Tanguy Viel : « Je trouve les gens très tolérants à la domination »

Tanguy Viel

Librairie Le Square

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Littérature / Lorsque Laura, jeune femme de retour dans sa ville natale, demande une faveur au maire sur les conseils de son boxeur de père, également chauffeur de l'édile, débute une tristement banale affaire d'emprise qui conduira à la vengeance la plus triviale. À la suite d'Article 353 du Code pénal, Tanguy Viel, à la Librairie Le Square le 13 octobre, livre avec La Fille qu'on appelle le deuxième acte d'un diptyque judiciaire, qui ausculte la question du consentement. Où les phrases s'enroulent jusqu'au vertige autour d'une colère qui sourd jusqu'à l'explosion.

Au départ de votre livre, il y avait le désir d'écrire sur la boxe, de faire votre Raging Bull, avez-vous dit. Comment est né La Fille qu'on appelle, comment son sujet – la question de l'emprise et du consentement – a-t-il fini par dépasser votre désir initial ?

Tanguy Viel : Cela s'est fait en deux temps très distincts. J'ai en effet d'abord rêvé un roman de boxe qui s'est un peu écroulé sur lui-même. Et puis quelques mois plus tard est née cette figure de jeune fille. C'est au moment où les deux se sont rencontrés, le boxeur et la jeune fille, que j'ai senti que je tenais le roman, comme si l'un était nécessaire à l'autre. Je crois que la boxe donne une dimension romanesque, mythologique à une histoire qui sans cela serait trop triviale à mon goût.

Il y a dans le livre comme l'écho des innombrables affaires ayant éclaboussé le monde, disons, politico-culturel. Jusqu'à présent vos livres se voulaient très romanesques, hors du réel. Quand on s'approche, comme vous le faites ici, de l'actualité, comment maintenir le cap d'une ambition véritablement littéraire et continuer à faire œuvre d'écrivain et non de chroniqueur ?

Ce fut toute la difficulté de l'entreprise. Maintenir le littéraire en ce sens, c'est appuyer plus fort encore sur la langue, ses intensités, ses outils rhétoriques, au service d'une vision du réel mais qui permet de la hisser justement au rang d'une vision, avec ses cadres, ses lumières, ses zooms, et beaucoup aussi, dans ce livre, ses métaphores. En fait il fallait transfigurer la chronique dans chacun de ses instants, la dépasser par les pouvoirs du langage. Je me suis rendu compte que le réel s'éloignait très vite pour moi, que peu à peu je bâtissais un monde de formes presque théâtrales.

Pour être complet, il faudrait dire que ce roman semble apparaître comme une variation de ou sur Article 353 du code pénal, avec lequel il partage des préoccupations et une certaine mécanique. Comment l'expliquez-vous ? Ces livres marquent-ils un rapport différent de l'écrivain que vous êtes avec l'actualité ?

Oui, c'est la même mécanique qu'Article 353. Il m'arrive de dire que La Fille qu'on appelle est la version féminine du précédent. Il en partage notamment le processus d'humiliation et pour ainsi dire de réparation, même si les forces se distribuent très différemment. Il en partage aussi le réalisme et c'est sans doute cela qui les sépare de mes romans précédents. Même si, comme on le disait, il y a du théâtre et des enjeux de forme, ce sont deux romans qui lorgnent du côté de Balzac plus que du côté de Flaubert. Et c'est pour l'instant comme cela que j'analyse l'évolution de mon travail, dans l'augmentation de son ancrage au réel. Mais il est possible que j'en aie touché la limite.

La Fille qu'on appelle est un livre sur le pouvoir, politique notamment, sur son incarnation au sens le plus strict, c'est-à-dire ce qu'il fait aux corps, dominants comme dominés... De ce point de vue Max Le Corre et Laura Le Corre, le père et la fille, sont des corps en lutte – on peut d'ailleurs penser que le choix de leur nom, Le Corre, n'est pas gratuit – et il y a quelque chose de sacrificiel dans ces corps. Celui du maire devenu ministre est lui d'une certaine façon rendu triomphant par le pouvoir...

Oui c'est un livre qui essaie de raconter ça, des corps contraints, marchandés, aliénés et dont l'arme ultime reste encore ce même corps pour essayer de s'en sortir, pour le meilleur et pour le pire. Contrairement à mes romans précédents où les aliénations sont psychiques, cette fois la contrainte s'exerce physiquement, ou plutôt le psychisme manipulateur s'empare des corps, les oblige, les téléguide.

Au-delà de votre idée initiale d'un roman de boxe, la figure du boxeur était-elle la seule qui pouvait apporter une réponse – celle de la force brute – au pouvoir politique, ses poings étant son seul vecteur d'influence sur le réel ? On songe à cette image désormais célèbre du « boxeur-gilet jaune » Christophe Dettinger s'affrontant à une compagnie de CRS à poings nus, qui soudainement semble défier le pouvoir, peut-être de la seule manière possible quand toutes les autres issues sont épuisées.

Voilà, exactement : parce que toutes les autres issues sont épuisées. C'est de cette même manière que Gilles Deleuze expliquait certains actes terroristes palestiniens dans les années 80, avec cette idée qu'il ne reste plus que votre corps pour arme. Il y a un degré de colère et d'épuisement qui ne laisse pas d'autres choix.

Entre ces deux livres, il y a eu le mouvement des Gilets jaunes avec les manifestations très "physiques" qu'on a pu y voir, la répression policière inédite. Dans Article 353, comme dans La Fille qu'on appelle... il y a donc cette idée de la colère qui déborde physiquement. Dans quelle impasse nous aurait conduit la société pour qu'il n'y ait plus que l'explosion de colère, non plus seulement comme exutoire mais comme prétendue solution ?

La question qui se pose, malheureusement, c'est : y a-t-il jamais eu d'autres solutions que la colère et la force nerveuse qui en découle pour changer les choses ? Le propre d'une révolte, ou d'une révolution, c'est d'être physique, colérique, de déborder les cadres en place. Ce n'est pas une impasse, c'est la réaction logique et récurrente à la domination. On pourrait en réalité s'étonner qu'il n'y ait pas plus de violence et de colère. Je trouve les gens très tolérants à la domination.

Pour la première fois, le récit est mené essentiellement à la troisième personne. Etait-ce de mettre en scène une jeune femme qui vous a empêché de tenir sa parole entièrement, de vous glisser dans ses mots ?

Oui, en partie, je crois. J'ai bien essayé de faire monologuer Laura mais je trouvais ça inadapté et étrangement faux. Sans doute cette question de n'être pas une jeune fille de 20 ans et surtout de n'avoir pas subi son expérience m'a rendu perplexe quant à l'usage de la première personne. Mais je me suis surtout rendu compte des vertus de la troisième personne. Elle permet d'avoir un narrateur pour ainsi dire intelligent, qui analyse les situations, les scrute bien plus qu'un personnage encore sous le joug de son traumatisme.

Vous avez dit dans une interview à Diacritik évoquant « les jeunes femmes aux prises avec le masculin », être vous-mêmes aux prises avec le masculin depuis longtemps. Que voulez-vous dire ?

Simplement que depuis l'enfance, la force virile a toujours eu sur moi un effet inhibant, et qu'à bientôt 50 ans je continue à voir le monde des hommes avec un regard d'enfant un peu farouche. C'est le côté Kafka de l'affaire.

L'un des grands plaisirs de lecture de ce livre est de voir vos phrases s'enrouler comme un boxeur s'enroule autour de son adversaire avant de le frapper. Qu'y a-t-il de commun entre la boxe et la littérature que vous auriez voulu montrer ?

S'il y a un point commun, c'est celui de l'incarnation, de la présence. Etre là, absolument présent, du cerveau jusqu'aux mains, sur un ring ou sur une page blanche, pour moi c'est la même difficulté, le même drame d'une chose qui passe son temps à nous fuir. Et l'écriture de ce point de vue, c'est un corps de lettre qui essaie de saisir sa proie, qui n'est pas le corps de l'ennemi mais simplement le monde qu'on voudrait embrasser.

Tanguy Viel, La Fille qu'on appelle (Minuit). Mercredi 13 octobre à 19 heures à la Librairie Le Square

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Connaître...

Vendredi 22 avril 2022 La Cinémathèque de Grenoble propose une visite guidée passionnante sur les traces des anciennes salles obscures du centre-ville. Place Grenette, avenue Alsace-Lorraine, rue de Palanka… une petite promenade instructive mêlée d’anecdotes amusantes.
Lundi 14 mars 2022 Revue de bande dessinée "bizarre", inspirée par le versant le plus expérimental du manga, Hikikomori est née de l’imagination de Gabriel Hernandez : « (...)
Mardi 1 mars 2022 "Faut-il arrêter de faire des enfants pour sauver la planète ?" C’est la question-titre du livre d’Emmanuel Pont, sorti il y a une dizaine de jours aux éditions Payot. Il en débattra avec les Grenoblois le 8 mars.
Mardi 1 mars 2022 Pourquoi notre cerveau aime – chez les gens normalement constitués – le riff d’intro de "Whole Lotta Love", mais déteste le bruit du marteau-piqueur ? L’effet de la musique sur nos ciboulots est le thème de la Semaine du cerveau,...
Mardi 1 mars 2022 Parmi les myriades d’associations qui font vivre le territoire grenoblois, il y en a certaines qui font plus particulièrement vibrer notre petit cœur (...)
Mardi 15 février 2022 Un enfant sage et débonnaire, fasciné par la couleur verte qui orne les coffres fabriqués par son père menuisier, fréquente assidûment une bande d’oiseaux dans (...)
Lundi 31 janvier 2022 Les épisodes du nouveau podcast "Le camp de base" sont en passe d’être diffusés partout, à compter du 7 février. Le Petit Bulletin vous parle de cette production indépendante, imaginée par une passionnée de son et de montagne.
Mardi 18 janvier 2022 Quatrième édition en vue pour Une Belle Saloperie, ce « festival qui n’en est pas vraiment un » dédié à l’avant-garde graphique et cinématographique. Au programme, une exposition, deux projections et une bonne dose d’irrévérence.
Mardi 18 janvier 2022 Avec Une sortie honorable, Éric Vuillard, prix Goncourt 2017 pour L'Ordre du jour, nous décrit les derniers mois de la guerre d'Indochine et les contorsions françaises pour en sortir sans perdre la face. Un nouveau récit réjouissant qui remet...
Mardi 18 janvier 2022 Charmer les lecteurs qui s’ignorent… C’est le propos des Nuits de la lecture, qui cumulent des dizaines d’événements dans les établissements scolaires, (...)
Mardi 4 janvier 2022 À l’occasion du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, l’égyptologue Karine Madrigal donne une conférence le 17 janvier à l’auditorium du musée de Grenoble. Le public grenoblois sera mis au parfum des récentes découvertes issues du fonds...
Lundi 29 novembre 2021 Avec Le Jeune acteur 1, Riad Sattouf poursuit ses études adolescentes en BD avec le premier volet d'une biographie consacrée à l'acteur Vincent Lacoste, qu'il révéla au cinéma dans Les Beaux Gosses. Et en qui il semble avoir trouvé son Antoine...
Mardi 2 novembre 2021 La Bibliothèque d’étude et du patrimoine (BEP), rouverte au public il y a moins d’un an après des travaux de réhabilitation, se dévoile lors d’une visite spéciale le 13 novembre. L’occasion d’en savoir plus sur son architecture et les trésors...
Mardi 2 novembre 2021 Romancière à succès, Marie Darrieussecq publie un essai au titre clair comme de l’eau de roche : Pas Dormir. Qui n’a pas regardé avec effroi son réveil à 4h (...)
Mardi 19 octobre 2021 La librairie Les Modernes organise une rencontre lecture avec Anooradha Rughoonundun, comédienne et auteure du texte "Le Corps des vieux", et deux journalistes du magazine Panthère Première, qui consacre son dossier à "l’Esprit vieille". Le tout au...
Mardi 21 septembre 2021 Embouteillage de nouveautés sur les étagères des librairies. Comme chaque mois de septembre, 500 à 600 livres sont publiés plus ou moins simultanément. On est allés au Square pour obtenir les bons conseils du libraire.
Mardi 7 septembre 2021 Pas facile de faire son marché dans le riche programme des Journées européennes du patrimoine (les 18 et 19 septembre). De notre côté, nous avons sélectionné cinq lieux en suivant un fil rouge : le patrimoine industriel. Pas sexy ?...
Mardi 24 ao?t 2021 Après une première édition réussie en 2020, la soirée "Negotium", consacrée à l’art numérique dans le spectacle vivant, investit à nouveau le Marché d’intérêt national ce samedi 28 août avec, notamment, une tête d’affiche européenne de la...
Mercredi 9 juin 2021 Organisé à l’initiative de quatre structures de profil divers (Contre-Courant, Mix’arts, PEPS et Survie), le Mois Décolonial proposera, du 10 au 30 juin, un vaste ensemble de tables rondes, projections, formations, spectacles et concerts autour de...
Mercredi 5 mai 2021 Il y aura évidemment des auteurs et autrices, des illustrateurs et des illustratrices, présents à Grenoble pour prendre part à des rencontres. Mais aussi beaucoup d’autres choses. Le Printemps du livre de Grenoble, qui démarre mercredi 5 mai, est...
Jeudi 29 avril 2021 Auteurs de l’ouvrage "Grenoble Calling, Une histoire orale du punk dans une ville de province", chroniqué dans ces pages la semaine dernière, Nicolas Bonanni et Margaux Capelier ont accepté de répondre, par e-mail, à nos questions.
Mercredi 21 avril 2021 Retracer 40 ans d’histoire du punk à Grenoble, des années 80 à nos jours, c’est l’audacieux défi dans lequel se sont lancés Nicolas Bonanni et Margaux Capelier, dont l’ouvrage "Grenoble Calling" vient de paraître aux éditions Le Monde à...
Jeudi 8 avril 2021 Animateur socioculturel, Robin Piarulli crée des jeux depuis qu’il est môme. Il a lancé sur Kickstarter la campagne de financement participatif de son premier jeu de société : Silbury. Une référence à la série Kaamelott ? Oui : son univers imprègne...
Mercredi 7 avril 2021 Troisième volet des aventures de l’ourson lubrique imaginé en 2011 par l’auteur grenoblois Morgan Navarro,  Teddy Beat : Sex Change voit notre protagoniste changer de sexe dans le seul but d’expérimenter la jouissance féminine. Tout...
Mercredi 31 mars 2021 Changement de programme. À défaut de pouvoir jouer son spectacle immersif tiré de la BD éponyme de Mathieu Bablet, Christelle Derré, directrice artistique du collectif poitevin Or Normes, est venue à l’Hexagone de Meylan lundi 29 et mardi 30 mars, à...
Lundi 29 mars 2021 Danseuses et chorégraphes, Myriam Lefkowitz et Catalina Insignares viennent de passer trois semaines en résidence à Grenoble à l’invitation du Pacifique, centre de développement chorégraphique national. Elles ont travaillé avec des migrants autour...
Vendredi 12 mars 2021 Reconnu comme l'un des pionniers de la bande dessinée contemporaine et autobiographique, Edmond Baudoin est en résidence à Grenoble depuis trois mois sur invitation du réseau de bibliothèques, dans le cadre du Printemps du livre. Avec son pinceau et...
Jeudi 4 février 2021 Si, depuis novembre, les lieux de cultures sont fermés au public, on oublie parfois que les bibliothèques sont encore ouvertes. Or le réseau municipal a la particularité de proposer une artothèque riche de plus de 2 000 pièces. Alors, s’il n’est...
Dimanche 7 février 2021 Graphiste, illustrateur polyvalent, spécialiste en « petits mickeys et lettrages », mais aussi expert en battles dessinées, le Grenoblois Efix a fêté il y peu vingt ans de BD, ce que sa juvénile silhouette ne laisse pas supposer. Un bonheur ne...
Samedi 30 janvier 2021 L’établissement grenoblois lance, auprès du grand public, une grande collecte d’objets et documents. Son objectif : enrichir et développer ses collections. Chacun peut aussi proposer ses services pour participer à cette démarche historique en...
Lundi 11 janvier 2021 Initié par Grenoble Alpes Métropole et coordonné par la Casemate, un vaste programme d’événements culturels et scientifiques va démarrer : "Une Saison aux couleurs de la Terre". Explications.
Mardi 8 décembre 2020 Livre / Les femmes alpinistes du Népal sont à l'honneur d'un bel ouvrage récent. On vous raconte.
Jeudi 19 novembre 2020 Respectueux des règles sanitaires, plus court, mais fidèle au rendez-vous : le festival voironnais revient samedi 21 et dimanche 22 novembre. On vous explique comment cette édition 2020 va pouvoir se dérouler.
Vendredi 13 novembre 2020 Même s’il a provisoirement fermé ses portes au public, l’Office de tourisme de Grenoble Alpes Métropole n’a pas renoncé à mieux faire connaître la ville aux curieux. Plusieurs de ses initiatives récentes en témoignent. Revue de détail.
Mardi 6 octobre 2020 Roman / La narratrice de Saturne n'a pas deux ans lorsque son père Harry, héritier d'une dynastie de médecins ayant fait sa fortune en Algérie avant de la poursuivre en France, meurt d'une leucémie.
Mardi 6 octobre 2020 Littérature / Au Petit Bulletin, on connaît bien le directeur artistique de l’Arpenteur, le beau festival qu’organise l’association Scènes Obliques dans le massif de Belledonne. Antoine Choplin vient de publier un nouveau roman, Nord Est, aux...
Mardi 22 septembre 2020 Rencontre / Épatante revue indépendante d’une centaine de pages lancée en septembre 2017, Panthère Première investira la librairie Les Modernes du jeudi 1er au samedi 3 octobre, le temps de deux expositions, d’une discussion et d’un atelier de...
Mardi 8 septembre 2020 Événement / Porté par une petite équipe de bénévoles, le festival « Les Clés de l’Aventure » offre de belles rencontres à qui a l’esprit d’aventure et de solidarité. Il y sera question de cinéma documentaire, mais pas seulement...
Mardi 7 juillet 2020 On connaît parfois tellement bien sa ville qu’on oublie qu’elle recèle de richesses. Pour tous ceux qui resteront à Grenoble cet été ou souhaiteront la (re)visiter, l’Office de tourisme a un riche programme de visites guidées. Il y en a même...
Mardi 7 juillet 2020 C’est une bonne nouvelle : organisée par le Département de l’Isère, la quatrième édition de Paysage > Paysages s’annonce très dense. Elle a déjà commencé et va animer cinq territoires jusqu’en septembre (et même un peu au-delà). On vous en...
Mardi 23 juin 2020 Après deux mois et demi de fermeture, le Théâtre Prémol présente sa saison à venir d’une manière un peu particulière, avec de petits événements en plein air. Élisabeth Papazian, sa directrice, nous en dit plus.
Mardi 23 juin 2020 Après le Musée de Grenoble, le cimetière Saint-Roch est un bon endroit pour découvrir les artistes grenoblois du XIXe siècle. Une association assure la visite. Explications.
Mardi 9 juin 2020 La lecture a été pour beaucoup un moyen d’évasion pendant le confinement. Aujourd’hui, la réouverture des bibliothèques et librairies enthousiasme de nombreux lecteurs. Ces structures nous en disent plus sur leurs conditions de reprise.
Mardi 5 mai 2020 Toujours fermé, le réseau des bibliothèques municipales grenobloises prépare un Printemps du Livre confiné, les 9 et 10 mai, et propose plusieurs autres rendez-vous en ligne. La sortie progressive du confinement commence à s’organiser.
Vendredi 17 avril 2020 La librairie du 6, rue Lakanal, à Grenoble, a stoppé ses activités du fait du confinement. Gaëlle Partouche, sa créatrice, maintient un contact avec ses clients et habitués, sans savoir encore quand et comment elle pourra rouvrir.
Lundi 6 avril 2020 Les alternatives aux courses classiques et anxiogènes en grande surface se multiplient en cette période. Un groupe isérois sur Facebook s'est créé et les institutions communiquent sur les solutions d'approvisionnement locales, en direct du...
Mardi 31 mars 2020 Ils restent portes closes du fait du confinement généralisé, mais pas inactifs. Le Museum, la Bibliothèque municipale et le Musée de Grenoble ont lancé un défi créatif à leurs publics. Explications.
Mardi 10 mars 2020 Le Printemps de la poésie est un peu en avance sur la vraie saison post-hivernale. L'occasion d'une multitude d'événements dans l'agglo, qui devraient durer jusqu'en avril. Explications.
Mardi 18 février 2020 Der Zoologe von Berlin s’attaque à un sommet. Pour ressusciter Madame Butterfly, l’émanation expérimentale des Barbarins fourchus a décidé, non pas de se (...)
Mardi 11 février 2020 Avec la complicité d’un architecte-urbaniste et d’une journaliste, le photographe Bruno Moyen publie un livre sur les immeubles de la ville, "Grenoble sous un autre angle". L’occasion de contempler une beauté citadine parfois négligée.
Mardi 4 février 2020 De retour pour sa deuxième édition, la Sexweek placera cette année encore au centre de ses divers événements la question de la libération des sexualités des femmes. Jenny Ducoli, présidente de l’association organisatrice Osez le féminisme ! 38, nous...
Mardi 4 février 2020 Elle a écrit "Un loup pour l'homme" et aime à le lire en musique, avec la complicité de son ami Bastien Lallemant. Brigitte Giraud sera aux Abattoirs de Bourgoin-Jallieu jeudi 6 février.
Mardi 4 février 2020 La librairie Decitre accueille jeudi 6 février l'écrivain Aurélien Delsaux, auteur du roman "Pour Luky". On vous en dit un peu plus.

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter