Le Café Suzon tombe à pique

Un midi dans les rues de Championnet à Grenoble. On cherche une terrasse sympa et, si possible, nouvelle. On atterrit presque par hasard devant le restaurant culte du quartier, L'As de Pique. Sauf que le lieu a changé de patron l'an passé et s'appelle dorénavant le Café Suzon. La déco aussi a changé. Fini les couleurs sombres, place au bois et au vert, dans une ambiance très douce. On s'installe en terrasse, intrigués par le menu affiché : deux plats (dont un végétarien), une entrée et un dessert (il y en aura deux de chaque à terme), l'ensemble pour 23 euros (19 pour un plat et l'entrée ou le dessert ; 14 pour le plat seul). Excellente surprise : tout ce qu'on nous sert est finement cuisiné, notamment les aubergines à la parmigiana qui n'ont rien à envier à celles que pourrait concocter un bon resto italien. Le far aux pruneaux est également un délice de légèreté.

On revient donc le lendemain histoire d'en savoir plus. On retrouve notre serveuse Catherine Campillo, qui est également en cuisine (en attendant d'embaucher pour ce poste crucial). Surtout, c'est elle la patronne. Elle nous raconte alors ce projet de reconversion (elle vient du secteur bancaire) qui lui courait dans la tête depuis quelque temps, et qui a définitivement pris forme lorsqu'elle a vu que le local de L'As de Pique était vacant : c'est décidé, elle tiendra un restaurant dans ce quartier qu'elle apprécie tant, elle lui donnera le surnom de sa grand-mère maternelle, et sa cuisine sera variée et pensée à partir de produits locaux et de saison.

Voilà qui est fait. Après trois mois de travaux, elle a ouvert fin novembre 2020, en plein deuxième confinement (d'où le fait qu'elle a commencé avec de la vente à emporter). Elle peut maintenant accueillir ses clients en physique, les midis du mercredi au dimanche (avec brunch le dimanche), et en soirée les vendredis et samedis en mode « petits plats à partager ». Avec plaisir.

Café Suzon
14 rue Lieutenant Chanaron​, Grenoble
04 56 24 54 21

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Guide Urbain...

Lundi 9 mai 2022 Déjà en terrain conquis lorsqu’on entend pâtes fraîches fabriquées sur place, alors imaginez quand ce savoir-faire est offert en continu à la vue d’une clientèle (...)
Vendredi 22 avril 2022 Empreint d’une aura vintage, flashback des eighties, le bob a reconquis podiums et dressings de modeuses. Vraisemblablement, le couvre-chef (...)
Mardi 12 avril 2022 Quelque peu dissimulé au cœur du quartier de l’Alma, l’ancien couvent des Minimes s’apprête à devenir un espace foisonnant du centre-ville, entre coworking, habitat et pôle culturel. Un projet social et expérimental porté par deux Grenoblois.
Lundi 4 avril 2022 Travailleurs, forces de l’ordre, fêtards, établissements culturels et festifs, riverains… Lundi 21 mars, des dizaines d’acteurs de la nuit étaient réunis en mairie pour entendre le résultat de six mois d’enquête sur la nuit à Grenoble.
Lundi 14 mars 2022 Il faut monter 33 fois la Bastille pour équivaloir au sommet de l'Everest. Certains vont s'y atteler, ce week-end.
Lundi 14 mars 2022 Ne vous fiez pas au nom de cette enseigne, ni à la relative nonchalance de ceux qui la font tourner. Le Trankilou est une affaire qui marche et Samuel, (...)
Lundi 14 mars 2022 Alors qu’elle aurait pu rouvrir son restaurant Athanor fin mai 2021, Sonia a décidé de laisser le rideau fermé. À la place, la Grenobloise ouvre un glacier (...)
Mardi 15 février 2022 Une esquisse très graphique sur le mur, une dose outrecuidante d’orange, une petite pile de magazines à disposition, un rideau dans l’esprit seventies (...)
Mardi 15 février 2022 Il ne faudra pas prolonger le before outre mesure ces soirs-là sous peine de se faire refouler fermement à l’entrée. Pour sa réouverture (pardon, sa (...)
Mardi 15 février 2022 À l’âge de 5 ans, Mathieu Renouard avait déjà pris sa décision : plus tard, il serait cuisinier. « Quand on allait au restaurant avec mes parents, (...)
Lundi 31 janvier 2022 À ses débuts en janvier 2021, la Centrale jardinerie était un site internet offrant une jolie proposition végétale consultable en un clic. À défaut d’avoir un (...)
Mardi 18 janvier 2022 Si la marque Belle de Jupe est née en 2018, elle n’est grenobloise que depuis un an : « De Paris, j’ai décidé de revenir dans ma région (...)
Mardi 18 janvier 2022 "Narvalo", "tchoukar", "maramé" : si vous avez déjà entendu ces termes, pas de doute, vous êtes bel et bien grenoblois. Un argot de la rue, bien spécifique à la (...)
Mardi 4 janvier 2022 Quand on rentre dans un restaurant de fondues et raclettes, il faut s’attendre à supporter la décoration folklorique de rigueur : nappes ou rideaux (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter