travaillez-vous ?
Très modestement, notre idée est de mener un travail de groupe en parallèle des projets personnels de chacun, afin de pouvoir faire découvrir ces œuvres au milieu professionnel et de les partager avec le public. Avec Troisième Bureau, nous avons commencé à lire ensemble des pièces contemporaines et à nous réunir pour en discuter. Nous avons ensuite mis en place un certain nombre d’actions, la plus emblématique étant sans doute le festival Regards croisés, qui invite chaque année des auteurs et autrices pour des lectures, rencontres, ateliers, etc. 23 personnes composent aujourd'hui notre comité de lecture. C’est beaucoup ! Tout au long de l’année, on travaille avec des lycées, principalement, ainsi qu’avec l’Université et le Conservatoire. Nous sommes en partenariat avec des manifestations comme le Printemps du livre.

Normalement, en avril, vous organisez les Envolées. Trois pièces étaient annoncées cette année...
Effectivement, du 25 avril au 2 mai, nous devions avoir neuf représentations, mais, craignant que les théâtres ne soient pas rouverts, nous avons préféré anticiper : nous organiserons donc une journée professionnelle le 27 avril, pour présenter les trois spectacles. Un parcours qui commencera au Pot au noir le matin, avant l’Autre Rive et enfin le Théâtre Sainte-Marie d’en bas. Une reprise du programme est prévue au Théâtre de Poche en septembre / octobre, après quoi les trois spectacles seront joués dans un théâtre de la métropole lyonnaise. Nous avons sauvé sept représentations sur dix. Tout reporter n’était plus possible et n’aurait plus eu beaucoup de sens, de toute façon.

Qu’en est-il des lectures proposées lors du festival Regards croisés, habituellement programmé au mois de mai ?
Nous sommes en pleine réflexion. Théoriquement, le Festival est prévu du 5 au 10 mai. Là encore, rien ne dit que les théâtres auront rouvert. S’ils sont fermés, qu’est-ce qu’on fait ? On ne veut pas annuler ! Dès lors, on envisage de se tourner vers deux types de publics et, à nouveau, d’accueillir des professionnels pour des lectures l’après-midi. En complément, nous essayons d’obtenir l’autorisation d’accueillir une classe à chaque fois. Nous réaliserions aussi des captations, qui seraient mises en ligne le soir. Et nous réfléchissons à de petits rendez-vous en présentiel, pour permettre à cinq ou six personnes d’écouter un texte enregistré. Histoire qu’il y ait un peu de collectif et de relationnel, aussi…

Quid de la pièce Gens du pays, une création défendue par Troisième Bureau et dont les premières représentations devaient avoir lieu au début de cette année ?
C’est une œuvre d’un auteur québécois vivant en France, Marc-Antoine Cyr, un compagnon de route que nous avons déjà invité à plusieurs reprises. En 2017-2018, nous avons pu disposer d’un budget qui nous permette de lancer une production. On a également trouvé des coproducteurs avec les Scènes du Jura, le Grand Angle de Voiron et l’UGA, notamment, ainsi que d’autres partenaires dans l’agglomération grenobloise : l’Espace 600, le TMG, et l’Odyssée / Autre Rive, à Eybens. Cette année, nous avons dû revoir nos ambitions pour les représentations, mais malgré tout, l’Espace 600 a maintenu les siennes en faisant venir des collégiens.

Ensuite, certains comédiens étant testés positifs à la Covid, tout a dû être reporté à janvier 2022. On verra si la création est une piste que l’on continue de développer ou si c’est un champ d’action trop lourd pour nous. Il faut dire que, depuis deux ans, on s’est associé avec d’autres comités de lecture pour créer une revue, La Récolte. Depuis cinq ans, on passe également des commandes pour éditer des textes courts, qui sont ensuite lus par des lycéens lors du festival, en lever de rideau. On aimerait aussi reprendre les résidences d’auteurs, comme on a pu le faire entre 2015 et 2018 !

Malgré la crise sanitaire, ressentez-vous toujours, chez les artistes que vous regroupez et accompagnez, cette envie de faire et de partager ?
Une partie des comédiens, metteurs en scène et techniciens disposent d’une protection sociale liée à l’intermittence. Il y a de grandes discussions pour essayer d’en obtenir le prolongement. Ce qui est compliqué, c’est qu’il n’y a pas de visibilité, que des spectacles ont été annulés et que certains se retrouvent aujourd’hui sans travail. Du point de vue structurel, on fait, on défait, on refait en essayant de retricoter les choses, etc. Bref, on ne manque pas d’activité ! Pour les comédiens, la difficulté vient de l’isolement, du manque de perspectives et de l’inquiétude sur ce qui va se passer après. Faire des résidences et des représentations professionnelles, c’est bien. Mais à un moment donné, la question se pose : qu’est-ce qu’on fait de tous ces spectacles ?

Vous vous montrez combattifs, en tout cas…
Oui. Sinon, autant tout arrêter ! La pandémie nous interroge sur ce que l’on fait pour continuer et pour penser les choses autrement. Les expériences différentes que nous menons pourront nous donner des idées pour le futur, lorsque nous retrouverons le public. L’an dernier, après avoir annulé l’édition de Regards Croisés, nous avons déjà mis en place ce que nous appelons des "cahiers de textes". Faute de programme papier, nous en avons réalisé un pour chaque texte qui devait être présenté au festival, avec un résumé, une contribution de l’auteur sur sa motivation à écrire, une bio et une bibliographie. Je suppose que nous continuerons d’année en année. Petit à petit, nous constituerons ainsi des sortes de petits répertoires d’information.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 23 juin 2020 Après une fin de saison largement amputée du fait de l’épidémie de coronavirus qui a contraint le monde culturel à se mettre en pause dès la mi-mars, les salles de spectacles de l’agglomération grenobloise se tournent vers l’avenir. Et ont, pour la...
Mardi 17 décembre 2019 2019 a été riche en spectacles de toute nature, ouverts à tous les publics. Nous revenons sur quelques-uns de ceux qui nous ont le plus marqués.
Lundi 13 mai 2019 Dix-neuvième édition pour le festival grenoblois Regards croisés dédié au théâtre qui s’écrit aujourd’hui. Avec, pendant cinq jours dans le Nouveau Théâtre Sainte-Marie-d’en-bas, des lectures en scène de textes contemporains choisis par le collectif...
Mardi 5 février 2019 Mercredi 13 février à l'Amphidice, on aura droit à une lecture de la pièce "L’Amour de Phèdre" de la mythique dramaturge anglaise. On vous en dit plus.
Vendredi 18 mai 2018 C’est parti pour la 18e édition du festival Regards croisés consacré aux nouvelles écritures théâtrales. Rendez-vous au Nouveau Théâtre Sainte-Marie-d'en-Bas de Grenoble pour, pendant une semaine, découvrir le théâtre qui s’écrit aujourd’hui.
Mardi 24 avril 2018 Absent du paysage culturel de l’agglo depuis deux ans, le dispositif Les Envolées, qui a pour but de rendre visible le premier geste théâtral d’artistes en devenir, revient du samedi 28 avril au dimanche 6 mai. Avec, en tournée dans trois théâtres,...
Lundi 23 avril 2018 À partir du 25 avril, l’autrice et metteuse en scène de théâtre Marine Bachelot Nguyen sera en résidence d’écriture à Grenoble pour deux mois, à l’invitation de la MC2 et du collectif Troisième bureau. L’objectif ? Démontrer que le théâtre s’écrit...
Mardi 10 janvier 2017 "La Nuit des lectures interdites" s’annonce brûlante à plus d’une ligne. Initiée par le ministère de la culture, sa déclinaison grenobloise traitera de la censure, politique comme érotique. Rencontre avec Carine D’Inca, organisatrice du Printemps du...
Mardi 17 mai 2016 Revoici Regards croisés, festival organisé par le collectif Troisième bureau et dédié aux écritures théâtrales contemporaines. Huit journées pour, notamment, rencontrer des auteurs et, surtout, écouter leurs pièces. À la veille de la seizième...
Mardi 12 mai 2015 Comme chaque printemps, le festival Regards croisés est de retour au Théâtre 145. Une semaine de lectures théâtralisées pour défendre les écritures théâtrales d’aujourd’hui et les auteurs qui les font. Rencontre avec l’un d’eux : Guillaume Poix,...
Vendredi 16 mai 2014 Chaque année, le festival Regards Croisés propose de découvrir des textes de dramaturges contemporains méconnus du public français, au cours de soirées lectures. Pour sa quatorzième édition, le festival fait la part belle aux femmes et aux auteurs...
Mardi 13 mai 2014 C’est parti pour dix jours de Regards croisés, festival pendant lequel le Théâtre 145 va se transformer au sens propre comme au figuré en agora dédiée aux (...)
Vendredi 10 janvier 2014 La deuxième partie de la saison est toujours riche en festivals axés spectacle vivant. L’un des gros morceaux sera, comme d’habitude, les traditionnels (...)
Lundi 29 avril 2013 Le théâtre tourne toujours autour des mêmes auteurs – souvent morts depuis des années d’ailleurs. Le collectif grenoblois Troisième bureau n’est pas d’accord avec ça, et essaie de changer la donne, en mettant en avant de nouvelles écritures...
Vendredi 19 avril 2013 L’an passé, le Tricycle (Grenoble), l’Autre rive (Eybens) et le Pot au noir (Saint-Paul-les-Monestiers) lançaient la première édition de leur mini festival (...)
Vendredi 11 mai 2012 "Regards croisés", le traditionnel festival grenoblois consacré au théâtre contemporain, revient pour la douzième fois. Avec une sélection très jeune et homogène. AM
Lundi 14 novembre 2011 THÉÂTRE / En cette année 2011 marquant les 150 ans de l’unité italienne, le collectif grenoblois Troisième bureau propose une semaine de spectacles, lectures (...)
Lundi 16 mai 2011 FESTIVAL/ Les sbires de Troisième Bureau défendent toujours avec passion un théâtre contemporain exigeant et novateur. La preuve encore une fois au Théâtre 145 pour la onzième édition de Regards croisés. AM
Jeudi 14 octobre 2010 DANSE / Ils sont vingt-quatre, et ont entre 10 et 22 ans. Ils font partie de la compagnie grenobloise Les Mutins, menée par la chorégraphe Jackie (...)
Vendredi 21 mai 2010 ZOOM / Le festival Regards croisés fête ses dix ans, avec une édition diablement intéressante au vu des auteurs et des textes retenus. Avant de vous en dire plus sur les différents artistes, on est allés questionner Bernard Garnier, le maître de...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter