Au musée de Grenoble : "Il y a chez Bonnard une recherche d'harmonie"

Pierre Bonnard, les couleurs de la lumière

Musée de Grenoble

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

En choisissant d’aborder Bonnard par le prisme de la lumière, le musée de Grenoble propose tout à la fois un retour sur l’ensemble de son œuvre et une réflexion sur la singularité de son approche. Nous en avons discuté avec Guy Tosatto, directeur du Musée de Grenoble et Sophie Bernard, co-commissaire de l’exposition.  

Depuis plusieurs années, le musée de Grenoble consacre régulièrement des expositions à des périodes méconnues ou peu étudiées de grandes figures de l’histoire de l’art. Pour Bonnard, vous avez plutôt fait le choix d’une entrée thématique : la lumière. Pouvez-vous nous expliquer ce parti pris ?

à lire aussi : Du beau, du bon, du Bonnard

Guy Tosatto : Pour Bonnard, l’aborder par un point particulier me semblait restrictif. L’idée était de couvrir l’ensemble de l’œuvre, de présenter toutes ses facettes, avec une parenthèse sur les arts graphiques car, dans les dernières expositions qui lui ont été consacrées, c’est un corpus qui n’avait pas été abordé et qui me semblait intéressant. Finalement, c’est Isabelle Cahn, la conservatrice du musée d’Orsay, qui a eu cette proposition d’aborder Bonnard par le biais de la couleur, avec comme fil rouge la lumière. Il y a en effet chez lui cette quête de transcrire la lumière à travers la gamme colorée. Avec Sophie, on s’est aussitôt emparés du sujet, qu’on a enrichi avec un grand nombre de prêts complémentaires.

Vous aviez récemment consacré une exposition à l’œuvre de Picasso pendant la guerre. On sentait alors la peinture imprégnée de ce moment tragique de l’histoire. Celle de Bonnard, au contraire, semble ne jamais avoir été effleurée par les réalités sociales et historiques de son époque...

Sophie Bernard : En effet, la critique a parfois considéré que c’était une peinture un peu bourgeoise, décalée par rapport à son époque. Toute une historiographie a même enfermé Bonnard dans une forme de peinture naïve du bonheur. Mais c’est une vision un peu simpliste. Il y a récemment une autre histoire de l’art qui est venue dire toute la complexité et tout l’intérêt de Bonnard. C’est l’originalité de son regard, la modernité de sa vision que nous avons souhaité souligner.

GT : Ce qu’on peut voir dans le mouvement de l’œuvre de Bonnard, c’est qu’il passe d’un intérêt pour le monde extérieur : la vie parisienne, les musiciens, les danseurs, les scènes de théâtres ; à un intérêt pour son monde intérieur. À partir des années 1900, il va finalement se resserrer sur ce qui l’entoure au plus près.

SB : Il y a chez Bonnard une recherche d’harmonie. À la fin de l’exposition, L’Atelier au mimosa est à la fois une ode à la lumière et un antidote à la guerre. Mais Bonnard est avant toute chose un peintre pour qui la “passion périmée de la peinture”, comme il le dit lui-même, est un absolu. Et à travers elle, la quête de la lumière, fil de l’exposition.

Vous consacrez une section de l’exposition à sa pratique de la photographie. Dans quelle mesure a-t-elle pu influencer sa peinture ?

SB : Pierre Bonnard se dote d’un pocket Kodak à la fin des années 1890. Il s’agit d’un petit appareil qui ne permet pas de faire des photographies de grande qualité mais qui lui permet de travailler des effets liés à la lumière : le poudroiement, la phosphorescence et bien sûr la manière dont la lumière agit sur les corps. Et, au-delà de la lumière, il y a aussi des motifs qui naissent. Les photographies sont aussi pour lui un répertoire de formes, des notes visuelles pour la peinture. En témoignent les nus mais aussi les scènes d’enfants au Grand-Lemps.

Cela fait plusieurs mois que vous travaillez à cette exposition. En vous confrontant de si près à son œuvre, y-a-t-il des choses que vous avez redécouvertes ou qui vous ont marqué ?

GT : Ce qui m’a frappé finalement, c’est la complexité de ce travail. Sous son apparence évidente, limpide, on trouve un artiste d’une très grande ambition artistique. C’est un artiste qui aborde des thèmes essentiels à la peinture, d’une manière presque "dilettante", sensible et intuitive. Il n’est jamais démonstratif ou péremptoire et pourtant il mène une réflexion profonde sur la nature même de la peinture. C’est quelque chose qui nous est apparu de manière évidente en travaillant sur l’exposition mais également lorsque nous avons réceptionné les œuvres. Comme chez tous les grands peintres, il n’y a jamais d’œuvre insignifiante. Il y a toujours quelque chose à prendre et à apprendre.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 28 mars 2022 Ce n’est pas tous les jours que la collection permanente du musée de Grenoble s’enrichit d’une œuvre nouvelle. En l’occurrence, un tableau du XVIIe siècle, signé du trop méconnu Reynaud Levieux, qui a bénéficié pour l’occasion d’un travail...
Mardi 4 janvier 2022 À l’occasion du bicentenaire du déchiffrement des hiéroglyphes, l’égyptologue Karine Madrigal donne une conférence le 17 janvier à l’auditorium du musée de Grenoble. Le public grenoblois sera mis au parfum des récentes découvertes issues du fonds...
Vendredi 29 octobre 2021 L'exposition de l'année au musée de Grenoble, "Pierre Bonnard, les couleurs de la lumière", ouvre au public le 30 octobre. Notre avis : c'est magnifique.
Jeudi 20 mai 2021 Avec Italia Moderna, le musée de Grenoble propose, en écho à l'oeuvre de Morandi, une exposition qui dresse un bel aperçu d’un siècle de création transalpine à travers la sélection d’une soixantaine de pièces issues de ses collections.
Jeudi 20 mai 2021 Figure discrète de la peinture italienne, Morandi n’en a pas moins produit une œuvre qui s’impose comme une sorte d’évidence captivante dont l’exposition du musée de Grenoble rend compte avec élégance.
Mardi 23 mars 2021 Cette année, la Nocturne des étudiants du Musée de Grenoble prend la forme d’un jeu vidéo immersif accessible pendant plusieurs soirées. Les projets artistiques sont mis en scène dans un espace muséographique inédit que le visiteur peut parcourir à...
Mardi 2 mars 2021 Le Musée de Grenoble l’a confirmé : sa grande exposition consacrée au peintre italien, qui devait ouvrir en décembre dernier et reste actuellement portes closes, verra sa date de clôture reportée.
Mardi 8 décembre 2020 Peinture. C'est LE grand événement du Musée de Grenoble prévu pour la fin de l'année : une grande exposition consacrée au peintre italien Giorgio Morandi doit ouvrir ses portes le 16 décembre. Et ce n'est pas tout...
Mardi 23 juin 2020 Après le Musée de Grenoble, le cimetière Saint-Roch est un bon endroit pour découvrir les artistes grenoblois du XIXe siècle. Une association assure la visite. Explications.
Lundi 11 mai 2020 Début de déconfinement oblige, les équipes des musées de Grenoble et de la grande agglo sont à pied d’œuvre pour préparer la réouverture de leurs établissements. D'où cette première liste des lieux où il sera bientôt possible de retourner.
Mardi 10 mars 2020 C'est un avant-goût de la grande exposition du Musée de Grenoble consacrée aux artistes du XIXe siècle : dimanche 15 mars, l'association Musée en musique organise une journée découverte. On vous en donne les détails...
Lundi 4 février 2019 La musique classique russe sera à l’honneur vendredi 8 et samedi 9 février au Musée de Grenoble à l’occasion de "La Folle nuit", événement initié pour la cinquième année par Musée en musique. Déroulé du programme avec Pascale Gaillard,...
Mardi 16 mai 2017 Samedi 20 mai, c’est la fameuse Nuit européenne des musées, événement couplé en Isère à un week-end baptisé Musées en fête. On a bien lu tous les programmes des lieux qui participeront (des musées donc, mais aussi d’autres institutions culturelles)...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter