William Forsythe, le Ballet réanimé

Ballet de l'Opéra de Lyon

MC2

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Danse / Retour sur le plateau pour le Ballet de l’Opéra de Lyon qui reprend deux classiques (de Mats Ek et Keersmaeker) et fait entrer à son répertoire le déroutant et silencieux N.N.N.N. de William Forsythe.

L’Américano-allemand et maître du néo-classique William Forsythe renoue avec le quatuor qu’il avait porté à la perfection dans l’une de ses premières pièces, Steptext, en 1985. Dans N.N.N.N., créée en 2002, plus de Bach mais un silence absolu. Exit aussi la seule danseuse et place à quatre corps masculins pour un travail savant sur les bras qui se confondent, tournoient. Souvent ils sont ballants voire récalcitrants. Les interprètes tentent des figures proches de celles des arts martiaux mais ils paraissent désemparés avec ces deux membres qu’ils s’efforcent d’animer, comme s’ils attendaient qu’un marionnettiste les manient. C’est ensemble qu’ils existent vraiment et parviennent à les apprivoiser, jusqu’à la disparition en un clin d’œil de tout leur corps, comme une nuée d’oiseaux dont l’impact est renforcé par cette absence de musique. Seuls le souffle et les déplacements se font entendre.

Le ballet de l’opéra de Lyon se pare ensuite d’œuvres qui lui sont très familières, à commencer par le Solo for two de Mats Ek sur la partition au piano extrêmement épurée d’Arvo Pärt. Caelyn Knight et Leoannis Pupo-Guillen l’ont parfaitement intégré et restituent la pureté des gestes à la fois aquatiques et géométriques, entre rocher échoué et habitat fonctionnel ; ils se plaquent au décor (mur-porte-escalier) comme s’ils le dessinaient. Enfin, final à huit pour un classique d’Anne Teresa de Keersmaeker et la tubesque Grande fugue de Beethoven, avec ces corps qui tracent des lignes droites, se déverrouillent et se libèrent de leurs costumes serrés à force de chutes. Toujours réjouissant.

Ballet de l'Opéra de Lyon, 22 et 23 septembre à la MC2, 5 à 30€

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 23 décembre 2016 Superbe affiche de rentrée à la MC2 pour le fameux Ballet de l'Opéra de Lyon qui reprend les "Grandes Fugues" magistrales de Maguy Marin et d’Anne Teresa de Keersmaeker. Et s’approprie celle de Lucinda Childs, venue spécialement à Lyon cet été pour...
Mardi 15 avril 2014 Depuis une trentaine d’années, c’est vers la musique classique ou contemporaine que portent tous les efforts de la chorégraphe flamande Anne Teresa De (...)
Vendredi 10 janvier 2014 Le spectacle Vortex Temporum ? Un Anne Teresa De Keersmaeker mineur et trop intellectualisé qui reste tout de même un fascinant voyage dans l'univers (...)
Vendredi 6 janvier 2012 La dernière fois que l’on avait pu découvrir une œuvre de William Forsythe à Grenoble, c’était en juin 2010 à la MC2 : le Ballet Royal de Flandres reprenait (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter