Le souvenir des danseurs d'hier

Mémoire / Le Musée de la Résistance et de la Déportation, à Grenoble, se tient prêt à ouvrir sa nouvelle exposition, consacrée aux bals clandestins pendant la Seconde guerre mondiale. En attendant le feu vert, il poursuit sa collecte participative lancée fin janvier.

Alice Buffet, directrice de l’établissement de la rue Hébert, l’assure : c’est une coïncidence, si, à l’heure où les lieux de culture et de spectacle sont fermés partout en France, son équipe et elle espèrent bientôt montrer qu’entre mai 1940 et avril 1945, les Françaises et Français se sont vus interdire de danser. On se souviendra que, frustrés, certains décidèrent d’organiser ou de participer à des bals clandestins. Une expo sur ce thème devait débuter vendredi 9 avril : il faudra attendre que le Musée rouvre pour la voir – elle est programmée jusqu’au 3 janvier prochain. « Inédite, elle est le fruit d’un travail partagé avec des partenaires comme le Centre d’histoire sociale des mondes contemporains de l’Université Paris 1 Sorbonne, l’INA et le Musée de la Résistance nationale de Champigny-sur-Marne ». Alice Buffet explique que danser était très populaire avant-guerre, avec l’arrivée de nouveaux styles et un développement des danses de couple. « Ce sera ensuite jugé comme contraire à la morale et allant à l’encontre du redressement national ». Et puni comme tel.

« Paperasserie »

Alice Buffet annonce une exposition visuelle et sonore. Quelques photos des bals clandestins existent encore, des témoignages d’ancien(ne)s participant(e)s ont été recueillis, et l’expo évoquera aussi « la masse de paperasserie administrative engendrée par cette interdiction ». Il est prévu qu’elle intègre une section sur l’après-guerre, avec des documents jusqu’à aujourd’hui. Voilà qui nous rend d’autant plus impatient de découvrir la muséographie adoptée ! Avant cela, on avait des questions sur la collecte participative lancée par le Musée fin janvier. Un rappel : jusqu’au 1er juillet, l’établissement s’est mis à l’écoute des propositions de dons. À ce jour, il en a reçu environ 140, de documents ou d’objets, par environ 80 donateurs potentiels. Tout s’opère de manière dématérialisée, avec l’aide possible des équipes du Musée pour qui aurait des difficultés avec le site Internet utilisé. Ces mêmes équipes entrent de toute manière en contact avec les donateurs pour accuser réception des propositions. C’est à partir de juillet que les commissions d’expertise se réuniront pour valider ou non l’entrée des pièces dans les collections du Musée.

Un témoignage subjectif

Et c’est tout ? Non : le Musée travaille en coulisses et, vis-à-vis du grand public, a lancé un feuilleton audio (à découvrir sur sa page Facebook). Réalisé par trois membres de l’équipe, il revient chaque mercredi sur la correspondance de Maurice Rousset, prisonnier de guerre, avec sa famille restée en Isère. En tout, 170 lettres ont été offertes au Musée : un témoignage subjectif d’une grande valeur pour l’établissement, soucieux que le souvenir puisse s’incarner aussi auprès des jeunes générations. On salue l’initiative : même si elle n’est pas parfaite techniquement, elle a le grand mérite de montrer que l’abomination de la guerre peut prendre diverses formes et concerne tout le monde.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intress par...

Mardi 24 ao?t 2021 Plaisir kitsch et régressif comme seules les années 1980 étaient capables d’en offrir, Dirty Dancing est la définition même du "feel-good movie" : un film (...)
Samedi 30 janvier 2021 L’établissement grenoblois lance, auprès du grand public, une grande collecte d’objets et documents. Son objectif : enrichir et développer ses collections. Chacun peut aussi proposer ses services pour participer à cette démarche historique en...
Mardi 3 décembre 2019 Plus que de simplement s'intéresser au sort des femmes pendant la Seconde Guerre mondiale, l’exposition "Femmes des années 40" au musée de la Résistance et de la Déportation de l’Isère nous donne leur point de vue. Un parcours historique, aussi...
Mardi 23 mai 2017 L'équipe du Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère, situé rue Hébert à Grenoble, a repensé une partie du parcours de l'exposition permanente du lieu. On vous en dit plus.
Mardi 19 juillet 2016 Jeunes, moins jeunes et jeunes d’esprit, le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère vous attend en plein Grenoble. Certes, il est vrai que les mots « résistance » et « déportation » font probablement moins rêver...
Mercredi 8 janvier 2014 Alors que l’on commémore le centenaire du début de la Première Guerre mondiale et les 70 ans de la Libération de Grenoble lors de la Seconde, le Musée de la Résistance et de la Déportation de l'Isère fête ses 20 ans d’existence sous sa forme...
Lundi 28 novembre 2011 Très didactique, l’exposition du musée de la Résistance s’intéresse à l’engagement dans la résistance au fascisme des exilés italiens en Isère depuis les années 1920 (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter