Stracho Temelkovski : « Je suis allé vers des influences plus urbaines »

Musique. Après le bon accueil de son premier album, le musicien grenoblois va remonter sur scène lors de la première soirée du festival Magic Bus, aux côtés du Student Groove Orchestra, le 17 juin. Un rendez-vous qu’il anticipe avec beaucoup de plaisir, comme il nous l’a expliqué il y a quelques jours.

Tu vas participer à la première soirée du festival Magic Bus. On imagine que ce sera avec joie…

Oui, je suis content. Grenoblois, c’est vrai que j’ai plutôt eu tendance à voyager loin de ma terre natale. Revenir y jouer me fait vraiment plaisir. Habituellement, je tourne un peu dans les réseaux musiques du monde et jazz et, cette fois, on est un peu dans un dispositif de musiques actuelles. Pour ce concert qui m’associe avec le Student Groove Orchestra (SGO), on va bien sûr retrouver mon identité musicale, mais ce sera aussi un moment particulier avec cet ensemble plein de jeunesse et de talent. Jouer comme ça, avec un gros son et en extérieur, ça a quelque chose d’assez excitant !

On dit que ta musique n’a pas de frontières. Cela te paraît juste ?

Absolument. Je le revendique !

Tu parles de tes origines macédoniennes. Il y a de cela aussi, dans tes compos ?

Oui : un côté viscéral et rythmique, ainsi qu’une manière d’improviser, mais je ne retiens pas l’aspect traditionnel de la musique macédonienne. Je ne suis pas porte-drapeau et me méfie des récupérations. Je suis heureux d’être français et de mes origines macédoniennes, de la même façon. Avec les temps qui nous attendent, je pense que la musique devra être là pour rapprocher les gens, loin des démarches communautaires. Moi, dans la musique comme dans la vie, j’aime sortir les choses de leur élément. Et, comme en cuisine, me servir de différents ingrédients…

Penses-tu que cette expérience avec le SGO te permettra d’encore étendre ton registre ?

En tout cas, c’est vrai que j’ai envie d’aller encore plus loin aujourd’hui. Sur ce projet, tout en gardant mes inspirations cosmopolites, je suis davantage allé vers des influences urbaines. C’est un plaisir d’aborder encore une nouvelle esthétique. J’ai d’autres idées aujourd’hui et pense pouvoir surprendre dans les années à venir, mais, pour l’heure, je ne suis pas sûr qu’il faille que je vende la mèche. Voyons d’abord comment les choses se passent. Après tout, avancer petit à petit, c’est déjà chouette !

Au fait, comment ça s’est décidé pour toi, cette collaboration avec le SGO ?

C’est d’abord Diera Radafiarijaona, le directeur culturel du CROUS, qui m’a demandé ce que je pouvais créer pour collaborer avec l’orchestre. Au départ, il était question d’adapter certains de mes morceaux. Mais finalement, on est parti assez vite sur un programme spécial : Diera m’a passé une commande pour des compositions – en me proposant de faire ce que je voulais – et dit qu’il avait des ressources parmi les étudiants grenoblois. J’ai travaillé avec le chef du SGO, Vincent Stéphan : j’ai donc composé et arrangé, tandis que Vincent arrangeait et orchestrait. Je voudrais aussi souligner que la coordination de ce projet se fait grâce à Aminata Fall, qui fait vraiment un travail fantastique !

Pas trop compliqué d’enchaîner un nouveau projet créatif après la sortie de ton premier album ?

Non. J’éprouve aussi du plaisir à travailler dans l’urgence et l’exigence. C’est vrai que mon programme est assez dense actuellement, mais d’un autre côté, la période Covid m’a aussi ouvert des possibilités sur le temps de création. Pour le concert du 17, on a dû reporter certaines répétitions plusieurs fois, mais, du coup, j’ai eu plus de temps pour composer et intégrer des sonorités urbaines à ma musique.

Tu connaissais déjà les musiciens du Student Groove Orchestra avant de collaborer avec eux ?

Non, pas du tout. Cela dit, leur chef, Vincent Stéphan, est l’ami d’un ami à moi, Frédéric Monestier. Nous avions entendu parler l’un de l’autre, mais je ne connaissais pas les autres musiciens. On a fait des auditions. Je n’aime pas spécialement faire des choix, mais un groupe, c’est aussi une question d’équilibre musical et humain. Au final, on est ravi de l’implication de ces jeunes : ils ont un bon bagage technique, mais ils ne s’en contentent pas ! Cela me fait plaisir car je suis, quant à moi, dans une logique de transmission. Et au total, avec encore quelques invités, on sera une petite trentaine sur scène.

Comment avez-vous travaillé en amont ?

J’ai préparé des maquettes, que Vincent Stéphan a donc réorchestrées. Après, comme à chaque fois dans la musique, on s’adapte à la réalité et on compose "sur-mesure" pour le groupe. J’ai pu décider de ce que je voulais dire et de comment le dire, du point de vue musical, et, avec Vincent, on a adapté les compositions de base à l’orchestre. L’idée était de mettre en avant les interprètes, le plus possible. Notre principale contrainte a été de ne pas pouvoir jouer tous ensemble. On a formé plusieurs groupes de répétition : la section rythmique d’un côté, les cuivres de l’autre, etc. Des techniques professionnelles, en fait. Il y aussi eu des répétitions sans moi, vu que j’étais en promo de mon album. Aujourd’hui, je suis content de la tournure des choses.

Après ce concert, tu as d’autres dates prévues, cet été ?

Oui. Je jouerai au Péristyle de l’Opéra de Lyon, les 29, 30 et 31 juillet, et à Jazz à Barraux le 28 août. Peut-être aussi que je retrouverai le SGO à l’automne. Voilà déjà pour ce qui aura lieu dans le coin…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 18 janvier 2022 L’association Retour de Scène a annoncé la programmation de son festival Magic Bus 2022. Après l’hiver et le grand froid, cette 21e édition du festival de musiques actuelles en plein air promet un dégel exaltant ! De retour sur le site de...
Mardi 29 juin 2021 Les événements organisés en plein air cet été sont longtemps restés incertains. D’où l’idée de la Ville de Grenoble d’en regrouper plusieurs à l’Anneau de vitesse. Une bonne solution ? On a posé la question à quelques-uns des intéressés.
Vendredi 30 avril 2021 On savait déjà que, pour son édition 2021, le Festival Magic Bus allait quitter l’Esplanade et rejoindre l’Anneau de Vitesse. La Ville de Grenoble a confirmé, vendredi 30 avril en fin de matinée, qu’elle prévoit d’autres événements culturels sur le...
Jeudi 15 avril 2021 L’association grenobloise Retour de Scène n’a pas encore de certitude absolue, mais Damien Arnaud, son coordinateur, confirme qu’elle n’a pas renoncé à l’organisation de son festival. On en sait même (un peu) plus.
Mercredi 3 mars 2021 Roselyne Bachelot a tranché : pour la ministre de la Culture, les festivals estivaux ne pourront accueillir que 5 000 personnes assises et distanciées, dans le respect des gestes barrières. Les organisateurs sauront-ils s’adapter ?...
Mardi 14 avril 2020 L’annulation du festival, initialement prévu du 14 au 16 mai, est un coup dur pour Retour de Scène, l’association grenobloise organisatrice. Elle reste cependant mobilisée pour la suite. Les explications de Damien Arnaud, son coordinateur.
Mardi 16 mai 2017 Pour sa seizième édition, le fameux festival grenoblois étend sa programmation sur trois jours, sans dévier pour autant de la ligne éditoriale – conviviale et consensuelle – sur laquelle il a bâti son succès et sa réputation.
Mercredi 12 avril 2017 La seizième édition du fameux festival grenoblois se déroulera vendredi 19 et samedi 20 mai, à l’Esplanade. Avec également, nouveauté cette année, une date en amont le jeudi 18 mai à l’Ampérage. On fait le point – sachant qu’on connaît pas mal...
Mardi 17 mai 2016 Le festival Magic Bus revient à l’Esplanade de Grenoble vendredi 20 et samedi 21 mai. Avec notamment Vald, rappeur qui préfère « qu’on le prenne pour un taré que pour un génie ».
Mardi 19 mai 2015 Cette année au festival Magic Bus, pas mal d'artistes des décennies passées et un ovni musical : Salut c'est cool.
Mardi 22 juillet 2014 Malgré le temps dégueu, le festival a débuté ce lundi avec une soirée chaude sous le chapiteau à guichets fermés, et une incroyable fusion entre Moriarty et Christine Salem.
Mardi 20 mai 2014 Pour sa treizième édition, le festival Magic Bus revient avec une nouvelle équipe, un nouveau lieu et une nouvelle identité visuelle. Des changements qui n’affectent ni la prog’ résolument groovy, ni la volonté de promouvoir les artistes locaux....
Lundi 29 octobre 2012 C'était comment la nuit grenobloise il y a quinze vingt ans? Retour sur quelques lieux et figures marquants de l'époque. Régis Le Ruyet
Mardi 15 mai 2012 Déménagement du festival et fermeture du magasin rue Gabriel-Péri : 2012 sera l’année du changement pour Magic Bus. Mais pas de nostalgie, cette année encore, la programmation saura réchauffer les cœurs. Benjamin Bultel
Lundi 2 avril 2012 Depuis 1997, le magasin Magic Bus était un lieu incontournable pour le mélomane grenoblois. Une caverne d’Ali Baba orientée musique, avec CD et vinyles (...)
Lundi 5 mars 2012 En termes de mobilisation, d’engagement et de militantisme artistique, l’association Dynamusic n’a de leçon à recevoir de personne. Née en 1999 de la volonté (...)
Vendredi 13 mai 2011 Cette semaine, d’aucuns fêteront le trentième anniversaire de la mort du pape du reggae : Bob Marley. A l’époque éclipsée par l’accession à la présidence de la (...)
Lundi 1 février 2010 Promoteur incontournable de la scène grenobloise, Dynamusic nous livre sa désormais traditionnelle Cuvée Grenobloise, millésimée 2010. Dans un contexte économique délicat, célébrons comme il se doit ce grand cru, à écouter jusqu’à plus soif....
Mercredi 31 janvier 2007 Regard / Elle revient, et elle est plutôt contente. La Cuvée Grenobloise 2007, made in Dynamusic nous dévoile son très bon cru, et célèbre l’événement via deux concerts, dont le premier se tiendra à la Maison de la Musique de Meylan ce samedi....

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter